06/11/2009

Dragon Déchu

Titre: Dragon Déchudragon.jpg
Titre original: Fallen Dragon
Auteur: Peter F Hamilton
Traducteur: Nenad Savic
Éditeur: Bragelonne 2003 pour la traduction (2001 édition originale)
Collection: le livre de poche
Pages: 952

Dragon Déchu est un autre livre de Peter F Hamilton. Cette fois Hamilton se concentre sur la vie de Lawrence Newton. Ce dernier, lorsqu'il était encore adolescent, avait le rêve de piloter un vaisseau à travers les étoile pour découvrir de nouveaux mondes, de nouvelles civilisations. Mais son père l'en empêcha par un acte cruel de trahison. Newton s'est donc échappé pour accomplir son rêve. Cependant, vingt ans plus tard, il n'est que sergent dans l'armée d'une entreprise de la Terre. Sa mission: faire en sorte que les populations des colonies se tiennent à carreau pendant que sa compagnie pille les ressources industrielles. Comment il le fait? Avec l'aide d'une armure et de colliers personnelles pouvant être détruit à distance avec son porteur. Au lieu d'un découvreur il est donc devenu un pirate. Mais, quand il retourne sur Thallspring, ils se rappelle d'une ancienne mission ou il avait découvert quelque chose qui n'était pas logique. Et cette fois il est bien décidé à découvrir qu'elle est cette richesse dans le dos de sa compagnie.

Lawrence n'est pas spécialement un mauvais gars mais j'avoue avoir eu envie de lui botter les fesses plusieurs fois durant ma lecture. Non seulement il est un peu égoïste mais il est incapable d'ouverture d'esprit face à des gens qui ne souhaitent qu'avoir le choix. Tout dans sa vie se résume à une seule chose: naviguer dans l'espace. Et tout doit l'aider à y réussir, volontairement ou non. J'ai, personnelement, beaucoup apprécié les descriptions de cette société post-démocratique au libéralisme extrême. Hamilton décrit un monde ou les états sont devenus impuissant au profit de grandes compagnies mondiales. On ne fait plus partie d'un état mais d'une entreprise et on peut prendre des décisions selon l'argent qu'on y investit. Le processus anti-démocratique par excellence. Heureusement, il y a toujours des résistances. Ce livre n'est, en fait, qu'une gigantesque quête à la recherche de ce qui suffit pour vivre. La vie de Newton n'est qu'un parallèle de la vie de Mozark dont l'histoire est contée par un autre personnage. Le reste, si on a lu les autres livres d'Hamilton, est attendu. Des humains améliorés, de l'informatique partout, un capitalisme libérale extrême et, surtout, une sorte de deus ex machina pour dénouer l'intrigue. Ce qui en fait un livre intéressant mais pas exceptionnelle.

Les commentaires sont fermés.