Les marches du pouvoir / The Ides of March (Un univers impitoyable)

Vous avez probablement tous vu ces affiches qui ressemblent fortement à une pub. Vous savez celles avec la tête de Clooney en une du Time? Au début j'ai vraiment cru que c'était de la pub puis, en m'y penchant de plus près, j'ai compris que c'était un film. Plus précisément, un film politique ce qui ne pouvait que m'intéresser au vu de mon domaine d'études. Clooney y joue un gouverneur, Mike Morris, candidat à la présidentielle des États-Unis. Nous nous trouvons en Ohio et les primaires du parti Démocrate s'y joueront. Mais le film n'est pas centré sur Clooney. Le véritable point central de l'intrigue est le personnage joué par Ryan Gosling: Stephen Meyers. Cet homme est l'un des meilleurs conseillers des États-Unis. Il s'occupe en grande partie de la campagne de Morris non pas pour l'argent mais parce qu'il croit en cet homme. Mais que se passe-t-il quand la réalité de la politique dépasse les espérances et que les différentes magouilles et pièges se referment sur sois?

Je ne sais pas trop quoi penser de ce film. Bon, je pourrais déjà dire que je préfère le titre anglais que je trouve plus subtil et plus intéressant. Mais je trouve difficile de me faire une opinion tranchée. Il faut dire que ce film est bon. Bon car les rouages de la politique des États-Unis, la manière dont un homme peut réussir à se hisser au pouvoir, sont particulièrement bien montré. Plutôt que de se centrer sur le candidat on observe les gens qui sont autour de lui. Les militants, le QG américain si classique, les conseillers qui tentent de gagner quelques voix et, surtout, les manipulations médiatiques. C'est donc un bon moyen d'entrer dans la réalité de la politique. Je suis, en effet, plutôt en accord avec le message du film. La politique est surtout le cadre de manipulations et de coups fourrés sans oublier les trahisons. La politique, en gros, est un jeu. Cependant, il y a plusieurs aspects de ce film que je trouve dérangeant. Pas vraiment le rythme qui, bien que lent, n'est pas si mal mis en place. C'est plutôt certaines scènes particulièrement clichés qui me troublent. Je pense, par exemple, au jeune trentenaire en pleine ascension qui se fait piéger (et qui a une légère barbe de trois jours pour faire cool), au scandale sexuel (peut être un rappel de Clinton?), les rendez-vous sur les bancs publics ou l'on ne se regarde pas dans les yeux et, surtout, la jeune et jolie stagiaire dont les spectateurs connaîtront les aventures. Bref, je me suis trouvé devant un film qui fait une peinture de la politique que je trouve intéressante mais qui multiplie les clichés.

Image: Site Officiel

Ides-of-March1-800x600.jpg

Commentaires

  • Personnellement, je n'ai pas du tout l'impression d'avoir vu le même film. La campagne politique n'est pour moi absolument pas le thème du film. Mais seulement son cadre. Il s'agit bien plutôt d'un thriller au tour du personnage interprété par Ryan Gosling. Il aurait très bien pu se passer dans un tout autre contxte et raconter en gros la même chose. Soit, jusqu'à quel point un homme peut-il aller pour arriver à ses fins. Qu'est-il prêt à sacrifier pour réussir dans sa vie? Et c'est en cela que le film prenant de bout en bout est tout bonnement excellent.
    Quant au scandale sexuel dans le film, il n'est en rien un cliché... vu la multiplication de ce type de scandale (affaire DSK, Edwards, Schwarzenneger, Spitzer, Tron, etc, etc), c'est plutôt révélateur de son époque...

  • Bonjour et merci de votre commentaire.

    L'interprétation que vous faites est tout aussi valable que la mienne. Bien que je pense que le coté politique ait plus d'importance. Pour moi c'est un film qui montre la face cachée de la politique. L'aspect thriller sur les problèmes de la réussite à tous prix est une interprétation parfaitement adaptée aussi. Ce n'est pas parce que nous avons vu le même film que nous ne pouvons pas faire plusieurs interprétations.

    Je trouve que le scandale sexuel est devenu un cliché car dès que l'on nous montre un homme en position de pouvoir et marié sa principale faiblesse est souvent la sexualité. J'ai donc l'impression que l'on retrouve souvent ce scandale dans les films sur les hommes de pouvoirs. Ce qui ne veut pas dire que l'aspect contextuel ne joue pas sur les scénarios.

  • Je ne l'ai pas vu mais je ne peux que le croiser avec un autre film à l'affiche (en France du moins) qui est l’exercice de l'état.
    http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=174671.html

    Le titre anglais en effectivement bien mieux, et moins "cliché"...

  • Justement je pensais aller voir ce film bientôt.

Les commentaires sont fermés.