Rise of The Planet of the Apes

La planète des singes est une histoire culte. Le livre, que j'avais lu il y a quelque années, a été adapté de nombreuses fois et tous les amoureux du cinéma connaissent l'intrigue sans même forcément avoir vu l'un des films. Mais ce film n'est pas une adaptation du livre ni un remake puisque l'intrigue prend place avant que la Planète des Singes n'existe. Nous commençons par suivre une expérience désastreuse d'un scientifique qui tente de guérir l’Alzheimer à l’aide d'un médicament révolutionnaire. Mais l'un des singes s'échappe et attaque les actionnaires ce qui conduit à la fin du développement de ce médicament. Espérant sauver l'enfant que protégeait ce singe Will l’amené chez lui ou il observe que le médicament qu'il a injecté à sa mère s'est reproduit dans les gênes créant un singe très intelligent et rapidement nommé César. Celui-ci est extrêmement loyal ce qui le conduit à vouloir protéger le père de Will. Mais la loi est claire. Quand un animal attaque un être humain il doit être tué ou mis en détention dans un centre pour animaux. Dans cet endroit il se rendra compte que ses congénères sont très mal traités et il n'attendra pas longtemps avant de vouloir les aider à s'échapper en attaquant ceux qui se mettraient en travers de leur chemin.

Nous savons tous comment cette histoire se terminera. Nous savons déjà qu'Icarus a disparu en allant sur Mars comme le film nous le montre. Et nous savons ou et quand Icarus reviendra. Mais ceci est une autre histoire et même si ce film n'est vraiment fidèle au livre je l'ai apprécié. J'ai beaucoup aimé la manière dont César devient de plus en plus important pour Will et son père. Mais ce qui est intéressant c'est la manière dont l'humanité se détruit elle-même et ce de deux façons. La première en maltraitant des singes qui n'attendront pas longtemps pour se révolter et la seconde dont nous connaissons l'ampleur seulement lors du générique. Ce film montre le début d'un transfert de domination alors que l’espèce humain a déjà perdu une bataille et est sur le point d'en perdre une autre. Il est aussi intéressant de voir que les singes sont systématiquement sous-estimé par la police lors des combats. Bien que César soit pacifiste on observe qu'il est capable de tuer si il le faut et je en peux qu'être très curieux envers la suite des événements. Je doute que l'humanité accepte si facilement un concurrent et je pense qu'une guerre est inévitable. Mais ceci est l'histoire d'une suite.

Image: Site officiel

wallpaper5_1280.jpg

Commentaires

  • Un super divertissement!
    Le scénario n'est aucunement réaliste, scientifiquement parlant, mais quand-même cohérent par rapport à lui-même, si on accepte de rentrer dans le jeu. Voilà un film d'action qui en valait la peine. Beaucoup plus que l'espèce de remake poche qu'on nous a servi il y a quelques années.

    Les dangers réels du monde pharmaceutique, sont mis en lumière, dans cette fiction. Ça rappelle les origines du SIDA (documentaire à voir): un vaccin contre la polio, qui a valu un prix Nobel à son inventeur, contenait le virus du SIDA, originaire des chimpanzés qu'on tuait par centaires pour utiliser leurs reins, afin de fabriquer ce vaccin. Bref, il y a eu négligence, et conséquences, puis déni et cachoteries légales...

  • Bonjour,
    en effet on peut apprécier la vision très cynique des pharmas. Le directeur n'est qu'un opportuniste qui ne cherche que l'argent et non à aider les gens. Ce qui se voit fort bien lorsque le héros tente de ralentir les recherches alors que le directeur fait tout pour foncer le plus vite possible sans faire attention aux conséquences.

    En ce qui concerne votre information sur le SIDA j'avoue ne jamais en avoir entendu parler auparavant. Mais, après de rapides recherches, je crois savoir que c'est encore une thèorie.

    En tout cas, merci de votre lecture.

Les commentaires sont fermés.