Queer Zones: Politique des identités sexuelles et des savoirs par Marie-Hélène Bourcier (déconstruire les catégories)

Titre: Queer Zones: Politique des identités sexuelles et des savoirsarton29.jpg
Auteurs: Marie-Hélène Bourcier
Éditeur: Amsterdam 2011
Pages: 263

Le queer m'interpelle de plus en plus depuis quelques mois. Cette posture revendicatrice qui vise à dépasser le féminisme (si j'ai bien compris ce qu'est le queer) ne peut que m'intéresser. En effet, les théories queer semblent permettre de briser les catégories sexuelles et sexuées tout en n'oubliant pas de prendre en compte le corps et sa possible revendication (le corps passerait donc de témoin de la domination a revendiqué). C'est pourquoi j'avais noté, avec intérêt, ce livre en vue de le consulter. Mais il faut bien avouer que je ne m'attendais pas au livre que j'ai tenu entre les mains. Celui-ci m'a surpris non seulement par la posture théorique que l'on y trouve mais aussi par les objets analysés qui peuvent aller du porno au SM en passant par la place du queer à l'université. Ce sont donc des thèmes très différents et/ou que l'on n'a pas l'habitude de voir analysés qui se trouvent dans ce livre. Tous ces thèmes sont reliés par la posture queer de l'auteure qui lui permet de dépasser une certaine condamnation morale ou une posture naturalisante des genres.

Je dois avouer une seconde chose: je n'ai rien compris et je ne sais pas comment parler de ce livre. Ce n'est pas que le propos de Marie-Hélène Bourcier soit inintéressant. Au contraire j'ai trouvé que les thèmes et les arguments de l'auteure sont très stimulant intellectuellement. Malheureusement je n'ai pas réussi à comprendre ce qu'est, exactement, la posture queer et à quel point le queer est une théorie ou une revendication? La lecture m'a donné l'impression que le queer était surtout un retour des revendications face à un féminisme institutionnel et universitaire pensé comme figé. Cette posture serait donc un moyen de retrouver un militantisme radical via une posture tout aussi radicale. Mais il me semble aussi que c'est un moyen de faire entrer les catégories les plus invisibles et invisibilisées de la population. Ces catégories sont celles des lesbiennes encore largement inconnue face aux gays mais aussi des transsexuels. Ces derniers sont particulièrement déstabilisateurs vis-à-vis des catégories de genre puisqu'ils brisent le lien entre corps et genre naturel en changeant de sexe chirurgicalement ou symboliquement (dans le sens de cacher un corps pour montrer une identité). En conclusion je peux affirmer que le queer est très stimulant mais je dois aussi avoir mon incompréhension face à ce terme et ses postures. Une incompréhension que je ne pourrais annuler que par la lecture d'autres textes peut être plus abordables? En l'état je ne peux que m'accuser d'une présentation qui ne rend sûrement pas justice à ce livre.

Image: Éditeur

Commentaires

  • Coucou c'est sans moi, et tu ne seras pas surpris je pense ;)

    Je n'ai pas lu cet ouvrage -encore- et je dois dire que j'ai eu du mal appréhender la théorie queer, je travaillais déjà sur le genre quand je l'ai rencontré et j'avoue que je n'y ai pas compris grand chose les 3 premières années, sans en chercher plus que les divers articles rencontrés ceci dit.

    Puis en en me confrontant aux limites du genre, j'ai commencé à appréhender le tout qui me correspond tout à fait en terme de conception de l'identité des personnes, y compris dans leur dimension sexuée et sexuelle.

    Le wikipédia est vraiment bien sinon : http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_Queer

    et comme tu le pointes bien, il y a au sein du queer diverses postures notamment sur la question de militantisme ;)

    Sinon dans mon cas, le queer dans un cheminement croisé inscrit dans le matérialisme et conjugue la pensée cynique, la pensée cyborg et également le "companion species" (bon je lis beaucoup Donna Harraway, j'avoue XD)

    Belle présentation en tous les cas, et ça me motive pour lire le livre ^par ailleurs ^^

  • Hello,
    malheureusement je ne connais pas la moitié des choses dont tu parles! Je n'ai jamais rencontré la pensée cyborg ni le Companion Species. Je me suis surtout lancé dans ce petit livre (premier d'une trilogie) pour mieux comprendre une posture que j'ai du mal à cerner. Comme tu dois t'en douter je suis déjà convaincu par les théories du Genre et je trouve que le genre est une bonne manière d'appréhender le monde social. Mais comme aucune théories n'est parfaite je trouvais intéressant d'aller voir le Queer qui semblait aller plus loin que le Genre. Mais je ne suis pas du tout certains d'être convaincu! Et je ne suis pas du tout certains de réussir à comprendre le Queer prochainement!

Les commentaires sont fermés.