Hassan's Stories

  • Black Lightning saison 2

    Black Lightning et sa famille sont finalement saufs. Illes ont vaincu une opération illégale d'une agence fédérale. Une opération qui utilisait le trafic de drogue afin de conduire des expérimentations sur la population noire de la ville de Freeland. Mais la ville et l'école de Garfield ne sont pas encore sauvées. Après que l'opération fut connue par le public un nombre de plus en plus important de jeunes reçurent des pouvoirs et furent confrontés à une police peu compréhensive. L'école, elle, doit survivre après l'attaque qu'elle a subi en l'absence de son proviseur, occupé à être Black Lightning. Mais surtout, Tobias Whale est encore dans la nature et il possède un outil qui pourrait lui permettre de contrôler les méta-humain-e-s.

    SPOILER

    Cela était déjà le cas lors de la première saison et continue lors de cette seconde saison, la communauté est très importante dans cette série. Lors de la première saison on l'observait via l'église locale qui permet de relier les familles en besoin. Là encore, cette église s'occupe des personnes qui ont besoin d'aides. C'est elle qui trouve les fonds nécessaires pour combattre le gouvernement en justice. C'est aussi elle qui contrôle la clinique gratuite de la ville. Et c'est elle qui contrôle et pacifie la population. Cette communauté se trouve aussi au sein de la famille des Pierce, de Black Lightning. Même lorsque les membres ne sont pas en accord la série fait en sorte de les réunir afin de permettre une entraide et un soutien mutuel. S'il y a bien un message que je ressens dans cette série c'est l'importance des liens familiaux, des lieux d'amitiés et des liens communautaires.

    Bien que les points positifs de la première saison soient toujours présents - j’adore la manière dont est incarné et écrit Tobias Whale qui garde une impression de puissance et de menace tout au long de la saison - je déplore que la saison s'intéresse moins à l'école Garfield. Les intrigues autours de cette école permettait de montrer l'importance de l'éducation. Mais cela allait plus loin. On nous montrait de quelle manière une école peut être instrumentalisée pour contrôler et pénaliser des jeunes. Alors que la première saison montrait un principal qui refusait cette logique la seconde saison montre un principal qui met immédiatement en place des détecteurs de métaux et des gardes armés tout en imposant une politique de tolérance 0. Bien que la série montre les aspects de racisme que cela implique, elle ne peut aller loin car l'école disparait presque totalement de cette seconde saison. C'est, à mon avis, dommage.

    *
    **
    ***
    **** Une seconde saison tout aussi intéressante que la première mais qui s'intéresse trop à mettre en place une saison 3.
    *****

    Image : IMDB

  • L'europe de la Renaissance par Alain Tallon

    Titre : L’Europe de la Renaissance
    Auteur : Alain Tallon
    Éditeur : PUF 28 août 2013
    Pages : 128

    La période qui se déroule entre le Moyen Âge et l'époque contemporaine ne m'a jamais réellement intéressé. D'où un manque important de connaissances de ma part. Ce qui explique la raison de mes lectures actuelles, puisque je suis censé connaitre cette période pour mon travail. La lecture des que sais-je permet d'avoir des informations concises qui peuvent, ensuite, être développées à l'aide des biographies. Ce que sais-je essaie de synthétiser la Renaissance en 6 chapitres.

    Les deux premiers sont plus concentrés sur les questions politiques. Après un premier chapitre qui nous offre un récit de la période jusqu'à la fin du XVIème siècle un second chapitre explicite la pensée du politique. Ce second chapitre permet aussi de présenter l'extension des états durant la Renaissance. On y découvre les liens entre les Princes et la manière dont ceux-ci justifient leur pouvoir, aussi bien par le contrôle des arts que par la puissance militaire. On pourrait étendre cette question au chapitre 3 qui montre de quelle manière l'Europe s'étend au reste du monde et surtout ce qui arrive aux aristocraties. Celles-ci se ferment alors que les Princes essaient d'y ajouter des personnes anoblies à cause de leurs services envers l'état.

    Les chapitres 4 et 5 se concentrent sur les arts et l'humanisme. On y découvre un récit qui examine les élites artistiques et scientifiques de l'époque et, en particulier, leur pensée du monde. Comme le dit l'auteur, la période permet de créer l'artiste comme génie créateur, bien que de nombreux artistes restent anonymes. On observe une modification de l'art qui voyage rapidement au sein de l'Europe. L'Humanisme, lui, repose sur la centralité de l'homme mais reste fortement lié à la question religieuse. Même si de nouvelles méthodes de critiques des écrits se développent, le but est de revenir à une pureté originelle et non de mettre en question la Bible ou la chrétienté.

    Enfin, dans un dernier chapitre, l'auteur se concentre sur les aspects religieux. L'Europe est entièrement chrétienne mais la religion entre en crise. La papauté, les ordres mendiants et les membres du clergé sont critiqués pour leurs incapacités et leur richesse. Cette critique sera particulièrement forte lors du combat entre le Pape et Luther. Combat qui débouche sur le Protestantisme qui remet en cause les dogmes de l'Église. Celle-ci va réagir au sein de la contre-réforme, mais les travaux du Concile de Trente vont déboucher sur une défense des traditions contre les idées réformées et les souhaits de compromis, aboutissant à une Europe religieusement divisée.

    Ce que sais-je suit parfaitement son programme de présentation concise d'une période spécifique. L'auteur présente chacun des points classiques de la période, ce qui nous permet d'avoir les connaissances nécessaires pour la comprendre. Seule une étude plus spécifique permettrait de questionner certaines idées, même si l'auteur marque sa position au sein de l'historiographie.

    Image : Éditeur

  • Battlefront II: Inferno Squad par Christie Golden

    Titre : Battlefront II : Inferno Squad
    Autrice : Christie Golden
    Éditeur : Penguin 27 mars 2018
    Pages : 400

    Iden Versio est la fille d'un amiral et d'une propagandiste. Deux personnes parmi les plus loyales envers l'Empire. Elle-même, est extrêmement loyale. Son entrainement et ses capacités sont proches de la perfection. Ses capacités lui ont permis d'être l'une des personnes envoyées sur l'Etoile de la mort, chargées de sa défense au sein d'un escadron de chasseurs Ties. Mais ce que personne au sein de l'Empire ne pouvait imaginer est arrivé. Les rebelles ont gagné, détruit l'arme la plus puissante jamais construite par l'Empire et seules quelques personnes ont survécu à cette bataille. Iden Versio est l'une de ces personnes. Après un peu de temps pour guérir son père décide de la mettre en charge d'un escadron spécial chargés de missions spécifiques qui demandent l'action des meilleurs des meilleurs : L'Escadron Inferno.

    SPOILERS

    L'escadron Inferno est connu par les personnes qui ont joué à Battlefront II version EA. En effet, nous y prenons le contrôle d'Iden Versio pendant et peu après la bataille d'Endor. Ce roman se déroule bien avant puisqu'il se déroule après la destruction de la première Etoile Noire. On observe la constitution de l'escadron et quelques missions avant d'entrer dans le propos principal du livre : la destruction des derniers partisans de Saw Gerrera.

    Aussi bien nous que les personnages passent de l'autre côté. Nous car, cette fois, nous suivons les aventures de membres de l'Empire chargés de le défendre. Les personnages car illes doivent infiltrer les Partisans. Dans les deux cas, on est forcé de penser un peu plus aux personnes qui sont rebelles ou membre de l'Empire. Le livre montre que le combat n'est rendu possible que parce que l'ennemi est déshumanisé, que ce soit à l'aide de mots mais aussi par la distance. Pour tous les membres de l'Escadron, il devient difficile de tuer lorsqu'on apprécie la personne en face.

    Ce roman suit un premier roman portant le titre de Battlefront. Les deux sont très différents. Le premier nous faisait suivre une unité entière de rebelles sur plusieurs fronts. Celui-ci se concentre sur 4 personnages et prend le temps de mettre en place une mission particulière et ses effets sur les personnages. Selon moi, ce second roman est bien mieux réussi que le premier. Je me suis bien plus attaché aux personnages et aux événements. Il me semble aussi plus intéressant en développant le fonctionnement militaire de l'Empire.

    *
    **
    ***
    **** Un second roman Battlefront réussit après la déception que fut le premier.
    *****

    Image : Éditeur

  • Les guerres de religion par Nicolas Le Roux

    Titre : Les guerres de religion
    Auteur : Nicolas Le Roux
    Éditeur : PUF 17 octobre 2018
    Pages : 128

    La période du XVIème siècle est chaotique car marquée par l'apparition de la religion dites protestante et des guerres de religion entre les tenants du catholicisme et les personnes qui décident de suivre Luther. De nombreux pays européens furent impliqués dans cette lutte sanglante qui, souvent, dépendit aussi de cause purement économique. Ce petit livre permet de mieux comprendre de quelle manière la France a subi les guerres de religion et le fonctionnement des différentes factions. Le pays ne put s'en relever qu'après 8 guerres et plusieurs traités de tolérances jusqu'au fameux édit de Nantes en 1598. Pour cela, l'auteur divise son texte en six chapitres.

    Ces six chapitres permettent à l'auteur de mettre en place un récit chronologique des différentes guerres, de leur déroulement et du moyen de les terminer. Le récit met au centre les personnages nobles, les rois de France et Catherine de Médicis. On comprend rapidement que ces guerres portent moins sur des questions religieuses qu'on ne pourrait le croire. La religion est souvent utilisée comme contexte pour porter des questions politiques. Ainsi, lorsque le roi est trop proche des protestants on commence à penser la possibilité de le détrôner. De plus, on essaie surtout de garantir l'ordre public même si cela implique une tolérance envers les protestants et donc la colère du Pape.

