29/12/2011

Queer Zones: Politique des identités sexuelles et des savoirs par Marie-Hélène Bourcier (déconstruire les catégories)

Titre: Queer Zones: Politique des identités sexuelles et des savoirsarton29.jpg
Auteurs: Marie-Hélène Bourcier
Éditeur: Amsterdam 2011
Pages: 263

Le queer m'interpelle de plus en plus depuis quelques mois. Cette posture revendicatrice qui vise à dépasser le féminisme (si j'ai bien compris ce qu'est le queer) ne peut que m'intéresser. En effet, les théories queer semblent permettre de briser les catégories sexuelles et sexuées tout en n'oubliant pas de prendre en compte le corps et sa possible revendication (le corps passerait donc de témoin de la domination a revendiqué). C'est pourquoi j'avais noté, avec intérêt, ce livre en vue de le consulter. Mais il faut bien avouer que je ne m'attendais pas au livre que j'ai tenu entre les mains. Celui-ci m'a surpris non seulement par la posture théorique que l'on y trouve mais aussi par les objets analysés qui peuvent aller du porno au SM en passant par la place du queer à l'université. Ce sont donc des thèmes très différents et/ou que l'on n'a pas l'habitude de voir analysés qui se trouvent dans ce livre. Tous ces thèmes sont reliés par la posture queer de l'auteure qui lui permet de dépasser une certaine condamnation morale ou une posture naturalisante des genres.

Je dois avouer une seconde chose: je n'ai rien compris et je ne sais pas comment parler de ce livre. Ce n'est pas que le propos de Marie-Hélène Bourcier soit inintéressant. Au contraire j'ai trouvé que les thèmes et les arguments de l'auteure sont très stimulant intellectuellement. Malheureusement je n'ai pas réussi à comprendre ce qu'est, exactement, la posture queer et à quel point le queer est une théorie ou une revendication? La lecture m'a donné l'impression que le queer était surtout un retour des revendications face à un féminisme institutionnel et universitaire pensé comme figé. Cette posture serait donc un moyen de retrouver un militantisme radical via une posture tout aussi radicale. Mais il me semble aussi que c'est un moyen de faire entrer les catégories les plus invisibles et invisibilisées de la population. Ces catégories sont celles des lesbiennes encore largement inconnue face aux gays mais aussi des transsexuels. Ces derniers sont particulièrement déstabilisateurs vis-à-vis des catégories de genre puisqu'ils brisent le lien entre corps et genre naturel en changeant de sexe chirurgicalement ou symboliquement (dans le sens de cacher un corps pour montrer une identité). En conclusion je peux affirmer que le queer est très stimulant mais je dois aussi avoir mon incompréhension face à ce terme et ses postures. Une incompréhension que je ne pourrais annuler que par la lecture d'autres textes peut être plus abordables? En l'état je ne peux que m'accuser d'une présentation qui ne rend sûrement pas justice à ce livre.

Image: Éditeur

15:49 Écrit par Hassan dans contemporain, féminisme/gender/queer, Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : queer | | | |  Facebook

23/12/2011

Brokeback Mountain un amour pas si simple

J'ai récemment vu ce film grâce à une amie qui le possède. J'en avais entendu beaucoup de bien lors de sa sortie mais je n'avais pas pris le temps d'aller le voir. Nous suivons deux jeunes hommes dans les années 60. Ils sont engagés pour garder un troupeau de moutons. Alors que le temps s'éternise dans les montagnes de Brokeback une complicité s'installe entre-eux jusqu'à déboucher à une relation d'amour. Mais quand ils redescendent de la montagne ils se perdent de vue. Les deux hommes construisent chacun leur vie de leur coté se mariant et devenant pères. Mais, cinq ans plus tard, ils se retrouvent enfin. La passion les reprend mais il leur est difficile de cacher cette relation. D'autant qu'ils doivent rendre des comptes à leurs familles respectives. Mais ils continuent de construire leur relation dans l'ignorance de leur proche développant un amour à la fois passionnel et complice alors que leurs vies officielles devient de plus en plus difficile à tenir.

