Ma journée

Ma journée

C'est le matin et je me lève, réveil douloureux et long. Mais finalement je suis debout et je vais prendre mes vêtements pour aller me doucher. Je laisse coulé l'eau sur mon visage je prend le temps qu'il faut. Je ne mange pas, je ne mange jamais le matin, ni à midi. Je sors de la maison tranquillement, une nouvelle journée de cours commence doucement, tout est calme, rien n'est encore parfaitement réveillé. Je vois des potes sur la route je discute un peu avec eux mais je suis tout de même absent, pas vraiment la. J'entre dans le bus, je m'assied et j'ouvre mon livre, Rencontre du troisième type, je l'ai presque finis je vais pouvoir le rendre à la bibliothèque aujourd'hui. Je ne suis ni content ni malheureux je suis indifférent au monde et aux gens qui m'entourent, rien ne m'importune, rien ne m'importe. Nous arrivons près de mon arrêt je range mon livre et observe le paysage par la fenêtre, tout est gris en plein été, suis je vraiment chez moi? Suis je vraiment vivant? Le bus s'arrête je me lève et sort sans un mot ni un geste.

Je marche dans la rue et je longe les magasin fermé, boucher, librairie, informatique, il y a de tout. Le soleil réchauffe un peu la rue de ses rayons que je fuis, je n'aime que la nuit, la nuit ou je passe inaperçus aux yeux du monde et lors de laquelle je peux contempler les étoiles, la nuit de mon esprit et de ma vie. J'approche de l'école, un petit bâtiment au centre de la ville, presque invisible et pourtant le lieux ou j'apprends jours après jours inlassablement. Les volets sont verts passé par les intempéries et la porte est en verre sale, le concierge se trouve derrière et nous surveille.

Je longe les couloirs et rentre dans ma salle de classe aux murs gris, je me met à ma place, la dernière table près de la fenêtre, seul et isolé. Je sors mes affaires et mon livre, le professeur arrive donc je le referme et me prépare à prendre des notes. Aujourd'hui on commence par l'histoire, une morne suite de chiffres et de dates inutiles et oubliées sans délai. Rentre le professeur de mathématiques et ses règles absurdes puis passent deux cours de français et les études de Proust. Enfin Midi arrive et nous pouvons sortir. Je vais toujours dehors mais je ne mange pas à midi je lis dehors. Je prend mes affaires et je pars pour sortir sans un regard pour les autres.

Deux bras me retiennent, je me retourne et voit l'un de mes camarades un sourire goguenard aux lèvres. Il me tient les mains et me dit que je dois me laisser faire sinon ce sera pire. Deux autres arrivent et m'entourent pour m'empêcher de fuir. Ils me tiennent les mains et les jambes et l'un d'eux m'enlève mes chaussures, je comprend tout de suite ce qui se passe et je me débat. Ils me menacent de me jeter dehors si je continue alors je me laisse faire. Je n'ai plus de chaussures et l'un d'eux m'enlève mon pull, je suis absent je me laisse faire. Je vois mon jeans par terre à coté de moi avec mes sous-vêtements. Je suis absent je ne bouge plus. Je n'entends rien je suis absent. Ils partent je me baisse et me rhabille puis je vais à ma place, j'ouvre mon livre. Un très bon livre, un bon film aussi. Je me demande ce qu'est le monde, j'ai finis mon livre je le range dans mon sac, je ferme mon sac puis je me lève. J'ouvre la fenêtre et contemple le paysage, ce si beau paysage, cette belle ville sur laquelle le soleil luit. J'enjambe la fenêtre et je saute, je n'entend pas les cris derrière moi...

Les commentaires sont fermés.