    Malheureusement, je trouve ce livre un peu faible sur plusieurs points. En premier lieu, la quatrième de couverture donnait l'impression d'un examen européen des guerres de religion. Ce n'est pas du tout le cas puisque l'auteur se concentre uniquement sur la France. Bien que celui-ci montre à quel point les intérêts des autres royaumes jouent au sein de la France jamais on ne nous donne des informations sur l'Empire, par exemple. D'ailleurs, ces guerres de religion ne sont pas explicitées. On ne sait pas ce que sont les doctrines réformées et l'on ne sait que très peu de choses sur la population réformée. On se contente des grands noms, sans jamais avoir d'informations sur la population. Ce livre demande donc des connaissances importantes pour bien comprendre le contexte dans lequel il s'inscrit.

    Image : Éditeur

  • Arrow saison 7

    Oliver Queen est enfin dans le lieu qui lui correspond le plus. Après avoir considéré sa ville comme son champ de tir personnel. Après des années de meurtres et de destruction. Il a accepté de se rendre au FBI. Il est immédiatement emmené dans une prison Supermax, après que Ricardo Diaz ait perdu le contrôle de la ville. Mais ni Oliver Queen, ni sa famille et encore moins Star City ne sont sauvées. Après la catastrophe que fut le contrôle criminel de Ricardo Diaz sur les membres les plus hauts placés de l'administration la confiance de la population envers les institutions est à son plus bas. Oliver, lui, essaie d'éviter les problèmes. Mais plusieurs des prisonniers souhaitent s'en prendre à lui et annoncer avoir tué le Green Arrow.

    SPOILER

    Oliver Queen et son équipe ont agi sans prendre en compte les lois ni les procédures. Certes, illes ont sauvé la ville et le monde à plusieurs reprises. Mais cette saison montre qu'il est important de suivre les procédures et de justifier ses actions devant le peuple. Oliver Queen et les membres de son équipe doivent, à plusieurs reprises, parler publiquement de leurs actions et des problèmes impliqués. Enfin, Oliver Queen arrête de mentir et dit tout. Il est particulièrement intéressant que l'équipe devienne une partie intégrale de la police. Malheureusement, les auteur-e-s ont rapidement oublié ce point pour recréer une dynamique plus secrète. J'aurais apprécié une critique plus intense des gens qui prennent la justice entre leurs mains sans prendre en compte les procédures.

    Cette septième saison est aussi un moyen pour la réalisation de préparer la fin de leur série. La huitième sera la dernière et se déroule sur seulement 10 épisodes. Depuis l'arrivée d'Arrow, plusieurs autres séries sont entrées dans le même univers mais c'est Arrow qui l'a rendu possible. Il y a donc un effort de marquer la fin et la continuité. La réalisation marque la continuité à l'aide d'Emiko, la sœur d'Oliver. Leur père ayant trompé la mère d'Oliver avec une autre femme. Emiko est aussi furieuse que le fut Oliver au début et on apprend, au fil de la saison, qu'elle est responsable de plusieurs des problèmes que connu Oliver durant sa vie, en premier lieu de la mort de son père. Mais aussi continuité par le passage du rôle de protection à d'autres personnages, passage que l'on retrouve dans les flash forwards mais en direction des enfants d'Oliver et de Felicity.

    *
    **
    *** Des idées intéressantes mais que la réalisation ne développe pas à leur terme, dommage.
    ****
    *****

    Image : IMDB

  • Leia, Princess of Alderaan Journey to Star Wars: The Last Jedi par Claudia Gray

    Titre : Leia, Princess of Alderaan Journey to Star Wars : The Last Jedi
    Autrice : Claudia Gray
    Éditeur : Disney 1 septembre 2017
    Pages : 416

    Leia a 16 ans. Elle est la fille adoptive de la famille régnante d'Alderaan. Et cette année elle doit accepter le passage de l'enfance à la vie adulte. Cette année elle doit prendre trois défis qui permettent de prouver non seulement ses capacités physiques mais aussi son intelligence et sa loyauté envers la population d'Alderaan et de la Galaxie. Mais Leia vit son adolescence au sein d'une galaxie contrôlée par l'Empereur Palpatine. Et alors qu'elle tente de réussir ses différents défis elle commence à se rendre compte que certaines choses lui sont cachées et que ses connaissances de leur existence pourraient la mettre en danger, ainsi que le peuple qu'elle doit protéger et servir.

    SPOILER

    Ce roman est l'un de meilleurs du nouvel univers étendu star wars. Il se concentre sur le personnage de Leia lors de sa jeunesse et de son apprentissage de la politique, de son identité et de sa place au sein de l'univers. On observe une Leia fortement impliquée au sein de sa famille et qui souffre de l'éloignement de ses parents. Elle ne veut que leur amour et leur fierté. Bien qu'elle ne recherche pas ses parents de sang, la question est mise en avant lors d'une scène précise sur Naboo. Le roman marque aussi l'importance de l'amitié pour construire son futur et préparer des alliances qui permettront de lutter contre Palpatine. Certains personnages ne semblent pas dignes de confiance mais l'autrice montre qu'il faut tout de même creuser un peu avant d'abandonner une amitié potentielle.

    Le roman parle aussi du devoir. Leia, durant ce roman, suit ce qu'elle considère son devoir : défendre son peuple et sa planète. De nombreuses pages permettent de décrire une famille royale humble qui considère que la loyauté de leurs sujets dépend de la capacité de la royauté à mériter celle-ci. Bien que le devoir soit important, l'autrice marque tout de même que Leia a le droit de connaitre le bonheur et de prendre le temps de prendre soin d'elle-même. Surtout si elle souhaite être capable de lutter à l'avenir. On a donc un propos qui prend en compte l'importance de prendre soin de soi tout en marquant l'importance d'accepter ses devoirs.

    Pour finir, voici un roman qui capture parfaitement Leia. Une jeune femme capable d'amour mais aussi extrêmement intelligente. Aussi forte pour comprendre les rouages de l'administration que pour apprendre le maniement des armes à feu. Mais surtout une Leia qui prend à cœur la nécessité de faire son travail pour le bien de tous et non pour elle-même.

    Image : Éditeur

  • Dark Water

    Robert Bilott est un avocat qui vient tout juste d'accéder au partenariat au sein de la firme dans laquelle il travaille. Celle-ci est spécialisé dans la défense des industries. Alors que sa première réunion se termine, il est demandé à l'entrée par deux fermiers de sa ville d'origine. Sa grand-mère aurait donné son nom à ces personnes. Ce fermier, Wilbur Tennant, est inquiet de l'état de son cheptel. Il pense que la décharge de l'industrie Dupont pourrait être la cause de ses problèmes. Alors qu'il décide, sans trop y croire, de prendre le client Bilott se rend compte que le problème pourrait bien être beaucoup plus étendu que prévu et contrôler une grande partie de sa carrière.

    SPOILERS

    Mark Ruffalo continue son effort de soutien de films qui ont une cause politique. Dans celui-ci, il s'intéresse à l'importance de la loi pour défendre les gens. Mais même si son personnage est un avocat cela n'implique pas que le film soit aveugle à la difficulté d'obtenir justice. Dès les premières minutes du film Wilbur Tennant affirme que la justice sera extrêmement difficile à atteindre si ce n'est impossible. Le film, en fait, montre la difficulté pour une population de se défendre face à des firmes puissantes ayant des liens importants avec le monde politique et dont la perte pourrait mener au chômage un grand nombre de personnes. Chacune des actions de Bilott est contrée par une autre action qui tente de rendre plus difficile la réussite de son travail. Que ce soit une simple lettre ou l'envoi de l'entier des archives de l'entreprise, enterrant les informations importantes sous une masse de papiers. Ainsi, les plaignant-e-s ont l'impression de se battre contre un conglomérat qui récuse toute responsabilité avec le soutien du monde politique et social.

    Bien entendu, le film se concentre sur des pratiques industrielles illégitimes dans un contexte capitaliste. Alors que la firme, ainsi que le milieu industriel, se posent en champion de l'autogestion on comprend rapidement que celle-ci est fortement remise en cause par les événements dépeints dans le film. Dupont n'aurait pas annoncé toutes les substances dangereuses et peut donc les déverser dans la nature sans avoir besoin d'être contrôlé. Pire encore, le film montre des recherches illégales et contraire à l'éthique afin de comprendre, à l'interne, le danger d'une substance mais sans jamais communiquer sur ces expériences ni demander l'accord des victimes. Il est donc difficile d'apprécier le capitalisme et l'autogestion en sortant du film.

    Encore une fois, l'acteur se concentre sur un film qui marque les besoins et la nécessité d'un contrôle démocratique du monde. Que ce soit par le journalisme ou le droit il défend les actions citoyennes contre des entreprises ou institutions qui refusent d'être soumises à la justice ainsi que la responsabilité de leurs actes.