Je trouve difficile de parler de ce film est je suis certain que je n'arriverais pas à lui rendre justice sur cette présentation. Je m'en excuse donc par avance. Il faut dire que le sujet traité est difficile tandis que présenter le film peut mener sur de nombreux points. Par exemple, on peut écrire plusieurs phrases sur la beauté de la photo. Non seulement les paysages sont magnifiques mais, en plus, l'absence de dialogue donne une impression d'apaisement face à ce paysage. Comme si les dialogues ne pouvaient que briser la beauté de la montagne. C'est pourquoi nous trouvons un début de film quasiment muet. On peut aussi montrer la difficulté de la vie homosexuelle aux USA lors de ces années 60 à 80. Les deux jeunes hommes se sont chacun enfermé dans des mariages peu heureux. Leur vie est parallèle. L'une est un succès mais qui mène à l'insatisfaction tandis que l'autre est un échec presque libérateur. Les deux ont des enfants qui évoluent aussi. Mais, surtout, leur relation doit rester secrète. Le dévoilement pourrait mener à l'ostracisme social voir pire (il suffit de voir la fin du film bien que celui-ci ne soit pas clair). Nous avons aussi de superbes scènes qui se suffisent presque à elles-même. Par exemple, je noterais celle qui voit Jack Twist prendre symboliquement le pouvoir sur son beau père. J'ai aussi vu que certains se demandaient qu'elle était la "véritable" orientation sexuelle des héros. Mais, au final, ces questionnements n'ont que peu d'importance. On peut tout simplement choisir de se laisser porter par une histoire d'amour entre deux hommes. Une histoire d'amour tout aussi belle et romantique qu'une autre qui connaît ses passions et ses tragédies. Bref, une histoire qui devrait être banale.

Image: Site officiel

950.jpg

Mission Impossible: Ghost Protocol (une équipe de bras cassés)

Le block buster de fin d'année est sorti il y a environ une semaine. Tout le monde connaît Mission Impossible. Avant d'être une série de film c'était une série tout court. Le concept est simple, les USA ont institué une agence chargée d'exécuter les missions les plus périlleuses. Comme le disait le chef du MI "C'est mission impossible pas difficile, une mission difficile serait un jeu d'enfants pour vous". Bref, les gadgets, les cascades et les descentes vertigineuses sont de retour! Et on commence fort par une course poursuite sur les toits qui tourne mal. Après cet échec l'équipe doit aller rechercher Ethan Hunt actuellement enfermé dans une prison en Europe de l'Est. En effet, il semble qu'un terroriste dont on ne connaît même pas le nom tente de prendre le contrôle d'une ogive nucléaire pour déclencher une guerre mondiale. Hunt, après avoir été libéré, est rapidement envoyé en mission d'infiltration au Kremlin. Mais celle-ci tourne mal et l'équipe est accusée d'espionnage et désavouée par le gouvernement américain. Sans aide, sans ressources et poursuivis par les services secrets russes ils devront laver leur nom tout en sauvant le monde de la catastrophe.

