17/09/2009

Krondor: la guerre des serpents 2. L'ascension d'un prince marchand (Rise of a merchant prince volume two of the serpentwar saga)

Titre: Krondor: la guerre des serpents 2prince.jpg
Tome: L'ascension d'un prince marchand
Titre original: Rise of a merchant prince volume two of the serpentwar saga)
Auteur: Raymond E. Feist
Traducteur: Isabelle Pernot
Éditeur: Bragelonne 2004 pour la traduction (1995 édition originale)
Collection: j'ai lu
Pages: 605

Logiquement après un premier tome il y a un second tome: le voici. On reprend l'histoire presque exactement au point ou nous l'avions laissé. Erik devenu soldat, Roo avec ses ambitions de richesses et le bateau en route pour Krondor. Ce second tome nous narre quelques aventures annexes à celles de Roo: Erik prenant du galon et ses missions et Nakor au port des étoiles. Mais l'intrigue principale est celle qui nous fait suivre Roo, alias Rupert Avery, dans sa quête de la richesse. Après son retour, les compagnons sont tous graciés et récompensé. Cet or permettra à Roo de commencer son entreprise mais, bientôt, il découvrira que le monde marchand est sans pitié. C'est pourquoi il décidera de courtiser un riche marchand et sa fille dans l'espoir de posséder de plus en plus d'or et de se hisser au niveau des plus grands de Krondor. Cependant, il saura bientôt que son ascension ne profitera pas qu'a lui...

Oui, Roo est véritablement au centre de ce texte. Et, bien que j'apprécie ce tome sans aller jusqu'à l'adorer, je n'aime pas Roo. On découvre un personnage plus cupide et sans cœur que je ne m'y attendais. Son seul but est l'or, peu importe ceux qu'il écrase durant sa quête, peu importe la tristesse qu'il crée, peu importe ses promesses. Non, je n'aime pas ce personnage. Néanmoins, je reconnais que ce livre est nécessaire pour continuer l'histoire. On sait, depuis le tome précédent, que le Royaume va être confronté à une gigantesque guerre. Il faut bien la financer n'est ce pas? Grâce à ce livre on comprend comment les grands du Royaume se préparent à une guerre plus proche qu'on ne le pense.

Les commentaires sont fermés.