    *
    **
    ***
    **** Un film qui s'attaque à un scandale récent avec un regard désabusé sur les possibilités d'obtenir justice
    *****

    Image : Site officiel

  • The life and death of Toyo Harada par Joshua Dysart, Cafu, Andrew Dalhouse et Dave Sharpe

    Titre : The life and death of Toyo Harada
    Auteurs : Joshua Dysart, Cafu, Andrew Dalhouse et Dave Sharpe
    Éditeur : Valiant 9 octobre 2019
    Pages : 224

    Ce volume contient The life and death of Toyo Harada 1-6. Toyo Harada est né après que la bombe nucléaire soit tombée sur le Japon. En quelques minutes, il comprit qu'il possédait des pouvoirs bien plus étendu que la plupart des humain-e-s. Presque sans effort, il réussit rapidement à devenir un homme que l'on suit et ce malgré sa jeunesse. Mais Toyo Harada n'est pas simplement puissant, il a une mission. Il souhaite supprimer la guerre et les inégalités. Que tous les humain-e-s puissent vivre dans l'abondance et la sécurité. Récemment, il dû revoir son plan car Peter Stanchek le força à se dévoiler au monde. Depuis, il a pris le contrôle d'une zone qu'il nomme la Fondation. Mais ceci n'est pas apprécié par les nations du monde.

    SPOILERS

    Ce comics s'inscrit dans une trilogie débutée sur Harbinger et continuée dans Imperium. On pourrait même ajouter une partie d'Unity. On y observe Toyo Harada prendre de l'importance et changer. Dans ce comics on remonte bien plus loin puisque l'auteur dépeint l'enfant et l'adolescence de Toyo Harada en s'intéressant à des événements particuliers de sa vie. Cela permet de nous offrir l'identité de Toyo. Loin d'être divin ou un messie il est avant tout une personne de puissance qui cherche le pouvoir.

    Cela implique de parler du thème du pouvoir. Toyo Harada est, avec Peter Stanchek, la personne le plus puissante du monde. Il ajoute à cette puissance une capacité économique formidable, mais qu'il est en train de perdre. Bien entendu, il se pose la question de l'effet que tant de pouvoir peut avoir sur une personne. Peut-on rester humble et humain lorsque personne n'a la capacité de nous arrêter ? Alors que l'on peut apprécier le but de Toyo Harada il est clair que ses méthodes sont fortement questionnables. Il n'hésite pas à tuer pour le bien commun où à s'allier avec des êtres monstrueux si cela l'aide.

    En dehors de ceci, l'auteur a eu la bonne idée d'intervertir le passé avec le présent. Alors que l'on lit comment Harada devint Harada on observe sa fin quasiment en direct. Cette peinture se termine sur une conclusion satisfaisante tout en gardant quelques surprises. Je ne sais pas quand Valiant continuera cette fresque, mais j'espère que la suite sera tout aussi bien écrite.

    *
    **
    ***
    **** Un volume qui pourrait parfaitement faire office de conclusion au travail de Dysart chez Valiant
    *****

    Image : Éditeur

  • L'Europe des Lumières par Pierre-Yves Beaurepaire

    Titre : L'Europe des Lumières
    Auteur : Pierre-Yves Beaurepaire
    Éditeur : PUF 27 juin 2018
    Pages : 125

    Je dois avouer que la période moderne, les Lumières et les guerres de religions en particulier, ne m'a jamais intéressé. Malheureusement, je suis dans l'obligation de connaitre les bases de la période pour des raisons professionnelles. Sans forcément me lancer dans des recherches universitaires, il est toujours possible de consulter de petits livres synthétiques afin d'intégrer les informations les plus importantes d'un sujet donné.

    L'auteur tente une synthèse de l'Europe des Lumières en 4 chapitres. Le premier chapitre permet de passer outre l'histoire des grands hommes afin de mettre en avant un fonctionnement social et culturel du monde européen. Dans ces pages, l'auteur explicite la construction des académies mais aussi les liens de sociabilités. Ceux-ci impliquent de connaitre des codes précis. La méconnaissance implique l'éjection du milieu, qui devient très difficile d'accès.

    Un second chapitre, que j'ai beaucoup apprécié, se concentre sur la circulation des imprimés. L'auteur y examine les journaux mais aussi les productions plus confidentielles qui tentent de s'extraire de la censure. Les productions écrites essaient de lever le voile du fonctionnement politique du monde, mais doivent rester dans certaines limites pour avoir le droit d'être diffusés publiquement. Les journaux plus clandestins essaient de jouer sur l'exclusivité des informations pour créer l'intérêt et avoir des abonnés. Ces écrits sont lus par les personnes même qui sont à la charge de l'état, et peuvent être des instruments importants de diplomatie.

    Enfin, les troisième et quatrième chapitres tentent de parler de deux sujets antinomiques : l'intégration européenne et les divisions internes. L'auteur met en avant l'existence d'une élite européenne qui essaie de créer une union qui dépasse les frontières, en particulier via les loges maçonniques. Mais la période moderne se trouve aussi dans un contexte de guerres qui créent des divisions importantes au sein du continent. L'auteur pense, d'ailleurs, que la période voit l'apparition d'un début de conscience nationale, ce qui n'implique pas un nationalisme. Malgré les tentatives de paix mondiales et d'union entre les peuples le continent est fortement divisé entre certaines puissances.

    J'ai apprécié que ce petit volume abandonne les grands hommes pour essayer de comprendre une société européenne. On ressort de ce livre avec l'impression de l'importance des circulations d'écrits et d'hommes pour créer un continent uni dans l'idée de Lumières, de progrès et de science. Nous n'y trouvons pas d'événements politiques, en dehors de ceux qui permettent de mieux comprendre certains points. Il peut être nécessaire d'avoir un peu de connaissances sur ce sujet pour certains chapitres.

    Image : Éditeur

  • Vikings saison 5

    CW : Torture, viol, cannibalisme

    Ragnar Lothbrok est mort. Son rêve n'a pas été concrétisé. Mais il laisse plusieurs enfants prêts à le venger. Unis, ils réunissent une gigantesque armée qui se lance contre les royaumes de l'Angleterre. Les rois tombent après leurs royaumes. Mais qui contrôle cette armée ? Et que faire après les victoires ? Les enfants de Ragnar commencent à se séparer. Bjorn ne veut qu'explorer. Ivar veut combattre. Ubbe souhaite concrétiser le rêve de son père. Hvitserk recherche son destin. Alors que les divergences entre les enfants de Ragnar pourraient conduire à la guerre civile les royaumes du nord et de l'Angleterre changent. Et Floki rêve d'un lieu sans combats.

    SPOILERS

    Vikings est une série que j'ai apprécié au début. Mais il me semble qu'elle a changé dès la seconde partie de la saison 4 et la mort de Ragnar. Au lieu du rêve d'un homme on suivait maintenant plusieurs personnages qui ont leurs propres rêves. Cela empêche de créer une intrigue cohérente. Cette saison 5 me semble suivre ce même processus. Les personnages se divisent, se rencontrent à nouveau, se trahissent mutuellement puis recréent leur amitié parfois au sein du même épisode. On a à la fois l'impression d'une grande densité et d'un grand vide. Car ces trahisons multiples me semblent cacher un manque de plan de la part de la réalisation. Je me demande si le souhait de créer 20 épisodes ne fait pas partie du problème. Une saison plus courte aurait sûrement permis une intrigue mieux construite avec moins de scènes qui semblent uniquement remplir le temps.

    La série continue aussi à s'éloigner résolument de la réalité historique pour s'amuser avec les mythes autours des Vikings. Alors qu'on aurait pu espérer un mieux, il semble que jamais la réalisation ne va tenter de créer une véritable reconstitution historique de la société Viking. Pire encore, un grand nombre de scènes me semblent être présentes non pas pour créer un propos mais uniquement pour choquer et donc créer des vues. C'est un problème qui me semble s'être généralisé dans l'industrie, mais je laisserais des personnes qui s'y connaissent mieux en parler.

    *
    **
    *** Une série qui perd, peu à peu, de sa qualité au profit de la facilité.
    ****
    *****

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Thor 3. War's end par Jason Aaron, Mike Del Mundo, Marco D'Alfonso, Scott Hepburn et Matthew Wilson

    Titre : Thor 3. War's
    Auteurs : Jason Aaron, Mike Del Mundo, Marco D'Alfonso, Scott Hepburn et Matthew Wilson
    Éditeur : Marvel 30 octobre 2019
    Pages : 115

    Ce volume 3 contient Thor (2018) 12-16. La guerre des mondes est enfin terminée. La dernière bataille a eu lieu sur Terre entre Malekith et 4 Thors provenant de différents âges. Il est temps maintenant pour reconstruire les mondes et de changer le destin des différents peuples et personnages. Mais certains changements sont plus surprenants que d'autres. Que sont devenus Cul le dieu de la peur et Loki ? Comment Thor va-t-il réagir face à son couronnement. Et surtout, que va faire Jane Foster ?

    SPOILERS

    Ce troisième volume est le dernier de Jason Aaron sur la série Thor. Son histoire va réellement se terminer dans King Thor, qui sortira bientôt en librairie. Ce dernier volume est constitué de cours épisodes autours de certains personnages précis. Jason Aaron commence par offrir quelques informations sur les activités de certains d'entre eux. J'ai particulièrement apprécié le récit concernant Loki mais j'ai aussi beaucoup aimé le dernier discours d'Odin, qui est enfin capable d'exprimer son amour et sa fierté.

    Mais ce volume se termine aussi sur Thor et surtout sur sa manière de réagir face à son ascension. Loin de se complaire sur le trône Aaron le montre réagissant en essayant de mériter le trône. Ses premiers actes sont pacifiques et visent à la reconstruction. Ses premiers miracles concernent non des affaires d'états mais les besoins des personnes les plus modestes des différents mondes. Aaron termine dont en suivant son idée du mérite : celui-ci n'est pas un dû mais un travail éternel.