Je n'aime pas Tom Cruise. J'ai plusieurs raisons pour cela et je ne les détaillerais pas. Mais j'ai tout de même voulu voir ce film ne serais-ce que parce que je les avais tous vu quand j'étais plus jeune. Il faut bien dire que du coté de l'action je n'ai pas été déçu. Les explosions sont gigantesques et les acrobaties toujours aussi impressionnantes. Mais ce film montre surtout une équipe de bras cassés. Non seulement leur équipement ne fonctionne pas mais ils sont aussi totalement incompétent. Aucun d'eux n'est capable de garder son calme ou d'en rester aux paramètres de la mission. C'est ainsi que les erreurs et surprises se succèdent l'une après l'autre ce qui conduit Cruise à se prendre une fenêtre en plein visage. En fait je pense que ce film est avant tout humoristique et pas un film d'action. J'ai, en tout cas, éclaté de rire à plusieurs reprises devant l’imbécillité des personnages. Et je ne parle même pas des dialogues qui semblent avoir été écrit à l'aide d'un traitement de texte automatique mis sur le mode "film d'action". C'est à peine si la dernière scène montrant les héros parler de leurs prouesses et de l'innocence du peuple qui doit être protégé en secret ne se fait pas sur fond de drapeau américain. J'ai aussi beaucoup aimé le générique de début. Grâce à lui on connaît les principaux rebondissements du film durant les 10 premières minutes du film. Ce qui est très utile si on souhaite quitter la salle. Je mentionne aussi rapidement Paul Patton dont le personnage semble n'avoir qu'un seul intérêt aux yeux des producteurs: faire fantasmer les hommes grâce à un cadrage particulièrement bien situé. Encore une fois on oublie les femmes. Au moins la musique était sympa.

Image: Site officiel

migp_wp5_1280.jpg

15:37 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mission impossible | | | |  Facebook

The Sarah Jane Adventures saison 4 (le Doctor Who des petits)

J'ai déjà parlé de cette série pour enfants. La saison 4 est récemment sortie en DVD alors que la saison 5, dernière de cette série, a été diffusée. Nous retrouvons Sarah Jane avec ses petits compagnons dans des aventures rocambolesques. Les différents épisodes nous permettront de voir le départ de Luke (enfin!) et son retour (mais c'est qu'il revient le bougre!). Mais aussi de suivre Clyde et Rani seuls ou ensemble sans l'aide de Sarah Jane. Cette saison est aussi l'occasion de réinviter le Docteur. En l’occurrence l'incarnation de Matt Smith qui, comme d'habitude, joue parfaitement bien son rôle de madman with a box. Mais cette saison est surtout l'avant-dernière puisque Elisabeth Sladen, qui interprète Sarah Jane, est récemment morte. C'est pourquoi la BBC a eu la bonne idée d'inclure quatre épisodes des Doctor Who Classic en l'honneur de cette actrice qui incarne encore et toujours la compagne parfaite du Docteur. Ces épisodes sont les quatre partie de l'aventure du quatrième Docteur: Pyramids of Mars. Le Docteur et Sarah enquêtent dans un cottage envahit par un Égyptien qui tente de faire revenir Suthek. Un alien si puissant que même les Time Lords ne pourraient pas l'arrêter si il était libéré!

Comme je l'ai déjà dit précédemment (et en titre) c'est un série pour enfants. Il ne faut donc pas s'attendre à du grand art. Heureusement, Matt Smith sauve les meubles. Les scénarios sont aussi très simplistes mais conviennent parfaitement bien pour des enfants. Mais la morale qui en ressort est attendue et un peu difficile à avaler sans sourire pour des adultes. Les quatre parties de Pyramids of Mars sont intéressantes puisqu'elles permettent de se rendre compte de la manière dont on filmait Doctor Who. Bien que ces épisodes soient kitsch avec des effets spéciaux très mauvais selon nos standards il reste intéressant et sympathique à regarder. C'est, d'ailleurs, un grand plus de ce coffret.

Image: site officiel

series-five-sarah-jane-wallpaper_1600x1200.jpg

16/12/2011

Doctor Who saison 6 silence will fall!

Puisque j'ai reçu le DVD anglais de la saison 6 de cette série dont je parle temps je peux maintenant la présenter sur ce blog. Bien entendu, les fans et les personnes un peu attentives savent que cette saison a été diffusée durant l'été. C'est pourquoi je pense qu'il est moins dangereux d'en parler en fin d'années puisque la plupart des révélations sont sûrement déjà connues. Nous avions quitté le Docteur en vie et reparti pour de nouvelles aventures avec Amy et Rory à la fin de la saison précédente. Mais ce happy ending n'allait pas de soi puisque l'univers a failli être détruit et que même sauvé une menace plane sur le TARDIS. En effet, silence will fall. Mais qui dit cette phrase et pourquoi. Après un épisode de noël très proche de l'esprit de noël et d'une certaine histoire de Dickens nous entrons directement dans le cœur du sujet. Le premier épisode est l'occasion de savoir qui se trouve derrière cette phrase mais aussi de connaître une part du futur du Docteur. La saison nous permet aussi de savoir, enfin, qui est River Song! Mais, comme je l'ai déjà dit, le TARDIS n'est plus sûr et Amy et Rory pourraient bien être bien plus en danger qu'ils ne l'ont jamais été.

