10/02/2012

Zarafa

Zarafa a été la première girafe de France. Ce film s'inspire de cette histoire pour en faire un conte. Nous sommes en Afrique, un vieil homme raconte une histoire à des enfants sous un baobab. C'est l'histoire d'un jeune garçon nommé Maki. Ce dernier a été capturé par des esclavagistes mais il ne souhaite pas se laisser faire. Il s'échappe donc et fuit. Le lendemain il se réveille près d'une girafe et de sa fille. Malheureusement Zafara perd sa mère et Maki promet de s'occuper d'elle. C'était sans compter Hassan envoyé par le pacha d'Egypte pour trouver un cadeau à offrir au roi de France pour lui demander son aide contre les Turques qui assiègent Alexandrie. Le jeune Maki refuse de laisser la girafe partir et la suit dans le désert, au-dessus de la méditerranée jusqu'en France. Progressivement, une amitié se noue entre les compagnons de ce voyage.

J'ai beaucoup aimé ce conte bien plus riche que la plupart des productions actuelles. Il y a de nombreuses choses que j'ai apprécié dans ce film en 2D (et ce n'est pas du tout une technologie obsolète). Encore une fois, la bonne vieille technologie rend les dessins plus jolis que l'usage de l'ordinateur. Quelqu'un a aussi eu la bonne idée d'ajouter des plans sous forme de croquis donnant une ambiance carnet de voyage. Mais les images ne sont pas la seule richesse de ce film d'animation. Par exemple, on peut considérer que le réalisateur a voulu faire passer un message contre le racisme. En effet, l'esclavagiste du film est fréquemment condamné pour ces actions par les personnages les plus importants. Ce qui le conduit à être la victime de plusieurs situations grotesques peu de temps après avoir fait preuve de cruauté. J'ai aussi beaucoup aimé la manière dont a été dépeint Paris et, en particulier, la cours du roi. Cette dernière est remplie de personnages grotesques dont le moindre n'est pas le roi. Ce dernier ressemble vaguement à un singe qui se contente de répéter les même formules jours après jours. Sa cour est fardée de manière ridicule sans s'en rendre compte. Par contraste les personnages de l'Afrique semblent bien plus vrais que les personnages parisiens.

Je n'ai lu que deux critiques envers ce film. Le premier concerne le manque de réalisme historique. En effet, les aventures et les événements sont très librement inspirés de la véritable histoire de cette girafe. Cependant, à mon avis, ça ne nuit absolument pas à l'intérêt de ce film. La seconde critique concerne la peinture qui y est faite des africains. Je suis d'accord que les images donnent l'impression de revenir au bon sauvage qui n'est pas corrompu par la civilisation européenne. Mais ces deux points, qui ne sont pas forcément ressentis par tout le monde, ne nuisent pas à la beauté et à l'intérêt de ce conte. Personnellement, je pense que Zarafa est beaucoup plus intéressant que le retour de starwars en 3D.

Image: Site officiel

zarafa_02.jpg

11:30 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zarafa | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.