L'ordre et la morale (mais de qui?)

Hier soir je suis allé voir le nouveau film de Mathieu Kassowitz. Après être sorti du cinéma j'ai voulu en savoir un peu plus sur les événements et sur la vision du film. Il semble qu'il soit critiqué par de nombreuses parties et les événements sont loin d'être particulièrement clairs. Mais que nous montre le film? Nous sommes en 1988 en Nouvelle-Calédonie un territoire d'outre-mer français. Une attaque vient d'avoir lieu contre une gendarmerie. Elle a fait 4 morts et trente gendarmes sont pris en otage. Le commandant Legorjus est immédiatement dépêché sur place à la tête d'une unité du GIGN. Mais, à peine arrivé, il se rend compte que les choses ont pris un tour très différent. En effet, 300 soldats ont débarqué sur cette petite île et ont pris le contrôle d'un village. Tandis que Legorjus essaie vainement de trouver une solution pacifique il se rendra compte que certains hommes ne souhaite pas ce type de fin. Dans le même temps il sera le témoin des nombreux sévices mis en place par l'armée contre les autochtones. Pourra-t-il vraiment faire son travail? Pourra-t-il continuer à faire son travail?

Le début du film est clair: ça va mal se terminer. La question n'est donc pas comment les négociations vont se dérouler mais pourquoi cela se termine mal. Il faut se rendre compte que cet épisode dans une histoire plus longue semble avoir été le lieu d'un certains nombres de sévices. Bien que je ne connaisse pas l'histoire de cette prise d'otage dont je n'avais même jamais entendu parler auparavant une rapide recherche m'a permis de savoir qu'un certains nombre de preneurs d'otages ont été abattus d'une balle dans la tête et que les civils ont subis un certains nombre de vexation voir d'"interrogatoires musclés" (comprenez tortures).

Quand on regarde le film on se rend rapidement compte de deux choses: c'est une apologie de la gendarmerie et du GIGN et l'armée et les politiques sont condamnés. Le message est donc assez simple. La gendarmerie, surtout locale, tente de comprendre les motivations et demandes des preneurs d'otages. Pour cela il faut créer une relation de confiance mutuel et dialoguer (ça tombe bien la culture locale semble être très ouverte au dialogue). De l'autre coté, l'armée met en place la seule chose qu'elle sait faire: une logique de guerre. Elle est soutenue en cela par le clan Chirac qui souhaite une victoire à quelque jours des élections. Mais pas une victoire pacifique une victoire électorale. Au-dessus de tout cela les médias français font dans la surenchère sur les atrocités qui auraient eu lieu dans la gendarmerie. Ces différentes volontés ne peuvent se terminer que sur une chose: un assaut qui conduisit à la mort de 19 canaques. Mais la peinture des politiques comme des hommes qui n'ont aucun intérêt pour les vies mises en danger quand leur poste peut être remis en question est-il fidèle? L'armée qui remporte tous les blâmes est-elle vraiment meilleure de la gendarmerie qui semble être l'héroïne du respect et de la tolérance? Bref, ce film est-il trop manichéen ou trop militant? Pour quelqu'un qui ne connaît que très partiellement cette histoire il est difficile d'en juger mais cet événement reste impressionnant.

Site Officiel

Image: Allociné

19821550.jpg

Commentaires

  • Je n'ai pas vu le film, mais je sais qu'il y a eu plusieurs interviews entre autre des "dirigeants" du GIGN/Armée/... qui étaient sur place (donc, le niveau le plus bas), et que si ça t'intéresse de creuser, tu peux essayer dans cette direction !

  • Hello,
    oui j'ai vu qu'il existait des documentaires sur cet évènement. Il semble aussi que Kassowitz se soit inspiré du livre écrit par Legorjus. Ce qui ne va pas dans le sens de l'objectivité mais sûrement intéressant vu qu'il était l'un des acteurs clés.