    *
    **
    ***
    **** Un volume constitué de courts récits qui ne sont appréciables que dans le cadre plus large du run de Jason Aaron.
    *****

    Image : Éditeur

  • Wonder Woman by Greg Rucka 3 par Greg Rucka, Cliff Richards et Ray Snyder

    Titre : Wonder Woman by Greg Rucka 3
    Auteurs : Greg Rucka, Cliff Richards et Ray Snyder
    Éditeur : DC 7 aout 2019
    Pages : 296

    Ce volume 3 contient Wonder Woman 218-226 et Blacker night: Wonder Woman 1-3. Depuis son arrivée Wonder Woman est l'ambassadrice des Amazones. Cela a impliqué la création d'une ambassade et d'un statut spécifique qui puisse accepter ses activités de membre de la Ligue de Justice. Mais bien qu'elle soit une guerrière sa mission concerne avant tout la paix et l'harmonie. Ses idées n'ont pas toujours été comprises mais se sont retrouvées sur la place publique. Cependant, une crise approche pour le monde et les Amazone. Et Wonder Woman pourrait bien y perdre sa mission.

    SPOILERS

    Greg Rucka a mis un grand nombre d'éléments en cours lors de son run. Wonder Woman est une membre de la Ligue de Justice, une ambassadrice, une championne d'Athéna et une autrice. Greg Rucka a tenté de montrer de quelle manière Diana joue sur ses différents rôles pour offrir son message, et celui des Amazones. Cela a impliqué de mettre en avant les relations diplomatiques avec les Etats-Unis mais aussi la réception de ses essais. De plus, Greg Rucka avait mis en place des intrigues divines mais aussi plus humaines. En particulier, certains personnages allaient probablement changer de direction et montrer la difficulté pour Diana de parler à tout le monde.

    Ce dernier volume est bien écrit. Malheureusement Greg Rucka doit inscrire son run dans deux événements qui change en grande partie ses plans. Le volume donne l'impression que l'auteur a dû écourter, modifier voire annuler certaines idées et donc n'arrive pas à terminer son intrigue comme il le souhaitait. Cependant, il réussit tout de même à intégrer son discours au sein du premier événement. Ainsi, Wonder Woman, après avoir assassiné Maxwell Lord, se rend au tribunal de la Hague afin de subir un procès. Mais celui-ci n'aura pas lieu. Le lien avec Blackest Night, bien que loin d'être mauvais, manque aussi de profondeur face au reste du run de Greg Rucka. Ce dernier volume est donc bon mais aussi en demi-teinte puisqu'on a l'impression de ne pas avoir la fin qui était prévue à l'origine.

    *
    **
    ***
    **** Loin d'être mauvais ce dernier volume donne l'impression de ne pas être ce que l'auteur souhaitait à l'origine.
    *****

    Image : Éditeur

  • The war of the realms par Jason Aaron, Russell Dauterman et Matthew Wilson

    Titre : The war of the realms
    Auteurs : Jason Aaron, Russell Dauterman et Matthew Wilson
    Éditeur : Marvel 14 aout 2019
    Pages : 192

    Ce volume contient War of the realms 1-6. La guerre des mondes a commencé il y a plusieurs mois. Tous les mondes ont été touché par Malekith et ses armées. Une partie le soutient tandis que l'autre lui a été soumis. Personne, même pas Thor, n'a a été capable de l'empêcher de vaincre. Asgard elle-même est estropiée alors que le Bifrost est détruit et que les divinités se sont réfugiées sur Terre. Mais celle-ci est maintenant la seule à n'avoir pas connu la guerre e Malekith et ce dernier compte bien la conquérir.

    SPOILERS

    Jason Aaron s'occupe depuis de nombreux tomes de Thor. Je l'ai ai grandement apprécié. J'ai encore mieux aimé que le scénariste mette en place un événement depuis longtemps. Celui-ci a été construit patiemment mettant en place de nombreux changements pour l'univers Marvel et Thor. Ce dernier perdit son statut, le retrouva mais Asgard et Mjolnir sont détruits. Jane Foster elle-même devint Thor lors de plusieurs tomes dont la fin fut magnifique. J'apprécie aussi de plus en plus la direction artistique qui est tout aussi fabuleuse ici. Ainsi, ce war of the realms donne l'impression d'un final soigneusement préparé par Jason Aaron.

    Bien que j'aie beaucoup apprécié ce volume je suis presque déçu. En effet, les événements sont très rapides. Mais j'ai presque l'impression que la Terre découvre trop vite le combat pour résister immédiatement. Bien que ce volume soit suffisant pour comprendre l'événement. On a l'impression qu'il est nécessaire de lire d'autres séries afin de mieux comprendre ce qui se déroule pour certains personnages. J'ai d'ailleurs été surpris par certains choix, comme l'arrivée du Punisher, tandis que d'autres me semblent parfaitement adaptés. Si vous avez aimé le run de Jason Aaron ce final vous donnera ce que vous souhaitiez.

    *
    **
    ***
    **** La fin du run de Jason Aaron arrive et il termine sur un événement qu'il prépare depuis longtemps et dont j'ai beaucoup aimé la lecture.
    *****

    Image : Éditeur

  • West Coast Avengers Vol. 2: City Of Evils par Kelly Thompson, Danielle Di Nicuolo, Gang Hyuk Lim, Moir R et Tríona Farrell

    Titre : West Coast Avengers Vol. 2 : City Of Evils
    Auteur-e-s : Kelly Thompson, Danielle Di Nicuolo, Gang Hyuk Lim, Moir R et Tríona Farrell
    Éditeur : Marvel 26 juin 2019
    Pages : 112

    Ce volume contient West Coast Avengers (2018) 5-10. Bien que les West Coast Avengers soient enfin connus tout n'est pas rose. Captain America, par exemple, n'apprécie pas trop ce nom et encore moins l'idée d'une forme de télé-réalité. Pire encore, les criminel-le-s de Los Angeles n'ont pas envie qu'une équipe d'Avengers décide de fonctionner dans leur ville. Mais comment se débarrasser d'Avengers sans que d'autres ne viennent, en nombre et plus puissants ?

    SPOILERS

    Maintenant que l'équipe est constituée la qualité est meilleure. En effet, Kelly Thompson n'a plus besoin de créer l'équipe ni de présenter les personnages. Elle peut enfin leur donner plus de choses à faire, même si les problèmes de Los Angeles sont particulièrement ridicules. Ces problèmes permettent surtout de développer les relations entre les différents personnages. Bien que Kate semble la moins puissante, elle est aussi celle qui réussit toujours à trouver des moyens de combattre. Elle est réellement au centre de cette série.

    Cela s'explique aussi par le développement de la famille de Kate. On revoit son père, qui semble faire partie d'un groupe de criminel-le-s. Mais surtout, on apprend enfin bien plus sur la mère de Kate et ses relations avec Madame Masque. Celle-ci est maintenant un vampire à qui Madame Masque a promis un traitement. Mais elle veut aussi se venger de son ancien mari. Malheureusement, encore une fois, la série se termine alors que rien n'est conclu...

    *
    **
    ***
    **** Meilleur que le premier, plus drôle mais aussi le dernier...
    *****

    Image : Éditeur

  • West Coast Avengers Vol. 1: Best Coast par Kelly Thompson, Stefano Caselli et Tríona Farrell

    Titre : West Coast Avengers Vol. 1 : Best Coast
    Auteur : Kelly Thompson, Stefano Caselli et Tríona Farrell
    Éditeur : Marvel 20 février 2019
    Pages : 144

    Ce volume contient West coast avengers (2018) 1-4, The unbelievable Gwenpool 1 et Young avengers presents 6. Depuis quelques temps Kate Bishop vit à Los Angeles. Ce qui devait être, tout d'abord, des vacances changent rapidement lorsque Kate est dépouillée, doit lutter contre Madame Masque et découvre les secrets de sa famille. Après une attaque de requins des terres elle comprend que l'ouest a bien besoin d'une équipe d'Avengers. Qui mieux qu'elle peut constituer cette équipe ? Mais qui choisir et surtout comment la financer ?

    SPOILERS

    J'aime toujours autant Kelly Thompson même si ses séries se terminent rarement et qu'elle travaille actuellement sur Deadpool. En ce qui concerne Kate Bishop, elle en a fait le personnage qui est la vraie Hawkeye. Sa vie n'est pas facile mais elle continue toujours à se battre. Ainsi, retrouver Kate Bishop est toujours un plaisir. La voir se débattre dans les relations entre et avec ses ami-e-s est toujours aussi plaisant. Cette nouvelle équipe contient des personnages qui ne semblent pas du tout fait pour vivre ensemble mais cela permet de créer des situations que Kelly Thompson semble beaucoup apprécier.

    Malheureusement, j'ai l'impression que cette nouvelle série oublie trop le passé. Le travail de Kate Bishop en tant que détective est oublié. Ses nouveaux ami-e-s apparaissent de temps en temps mais sans prendre vraiment de place (seul sa nouvelle relation est réellement de retour). Surtout, j'ai l'impression que l'enquête sur la famille de Kate et ses liens avec Madame Masque sont totalement oubliées. J'aurais apprécié que cette intrigue puisse continue voire se terminer dans ce volume.

