13/09/2011

Habemus Papam

Le pape est mort. Tous les cardinaux se réunissent au Vatican tandis que les fidèles (ceux qui sont encore là) se massent sur la place Saint-Pierre pour les obsèques. Bien entendu, les cardinaux se réunissent en conclave pour choisir un nouveau Pape parmi eux. Mais le problème c'est que personne ne sait qui choisir et, surtout, que personne ne veut de cette fonction. C'est pourquoi un cardinal quasiment inconnu est choisi à la surprise de tous. Du moins cela devrait surprendre tout le monde mais quand il est l'heure de présenter le nouveau pape celui-ci refuse et se cache dans les tréfonds de ses appartements. L'église étant laissée en crise les cardinaux et les officiels du Vatican sont dans l'obligation de trouver une solution. Pour cela ils engagent un psychanalyste qui tentera de trouver ce qui empêche le nouvel élu d'accéder à sa charge. Mais ces derniers sont loin d'être au bout de leur surprises.

L'idée d'un pape qui n'ose pas prendre le pouvoir ne pouvait que m'attirer. De plus, la bande annonce augurait d'un film drôle et sympathique. Et je dois dire que je n'ai pas été déçu sur ce point (bien que d'autres si). Le réalisateur s'amuse continuellement aux dépens de l'église. Que ce soit lors du conclave avec des centaines de cardinaux incapable de prendre une décision et se prenant les pieds dans leur soutane ou alors à cause de leur manière de réagir lorsqu'ils entr'aperçoivent le pape. J'ai surtout aimé le match de volley entre les cardinaux des différents continents. J'ai aussi beaucoup aimé la manière dont a été joué le personnage du pape. Dès son élection on sent la peur et le sentiment d'être piégé s'inscrire en lui rien qu'en regardant les yeux de l'acteur. Le voir fuir et tenter de connaître la population est tout aussi drôle et on pense découvrir là un moyen pour lui d'accepter sa charge. Ça le conduit surtout à certains propos assez savoureux par exemple quand il annonce être acteur de métier et n'avoir jamais vécu ailleurs qu'au théâtre. Malheureusement, le film ne va pas plus loin qu'un peu d'humour. Je trouve que l'analyse d'un homme se découvrant un pouvoir dont il a peur n'est pas menée à son terme et je déplore l'absence de critique plus acerbe de l'église. Tout se passe comme si cette institution était remplie de cardinaux naïfs et apeurés plutôt que de personnages politiques qui élisent un pape selon des considérations autant d'idéologie que de pouvoir. Ce film restera un bon moment mais il ne restera pas dans mes souvenirs.

Image: Allociné

Site Officiel

19706160.jpg

15:43 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.