26/03/2010

L'assassin royal 9: les secrets de Castelcerf

Titre: L'assassin royal 9: les secrets de Castelcerf41ZFCRMDA0L._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Golden Fool: The Tawny man II
Auteur: Robin Hobb
Traducteur: A. Mousnier-Lompré
Éditeur: J'ai lu (Pygmalion 2003 pour la traduction, 2003 édition originale)
Pages: 443

Nous reprenons l'action juste après la fin du tome 8. Et quand je dis juste après c'est bel et bien juste après. Fitz, sous le nom de Blaireau, vient de rentrer à Castelcerf avec Devoir, le Fou et la Grande Veneuse. Bien entendu Fitz n'a pas le temps de se reposer. A peine revenu il doit déjà s'inquiéter des Pies, de son fils adoptifs et des intrigues de la cour de Castelcerf. Sans oublier les promesses qu'il a faite envers le Prince. Alors que le château se trouve dans un climat de tension inhérent aux problèmes délicats de diplomatie que doit résoudre la Reine Kettricken Fitz devra trouver un moyen de préparer le Prince et de le protéger. D'autant que les intentions pourraient être trompeuses...

Le premier tome de cette seconde trilogie était longuet, le second donnait un peu d'action et là nous nous retrouvons en plein dans les intrigues de la cour. C'est, probablement, ce qui fait le charme de ce récit. Mais ce n'est pas le sujet du livre. On pourrait penser que le véritable thème concerne la parenté. En effet, Fitz se découvre non seulement en fâcheuse posture face à son fils qui ne se prend pas en main mais il se retrouve aussi presque comme un père de substitution pour le Prince. La question est donc: comment être un bon père alors que l'on ne sait pas vraiment ce qu'implique ce rôle. Le charme de ce troisième tome est aussi son ouverture vers de nouvelles intrigues. Il semble, en effet, que les dragons vont jouer un rôle important. Mais de quel ordre et pourquoi? Nous aurons probablement la réponse plus tard. Il faut donc attendre la suite en espérant toujours la même qualité d'écriture.

Image: Amazon.fr

22/03/2010

Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne par Christopher R. Browning

Titre: Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la Solution finale en Pologne51rGLWO8FsL._SL500_AA240_.jpg
Auteur: Christopher R. Browning
Éditeur: Tallandier 2007 (1992 première édition originale)
Pages: 367

Hasard du calendrier je termines ce livre, devenu un classique de la littérature sur la Solution finale, alors que l'émission "reproduisant" l'expérience de Milgram est encore dans les débats. Car Browning a le même but que Milgram dans ce livre: comment des personnes ordinaires à tout égards ont-ils pu se muer en tueurs acharnés et sans états d'âmes? Comment devient-on complice du plus grand génocide que l'histoire ait connu? Browning a donc décidé de ne pas s'intéresser aux SS, ni aux Kapos, ni aux camps de concentrations. Non, l'auteur a décidé de ne s'intéresser qu'a des hommes véritablement ordinaires. Il a donc analysé les événements et les motivations d'un bataillon de police précis sur lequel on posséde de nombreuses sources judiciaires: le 101e bataillon de l'Ordnungspolizei.

Au fil du livre Browning nous livre, donc, les événements tels qu'ils peuvent être reconstitué par les souvenirs des membres de ce bataillon. Les tueries, les pogroms, les déportations mais aussi les policiers refusant de tirer, ceux qui ne refusent pas mais ratent intentionnellement sans oublier les états d'âmes de Trapp lors de la première tuerie. A la lecture de ce livre on découvre une palette large de comportements qui vont du refus pur et dur à l'acceptation totale des ordres avec plaisir en passant par des gammes variées de résistances épisodiques lorsque les contrôle par la hiérarchie sont manquant.

Puis, Browning essaie d'expliquer ce qu'il s'est passé. Il ne veut pas excuser mais essayer de comprendre comment ces événements ont été possibles. Qu'est ce qui a mené à de tels horreurs? Pour cela il mobilise de multiples points: pression des pairs, légitimité du pouvoir, distanciation envers les victimes, propagande,... Il semble qu'aucune de ces explications ne puisse, seule, expliquer parfaitement ce qu'il s'est passé.

Ce livre est, donc, un livre vivant. Vivant car on retrouve le déroulement des événements dans leur dynamisme. Comment les choses ont changés pour le bataillon depuis la première tuerie à Jozefow et comment elles évoluent vers une absence de sentiments. Mais c'est aussi un livre explicatif qui essaie de montrer comment la guerre et le régime nazi ont pu déshumaniser une partie de la population et pousser à tuer. Cependant ce sont des événements terribles et, même avec les moments de pitié que Browning nous montre, on ne peut pas excuser les auteurs de ces massacres.

