30/12/2010

Juno

J'avais souvent entendu parler du film Juno en bien et j'ai enfin eu l'occasion de le regarder. Juno est le nom d'une adolescente. On suit son histoire sur une année alors qu'elle apprend qu'elle est tombée enceinte. Nous la suivons donc durant ces neufs mois durant lesquels elle continue sa vie de lycéenne ado dans son école. Dans le même temps, nous suivons sa recherche de la famille idéal pour son futur bébé. En effet, Juno ne souhaite pas avorter mais offrir cet enfant à un couple qui souhaite en élever un. Nous suivons aussi ces aventures avec le père du bébé. Comment ils en sont venu à faire l'amour, qui il est et quels sont les sentiments entre les deux. Juno essaiera de vivre sa vie tout en apprenant à connaitre les parents adoptifs de son futur bébé pour voir si ils seront idéals pour l'élever.

Juno est film drôle, triste, émouvant et même joyeux. Car ce film ne fait pas que montrer la vie d'une adolescente qui tombe enceinte. Il montre le soutient d'une famille et d'amis autours d'une femme qui prend une décision importante et qui l'assume. J'ai lu que Juno est un film pro-vie ou pro-choix. Je ne suis pas d'accord. A moins que le choix soit qu'une adolescente peut ne pas être obligée d'avorter si elle tombe enceinte. En effet, Juno ne fait pas que subir sa grossesse. Elle la décide, elle décide de faire l'amour, elle décide de garder son bébé et c'est elle qui cherche les parents adoptifs. Juno est donc presque la seule qui prend les décisions dans ce film. Mais on voit qu'elle n'est, tout de même, pas isolée. Sa famille et ses amis proches la soutiennent et l'aident à continuer sa vie. Donc, Juno est, à mon avis, un film qui nous montre qu'une adolescente peut prendre des décisions difficiles. Mais il montre aussi que le soutient est important pour pouvoir assumer ces décisions.

Image: Allocine

Site Officiel

18883116.jpg

15:40 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : juno | | | |  Facebook

Ironman 2

Le premier film, après avoir expliqué le personnage et mis en place la construction de l'armure, était un concentré d'action. Je me demandais comment le second film avait fait évoluer l'histoire. C'est pourquoi je me le suis procuré. Nous retrouvons Stark juste après son annonce fracassante dans laquelle il annonce être Ironman. Le milliardaire continue de créer des situations spectaculaire desquels il est le centre en utilisant l'armure. Mais, durant le même temps, les autorités font tout pour posséder l'une de ses armures. En effet, la course à la construction des ironman commence dans le monde mais seul Stark possède celles qui sont fonctionnelles. Ce dernier déjoue toutes les tentatives de lui prendre sa technologie tout en humiliant ceux qui essaient. Mais il ne sait pas qu'en Russie le fils du second concepteur de la source d’énergie qui alimente son armure se prépare pour le combattre et venger la mort de son père. Deux combats vont donc se jouer pour Stark: l'un contre ses concurrents et contre l'état le second contre ce Russe qui est bien décidé à le faire souffrir.

vous cherchez de l'action? Des mises en scènes spectaculaires? Vous serez servi en regardant ce film. La plus grande partie de ce dernier sont des combats. Mais il développe aussi la personnalité et l'histoire de la famille Stark et du SHIELD. En effet, le jeune milliardaire souffre de l'utilisation de son armure. Il est prêt de mourir est une grande partie du film est consacré à ce qu'il fait tandis qu'il voit sa mort approcher. on observe une forme de déchéance et une tentative de sécuriser sa technologie par Stark. On en apprend aussi un peu plus sur son père et sur l'histoire de la source d'énergie qui est utilisée dans l'armure via les archives du SHIELD. Mais il ne faut pas oublier que le principal intérêt de ce film n'est pas l'histoire personnelle du héros mais la destruction la plus massive possible d'une ville par un homme seul contre d'autres. Bref, de l'action pure et dure avec un tout petit peu de psychologie entre deux.

