Nouvelles histoires extraordinaires par Poe

Titre: Nouvelles Histoires extraordinaires51QFYR02ZRL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: Edgar Alan Poe
Éditeur: Gallimard 1951
Pages: 374

Je n'avais jamais lu du Poe auparavant même si je savais que Lovecraft le considérait comme un génie (à tel point qu'une nouvelle entière voit Lovecraft décrire des clones de Poe) comme ce livre se trouvait dans la bibliothèque j'ai voulu essayer. J'avais un peu peur de me retrouver devant une prose un peu indigeste. En effet, il arrive que la littérature vieillisse mal comme elle l'a fait, à mon avis, pour Lovecraft bien que ça ne change rien à l'intérêt qu'on peut y trouver. Ce livre est donc un recueil de différentes nouvelles écrites par Edgar Alan Poe. Une grande partie sont particulièrement horrible alors que d'autres sont plus proches d'une réflexion. Mais toutes sont, encore selon moi, très bien écrites et souvent l'intrigue est prenante. J'ai particulièrement apprécié la nouvelle intitulée Le chat Noir bien que nous y trouvions des actes particulièrement horribles.

Mais quels sont les points communs de tous ces textes? Je ne pense pas être capable de le trouver même si il semble que le thème de la mort soit souvent utilisé et traité. Ainsi, les premières nouvelles du recueil parlent de meurtres. On retrouve plusieurs mises à mort sans oublier quelque dialogues sur la mort elle-même. Il arrive aussi que la mort devienne un personnage (le masque de la Mort-Rouge). En tout cas, d'un point de vue technique, la lecture est facile et fluide ce qui m'a permis d'avoir beaucoup de plaisir à lire ces différentes histoires. Néanmoins, je ne recommanderais pas de s'y essayer la nuit, surtout quand on est seul.

Image: Amazon.fr

Commentaires

  • Poe, c'est une écriture très vigoureuse, à l'américaine. J'ai surtout aimé "Le Masque de la mort rouge", à cause de sa dimension mythologique et symbolique, mais enfin, ça se termine vraiment mal, c'est affreux. Et excessif, peut-être.

  • Selon l'auteur de la préface Poe concevait chaque phrase, même mots, avec un soin extrême. Même excessif c'est, de toute manière, voulu. Mais je trouve étrange de voir une si grande différence entre Poe, dynamique, et Lovecraft son "disciple", en tout cas admirateur, dont l'écriture peut être très lourde!

  • A mon avis, c'est que Lovecraft s'efforçait de placer, dans ses récits, des images mythologiques, et pour y parvenir, il devait alourdir le texte pour donner naissance à ces figures, un peu comme une femme enceinte grossit! Il est plus facile d'être dynamique quand en fait on reste dans la tradition, lorsqu'il s'agit de créer des images. Poe a donné à ses images une force assez grande, mais d'un autre côté, les images qu'il a créées ne sont pas tellement originales, je crois. Il restait à cet égard dans la tradition romantique.

    C'est voulu, mais d'un côté, c'est pessimiste, dans la tradition du romantisme anglais, mais amplifié, et de l'autre, les images de Lovecraft, malgré son pessimisme philosophique, donnent une perspective incroyable, ouvrent sur d'autres mondes. Poe, pas tellement. En fait, je préfère Lovecraft, bien qu'il soit plus ardu à la lecture.

Les commentaires sont fermés.