Artemis Fowl and the Antlantis Complex par Eoin Colfer

Titre: Artemis Fowl and the Antlantis Complex9780141328027H.jpg
Auteur: Eoin Colfer
Éditeur: Puffin books 2010
Pages: 322

Il y a très longtemps que je n'avais pas lu un livre sur les aventures du génie enfantin Artemis Fowl. Le dernier tome m'avait un peu laissé sur la faim. J'avais eu l'impression de relire, encore une fois, un même scénario mais avec un héros qui perd un peu de sa nature. Comme si je m'étais, au fond, un peu lassé des aventures de ce génie qui n'est plus si enfantin que cela. Mais ça ne m'a pas empêché de me procurer le septième tome de ce cycle avec l'espoir de retrouver une partie de ce qui m'avait fait adorer la série auparavant. Nous trouvons donc notre jeune homme, adolescent depuis quelque tomes, dans un restaurant loin de tout. En effet, notre jeune anti-héros favoris souhaite rencontrer secrétement les membres éminent d'Haven Ville pour leur communiquer sa dernière idée. Une idée qui changera tout et qui permettra de sauver la planète du réchauffement climatique. Imaginez donc! Le plus grand criminel de notre temps souhaite aider l'humanité et les fées sans attendre de rétributions immédiates! Mais les invités se rendent vite compte qu'Artemis n'est plus le même. Il semble avoir développé ce qu'elles nomment le complexe Atlantis. Il est, somme toute, peu avisé pour Artemis d'entrer dans une folie paranoïaque lorsqu'un autre génie du crime tente de s'échapper et de le tuer à l'aide d'une fusée spatiale. Pour Artemis c'est comme si le ciel lui tombait sur la tête.

Que puis-je dire sur ce livre? En fait, l'Artemis que nous y trouvons ne ressemble pas du tout à l'Artemis que nous avions l'habitude de connaitre. Ce n'est pas de sa soudaine envie d'aider le monde dont je parle. Cette intrigue a commencé depuis le premier tome. C'est plutôt que Eoin Colfer nous montre dès les première pages qu'Artemis a changé. Et ceci pas dans le bon sens puisque lire les répliques de ce dernier permet de se rendre compte de sa folie. En fait, j'étais habitué à un gang de héros invincibles. Bien entendu, Artemis Fowl II donnait de plus en plus l'impression d'être profondément touché par les malheurs qui l'entouraient. Mais il ne perdait pas de son génie ni de son stoïcisme. Dans ce tome notre jeune anti-héros perd tout ce qui fait qu'il est intouchable. Et je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ce qu'est devenu Fowl junior est très triste. Même le méchant traditionnellement génial contre lequel Artemis doit se battre n'est pas si méchant que ça et ne combat pas pour dominer le monde mais pour retrouver la femme qu'il aime. Dans ces conditions, et bien que la série garde ses caractéristiques comiques (ce bon vieux Mulch!), je pense que ce tome est probablement le plus triste de la série. Je ne sais pas ce que va devenir Artemis Fowl II mais j'espère que nous aurons de ses nouvelles dans un huitième tome car de nombreux points sont encore laissé en suspens (mais que devient la jeune fille tout aussi géniale qu'Artemis?).

Image: puffin

Les commentaires sont fermés.