Image: Site officiel

im2_wp1_1024.jpg

09:56 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ironman | | | |  Facebook

29/12/2010

Megamind

Megamind est un méchant mais pas n'importe quel méchant le plus grand, le plus génial, le plus diabolique de tous les méchants! Envoyé de sa planète natale sur la terre alors qu'il n'était qu'un bébé il comprend rapidement que sa vie sera la destruction et les combats contre sa Némésis personnel: Metroman. Les combats se succèdent, les plans diaboliques se créent mais jamais Megamind ne réussit à vaincre Metroman jusqu'au jours ou, par hasard, il réussit à détruire Metroman et se retrouve à la tête de la ville sans que personne ne puisse le combattre. Tout lui est ouvert et il peut tout prendre. La ville glisse petit à petit dans le chaos et la peur alors que rien ne semble pouvoir arrêter Megamind. Mais notre méchant se pose la question: a quoi bon tout avoir si il ne peut plus combattre. Megamind se rendra rapidement compte que Metroman lui manque et, alors, lui vient la réponse: il lui faut un nouvel héros à combattre.

Blockbuster de noël ou pas j'ai apprécié ce film. Bien sur, on se rend facilement compte qu'il a été créé pour plaire au plus grand nombre. Mais je n'ai rien contre me détendre devant un film qui n'a que le plaisir pour but. Bien entendu, la morale est convenue et on comprend rapidement ce qui se déroulera à la fin du film. Mais il reste très sympathique à regarder. On retrouve les éternels discours des grands méchants avec leurs entrées fracassantes de rock star tandis que le héros possède des dents si blanches qu'elles sont capables de rendre aveugles ceux qui les regardent en face avec un gel extra fixant pour les cheveux. La grande partie des blagues font mouches sans, pour autant, être mémorables. Et, surtout, j'ai beaucoup apprécié la bande son rock du film. Alors non, je n'en sors pas avec des questions existentielles sur la signification de l'univers, de la vie et de tout le reste (42) mais je me suis bien amusé pendant une heure et demie et c'est déjà pas mal!

Image: Site officiel

MM_wp2_800.jpg

18:56 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

28/12/2010

Exit Through The Gift Shop

Je ne sais pas vraiment comment parler de ce film puisque je ne sais pas vraiment ce que j'ai vu. Je pensais regarder un film documentaire sur ce que l'on nomme le street art. Ces graffitis qui sont dessinés ou appliqués directement sur les murs des villes. Une forme d'art qui continue à être plus ou moins mal vue et condamnée par les milieux policiers alors qu'il semble qu'elle acquière une forme de légitimité dans les milieux des professionnels. Oui on voit beaucoup de performances. On observe des artistes en pleine action la nuit dans les rues de plusieurs villes. Certains de ses artistes sont des vedettes dans le milieux voir aussi hors de ce milieu comme Banksy. Mais ce n'est pas vraiment un film sur le street art puisqu'on y trouve mêlé l'aventure d'un certain Thierry Guetta qui passe de passionné de caméra à documentariste puis artiste. On observe la fascination de cet homme pour ce milieu et ces artistes jusqu'à vouloir les suivre n'importe ou et n'importe quand. Si fasciné qu'il lui arrive d'aider ces artistes.

Vers la fin du film, on l'observe alors qu'il tente de mettre en place sa propre exposition. Mais plutôt que de se construire une réputation en tant qu'artiste et un style propre sur le temps long il décide de faire une entrée fracassante en créant une exposition monumentale tout en essayant de créer une bulle médiatique autour de lui. Cette stratégie marchera si bien qu'il vendra des œuvres que personne n'a jamais vue à des prix astronomique. Mais la question se pose: est-il vraiment un artiste? Est-ce vraiment de l'art? Ou alors a-t-il profité des médias pour entrer dans le monde comme artiste sans avoir travaillé véritablement pour l'être? Tout ceci semble être lié avec la marchandisation de l'art. D'unique, pensé et subversif l'art arrive au point d'être comptabilisé et vendu pour des sommes inimaginables. Mais ceci a-t-il encore un sens? Il m'est difficile de faire un commentaire sur ce film qui semble changer de sujet tout en gardant l'idée de parler de l'art en général. Mais je peux au moins dire que j'ai apprécié de le regarder bien que j'aie souvent été agacé par cet homme qui semble ne pas vraiment savoir ou il se trouve. J'ai eu l'impression, parfois, que ce Thierry souhaite faire de l'art surtout pour imiter les autres et non pour s'enrichir. Il reste à savoir si il existe vraiment.

