Torchwood: Miracle Day (il ne faut pas remettre en question un miracle)

Jack avait disparu à la fin de la saison 3 pour oublier la mort de son amant: Ianto. Torchwood semblait mort et enterré alors que Gwen, seule autre membre survivant de l'équipe, se cachait pour éviter d'être emprisonnée après les événements de Children of Earth. Mais, quelques années plus tard, le mot Torchwood s'inscrit sur les écrans du monde entier et, en particulier, de la CIA. Quelques minutes plus tard toutes mentions de l'Institut disparaît de l'Internet. Cela suffirait à n'importe quel curieux pour qu'il décide de se poser des questions mais ce n'est pas tout. Le même jours plus personne ne meurt. Cette situation d'abord imaginée comme temporaire est rapidement comprise dans toute son ampleur. L'humanité est devenue immortelle. Alors que les individus tentent de se faire à leur immortalité inattendue la société et le système subissent les contre-coup économique et hygiénique du Miracle. Sur fonds de chute de civilisation l'équipe de Torchwood, reconstituée, essaiera de comprendre ce qui se cache derrière Miracle Day. Ils comprennent qu'il y a un prix à payer pour ce miracle mais aussi pour le comprendre.

La saison 3 de cette série concluait parfaitement bien l'histoire. Bien entendu, de nombreux points étaient laissés en suspens dans une série pas toujours de qualité. Mais Children of Earth a réussi à conclure la série sur une réussite très peu contestée. C'est pourquoi le retour de Torchwood coproduite avec la chaîne Starz a levé quelques sourcils sceptiques dans la communauté des fans. Mais puisqu'il ne faut pas juger avant d'avoir vu et que le synopsis semblait intéressant on a attendu et regardé. Malheureusement la saison 4 ne peut pas être qualifiée de réussite. Au contraire elle souffre de nombreuses imperfections. Les personnages sont simplistes ou simplifiés et semblent posséder un QI proche d'une amibe pour ne prendre qu'un exemple. La prise de contrôle par Starz de la série, symboliquement montrée dans le premier épisode qui voit un agent de la CIA macho et bien irrespectueux déporter Gwen et Jack à Washington (montrant par là que maintenant c'est fini de jouer on va montrer à la BBC comment faire une série), donnait l'occasion à de nombreux doutes. Et pourtant, l'idée était bonne. Essayer de montrer les conséquences sociales de l'immortalité est difficile mais exaltant. Et rien n'est oublié: les hôpitaux sont plein à rabord, les drogues libres de ventes, les maladies en progression et les tensions internationales et internes à leur comble sur fonds de crise économique à coté de laquelle celle de 29 ressemble à un pic-nique un peu gâché.

Bref ça s'annonçait bien et on aurait pu avoir une quatrième saison tout aussi exaltante que la troisième. Si ce n'est pour un énorme problème de rythme. Alors que les cinq premiers épisodes mettent en place les problèmes et protagonistes les suivants sont insupportablement lent à développer l'histoire. C'est ainsi qu'il faut attendre le septième pour avoir des noms et on comprendra vite qu'ils sont inutiles! Sans oublier les problèmes de continuité avec le reste de la série puisque l'explication du Miracle me semble un peu tordue. Mais, ce qui ennuie le plus, c'est que la fin de la saison est ouverte et nous laisse sur l'idée que rien n'est terminé. Devrions-nous subir un retour de Torchwood américanisé? Au vu de l'audience de cette saison 4 il est probable que non et la conclusion maîtrisée de la saison 3 laisse donc sa place à une conclusion hâtive et mal menée de la saison 4.

Image: Starz

Site Officiel de la BBC

torchwood_keyart_1920x1440.jpg

Les commentaires sont fermés.