Cette sixième saison a drainé une attente très forte. Nous devions enfin savoir qui est River Song et quel est l'entité derrière le glacial Silence will fall. Il est dommage qu'elle n'ait pas réussi totalement sa mission. Qu'on ne croie pas qu'elle soit à jeter et oublier le plus vite possible. Outre le magnifique épisode de noël qui, pour la première fois, est vraiment dans l'esprit de noël cette saison connaît de grandes réussites. Le double épisode du début de saison est tout simplement haletant. Les épisodes de la mi-saison sont tout aussi impressionnant et le retour de Greg était très attendu. Je ne parle même pas de l'épisode The Doctor's Wife qui a été écrit pour les fans par un fan. Malheureusement ces épisodes impressionnant sont côtoyés par d'autres beaucoup moins bons. Je parle, par exemple, de The Curse of the blackspot. Le final n'est pas non plus à la hauteur. Il est beaucoup trop confus. En fait, cette saison donne l'impression que l'intrigue a dépassé ce à quoi s'attendait la BBC et qu'elle n'arrive plus à la résoudre en une seule saison. C'est pourquoi l'intrigue qui a commencé durant la saison 5 va sûrement continuer durant la saison 7 si ce n'est plus loin. Il reste, en effet, une question à laquelle répondre et dont la réponse n'est pas 42. Je salue aussi l'apparition des épisodes Night and the Doctor qui permettent de savoir ce que font le Docteur et River durant la nuit. Ces courts épisodes sont très réussis et sont à la fois drôle et tragiques.

Image: Site officiel

d11s02_generic_01.jpg

06/12/2011

Le chat potté (miaou)

Lorsque nous avons regardé le second Shrek nous avons tous aimé ce nouveau personnage qu'est le Chat Potté. Ce chat capable de combattre les soldats avec son épée et de les attendrir avec ses yeux tout en portant des bottes (ce qui est étrange pour un chat). Mais nous ne savions rien de son origine. C'est pourquoi Dreamworks a décidé de faire ce film. Grâce à celui-ci nous savons enfin ou le Chat Potté a été élevé et comment ses aventures ont commencé. Et, surtout, nous savons comment il a reçu ses fameuses bottes! Mais nous le suivons surtout à la fin d'une quête qu'il tente de réussir depuis sa plus tendre enfance: retrouver les haricots magiques pour voler les œufs de l'oie aux œufs d'or et rembourser une dette. Pour réussir sa quête il acceptera de se joindre à un ancien ami et, surtout, à une chatte voleuse ressemblant étrangement à Catwoman. Bien que hors-la-loi le Chat montrera qu'il est véritablement un héros!

Connaître les origines de ce chat m'intéressait. De plus, j'étais certains de me retrouver devant un film drôle. Malheureusement, et bien qu'il ait fonctionné sur les enfants, j'ai trouvé que aventures du Chat n'étaient pas aussi drôle que Shrek 1 et 2. Peut-être que le concept est un peu trop usé? Ce n'est pas que les gags n'existent pas. Ils sont nombreux au contraire. Mais ils semblent un peu facile à faire. L'ambiance est tout de même très différente des Shrek. On passe d'un monde sorti des contes de fée à un désert qui pourrait rappeler le pays de Zorro (ce qui est sûrement voulu!). Les "amis" du Chat permettent aussi de mettre en place une petite morale sur l'importance de l'amitié et sur la trahison. En bref, ce film n'a rien de transcendant ni même de particulièrement drôle. Bien sur on passe un bon moment et les enfants adorent mais j'aurais aimé retrouver Shrek 2.