Site officiel

Image: allociné

19590223.jpg

10:07 Écrit par Hassan dans contemporain, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : streetart | | | |  Facebook

22/12/2010

Godslayer Chronicles Book two: Hinterland par James Clemens

Titre: Godslayer Chronicles Book two: Hinterland51P8Qxe4yVL._SL500_AA300_.jpg
Auteur: James Clemens
Éditeur: Roc Book 2007
Pages: 513

L'avantage de lire les romans dans la langue originale est que nous pouvons connaître la suite d'une série avant sa traduction. Un avantage que j'ai pu avoir puisque ce second tome n'est pas encore traduit tandis que le premier est sorti il y a peu de temps chez Bragelonne. James Clemens nous renvoie dans le monde de Myrillia un an après les événements du premier tome. Le monde entier retient son souffle et s'inquiète des rumeurs de guerres mais aussi des tensions qui existent entre les dieux, les Shadowknights et le régent Tylar Ser Noche. C'est pourquoi le régent et Argent décident de se retrouver à la citadelle des Shadowknights pour rendre à Tylar son titre et ses armes de chevaliers. Ceci dans le but de rassurer les citoyens de Myrillia. Mais les deux leaders ne se rendent pas compte qu'ils sont observés et que les événements se préparent à jouer contre eux. Car une tempête d'hiver s'abat sur la citadelle, la coupant du monde, tandis que les profondeurs de Tashijan voient la levée d'une menace plus sombre que les chevaliers n'ont jamais combattue.

Ce second tome est intéressant pour le déroulement de ses intrigues mais je n'ai pas l'impression que ce soit son véritable but. J'ai eu l'impression, à la lecture, que ce livre sert surtout à nous offrir des informations pour nous permettre de comprendre les tenants de la guerre qui menace. Mais aussi de nous expliquer quels ont été les relations entre les dieux auparavant et la création de Rivenscryr. Ces retours dans le passé peuvent lasser certaines lecteurs mais je trouve qu'ils permettent d'avancer dans l'intrigue et de comprendre comment l'histoire se déroule. Cependant, chaque réponses amènent de nouvelles questions et l'on se retrouve avec de nouvelles intrigues à la fin du tome. En tant que lecteur j'ai apprécié ce second tome et je le recommande à ceux qui aiment le genre mais je dois aussi dire qu'il est loin d'atteindre le niveau de qualité d'autres auteurs.

Image: Amazon

08:46 Écrit par Hassan dans Fantasy, James Clemens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james clemens, hinterland, godslayer | | | |  Facebook

12/12/2010

Juger les vers. Exorcismes et procès d'animaux dans le diocèse de Lausanne (XVee - XVIe s.) par Catherine Chène

Titre: Juger les vers. Exorcismes et procès d'animaux dans le diocèse de Lausanne (XVee - XVIe s.)
Auteurs: Catherine Chène
Éditeur: Cahiers lausannois d'histoire médiévale 14, 1995
Pages: 194

J'ai choisi ce livre un peu au hasard. C'est que le titre est assez spécial et pose beaucoup de questions. Comment peut-on juger des vers? Pourquoi les jugerait-on? J'ai donc emprunté ce livre par intérêt mais aussi par simple chance. Comme le titre le dit très bien. Il considère l'histoire des procès intentés aux animaux dans les XVe et XVI siècle au diocèse de Lausanne. L'auteure explicite donc et montre précisément la manière dont ces procès sont intentés. On trouve deux caractéristiques. Premièrement ces procès suivent un cadre juridique très précis avec des défenseurs, des accusateurs mais aussi des convocations écrites en langage judiciaire. Un second point est l'aspect religieux de ces procès. En effet, les plaignants devaient aussi agir d'une manière chrétienne en faisant pénitence par des prières. Il ne faut pas oublier que les insectes pouvaient être des punitions de Dieu envoyés à cause de l'impiété de la population. Ce n'est probablement pas le point le plus intéressant. En effet, l'auteure développe une thèse surprenante du moins à première vue. Elle considère que la mise en place de ces procès durant ces deux siècles sont les témoins d'un changement d'attitude envers la nature. D'une pensée, biblique, que les insectes sont une punition de Dieu on passe à une pensée aristotélicienne qui justifie une pensée utilitariste de la nature. Autrement dit, l'homme est en droit de se considérer comme possesseur de toute la terre ainsi que sa production. L'infestation des insectes est donc une destruction des biens de l'être humain. Il est donc nécessaire de les en empêcher.

