25/09/2009

Le mensonge de la supposée concurence des assurances maladies

Depuis quelques mois je réfléchis à cette question. Comment démontrer que les assurances maladies ne sont pas en concurrence? Ce ne sont pas les arguments qui sont compliqués, un gymnasien est capable de les trouver puisque ça fait partie du programme en économie, mais la façon de les présenter. En effet, comme tout le monde le sait, la libre concurrence requiert quatre caractéristiques que je trouve fondamentales: la possibilité pour tous les acteurs de quitter ou rejoindre le marché, le marché doit être libre, les acteurs doivent agir individuellement et rationnellement, le marché doit être transparent. Hors, qu'en est-il de la réalité?

Possibilité de quitter ou rejoindre le marché?
Tout le monde se rendra compte plutôt facilement que cette caractéristique est tout simplement oubliée dans les assurances maladies. Bien sur, les caisses peuvent quitter le marché facilement. Cependant, le consommateur, selon la loi, est obligé de rester sur le marché. Selon la loi, le consommateur ne peut pas décider que les prix sont trop haut et refuser l'offre du marché. Il est dans l'obligation d'agir à l'intérieur du marché et de trouver une autre offre ou alors de rester dans sa caisse actuelle. De par cette impossibilité une forme importante de pression du consommateur est impossible à utiliser.

Liberté du marché?
Si nous souhaitons un marché parfaitement libre, ce qui est impossible, cette caractéristique est, aussi, une illusion. Les assurances maladies sont, non seulement, régulées par l'état fédéral mais aussi "surveillé" par l'état fédéral. De plus, les caisses et les cantons sont intimement liées par l'argent ne serais-ce que parce que l'état cantonal a souvent mission de prendre ne charge les consommateurs incapable de payer leurs factures de caisses maladies. Dans un marché libre, ces personnes devraient quitter le marché mais, à cause de la loi, elles doivent être aidée par l'état alors que les caisses sont censée être privée et hors de l'influence étatique!

Individualité et rationalité?
Malheureusement, ces deux caractéristiques existent dans le marché actuel. Les consommateurs agissent bel et bien en individus devant, chacun, choisir une caisse et une offre selon leurs moyens. Les caisses, elles, semblent agir, non en concurrentes, mais en partenaires tacites (point que j'expliquerais plus tard). La rationalité existe aussi au grand malheur des caisses. En effet, la rationalité fait que les consommateurs, chaque années, cherchent en masse la caisse la moins cher. Bien entendu, cette arrivée massive de clients crée des problèmes de fonds et des problèmes bureaucratiques qu'il est difficile de résoudre. C'est pourquoi, ces derniers temps, on voit les caisses se plaindre d'un acte rationnel qui est de suivre l'offre la moins cher du marché comme tout le monde. Ahhh qu'elles aimeraient un gel de la possibilité de changements! Non seulement elles n'auraient pas a baisser les prix mais en plus elles n'auraient plus à avoir peur que le consommateur agisse en acteurs éclairé!

Transparence du marché?
Voila le point le plus facile à démontrer! En effet, chacun quand il étudie les offres se rend compte que le marché des assurances est tout sauf transparent. Premièrement, les détails des offres sont multiples, se contredisent elles-même et sont difficile à comprendre même pour spécialiste. Une simple nuance peut tout changer dans vos possibilités de couverture! En second lieu, les prix des primes augmentent chaque années (c'est bien le seul point transparent d'ailleurs) mais personne ne sait pourquoi ni ne peut vérifier les allégations des caisses! Car, nous ne pouvons ni connaitre le chiffre d'affaire ni connaitre le montant des réserves que possèdent les caisses. Comment peut on savoir si ces augmentations sont justifiées si on n'a pas les moyens de vérifier les allégations? Certains pourraient tenter de les croire sur parole, je serais tenté de dire que je pourrais croire sur parole les promesses électorales d'un politicien aussi: on ne serait coupable que de naïveté face à des personnes qui ont intérêt à nous mentir.

En conclusion, il est clair que le marché des assurances maladies n'est pas un marché de concurrence. C'est un marché opaque et fermé dans lequel aucune caisses n'a intérêt à voir les prix baisser. En effet, tous les consommateurs étant obligés de rester sur le marché et ces dernier agissant rationnellement face aux offres, les caisses agissent tacitement comme des partenaires. A cause de ces caractéristiques, la moindre baisse de prix verra les consommateurs changer de caisses en masse vers la moins cher ce qui, en conséquence, augmentera massivement les frais administratifs.

Il en découle naturellement que les caisses maladies n'ont aucun intérêt à voir l'une des leurs baisser ses prix. Au contraire, elles ont intérêt à stabiliser les prix ou, comme je le crois, augmenter régulièrement à petites mesures les prix de l'assurance maladie. Nous ne sommes pas dans un marché de concurence mais dans un marché d'oligopole simple. Celui-ci vicié par l'impossibilité des consommateurs de quitter le marché. Et, je ne parle pas ici de l'immoralité et de l'inhumanité des caisses maladies que chacun connait et vit au moins une fois dans son existence. Bref, garder le système actuel au nom de la libre concurence est soit de l'hypocrisie soit de la naïveté face aux réalités.

10:10 Écrit par Hassan dans contemporain, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.