    *
    **
    *** Un premier volume qui lance l'équipe mais qui laisse derrière elle une bonne partie de ce qui a été construit pour Kate Bishop
    ****
    *****

    Image : Éditeur

  • Harleen par Stjepan Sejic

    Titre : Harleen
    Auteur : Stjepan Sejic
    Éditeur : DC 11 février 2020
    Pages : 208

    Ce volume contient Harleen 1-3. Dr. Harleen Quinzel est une jeune chercheuse qui tente de prouver une de ses thèses majeures. Selon elle, la vie au sein d'un contexte violent pourrait mettre à mal la capacité d'empathie. Bien qu'elle vive à Gotham, il est difficile d'avoir accès aux personnes nécessaires pour prouver son idée. Heureusement pour elle, Bruce Wayne décide de la financer. Elle doit immédiatement déménager à Arkham afin de débuter une série d'interview de criminels considérés comme particulièrement dangereux. Dans ces couloirs elle fera la connaissance d'un criminel qui n'a jamais laissé personne le comprendre : le Joker.

    SPOILERS

    J'entends parler de ce Harleen de Stjepan Sejic depuis quelques temps et j'ai un peu hésité à me le procurer. Mais les critiques dithyrambiques lues sur internet m'ont convaincu. Et, à mon avis, ce fut un bon choix. L'objet même est beau. Une couverture cartonnée noire sur laquelle Harley Quinn est dessinée avec une fourre plastique sur laquelle on retrouve le même dessin mais masqué. L'intérieur est assez grand pour donner toute sa force aux magnifiques planches de l'auteur. Il m'est difficile de dire lesquelles sont mes préférées car rares sont les planches qui m'ont laissé de marbre. J'ai presque envie de posséder une version sans lettrage afin de mieux admirer l'art de Stjepan Sejic.

    Bien que ce comics s'intéresse à Harley Quinn il est intéressant que son destin soit mêlé à celui d'Harvey Dent. Les deux s'intéressent aux criminels mais là où l'une souhaite les aider le second pense qu'illes sont au-delà de toute aide et veut uniquement les enfermer définitivement. Bien entendu, le destin des deux personnages joue autours de la thèse du Joker qui considère que l'humanité est constituée de monstres enfermés par un vernis de moralité.

    Même si Harvey Dent se trouve dans une trajectoire parallèle à celle d'Harley Quinn c'est cette dernière qui nous est présentée dans sa tragédie. Le personnage nous est d'abord montré souffrant de stress post-traumatique après une première rencontre avec le Joker et le Batman. Puis, elle est fatiguée par les jeux du Joker qui ne fait que mentir afin de s'entendre parler. Enfin, une fascination se forme petit à petit. On observe Harley Quinn perdre progressivement pied professionnellement et personnellement alors qu'elle se rapproche de plus en plus du Joker. Ce qui fait la force de Stjepan Sejic est qu'il montre à quel point elle est consciente du danger mais qu'elle n'arrive plus à s'arrêter, en particulier à cause de sa solitude et de son envie d'aider les gens. Comme il est écrit dès les premières pages, l'enfer est pavé de bonnes intentions, qui mènent Harley Quinn en direction d'une personnification du mal.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Un chef d'œuvre

    Image : Éditeur

  • Star Wars Rebels: Servants of the Empire.Secret Academy par Jason Fry

    Titre : Star Wars Rebels: Servants of the Empire. Imperial Justice
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 6 octobre 2015
    Pages : 192

    Zare a enfin réussi. Il a été envoyé sur la planète où il pense enfin pouvoir trouver sa sœur. Mais il ne sait pas que cette promotion est en fait un piège. Les impériaux savent qu'il est lié à plusieurs actions rebelles sur Lothal. Si Zare est promo c'est pour mieux l'empêcher d'être soutenu afin de découvrir tout ce qu'il sait puis de s'attaquer aux rebelles dont il aurait connaissance. Merei n'est pas non plus en sécurité. Après une action spectaculaire par le Groupe Spectre la sécurité impériale enquête sur tout le monde. Et Merei risque beaucoup si certaines personnes sont interrogées.

    SPOILER

    Ce dernier volume est probablement le meilleur de la série. Durant tous les chapitres on sent une course contre la montre se mettre en place. Le danger, pour les personnages, n'est jamais aussi présent. De plus, la première partie autours de Zare implique d'essayer de comprendre le fonctionnement d'une Académie qui semble cacher une coterie secrète formée des meilleures cadet-e-s. Surtout, Hux est de nouveau présent et l'on comprend que le fonctionnement du Premier Ordre a été théorisé bien plus tôt dans l'histoire de l'Empire par le général Hux.

    Si je dois trouver un point négatif cela devrait être le rythme. Bien entendu, le contexte de l'intrigue implique un rythme rapide. C'est un bon moyen de créer une impression de danger pour nos personnages. Malheureusement, cela implique aussi d'oublier l'enquête de Zare et surtout son intégration dans cette nouvelle académie. En quelques pages, il passe de nouveau cadet à l'un des meilleurs de la classe puis il est introduit au sein de l'académie secrète pour mieux être démasqué. Même chose pour Merei qui, en deux chapitres, passe de la crainte à une criminelle en fuite qui trouve les moyens d'exfiltrer sa famille et la famille de Zare. J'aurais aimé que le danger soit construit d'une manière plus progressive laissant aux intrigues plus de temps pour la résolution.

    *
    **
    ***
    **** Le meilleur tome d'une série à la fois intéressante et un peu trop simpliste.
    *****

    Image : Éditeur

  • Titans

    CW : Torture, mention d'abus sexuels, mention de violence parentale, mention de violence conjugale

    Les adaptations de DC ne sont pas une réussite ces dernières années, du moins au cinéma. En ce qui concerne la CW, elle a créé un univers partagé avec plusieurs séries qui sans être révolutionnaires sont assez bonnes. Mais en 2018 DC a annoncé la création de nouvelles séries plus sombres. Titans est la première. Les personnes qui, comme moi, ont regardé Teen Titans savent que le nom implique une équipe autours de plusieurs personnages adolescents. Robin, Raven, Beast Boy, Cyborg et Starfire sont les membres de la série animée. Mais cette série est bien plus violente et ne possède rien de l'humour de la série animée. L'équipe n'est même pas réellement constituée. On commence alors que Dick Grayson a abandonné Batman depuis un an. Il essaie de créer une vie en tant que détective à Detroit. Mais un jour il doit enquêter sur une adolescente : Rachel Roth. Celle-ci est impliquée dans plusieurs meurtres et de nombreuses personnes semblent vouloir la capturer.

    SPOILER

    La première chose à dire concerne l'ambiance de la série. Elle est sombre, dans le sens facile du terme. La réalisation a voulu nous montrer une ambiance adulte en nous empêchant de voir la plupart des scènes filmées dans la série. La photographie est rarement lumineuse et tout est fait pour que l'on ne voie pas bien les personnages ou les costumes. Il est vrai que certains effets ne sont pas extrêmement réussis. La réalisation joue aussi sur la violence et en particulier le sang. Ce dernier coule à flots. Les combats sont montrés dans toute leur brutalité, en particulier lors du dernier épisode. On peut difficilement apprécier les actions des personnages principaux sans les antagonistes qui sont bien pires...

    La série pose la question de l'identité. Tous les personnages principaux ont un problème d'identité à résoudre. Dick Grayson ne veut plus être Robin mais il n'arrive pas à se défaire de cet alter ego. Il a surtout peur de sombrer dans la noirceur comme Batman semble l'avoir fait. Il a peur de ce que Robin peut le pousser à faire en matière de violence. Kory n'a aucune mémoire de son passé et ne comprend pas son lien avec Rachel. Garth est perdu entre l'animalité et l'humanité ce qui pourrait le pousser à perdre le contrôle sur ses émotions et devenir animal. Enfin, Rachel ne connait pas ses parents. Elle est manipulée par tout le monde et ne sait pas en qui faire confiance. D'autant qu'elle est hantée par une version peu sympathique d'elle-même. Ces personnages principaux sont entourés de personnages secondaires qui ont essayé, échouent ou ont réussi à comprendre leur identité et à trouver un autre moyen que la violence pour résoudre leurs problèmes.

    Il est dommage que cette courte saison, 11 épisodes, se termine sur un cliffhanger. Toute la saison pose la menace du père de Rachel, Trigon, et des personnes qui lui vouent un culte. Mais dès qu'il apparait la saison se termine sans résoudre l'intrigue nous forçant à suivre la seconde saison.

    *
    **
    *** Sans être aussi mauvaise la série est un peu brouillonne et surtout en conclut pas son intrigue. Je déplore aussi une vision simpliste de ce que devrait être une série "adulte." La réalisation se contente de la violence et d'une image sombre.
    ****
    *****

    Image : Site officiel

  • Approches didactiques de l'interdisciplinarité sous la direction de Barbara Dufour, Gérard Fourez et Alain Maingain

    Titre : Approches didactiques de l'interdisciplinarité
    Direction : Barbara Dufour, Gérard Fourez et Alain Maingain
    Éditeur : DeBoeck août 2013
    Pages : 284

    On entend souvent parler d'interdisciplinarité, de la nécessité de passer outre les disciplines pour donner aux élèves des compétences utiles en tant que membres d'une société mais aussi comme futurs employé-e-s. Mais il est rare que l'on explique exactement ce que l'on entend par ce terme d'interdisciplinarité, laissant les enseignant-e-s trouver des méthodes. Heureusement, il existe des cours mais aussi des livres qui permettent de définir le terme et d'avoir des méthodologies à appliquer. Ce livre prend 16 chapitres et 4 parties pour cela.

    La première partie permet de réellement définir le terme. L'interdisciplinarité n'est pas un simple agrégat de différentes disciplines. Il est nécessaire de poser une problématique à laquelle seul le lien entre différentes expertises permet de répondre. Cela implique de préparer le terrain de recherche et de travail pour les élèves en liant plusieurs enseignant-e-s au sein d'une équipe pédagogique.