Je vais être honnête. Bien que ce sujet soit intéressant je ne pense pas m'y plonger plus avant dans un proche avenir. Ces procès sont, bien entendu, passionnant d'un point de vue de l'histoire des mentalités, comme le souligne l'auteure, et j'ai apprécié en savoir un peu plus. La thèse du livre est aussi éclairante mais je ne connais pas assez bien le sujet pour critiquer ce point. En ce qui concerne le livre je peux déjà dire que j'apprécie l'utilisation précise des sources par l'auteure. Source qui sont, en plus, entièrement traduite et publiées en annexes. Le développement est aussi intéressant mais souffre d'une lourdeur due à l'analyse précise d'exemples précis de procès. La manière de juger les animaux sont proches entre les exemples et leur analyse plutôt précise peut rendre la lecture un peu fastidieuse. Mis à part ces quelques points le sujet est intéressant bien que, semble-t-il, peu étudié par les historiens.

18:24 Écrit par Hassan dans Histoire, moyen âge | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : exorcisme, animaux | | | |  Facebook

10/12/2010

Waylander II: Dans le royaume du loup par David Gemmell

Titre: Waylander II: Dans le royaume du loup51zt5crBYVL._SL500_AA300_.jpg
Titre original: Waylander II: In the realm of the Wolf
Auteurs: David Gammell
Traducteur: Alain Névant
Éditeur: Bragelonne 2004 (1992 édition originale)
Pages: 443

Il y a longtemps que je n'ai pas lu du Gemmell. Le dernier ouvrage de cet auteur que j'avais terminé parlait de la naissance de Druss et m'avais beaucoup déçu. Cependant, Waylander est un héros qui me plaît beaucoup. Son caractère de héros en phase de rédemption mais dont la vie semble n'être que souffrance est, je trouve, très attirant. Sans oublier son coté violent et déterminé. Ce tome est donc la suite des aventures du plus célèbres et plus puissant assassins ayant existé dans les terres Drenaï voir plus loin. Mais Waylander est à la retraite. Il se contente de s'occuper de sa fille, de sa maison et de la tombe de sa femme, Denyal. Sa vie semble finie quand il est l'objet d'une attaque. Il apprend vite que la Guilde des assassins a reçu un contrat sur lui. Waylander, si il veut vivre et protéger sa fille, sera donc obligé de repartir au combat. Souhaitant la vengeance et des réponses il sera pris dans une guerre plus vaste qui met en jeu l'existence de trois empires. Mais tous ces puissants ont oubliés la force de Waylander. Ils réaliseront rapidement leur erreur...

Comme je viens de le dire. Le dernier livre de Gemmell que j'aie lu, sur Druss, m'avait déçu. Je l'avais trouvé brouillon et peu agréable à lire. Ce tome si n'est pas aussi mauvais. Mais il n'est pas non plus, et de loin, du niveau de certains des livres de Gemmell. Les thèmes classiques de Gemmell se retrouvent tous dans l'intrigue: des héros vieillissant, la famille, l'amour naissant, la mort mais aussi les pouvoirs chamaniques et la question de la lutte contre le mal. On retrouve aussi des moments de batailles épiques bien qu'elles ne soient que peu décrites. L'intrigue la plus importante concerne surtout la quête de Waylander. Qui a voulu sa mort et pourquoi? Qui est son ennemi? Dans ce contexte on en apprendra un peu plus sur notre héros assassin en le suivant dans sa peine et sa quête de la rédemption ainsi que sa tentative de protéger ceux qu'il aime.

Image: Amazon

15:22 Écrit par Hassan dans Fantasy, gemmell | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : waylander, drenai, gemmell | | | |  Facebook