21/10/2011

Millénium 3: La reine dans le palais des courants d'air / Luftslottett som sprängdes (C'est la lutte finale!)

Titre: Millénium 3: La reine dans le palais des courants d'air (Luftslottett som sprängdes)9782742770311.jpg
Auteur: Stieg Larsson
Traducteurs: Lena Grumbach et Marc de Gouvenain
Éditeur: Actes Sud 2007 (2007 édition originale)
Pages: 710

Eh bien voila c'est terminé. Nous n'aurons plus de suite aux aventures de Lisbeth et de Mikael. Ce tome marque la lutte finale de ces deux personnages. Comme je l'ai dit dans la note précédent les tomes 2 et 3 sont incontestablement lié. Mais là ou le tome 2 nous montrait l'enquête de police et le déluge médiatique transparent autour de Lisbeth le tome 3 nous montre une aventure très différente. En effet, Lisbeth est capturée et soignée dans une chambre d'hôpital. Mais rien n'est terminé. Il faut préparer le procès qui ne peut qu'avoir lieu. Et ceux qui doivent se préparer ne sont pas tous des amis de Lisbeth. C'est donc un jeu secret et tacite qui se met en place entre, d'une part, les amis de Lisbeth journalistes et policiers et ses ennemis cachés dans l'ombre de la police secrète. Une ombre tellement sombre que personne n'a connaissance de leur existence. Mais que se passerait-il si on les dévoilait? Que se passerait-il si Lisbeth parlait? Certains ont tout à perdre.

J'avais beaucoup apprécié le tome précédent mais sa fin était très frustrante. Heureusement, je n'ai pas du tout été déçu par ce troisième tome. Il faut dire que j'ai toujours aimé les histoires, réelles ou fictionnelles, qui voient une police secrète se faire démanteler et ses agissements examinés. Il faut dire que je me suis toujours méfiés de ce type d'institutions que je trouve, par essence, dangereuses pour la démocratie et le respect des Droits Humains et constitutionnels. C'est pourquoi je souhaiterais un contrôle intense de la part des citoyens sur tout ce qui ressemble, de près ou de loins, à un service secret. Et je suis vraiment servi dans ce tome puisque, à mon avis, son propos principal est ce même danger. En effet, on nous donne l'histoire d'un service constitué secrètement à l'interne de la police secrète et qui se permet des actes illégaux sans avoir à en référer à quiconque. Comme l'un des personnages le dit dans le livre: c'est un véritable coup d'état. Mais alors, que faire quand des membres d'une institution censée protéger la démocratie et les citoyens (et non pas protéger l'état qu'on ne l'oublie pas) deviennent eux-même un danger pour les citoyens et la démocratie? Ou se place la limite entre une activité difficile et un crime d'état? C'est cette question que l'on peut se poser suite à la lecture de ce tome. Mais, surtout, comment dénoncer de telles pratiques? La réponse donnée par l'auteur est assez simple: un pouvoir judiciaire fort capable d'examiner n'importe quelle institution en cas de doute et une presse critique et n'hésitant pas à investiguer. On peut malheureusement douter que la presse soit aussi capable que l'espère Larsson. Quant à l'institution judiciaire, elle doit avoir des soupçons avant de pouvoir agir et un groupe secret peut très bien ne pas être soupçonné quand on ne connaît ni ses activités ni son existence. D’où le danger.

image: Éditeur

15:34 Écrit par Hassan dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : millénium, complot, média, police, police secrète | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.