Image: Amazon.fr

16/03/2010

Les chévres du pentagone (the men who stares at goats)

Comment parler d'un film qui semble n'avoir ni queue ni tête? D'un film qui joue avec l'invraisemblable et le burlesque sans se préoccuper d'un semblant de réalisme? Bref, comment commencer à parler d'un film qui n'a pas vraiment d'histoire? Peut être en suivant le film lui-même. Nous sommes donc aux USA de nos jours. Un jeune journaliste, Bob Wilton, vient de connaitre un divorce avec sa femme et décide de partie en Irak, durant la guerre, pour prouver qu'il n'est pas un raté. Durant son séjour il découvre Lyn Cassady. Ce dernier est persuadé d'avoir des pouvoirs psys et expliques à Bob Wilton comment ils se révélèrent à lui et surtout comment l'armée des états-unis a tenté de l'entrainer au combat psychologique pour en faire un guerrier jedi! L'histoire de tout un programme secret et complétement absurde se dévoile donc sous nos yeux au fil du film.

Comme je l'ai dit ce film n'a ni queue ni tête. On passe d'une situation burlesque à une autre, d'une parole démente à une autre et pendant ce temps Lyn continue ses élucubrations tout en expliquant l'histoire de la New Earth Army à Bob. Mais derrière cet aspect très drôle et absurde se cache une réalité. Je ne sais pas si l'armée des USA a vraiment essayé de créer des soldats psys mais ça ne m'étonnerait pas. Cependant la réalité qui se cache derrière ce film est bien plus effrayante. Car les programmes psys n'ont pas disparus et prennent maintenant le nom de programmes psychologiques. C'est ainsi que de nouvelles formes de tortures, par la musique par exemple, et de propagandes sont mises en places. Les armées du monde entier tentent aussi de créer des armes non-létales qu'elles pourraient utiliser en station de combat ou contre des citoyens (nous connaissons tous le Taser et les balles marquantes). Derrière ce film plaisant se cache une critique radicale des nouvelles méthodes de l'armée qui essaient de se cacher leurs caractères inhumain et/ou répressifs.

19207917.jpg

Site Officiel

Site Officiel Français

Image: Allociné

08:45 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : chevres du pentagone | | | |  Facebook

15/03/2010

Mindstar: Greg Mandel 1 par Peter F. Hamilton

Titre: Mindstar: Greg Mandel 151OgpGsRajL._SL500_AA240_.jpg
Titre original: Mindstar rising
Auteur: Peter F. Hamilton
Traducteur: Thierry Arson
Éditeur: Bragelonne 2010 collection Milady (1993 édition originale)
Pages: 603

Quand je vois qu'un nouveau livre d'Hamilton va sortir en français j'ai souvent envie de le lire. Je ne pense pas qu'il soit un génie de l'écriture mais j'apprécie ses histoires qui me font souvent réfléchir. Nous nous trouvons, dans ce récit, en Europe après le réchauffement climatique. Le monde tel qu'on l'a connu n'existe plus. La prospérité a quitté le monde occidental remplacé par des déluges d'eau et de réfugiés. Le gouvernement de l'Angleterre est tombé, provisoirement, au profit d'un gouvernement communiste qui vient d'être renforcé après des années de luttes.

Greg Mandel a traversé les différentes périodes de cette catastrophe en tant qu'ancien soldat. Mais pas n'importe quel soldat: un membre de la Mindstar. Les membres de cette unité d'élites ont tous reçu un implant neuronal leur permettant d'utiliser des capacités psys. Pour Mandel c'est l'intuition et une quasi télépathie. Travaillant comme enquêteur pour différents groupes il est amené à s'occuper de plusieurs affaires qui blessent sérieusement la plus grande compagnie industrielle du pays: Event Horizon. Mais qui souhaite détruire une entreprise qui peut remettre sur pied toute l'économie de la nation anglaise?

Comme d'habitude chez Hamilton on retrouve les même recettes. Un hyper capitalisme dé-régulé. Comme d'habitude les gouvernements sont inutiles et ce sont les entreprises qui agissent réellement dans ce monde. Les membres du gouvernement ne faisant que réagir. Comment souvent on se retrouve dans une guerre politico-économique dont seuls quelques personnes peuvent percevoir l'existence et encore moins agir sur elles. Ces personnes agissantes possédant trouvent des moyens financiers illimités et des moyens technologiques tout aussi impressionnant. Bien que l'enquête soit intéressante je ne pense pas que l'on soit vraiment entré dans l'intrigue. Ce n'est que le premier tome et il est possible qu'il ne fasse que poser les personnages? J'attendrais la suite et je verrais.

Image: Amazon.fr

14/03/2010

La diplomatie en trois rounds par John Scalzi

Titre: La diplomatie en trois roundsdiplomatie.jpg
Titre original: After the coup
Auteur: John Scalzi
Traducteur: Mikael Cabon
Éditeur: l'Atalante 2010 collection La dentelle du cygne (2008 édition originale)
Pages: 31

Comment parler d'un livre promotionnel? Car oui, c'est un livre promotionnel étant donné qu'il ne peut pas être vendu. L'éditeur a probablement demandé à l'auteur de lui offrir une nouvelle qu'il puisse donner à peu de frais pour intéresser des lecteurs potentiels au reste de l'œuvre. L'éditeur, en l'occurrence, est connu pour la qualité de ses choix littéraires ce qui rend l'auteur déjà intéressant. Mais si on peut lire un petit échantillon gratuit pourquoi se priver?