  • Pas en lien direct mais en lien je te conseille ce documentaire que tu peux voir encore pendant 5 jours sur le bureau des migrations des DOM TOM, ça fait fait froid dans le dos
    http://www.pluzz.fr/bumidom-des-francais-venus-d-outre-2011-11-17-22h10.html
    et montre bien quel rapport l'état français à aux autres, y compris des DOM TOM... (mentalité raciste post coloniale) et toute l'exploitation qui s'ets mise en place, et cet autre où il est aussi question de torture (netre autre) et qui est un reportage magnifique 'sur la déportation des enfants eurasien lorsque la France quitte "l'Indochine"...
    http://www.pluzz.fr/ne-sous-z-2011-11-17-23h15.html

  • Cité à l'ordre de la division pour cette opération,je me trouvais en séjour à la section TAP du RIMAP.NC.Mon groupe était dans le 2° hélico, le 1° n'a pas décollé??
    J'attend de voir le film.Car pas mal de de bêtises ont été dites.Avec le SGT CH??? nous avons pu sauvés le 1° gign blessé à la carotide sous les tirs nous l'avons tiré en arrière et évacué.Wanceslas un des leader je l'ai remonté avec le 1° cl MAZ???? son crâne explosé au magnum faisait un bruit sourd en cognant sur les rochers,il était lourd le bougre, le DIANOU Alphonse je lui est découpé son survêtement il était bléssé au 12 mais seulement au genou droit,mon Capitaine BIDEAU, et les 2 infirmiers du 11° Choc et du gign lui ont placé la morphine..etc etc

  • j'ai pas vue encore le film mais je pense que ce film ne doit pas être diffusé. 20 ans passé pour la population d'ouvéa c'est comme-ci c'était hier les événements. les responsables et les acteurs du film n'ont pas respectés la décision de la population qui ne faut pas le réaliser. ce film concerne pas seulement OUVEA mais la calédonie entière.

  • C'est un superbe film, les sources " rapport de la cour européenne des droits de l'homme" ainsi que les différents témoignage des différents protagonistes kanak comme millitaires, pour le scenario et le fil de l'histoire " la morale et l'action" livre de philippe Legorjus , ^personnage qui va rencontrer tous les protagonistes de l'histoire les kanak le ministre, le general vidal et même des journalistes, ensuite pour les faits réels mieux est de venier sur le terrains, j'habite a Ouvéa depuis tres longtemps et ce que l'armée a fait ici est vraiment pas joli du tout.... mais la c'est encore une autre histoire, l'ordre et la morale est un film pour faire decouvriri les kanak , et ce que l'on sait depuis longtemps que la politique et les politiciens ne serve que leurs interêts et rien d'autres ....

  • Merci HKo pour tes liens. Je verrais si je peux les voir mais ils sont sûrement très intéressants.

    WKA votre intervention est intéressante et montre que cet événement est encore dans les mémoires. Après tout, la plupart des acteurs de l'époque sont encore vivants ou ont encore de la famille proche. Dans ce contexte il est difficile de faire un film sans réveiller des blessures. Mais est-ce que c'est une raison pour ne rien faire? J'aurais tendance à penser qu'il vaut mieux communiquer que cacher un événement.

    Marie je vous remercie aussi de votre réponse. Je ne dirais pas que les politiciens ne servent que leurs intérêts. Bien entendu, ils suivent une envie de pouvoir. Mais cela n'empêche pas qu'ils peuvent être certains que leurs décisions sont les bonnes décisions. Ce qui ne veut pas dire que l'on n'a pas le droit de les juger si ils se sont trompés. C'est pourquoi je pense que ce film est trop manichéen en mettant toute la faute sur des politiciens et des soldats obéissants.

    FELT je ne suis pas certains de comprendre votre remarque désolé.

  • La version donnée par kassovitz ne fait vraiment pas l'unanimité... A voir les liens ci dessous

    http://www.gazetteinfo.fr/2011/11/19/lordre-la-morale-des-anciens-du/

    et là
    http://www.gazetteinfo.fr/2011/11/20/jean-bianconi-veut-en-finir-avec/

  • Bonjour,
    j'ai parfaitement conscience que ce film ne montre pas une vérité historique ne serais-ce que parce qu'une telle vérité n'existe pas. En lisant mon billet voous aurez d'ailleurs sûrement remarqué que je suis critique face à ce film et à son traitement. Ce qui ne veut pas dire que Kassowitz ait menti. En l'état je pense que l'on ne peut pas trancher le débat.

  • Les gendarmes sont des militaires. Les fascistes et la "bande à Pasqua" sont les seuls à s'opposer à la version de ce film... sans l'avoir vu. Bravo Mathieu ! Vivement un film sur la guerre d'Algérie, honnête, avec le point de vue des algériens et des Pieds-Noirs tous victimes de l’État français.

  • Pour moi la Nouvelle-Calédonie peut couler. C'est une île invivable avec le plus haut taux de racisme au mètre carré du monde. A vomir !

  • Pol75 des acteurs des événements ainsi que les citoyens de Nouvelle-Calédonie s'opposent aussi à ce film sans, pour autant, être forcément fasciste ou colonialiste.

