25/03/2012

Bye Bye Blondie

Je ne suis pas certain de réussir à parler de ce film mais je vais quand même essayer. Virginie Despente adapte une nouvelle fois l'un de ses romans. Mais elle change aussi quelque points. Celle qui saute aux yeux pour ceux qui ont lu le livre (ce qui n'est pas mon cas) est le passage d'une histoire entre une femme et un homme à une histoire entre deux femmes. Nous suivons donc les deux héroïnes dans deux époques différentes. Alors que les adultes se retrouvent à notre époque durant laquelle Gloria, la punk, est une sorte d'artiste de bar et Frances une présentatrice célèbre nous avons les débuts de leur histoire d'amour. Celle-ci débute dans les années 80 alors que les deux jeunes femmes sont internées dans un hôpital psychiatrique. Les deux jeunes femmes vivront leur amour à fond alors que leurs parents essaient de les en empêcher. A notre époque c'est autre chose qui empêche leur amour de se déployer.

Je suis très mitigé face à ce film. Je n'ai pas vraiment apprécié le jeu d'acteur ni la réalisation. D'un autre coté j'ai bien aimé la bande son et l'histoire est intéressante. Celle-ci nous montre comment deux lesbiennes de classes sociales différentes peuvent réussir à s'aimer dans une société largement hétéro-sexuée et défavorable à Gloria. La relation entre Gloria et le mari de Frances est celle qui permet de mettre en lumière ces différences de classes. Gloria est franche, directe et aime le punk alors que le mari est un écrivain qui a des difficultés à écrire, qui fonctionne dans le calme et qui apprécie des musiques et des objets un peu snobs. Ce qui n'empêchera pas ces deux personnes de se rejoindre vers la fin du film d'une manière symbolique. Frances, par contre, est coincée entre ce que la société dont elle fait partie exige d'elle et ses envies. La question est donc, principalement, de savoir si Frances acceptera de tout perdre pour tout gagner ou non? Bref, je termine ici cette présentation un peu brève et plutôt mitigée.

Image: Site officiel

b02.jpg

11:44 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : virginie despente | | | |  Facebook

Commentaires

Si jamais vous en avez l'occasion alors visionner le film canadien "The fox" réalisé en 1968 et par la même occasion ne manquez pas le plus grand film canadien des années 70 "Mon oncle Antoine".

Sortez de la grisaille rien ne vaut pour le moral et vous ne serez pas embarrasser par vos éternels empêcheurs de tourner en rond.

Écrit par : Hypolithe | 28/03/2012

Bonjour,
Merci beaucoup pour ce conseil. Si j'en ai l'occasion je le suivrais.

Écrit par : Hassan | 28/03/2012

Les commentaires sont fermés.