Malheureusement je ne connais pas l'univers dans lequel se place la nouvelle. Mais l'intrigue se déroule sur une planète alien après un coup d'état. Les humains souhaitent que ces aliens deviennent leurs alliés mais les négociations s'enlisent. C'est ici qu'intervient Harry Wilson, le seul militaire de l'expédition. Ayant entendu parler de son existence les aliens souhaitent organiser un combat entre lui et un de leurs champions pour savoir si la valeur des soldats humains est usurpée ou non. Ironiquement le seul soldat de l'expédition est un ingénieur mais il n'a pas le choix il devra tout autant réussir à se battre dans les règles d'une autre civilisation qu'essayer de ne pas froisser les membres de cette même civilisation. Difficile...

On ne peut pas vraiment se baser sur une seule nouvelle pour juger de la qualité d'un auteur même si ça donne un indice. Personnellement j'ai apprécié cette petite histoire. Elle est cohérente, prenante et rapide à lire. Les individus sont clairement identifiés même si le temps manque pour mieux les construire. Le combat en lui-même est simple mais intéressant. C'est, en fait, une petite histoire sympa à lire avant de, peut être, se lancer dans les véritables livres de John Scazi. Peut être le ferais-je un jours? Par contre, et je suis désolé envers l'illustrateur de dire ça, la couverture est d'un rare mauvais gout!

09:37 Écrit par Hassan dans Livre, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : john scalzi | | | |  Facebook

13/03/2010

Le sexe du militantisme dirigé par Olivier Fillieule et Patricia Roux

Titre: Le sexe du militantisme27246100394470M.gif
Auteur: Sous la direction de Olivier Fillieule et Patricia Roux
Éditeur: Presses de la fondation nationale des sciences politiques 2009
Pages: 361

Il est sûrement facile de voir pour ceux qui suivent régulièrement mes présentations (plutôt irrégulières ces temps retour aux cours obligent) que je me suis, récemment, intéressé aux problèmes de genre et aux problèmes liés à la sociologie des mobilisations. Le livre dont je parle ce matin, justement, essaie de lier la vision sociologique des dominations de genre dans le champs de la sociologie des mobilisations. Selon Olivier Fillieule et Patricia Roux les explications du militantisme oublient souvent d'observer et d'expliquer comment les femmes se mobilisent. Au lieu de se poser des questions et de trouver des réponses les auteurs auraient tendance à expliquer le statut particulier des femmes dans les mobilisations avec des points comme la maternité, le temps, le ménage,... Si on observer les explications que la sociologie du genre offre de la domination des femmes on se rend compte que ce n'est pas suffisant.

Le but de ce livre commun est donc d'observer le militantisme pour trouver des explications aux manières spécifiques des femmes de militer dans des organisations ou leur absence de militantisme. Pour trouver ces explications il a été décidé de diviser le livre en trois parties distinctes mais complémentaires. La première analyse précisément les femmes militantes, comment elles sont entrées dans le milieu du militantisme, comment elles agissent et comment leurs conjoints réagissent. On y découvre que l'homme impose souvent son agenda aux femmes mais que le contraire est très rare. L'action féminine serait donc tributaire de l'accord masculin et de la souplesse de l'organisation dans laquelle on milite.

La seconde partie prends en compte les tensions entre des organisations de militantismes et les femmes. Comment ces dernières réussissent-elles à militer en tant que femmes dans des organisations qui n'acceptent pas cette possibilité. que ce soit par l'héroïsation de la virilisation (la ligue Padane par exemple) ou par la pensée que l'organisation, étant au fait des structures de dominations, refuse qu'elle puisse recréer une forme de domination à l'intérieur même de ses rangs (les exemples surprenant des anarchistes par exemple). Sans oublier la transgression du genre qu'utilisèrent les mouvements homosexuels pour se rendre visible sur la scène publique, ce qui est analysé dans le dernier article de cette partie.

La dernière partie est probablement l'une des plus intéressante mais aussi l'une des plus compliquée. Car, cette fois, les auteurs ne se contentent pas d'observer les rapports de domination genrées mais essaient de voir comment la prise de conscience de cette domination s'articule avec des formes de domination différentes (classe et race par exemple).

Au final ce livre, très dense, est intéressant. Il permet d'ouvrir le regard vers des actions de dominations envers les femmes qui passent, souvent , inaperçues car elles ne sont pas forcément conscientes (c'est naturel, ça va de sois...). En incluant le genre dans la sociologie des mobilisations il permet de mieux comprendre pourquoi les femmes sont invisibilisées lors des mouvements et pourquoi certaines tentent de créer d'autres mouvements non-mixte. On découvre, lorsque les hommes sont absents, que les suppositions d'incompétence politique naturelle que l'on supposait celle des femmes est totalement fausse. Néanmoins, c'est un livre difficile à aborder et qui demande un certain effort de lecture pour réussir à comprendre les thèses qui y sont développées.

Image: pressesdesciencespo.fr