    La seconde partie pose la question des méthodes à mettre en place pour créer cette jonction entre différentes disciplines. À l'aide de plusieurs exemples au sein des chapitres, les auteur-e-s essaient de donner une méthode mais aussi une théorie de l'interdisciplinarité. Cette partie est particulièrement intéressant pour mieux comprendre ce que signifie ce type de travail ainsi que ce que l'on peut en tirer.

    La troisième et la quatrième partie s'intéressent en particulier au travail pédagogique. Que ce soit la définition du terme de compétence ou encore la manière d'évaluer le travail demandé aux élèves. Ce dernier est particulièrement intéressant. Il marque la nécessité de communiquer clairement aux élèves les demandes des enseignant-e-s. Les auteur-e-s défendent la nécessité de fournir une grille d'autoévaluation mais aussi une grille d'analyse de la production des élèves. Celles-ci devraient être formées en commun par l'équipe pédagogique afin de réfléchir à toutes les compétences évaluées. Bien entendu, les auteur-e-s parlent aussi de la nécessité de l'évaluation formative durant le travail qui sera évalué.

    Bien que le thème du livre soit spécifique les auteur-e-s offrent des pistes d'actions pédagogiques qui peuvent facilement être remobilisées dans plusieurs projets. Ainsi, les enseignant-e-s et expert-e-s ne seront pas étonné-e-s par ce que disent les auteur-e-s du livre. Cependant, il s'inscrit dans un cadre méthodologique précis et il permet d'intégrer les méthodes nécessaires pour créer un travail interdisciplinaire utile et réussit.

    Image : Éditeur

  • Thor 2. Road to war of the Realms par Jason Aaron, Mike Del Mundo, Tony Moore, Lee Garbett, John Rauch, Antonio Fabela et Marco D'Alfonso

    Titre : Thor 2. Road to war of the Realms
    Auteurs : Jason Aaron, Mike Del Mundo, Tony Moore, Lee Garbett, John Rauch, Antonio Fabela et Marco D'Alfonso
    Éditeur : Marvel 19 juin 2019
    Pages : 119

    Ce volume contient Thor (2018) 7-11. Thor n'est plus le même. Mjolnir a été détruit au sein du soleil. Asgardia n'existe plus. Les divinités sont réfugiées sur Terre attendant l'arrivée de la guerre des domaines. Thor, lui, essaie d'éviter la guerre tout en aidant le plus possible le monde. Mais son humeur massacrante risque d'être dangereuse pour le monde. Plusieurs de ses amies et membres de sa famille décident de se réunir afin de trouver un moyen de l'aider avant l'arrivée de la guerre. Le monde aura besoin de Thor.

    SPOILERS

    Ce volume est surtout constitué de plusieurs numéros qui se concentrent sur certains personnages en vue de l'événement préparé depuis longtemps par Jason Aaron. Ces personnes ont un point de vue à chaque fois différent sur Thor et surtout sur la manière de l'aider. Roz Solomon, par exemple, entre dans une nouvelle agence afin de préparer la Terre. Personnellement, j'ai beaucoup apprécié le numéro autours d'Odin et de Thor. Odin est présenté comme un homme qui n'a jamais appris comment communiquer ses sentiments. Par défaut et à sa grande honte, il agit comme son père alors qu'il souhaite être comme son fils. J'ai aussi bien aimé le numéro autours de Freyja qui essaie d'aider son fils à s'aimer comme il est et non selon ce qu'il pense devoir être.

    Il n'y a donc pas forcément autant de Thor dans ce volume qu'on pourrait le croire. Mais cela ne l'empêche pas d'être très présent. Les auteurs continuent d'expliquer de quelle manière une divinité peut réellement être importante pour des humain-e-s. Mais surtout, les auteurs se concentrent sur l'importance des relations pour devenir meilleur. Ainsi, ce volume est aussi l'occasion de découvrir le premier amour de Thor et sa tentative de ne jamais l'oublier.

    *
    **
    ***
    **** Un volume qui remplit l'attente avant l'événement promit par Aaron. Mais un volume qui, selon moi, est tout de même intéressant.
    *****

    Image : Site officiel

  • The Unstoppable Wasp: Unlimited. 2 G.I.R.L. VS. A.I.M. par Jeremy Whitley, Alti Firmansya, Gurihiru et Espen Grundetjern

    Titre : The Unstoppable Wasp: Unlimited. 2 G.I.R.L. VS. A.I.M.
    Auteurs : Jeremy Whitley, Alti Firmansya, Gurihiru et Espen Grundetjern
    Éditeur : Marvel 11 septembre 2019
    Pages : 118

    Ce volume contient The Unstoppable Wasp (2018) 6-10. Nadia Van Dyne est maintenant une citoyenne des Etats-Unis. Elle a réussi, avec l'aide de Janet Van Dyne, à créer son laboratoire et à unir plusieurs jeunes femmes brillantes. Mais, dernièrement, elle a appris qu'elle est bipolaire. Cette prise de conscience a eu lieu après un épisode maniaque durant lequel elle a fait du mal à ses amies non seulement physiquement mais aussi émotionnellement. Depuis, elle essaie de faire amende honorable tout en gérant ses émotions en tentant de trouver ce qui lui fait plaisir, en dehors du travail. Et quoi de mieux qu'une fête d’anniversaire ? Bien entendu, cela implique de connaitre la date de son anniversaire...

    SPOILERS

    Lors du dernier volume on voyait Nadia agir d'une manière dangereuse et cruelle pour ses amies. En particulier, elle pensait être capable de fixer d'une de ses amies non-valide. Il est normal que ce volume reprenne immédiatement sur ce point et montre Nadia essayer de présenter ses excuses. Les auteurs montrent, d'ailleurs, que la personne qui les reçoit a le droit de les refuser. En particulier si ces excuses sont mal formulées, ce qui est le cas en l’occurrence.

    Les auteurs essaient aussi de montrer qu'il est normal, pour une jeune femme comme pour un jeune homme, de prendre le temps de se faire plaisir même si cela implique de ne pas réussir à suivre les buts que l'on s'est fixé ou que l'on croit devoir atteindre. Nadia, dans ce volume, abandonne la recherche d'une invention et préfère faire attention à sa santé tout en encourageant ses amies. Elle apprend aussi à trouver des passions autre que le travail et, surtout, elle prend le temps d'entrer en thérapie. Ce dernier point était déjà important dans les volumes précédents puisque le père de Nadia, Hank Pym, est dépeint comme un homme qui a refusé la thérapie préférant tenter de se soigner lui-même. Bien entendu, un tel choix a des conséquences négatives pour tout le monde.

    Ce seconde et dernier volume de la seconde série permet donc de clore les différentes intrigues tout en continuant à parler de la santé psychique, qui concerne aussi les personnes que l'on pense toujours en bonne santé. Il est dommage que les auteurs n'aient pas eu l'opportunité de continuer cette série et de consacrer plus de temps aux différents thèmes. En l'état, la fin des intrigues est trop rapide mais cela ne m'a pas empêché de beaucoup apprécier Nadia et ses amies.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Marvel a annulé, une seconde fois, cette série... Vraiment dommage.

    Image : Site officiel

  • The good place saison 3

    The good place est l'une de mes séries actuelles préférées qui, (mal)heureusement s'est terminée après une quatrième saison. Je n'ai pas encore atteint celle-ci mais je viens de terminer la saison 3. Nous retrouvons nos personnages préférés après le changement majeur dans leur histoire accepté par la Juge et mis en place par Michael. Depuis, Michael et Janet suivent les résultats de leurs protégé-e-s durant leur nouvelle vie. Mais alors que tout débute plutôt bien Michael se rend compte que rapidement les choses ne sont plus aussi positives que souhaitées. Et si ce qui manquait était la relation entre ces quatre humain-e-s pour leur permettre de devenir meilleurs ?

    SPOILERS

    Durant deux saisons nous avons observé ces quatre personnages créer des relations particulières. Dès le début de la saison, illes ont tout oublié et cela a un impact. Janet est toujours amoureuse de Jason mais doit accepter de l'observer se rapprocher de Tahani, même si cette relation n'est pas sérieuse. Chidi et Eleanor ne sont plus amoureux l'un de l'autre mais se retrouvent encore comme cela a toujours été le cas. Ce n'est que petit à petit que les relations sont recréées mais surtout que les personnages acceptent de sacrifier certaines relations pour le bien d'autres personnes.

    Mais le propos de cette saison concerne surtout la manière de devenir meilleur et d'aider d'autres personnes à changer. Est-il simplement possible de prendre des décisions qui n'ont aucune réactions négatives ? Tous les personnages ont essayé de s'améliorer mais ont échoué. Lorsque le groupe apprend la vérité, illes essaient d'aider les autres, se sacrifiant. La saison montre rapidement qu'il est difficile de juger des actions des personnes et qu'il pourrait même être impossible de trouver un moyen rationnel de le faire. Ainsi, on rencontre enfin l'homme qui a compris le fonctionnement de l'univers, mais dont la vie est un sacrifice constant afin d'éviter l'enfer. On nous montre enfin, même si cela me semblait clair, que les notations ne sont pas capables de réellement juger des activités humaines. Car les chiffres ne permettent pas de juger de toute la complexité des actions humaines, intentionnels comme non-intentionnels. Bref, encore une fois la série nous prouve à quel point elle est bien écrite en s'attaquant à des sujets philosophiques complexes et en réussissant non seulement à les résumer mais aussi à les rendre drôle.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Il ne reste plus qu'une saison de cette merveilleuse série que je conseille chaleureusement.

