The coming of the terraphiles or pirates of the second aether! par Michael Moorcock

Titre: The coming of the terraphiles or pirates of the second aether!drwho_c_terraphiles_book_125.jpg
Auteur: Michael Moorcock
Éditeur: BBC 2010
Pages: 345

Quand j'ai su que Moorcock avait écrit un livre pour Doctor Who j'ai été plutôt content. Je n'avais jamais lu de Moorcock mais j'avais entendu parler de lui en bien et, donc, je me réjouissais de le lire dans ce cadre. Malheureusement, j'ai trouvé que ce livre était probablement le plus mauvais actuellement écrit pour la nouvelle série. L'auteur envoie le Docteur dans un futur lointain après qu'il ait reçu un message concernant un danger. Il semblerait que l'univers connaisse une extension dangereuse de matière noire. Cette extension menace non seulement de détruire l'univers mais surtout le multivers en mettant en cause son cycle de vie. Le Docteur doit donc trouver ce qu'il s'est passé pour remettre les choses dans l'ordre. Sauver tous les univers existant! Rien que ça!

Il y a au moins une chose que ce livre ait réussi à faire.  Je pensais que les deux premiers tomes mettant en scène Martha étaient les plus mauvais. Eh bien, ce livre m'a prouvé le contraire! C'est au moins un point en sa faveur. Mais qu'est ce que je n'ai pas aimé? Tout d'abord je trouve Amy plus que fade. Plutôt qu'une jeune femme vive et avec du répondant on trouve une midinette inutile. Et pourtant elle devrait normalement ne serais-ce qu'avoir un peu de chagrin comme la série nous l'a montré suite aux événements lié aux Silurans. Mais non, on n'a rien. En fait ce n'est pas Amy mais un archétype de compagnon. Le Docteur est bien décrit dans sa manière de réfléchir. Mais Moorcock oublie totalement sa caractéristique principale: toujours agir et mettre son nez partout. Ce qui veut dire que l'on voit, dans ce livre, le Docteur attendre tranquillement une attaque de pirates puis les laisser se faire massacrer sans réagir! J'ai aussi beaucoup de mal avec les personnages secondaires que je trouve tous plus insupportables les uns que les autres. Entre le Lord transit d'amour, la femme forte mais qui ne connaît pas les priorités dans sa vie et son mari archétype du père grognon mais gentil je ne sais pas lequel est le pire! Quand à l'intrigue elle est entrecoupée de passages concernant, semble-t-il, des thèmes typiquement moorcockien mais qui n'entrent pas vraiment dans le monde whovien. Bref, un très mauvais et très décevant livre.

Image: BBC

Les commentaires sont fermés.