22/08/2009

Sociologie de la prison

Titre: Sociologie de la prison9782707144256.gif
Auteur: Philippe Combessie
Éditeur: La Découverte 2001
Collection: Repères
Pages: 121

Encore un petit livre. Celui que j'ai choisis, cette fois, parle de la prison d'un point de vue sociologique. Alors que les discours politiciens sur la prison, ses échecs, réussites ou manques, se multiplient je me suis dit qu'il pourrait être intéressant de lire l'avis de quelqu'un de moins, a priori, subjectif. C'est donc comme ça que je suis tombé sur ce petit livre de la collection Repères. Je dois le dire tout de suite: il n'est guère passionnant. Mais c'est peut être du aux exigences de la collection? En effet, elle semble être conçue pour donner des informations rapides et courtes aux étudiants ce qui rend le propos un peu stérile et dense. Néanmoins, l'intérêt de la lecture reste présent pour ceux qui s'intéressent à ce sujet, d'autant qu'une vaste bibliographie est disponible à la fin du livre.

Pour son propos, Combessie a choisis de diviser le livre en trois chapitres. Tout d'abord il souhaite nous donner quelques perspectives historiques de la prison: sa création, ses buts et surtout pourquoi on l'a créée? C'est la que l'on apprend que la prison existait avant la Révolution française et que les "créateurs" du système ont surtout mis en place l'arsenal juridique et pénal. Ensuite, l'auteur souhaite nous faire connaitre les personnes vivant à l'intérieur et ceux qui y travaillent. Ce qui permet de dresser les profils des personnes qui ont le plus de probabilité d'entrer en prison. Ce qui a comme corolaire que d'autres ont plus de possibilités d'y échapper. VOila un point intéressant qui démontre que, malgré nos envies d'égalités, certains groupes sont moins bien traités que d'autres à cause de leurs caractéristiques sociologique. Dans le troisième chapitre, le plus actuel peut être, nous pouvons découvrir les différents buts de la prison. Vue comme rédemption ou créatrice d'intégration en passant par l'application de la loi sans possibilité de dérogations, ce qui aboutirait à des injustices. C'est, je crois, le plus intéressant chapitre pour ceux qui souhaitent comprendre les politiques pénales et les espoirs liés à celles-ci.

Les deux prochains chapitres sont complémentaires puisque c'est la même idée vue de deux façon différentes: la prison comme partie de la société ou comme société dans la société. La première vision suppose que la prison est un endroit coupé de la société "normale" avec sa propre culture. Si cela est vrai les politiques d'intégration menées dans la prison sont vouées à l'échec puisque les attentes ne correspondent pas à celles de l'extérieur. Mais, il est aussi possible que la culture soit importée ce qui pose la question de la "contagion". Autrement dit, mener les gens à la prison quand ils ne sont que de petits délinquants ne peut que les mener vers plus de délinquance violant, par la, le but de la prison comme lutte contre la délinquance. La seconde vision exerce l'idée de la prison en interaction avec la société environnante, montrant ce qu'est la société. On y découvre qu'une frange de la société profite de la délinquance de manière légale mais aussi, et surtout, que les relations à l'intérieur n'obéissent pas au règlement ou à la loi mais a des relations de don et contre-don liée à l'honneur. Ce qui brise la croyance en la loi comme moyen d'ordonner la société prisonnière. Combessie termine en démontrant le caractère paradoxale d'un outil dont la philosophie est profondément contraire à celle de la démocratie et qui, pourtant, est vue comme une création de la démocratie.


Image: Fnac

08:56 Écrit par Hassan dans Livre, sociologie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.