Image: Site officiel

PIB-wp-5-768.jpg

11:22 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : shrek, chat potté | | | |  Facebook

02/12/2011

L'homme féministe: un mâle à part? par Emmanuelle Barbaras et Marie Devers (les hommes féministes sont des femmes comme les autres)

Titre: L'homme féministe: un mâle à part?0127.250.png
Auteurs: Emmanuelle Barbaras et Marie Devers
Éditeur: Les points sur les i 2011
Pages: 165

Je me revendique féministe. Cette revendication ne va pas de soi et n'implique que je sois un homme parfait qui ait réussi à passer outre toutes les structures de dominations masculines pour réussir l'égalité parfaite avec les femmes. Se revendiquer féministe implique d'avoir conscience et de refuser un certain ordre social dominé par les hommes blancs hétérosexuels. Mais comment un homme, à priori profiteur de la domination sexuelle, peut-il remettre en cause sa force face aux femmes? Quels sont les hommes qui se disent féministes et comment réussissent-ils à militer et assumer l'étiquette féministe? Ce sont les questions que ce sont posés les deux auteures face à la rareté des hommes qui se disent féministes. Elles ont voulu comprendre ces hommes et leur donner la parole.

Qu'est ce qui ressort de ces entretiens? Bien que les hommes qui parlent dans ce livre soient très différent vis-à-vis des générations et des emplois on peut tout de même observer plusieurs points communs. En effet, ces hommes ont souvent été en contact direct avec la domination des femmes par les mâles. Ils l'ont vécu comme une injustice et ont voulu y mettre fin. D'autres ont aussi été rapidement en contact avec les thèmes féministes en militant. La grande partie a fait des études mais, surtout, ils sont tous plutôt à gauche. Non pas que le féminisme soit une idéologie de gauchiste bobo. Mais plutôt que le féminisme, ou être de gauche, permet de voir les injustices actuelles d'une manière plus intense. Ainsi, se revendiquer féministe va souvent de pair avec une attitude critique face au fonctionnement global de la société.

Mis à part l'intérêt d'avoir accès au discours d'autres hommes féministes ce livre a eu le grand mérite de me faire m'interroger sur ma propre conception du féminisme. En effet, malgré toutes les caricatures, le féminisme n'est pas une idéologie fixée par une doxa dans un grand livre vieux de 2000 ans. C'est une pratique vivante dont les buts et objets sont multiples et changeants. A tel point que le féminisme peut être à la fois source de militantisme et scientifique! Ma pratique du féminisme n'est pas extrêmement militante. C'est plutôt un effort personnel vers la tentative d'être plus respectueux et ouvert envers les femmes (au sens général). Bien sur, cela ne veut pas dire que je ne milite pas de temps en temps. Mais mon militantisme se limite surtout à une revendication de l'étiquette féministe et à une explication du terme et de ce que cela implique. J'ai souvent eu la surprise d'avoir des publics plus ou moins défavorables qui changent subitement d'avis quand je leur explique ma vision du féminisme. Ce n'est pas une guerre entre les sexes (la guerre des sexes existe depuis longtemps bien avant que le féminisme n'existe) mais la recherche de la paix des sexes. Et cette paix ne peut passer que par l'égalité des droits et des traitements ainsi que par le respect mutuel. J'essaie d'y arriver mais, encore une fois, le féminisme est un effort et non un acquis. Ainsi, pour reprendre mon titre, hommes ou femmes la différence n'est pas si importante. Les hommes sont des femmes comme les autres et les femmes sont des hommes comme les autres.

Image: Éditeur

11:54 Écrit par Hassan dans contemporain, Politique | Lien permanent | Commentaires (21) | Tags : féminisme, genre, queer | | | |  Facebook