    Marc12 n'est-ce pas un peu exagérer de condamner toute un territoire pour les actes de certains de ses habitants?

  • Malgré que ce film soit très bien réalisé, il s'agit d'un film fortement « partisan, manichéen et manipulatoire » comportant une pléthore de mensonges. Il ne retrace et ne respecte en aucun cas la vérité historique (contrairement à ce qu’affirme continuellement Kassovitz).

    Ce réalisateur, en réécrivant l’histoire, salit l’honneur et la mémoire des 4 gendarmes assassinés à Fayaoué et des militaires tombés lors de la libération des otages. Un comportement inacceptable.

    Concernant Legorjus, ancien capitaine du GIGN, il a perdu toute crédibilité auprès de ses hommes et de l'armée suite à cette affaire. Il faut savoir que ce dernier, contrairement à ce qu’on voit dans le film, n’a jamais participé aux deux assauts, et une fois sorti de la grotte, il n’y remettra plus jamais les pieds… D’ailleurs, l'ensemble des anciens du GIGN parlent en son égard d’une « erreur de casting ».

    Le capitaine Barril, affirme, dans son ouvrage « Guerres secrètes à l’Elysée’ », (pages 296 et 297) que : « Philippe Legorjus s’est fait capturer bêtement …. il a réussi ce que nous (lui et Prouteau) avions toujours su éviter : faire prendre des gendarmes en otages. »
    Philippe Legorjus est un homme qui dit tout et son contraire. Son témoignage n'est en aucune manière fiable.

    Voici le témoignage de Jean Bianconi :
    http://www.gazetteinfo.fr/2011/11/23/jean-bianconi-veut-en-finir-avec/

    et celui de deux anciens du GIGN :
    http://www.gazetteinfo.fr/2011/11/23/lordre-la-morale-des-anciens-du/

    Par ailleurs, cette présentation de tous les Kanaks (preneurs d’otages) comme n’étant ni des sauvages, ni des terroristes, mais juste » des pères de familles » me dérange fortement. Kassovitz nous les présente beaucoup trop comme de braves types, qui ne voulaient tuer personne : « on a juste affaire à des types qui se sont mis dans la merde ». Le ton est donné dès le départ…

    Et ceci explique pourquoi Kassovitz a omis intentionnellement de reprendre dans son film les conditions de détention des otages (simulacres d’exécution…). C’est une honte de négliger ce traitement barbare qui a été infligé aux otages. Tout cela dans un seul but : éviter de ternir l’image de « gentils » ravisseurs.

    Je tiens à préciser que tous les preneurs d’otages ne sont pas à mettre dans le même panier : il y a
    certains Kanaks qui ont été entraînés dans cette galère, et ses conséquences qu’ils ne voulaient pas, des braves types en fait.

    Entraînés par qui ? Par des fous, des illuminés dont Alphonse Dianou. Rappelons quand même que ce dernier, après avoir tiré dans le dos de l’adjudant chef Moulié désarmé, l’a froidement achevé à l’arme blanche (d’ailleurs il s’en vantera à plusieurs reprises : confirmé par le rapport de la Ligue des droits de l’homme).

    Dans le film, le portait dressé d’ A. Dianou est totalement à l’opposé de cette vérité. Pendant l’attaque de le gendarmerie, on le voit comme figé, comme s’il était dépassé par les événements, quel MENSONGE monsieur Kassovitz et vous le savez puisque vous avez soi-disant lu le rapport de la Ligue des droits de l’homme… Ce dernier présente A. Dianou comme un homme instable, incohérent et de très excité. Pas ce personnage que vous ne présentez…

    Bref ce film n’est qu’une pure fiction. Kassovitz en ne prenant pas en compte les témoignages de tous les protagonistes de cette affaire, fait un véritable bide avec ce film. Oui c’est un gros échec. Et cela est dommage, il est passé à côté de quelque chose et il va s’en mordre longuement les doigts…

  • Bonjour JM,
    votre réponse est très intéressante et montre des points faibles dans le film de Kassowitz. Mais il ne faut tout de même pas oublier trois choses. Autant l'état français que le GIGN avait intérêt à dépeindre Legorjus comme incompétent. Cette règle est aussi applicable aux preneurs d'otages qui ne devaient surtout pas être légitimé! Enfin, n'oublions tout de même pas que Kassowitz a fait un film et non un documentaire historique.

Les commentaires sont fermés.