    Image : Site officiel

  • The Expanse saison 3

    La protomolécule est maintenant connue par tous les gouvernements du système solaire. Seule la Terre ne la possède mais une conspiration est en cours afin d'acquérir cette technologie. Cette conspiration implique d'entrer en guerre contre Mars. Certes, Mars a de meilleurs vaisseaux mais la Terre en a plus. Pendant ce temps, la Ceinture essaie de savoir quelle sera sa future place après la guerre entre ces deux super puissances. Mais, sans que personne ne s'en rende compte, le Rocinante et son équipage vont se retrouver au centre des événements alors qu'illes tentent de retrouver la fille de leur nouveau membre d'équipage.

    SPOILERS

    Cette saison 3 est divisée en deux parties très distinctes. La première met en scène, après deux saisons, la guerre qui était annoncée entre Mars et la Terre. Cette guerre permet de nous offrir plusieurs moments particulièrement exaltant tout en continuant à suivre les règles mis en place dans cet univers. La seconde partie, en revanche, se déroule plusieurs mois après la guerre. L'humanité entière se déplace pour enquêter sur l'objet provenant de la protomolécule. On se trouve très vite au sein d'un huis clos alors que les personnages essaient de comprendre ce qui est en train de se dérouler. Cette partie se terminer par un cliffhanger qui, heureusement, sera résolu dans la saison 4.

    Il y a donc deux parties à l'aspect mais aussi à l'intrigue très différentes. On pourrait presque croire à deux saisons dont une partie des intrigues ne sont pas immédiatement explicitées. Cependant, il me semble que le thème général reste la nécessité de l'union de l'humanité. Dans la première partie, c'est par l'union et les dons que la guerre se terminer finalement. Dans la seconde partie, la survie des différents vaisseaux n'est possible que par l'union de tout le monde afin de comprendre l'espace dans lequel illes se trouvent mais aussi par une entraide qui ne prenne pas en compte les tensions entre différentes nations.

    Pour finir, nous avons une troisième saison toujours aussi réussie même si le passage à la seconde partie est très abrupt. Je suis toujours aussi impressionné par la photographie et la manière de filmer les combats entre vaisseaux, particulièrement dynamique. De plus, la saison 3 permet d'étendre l'univers avec un changement fondamental pour l'humanité tout en marquant l'existence d'un mystère.

    *
    **
    ***
    ****
    ***** Je ne regrette pas l'attente pour cette troisième saison et j'espère pouvoir voir la quatrième bientôt.

    Image : Site officiel

  • Lazarus 6. Fracture par Rucka, Lark et Arcas

    Titre : Lazarus 6. Fracture
    Auteurs : Rucka, Lark et Arcas
    Éditeur : Image Comics 15 janvier 2020
    Pages : 152

    Ce volume 6 contient Lazarus Risen 1-3. Le monde est contrôlé par des familles possédant le pouvoir économique. Dans ce contexte, la valeur se mesure selon ce que l'on peut apporter à ces familles. Si on ne peut rien apporter on est considéré comme du déchet. Depuis quelques années, une guerre mondiale est menée entre les personnes loyales à la famille Carlyle et les autres. Mais les Carlyle ont subi plusieurs trahisons et risquent de perdre la guerre. Heureusement, Forever et Johanna se sont unies afin de contrer la menace, en échange de la vérité.

    SPOILERS

    Il ne se passe pas grand-chose dans ce volume et pourtant l'action est sans répit. Dès les premières pages, nous sommes intégrés à une attaque contre un traitre envers la famille Carlyle. Au second numéro, les auteurs nous marquent par un combat entre trois Lazares. Et dans le troisième numéro, on retrouve le Lazare le plus effrayant de cet univers pour un combat contre les Carlyle. Ces différentes actions sont toujours aussi bien dessinées, laissant souvent la place au muet pour mieux mettre en scène les mouvements.

    Ce volume se déroulant après le volume 5 et le volume X+66 on arrive à un point ou Forever et Johanna se sont entendues afin de changer la relation de Forever envers sa famille. Les deux femmes semblent être complices et avoir une grande confiance l'une envers l'autre. Sans que cela ne soit encore trop mis en avant, les auteurs recommencent à parler de plans différents pour le futur et donc du choix nécessaire. Doit-on suivre un futur selon Johanna ou selon son père ?

    *
    **
    ***
    ****
    ***** J'attendais ce volume depuis longtemps, il ne m'a pas déçu !

    Image : Éditeur

  • Servants of the Empire. Imperial Justice par Jason Fry

    Titre : Star Wars Rebels: Servants of the Empire. Imperial Justice
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 7 juillet 2015
    Pages : 176

    Zare Leonis est un héros. Il a échoué à capturer des rebelles mais son action rapide est appréciée par ses supérieur-e-s. Mais Zare Léonis n'est pas un fidèle de l'Empire. S'il accepte d'être formé comme cadet c'est dans le but de retrouver sa sœur et jamais il n'a été si proche de son but. Malheureusement pour lui, certaines personnes ne croient pas en sa loyauté. Durant la dernière partie de son année au sein de l'Académie Impériale de Lothal il va devoir se défendre contre la suspicion d'un camarade et d'un supérieur.

    SPOILERS

    Ce troisième tome, sur quatre, montre bien à quel point l'Empire est dangereux et ne respecte pas les libertés. Dans ce tome, Zare Leonis doit accepter d'aider à des enquêtes officielles. Pour cela, il doit interroger des personnes afin de les pousser à dénoncer des voisin-e-s afin de trouver des toutes les infractions aux lois, même les plus innocentes. De plus, il doit accepter d'être considéré comme un danger et de faire peur aux gens afin de continuer sa quête. On retrouve le thème de l'identité face au masque nécessaire que l'on commençait à voir dans le tome 2.

    Ce tome s'intéresse malheureusement un peu moins à Merei. Bien entendu, l'auteur termine l'intrigue autour d'elle. Une grande partie du livre la voit aux prises du danger de l'enquête officielle de sa mère et face à un criminel qui peut la dénoncer à tous moments. Mais une moitié de son intrigue concerne sa relation avec Zare et surtout la difficulté de garder une relation saine à longue distance avec une personne qui a un intérêt spécifique et qui ne peut donc pas la soutenir. Heureusement, l'auteur marque que Zare est bien la raison de la fin de cette relation amoureuse.

    *

    **

    *** Un troisième tome moins intéressant. Mais il ne reste qu'un seul tome avant de connaitre la fin de l'histoire.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Runaways 4. But you can't hide par Rainbow Rowell et Andres Genolet

    Titre : Runaways 4. But you can't hide
    Auteur-e-s : Rainbow Rowell et Andres Genolet
    Éditeur : Marvel 16 octobre 2019
    Pages : 130

    Ce volume contient Runaways 19-24. Les Runaways ont survécu aux enfants des Gibborims qui souhaitaient terminer le travail de leurs parents. Malgré les désirs d'Alex Wilder, ils n'ont pas assassiné quelqu'un ni tué les Gibborims. Cependant, les restes de cet événement sont encore difficiles pour le groupe. Tout le monde doit apprendre à accepter les difficultés et les changements qui ont eu lieu dans leur vie. Et quelqu'un tente de se créer une vie super-héroïque en secret.

    SPOILERS

    Chaque volume rend les personnages plus sympathiques qu'avant. Il m'est difficile de choisir un moment préféré dans ce volume car les bonnes pages sont nombreuses. Que ce soit la discussion adulte avec Molly, Gert et Chase ou encore Niko et Karolina. Sans oublier Chase seul dans un magasin. Ces différents personnages ne sont pas là pour faire des choses fantastiques mais essaient seulement de réussir à grandir et à accepter les changements, malgré les difficultés.

    Si je devais ne donner qu'un unique mauvais point ce serait Alex. La fin du volume trois montrait que quelqu'un avait décidé de le suivre. Bien entendu, on se demande qui cela pourrait être et surtout pourquoi. Malheureusement, la résolution ne prend qu'un seul et unique numéro puis Alex disparait à nouveau. Je ne sais pas si on le reverra mais j'aurais préféré que les auteur-e-s prennent un peu plus de temps pour écrire autours de ce choix et d'Alex.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** A chaque volume je souhaite lire la suite immédiatement !

    Image : Éditeur

  • La Suisse et les transactions sur l’or pendant la Seconde Guerre Mondiale Rapport intermédiaire par Commission Indépendante d’Experts Suisse – Seconde Guerre mondiale

    Titre : La Suisse et les transactions sur l’or pendant la Seconde Guerre Mondiale Rapport intermédiaire
    Auteur-e-s : Commission Indépendante d’Experts Suisse – Seconde Guerre mondiale
    Éditeur : Commission Indépendante d’Experts Suisse – Seconde Guerre mondiale mai 1998
    Pages : 274

    La commission Bergier, du nom de son président, fut chargées dans les années 90 d'examiner les pratiques économiques de la Suisse durant la seconde guerre mondiale. Elle a publié 26 volumes, dont le rapport final, et plusieurs volumes intermédiaires sous forme de rapports. Ces publications furent largement commentées voire refusées par une partie du monde médiatique, politique et scientifique. Cependant, on ne peut passer outre le travail de la Commission si l'on souhaite comprendre l'histoire contemporaine de la Confédération Helvétique. Ce rapport intermédiaire se concentre sur les achats d'or par la BNS et les banques commerciales durant la guerre. Cet examen se forme sur 6 chapitres et des annexes.

