09/12/2008

Iron Man

Encore un film de super héros adapté d'une BD. On commence à s'y habituer et le résultat est soouvent loin d'être époustouflant (je ne me suis toujours pas remis de l'immonde adaptation de Hulk). Nous trouvons ici un héros un peu spécial puisqu'il se créer par son intelligence. Mais commençons par l'histoire. Tony Stark est un inventeur, et vendeur, d'armes. Après qu'il ait montré sa nouvelle création aux militaires il se fait enlever par des terroristes qui lui demandent d'en créer pour eux. S'évadant il comprend que ses armes sont loin de sauver le monde et décide de créer une armure pour aider les gens.
Bon, ça reste classique les gentils et les méchants terroristes. Mais l'armure est vraiment réussie, dommage que l'on ne ressente pas vraiment d'affinité avec le héros tout de même. Je ne vois pas vraiment quoi dire d'autre; un film d'action avec des explosions toutes les cinq minutes et la création d'un héros pas si atypique que ça.
18876909.jpg

Image: allocine

21:36 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : marvel, iron man | | | |  Facebook

Commentaires

Moi, je ne me suis pas remis des "Batman" de Tim Burton, dans le sens inverse : depuis, il me semble que tous les films de super-héros sentent le réchauffé. J'ai bien aimé "Elektra", néanmoins. Avez-vous vu l'article que j'ai consacré à cet "Iron Man", au sein duquel je ne parle au fond que de l'armure : http://remimogenet.blog.tdg.ch/archive/2008/06/07/reve-de-machines.html ?

Écrit par : R.Mogenet | 10/12/2008

Bonjour,
si on reste dans les batman je pense que le dernier, Dark Knight, est une véritable réussite. Sinon j'ai l'impression que les films de super-héros sont conçus comme des amusements pré-digérés pour ados. C'est dommage car un super-héros n'est pas un surhomme. C'est un homme qui fait des choix, qui a souvent des pouvoirs certes, mais qui fait le choix de les utiliser pour aider l'humanité. L'essence même du super-héros, à mon avis, est de pousser les personnes à se poser des questions sur la nature des actes et de leurs portées humaines. Souvent on voit que le véritable super-héros ce n'est pas l'homme costumé, mais les parents, l'ambulancier, l'homme dans la rue qui font le choix d'aider leur prochain au mieux de leur capacité. Et ceci sans rien demander en retour. C'est le message des héros anonymes que l'on a vu dans Code Quantum ou Demain à la Une.

Quand à votre article j'avoue que je n'y avais jamais réfléchi mais que cela semble vrai. Oui la machine est quasiment organique dans ce film, presque vivante. D'ailleurs Stark parle a ses robots.

Écrit par : Hassan | 10/12/2008

Il faudra que je regarde "Dark Knight". "Batman Begins" ne m'a pas beaucoup plu, comme je l'explique aussi sur mon blog. Le réalisme m'en a paru décevant, car inapproprié : un super-héros certes doit être un vrai être humain, comme vous le dites, mais il vit dans un monde fabuleux, où les costumes assimilent finalement les hommes à des dieux, à des anges incarnés. En tout cas, c'est ainsi que je le ressentais, quand j'étis petit et que je lisais ces histoires : les super-héros appartenaient en eux-mêmes à un monde magique qui venait se superposer au monde réel, et le costume indiquait qu'on était passé d'un monde à un autre. Un film qui n'avait pas mal respecté cela, finalement, c'était le premier "Superman", avec C. Reeves : il avait vraiment un côté magique, malgré le kitsch. Le héros était justement très humain, seule manière de rendre crédible le plan magique sur lequel se meut le héros !

Écrit par : R.Mogenet | 10/12/2008

Peut être aussi la vision du super-héros a changé? Je n'arrive pas a apprécier un super-héros demi-dieu. J'apprécie beaucoup plus de voir ses faiblesses et la façon de les vaincre. Le nouveau Batman a peur, par exemple, tandis que Spiderman, dans le troisième film, combat ses propensions à faire du mal aux gens qu'il aime. Un super-héros sans faille ne m'intéresse pas car je ne vois pas de réalité.

Écrit par : Hassan | 10/12/2008

Je voulais dire qu'au sein même de sa nature magique, le super-héros devait se montrer moralement faillible et humain. Cependant, un personnage qui est juste un humain faillible, sans appartenir à une strate magique du monde, n'est plus un super-héros. En ce cas, le costume devient assez superfétatoire.

D'ailleurs la portée morale de ce qu'il ressent n'a plus d'importance réelle, car comme dans l'épopée, ce que ressent le héros est important parce que le sort de la collectivité en dépend, à cause de son pouvoir. Si son pouvoir ne concerne que lui, pourquoi ne pas rester réaliste jusqu'au bout, pourquoi rester dans la tradition des super-héros ? Cela devient un simple ornement, ou même un simple argument commercial.

Écrit par : R.Mogenet | 11/12/2008

Il existe quand même des super-héros sans pouvoirs. Dans ce cas, comme vous l'avez dit, ils se créent une identité "magique". Je pense quand même que les dilemmes moraux du héros restent important, on a un être puissant et difficile à vaincre. Pourtant, quand on s'attaque à l'humain qui se trouve sous le masque, on peut lui faire du mal. On s'attaque a cet humain par la morale, en montrant en quoi son action est mauvaise, même si il souhaite faire du bien aux personnes de sa ville ou du monde. J'ai du mal a expliquer donc j'espère être clair.

Écrit par : Hassan | 11/12/2008

C'est tout à fait clair. Un bon super-héros doit avoir les deux aspects, c'est sûr. En quelque sorte, les questions morales sont amplifiées par ses pouvoirs, et non supprimées ou relativisées par eux.

Écrit par : Rémi Mogenet | 11/12/2008

Oui c'est exactement ce que je pense.

Écrit par : Hassan | 11/12/2008

Le premier volet d'Iron Man est un pur film américain et commercial. Tout est fait pour donner du spectacle au film : Cascade, explosion en tout genre. On regrettera donc ce coté enfantin, comme pour tous les films du super héros. Hormis ce fait, on passe néanmoins un agréable moment.

Écrit par : Jeux | 12/03/2010

Les commentaires sont fermés.