04/07/2011

The darksmith legacy: the graves of Mordane par Colin Brake

Titre: The darksmith legacy: the graves of Mordane118px-DS2GravesofMordane.jpg
Auteur: Colin Brake
Éditeur: BBC 2009
Pages: 125

Nous avions laissé le Docteur aux prises avec un robot envoyé par le collectif des Darksmith. Nous le retrouvons en train de négocier sa vie en argumentant sur son identité. En effet, le robot croit avoir en face de lui un traître. Mais ce que le robot veut c'est surtout le cristal. Et comme le Docteur lui promet de le lui rendre en cherchant dans sa cabine il part avec sa cabine. Ce qui m'amène à donner un petit conseil aux personnes qui souhaiteraient capturer le Docteur: ne le croyez jamais et ne le laissez surtout pas atteindre une boite bleu même si elle est petite ni son tournevis même si il ne semble être qu'une torche! Bref, le Docteur décide d’enquêter sur les évènements lié à la création du cristal d'éternité. Pour cela il doit se rendre sur la planète cimetière Mordane. Mais celle-ci a été abandonné depuis une centaine d'année suite à sa mise en quarantaine. Il y rencontrera un groupe de survivants d'un crash qui tentent de trouver les éléments nécessaire pour réparer leur vaisseau. Mais l'un d'eux semble en savoir trop. Et, surtout, pourquoi les morts se réveillent-ils la nuit?

La dynamique se confirme puisque ce second tome (ou plutôt ce second épisode) renferme deux intrigues. La première est celle du groupe de survivants dont l'un des membres cherche quelque chose qui devrait lui permettre de retrouver un héritage familial. Mais, surtout, on en apprend plus sur le cristal grâce à l'intrigue principale. J'ai bien aimé le coté film de zombies avec les morts qui se réveillent et poursuivent les héros. Mais ces dernier ont tout de même agit d'une manière assez bête. En effet, ils décident, pour trouver ce qu'ils cherchent, d'entrer en pleine nuit dans des catacombes! Il faudra qu'on m'explique à quel moment il est prudent d'entrer dans des catacombes quand on sait que les morts se réveillent! Bref, mis à part cette petit bêtise qui aurait pu être fatale si le Docteur n'était pas le héros, j'ai bien aimé cette seconde partie. Celle-ci, comme je l'ai déjà, reste tout de même largement écrite pour des enfants.

Image: TARDIS index files

Les commentaires sont fermés.