    Ce rapport intermédiaire est intéressant mais aussi particulièrement complexe. Les auteur-e-s se concentrent sur un thème extrêmement technique de l'achat et de la vente dans le cadre des banques. Une bonne partie de l'analyse concerne la publication de chiffres et de statistiques basées sur les archives et productions des banques. Ce n'est pas seulement l'achat d'or à la Reichsbank qui est analysée mais aussi les achats d'or des Alliés. Ces analyses démontrent une différence de traitement. La BNS est bien plus souple envers l’Allemagne qu'envers les Alliés.

    Les auteur-e-s se concentrent aussi sur les raisons de l'achat d'or et les défenses mises en place par la BNS face aux revendications des Alliés. La BNS souhaite acheter de l'or pour permettre une défense de la monnaie, qui doit être convertible en or, mais aussi pour permettre une relation commerciale nécessaire pour la Suisse. Les auteur-e-s expliquent que les dirigeants savaient qu'il existait un risque d'acheter de l'or pillé mais ce n'est qu'en 1943 que des arguments en faveurs de ces achats sont construits, face aux pressions des Alliés. La BNS souhaite user de la nécessité de dissuasion économique face à l'Allemagne. Les besoins économiques allemands les auraient forcés à accepter une Suisse libre au lieu d'en prendre le contrôle. Les auteur-e-s considèrent que cet argument est acceptable dans le contexte de l'époque mais que la BNS se trompe sur les besoins allemands. Mais l'argument le plus important sera celui de la bonne foi. Les dirigeants de la BNS demandent des garanties et donc ne peuvent pas être accusés d'avoir acheté de l'or pillé en connaissance de cause. Cette défense sera rapidement intenable lorsque l'ancien dirigeant de la Reichsbank avouera avoir prévenu les dirigeants de la BNS.

    Ainsi, ce rapport intermédiaire est très technique. De nombreuses statistiques sont utilisées pour porter l'argumentation. Les auteur-e-s ont conscience de certains problèmes dans leurs accès aux archives et décrivent celles-ci dans les annexes. Les auteur-e-s considèrent que le travail ne fait que commencer mais que l'achat par la BNS d'or volé est incontestable, tout comme leur connaissance des faits et des risques.

    Site de la Commission

  • Birds of Prey: And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn

    Birds of Prey : And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn débute après le très oubliable, mais malheureusement existant, Suicide Squad. Harley Quinn commence par résumer l'histoire de sa vie afin de la mener jusqu'au présent. Elle n'est plus avec le Joker et, malgré sa tristesse, elle essaie de se construire une nouvelle vie dans la belle ville de Gotham. Malheureusement, l'annonce tonitruante de son célibat permet à toutes les personnes qui la détestent de s'attaquer à elle sans risquer la colère du Joker. Alors que la ville entière essaie de la tuer elle fait la connaissance de Cassandra Caines, une jeune femme dont la capture vaut 500 000 dollars.

    SPOILERS

    Birds of Prey : And the Fantabulous Emancipation of One Harley Quinn est un film que j'attends depuis un moment. J'apprécie beaucoup le travail de Margot Robbie et j'espérais qu'elle pourrait y mettre tout son talent et surtout ses souhaits. Selon mes impressions, il semblerait que la production a pu s'amuser. Le film joue avec les couleurs et la nourriture sans complexes tandis que les actrices portent des costumes tous plus réussis les uns que les autres. Harley Quinn est particulièrement flamboyante dans des tenues qui vont parfaitement au personnage et à son tempérament. Ce film donne l'impression d'être porté par une ambiance de travail et de création qui a permis aux membres de l'équipe d'apprécier ce qui était en train d'être construit.

    Ce film est construit d'une manière un peu étrange. Les flash backs sont nombreux et les personnages se tournent autours sans toujours se rencontrer, jusqu'au moment final qui permet à chacune d'entre-elles de collaborer dans un but précis face à une armée d'hommes. Toutes les femmes de ce film essaient de s'émanciper d'une forme de tutelle masculine. Harley Quinn apprécie la protection du Joker et elle est tentée, à plusieurs reprises, de trouver un autre protecteur. Ce n'est qu'au fil du temps qu'elle comprend qu'elle a la capacité d'agir seule. Renée Montoya est une détective dont toutes les réussites sont volées par un collègue. Dinah Lance essaie de survivre à Black Mask. Huntress, elle, souhaite se venger des hommes qui ont détruit sa famille. Ce n'est que lors du final, lorsqu'elles s'allient, qu'elles sont à la fois capables de s'entre-aider et de prendre la décision de s'affranchir des figures masculines de leur entourage. Ce changement est dépeint d'une manière positive puisqu'il permet à chacune non seulement un nouveau départ mais surtout une meilleure vie. Ce changement est construit au film du film justement par sa construction qui commence par diviser avant d'unir les personnages.

    *

    **

    ***

    ****

    ***** J'ai adoré ce film à la fois bien écrit, bien réalisé, drôle et intelligent. Je pourrais le revoir de nombreuses fois avec un grand plaisir !

    Image : IMDB

    Site officiel

  • Servant of the empire 2. Rebel in the rank par Jason Fry

    Titre : Servant of the empire 2. Rebel in the rank
    Auteur : Jason Fry
    Éditeur : Disney 3 mars 2015
    Pages : 176

    Zare Leonis a réussi. Il est intégré à l'académie impériale junior de Lothal. Son but est toujours de comprendre pourquoi sa sœur a disparu et, pour cela, il compte sur deux choses. Sa capacité d'enquêter à l'interne et l'aide de sa compagne, Merei, à l'extérieur en tant qu'experte en systèmes informatiques. Mais Leonis ne pensait pas qu'il serait si difficile de détester l'Empire tout en travaillant pour lui. Tandis que Merei doit se lier à des personnages peu recommandables afin de réussir à trouver quelques traces de la sœur de Zare. Pire encore, un nouveau cadet arrive au sein de l'académie et celui-ci n'est pas tout à fait ce qu'il veut montrer.

    SPOILERS

    Ce second tome peut se lire comme une introduction à un épisode de la série animée Star Wars Rebels. Dans celui-ci, Ezra Bridger infiltre l'académie afin de récolter des informations sur un transport d'armes et finit par sauver un cadet qui serait capturé par l'Inquisiteur. Les dernières pages se déroulent lors de cet épisode mais en prenant en compte le point de vue de Zare sur Ezra Bridger.

    En ce qui concerne l'intrigue, elle est un peu plus intéressante que le premier tome. J'avais détesté ce dernier. Ce second tome s'intéresse bien plus au fonctionnement de l'Académie et de l'Empire. On apprend qu'il existe une académie spécifique aux enfants capables d'user de la Force et que les tests mis en place lors de l'apprentissage ne sont pas seulement un moyen d'évaluer les capacités physiques et psychologiques mais aussi l'accès à la force. Malheureusement, ce tome se termine sur un cliffhanger et il faudra attendre la suite pour savoir ce qui va arriver.

    *

    **

    *** Un peu mieux que le premier tome. Mais toujours très basique.

    ****

    *****

    Image : Éditeur

  • Les Mérovingiens Société, pouvoir, politique - 451-751 par Nicolas Lemas

    Titre : Les Mérovingiens Société, pouvoir, politique - 451-751
    Auteur : Nicolas Lemas
    Éditeur : Armand Colin 18 mai 2016
    Pages : 256

    Les mérovingiens sont une famille, une dynastie, qui prend le pouvoir entre la fin de l'époque romaine en occident et le début de l'époque carolingienne. L'époque mérovingienne est constellée de légendes et d'incompréhension. Ainsi, les derniers rois seraient des rois fainéants incapables de régner. Les reines et certains rois seraient des monstres capables de cruautés jamais vues. Pourtant, on a là une famille qui réussit à unir une partie de l'ancien empire occidental autour d'elle. Ce livre permet de mieux comprendre la période et le fonctionnement de l'époque.

    Pour cela, l'auteur écrit 7 chapitres qui s'intéressent aussi bien à des questions dynastiques que des questions religieuses. Ces chapitres sont suivis de quatre annexes qui permettent l'analyse de sources historiques précises selon les connaissances scientifiques actuelles.

    Les différents chapitres tentent de démontrer l'importance d'une période souvent oubliée entre la fin de l'Empire romain d'occident et la renaissance carolingienne. L'auteur se concentre en particulier les changements de société importants qui ont lieu à l'époque. Ainsi, le commerce et le monde se modifient. Le centre du pouvoir prend place au nord de la Gaule tandis que le sud devient potentiellement dangereux. Les pièces en or se raréfient au profit de l'argent, montrant par là une perte du grand commerce.

    Mais l'auteur montre aussi de quelle manière fonctionne cette famille. Elle possède le pouvoir par assentiment des grands mais aussi par la force divine. Seule cette famille peut unir le monde franc et les nombreuses luttes se forment toujours entre membres de la même famille. Il faut aussi prendre en compte le fait que tous les enfants mâles d'un roi pouvaient devenir rois aussi. Il était donc facile de créer des luttes de pouvoir interne qui pouvaient se baser sur des luttes externes plus importants, des aristocrates tentant de défendre leur propre pouvoir. Ce contexte rend difficile la prise de pouvoir par les Pippinides qui doivent justifier de leur devenir de roi.

    Ce court manuel est donc particulièrement intéressant pour les personnes qui souhaitent mieux comprendre une période charnière entre deux grandes civilisations. Une époque qui a sa propre grandeur mais qui marque le passage de la romanité à la civilisation médiévale selon les propos de l'auteur. Je salue aussi l'intérêt des annexes. Mais il est dommage que l'éditeur ait laissé passer de nombreuses coquilles au sein du texte.

    Image : Éditeur