14/06/2012

Snow White and the Huntsman (mirror mirror on the wall)

C'est l'histoire d'une adolescente qui n'aime pas sa belle-mère. Ça tombe bien, cette dernière n'apprécie pas trop sa belle-fille non plus. Comme le père est sourd aux suppliques de l'une et de l'autre les deux femmes décident d'agir raisonnablement comme des adultes et... complotent des assassinats et des guerres l'une contre l'autre. Bon d'accord, la belle-mère a tué le père de Blanche Neige et l'a gardée emprisonnée dans la plus haute tour du château durant toute sa vie. Sans oublier que le peuple est tyrannisé en vue de garder intacte son éternelle beauté ! Heureusement pour tout le monde Blanche Neige réussit à s'échapper par les égouts et en ressort légèrement moins blanche qu'auparavant. La reine envoie donc un chasseur à sa recherche pour la ramener au palais et manger son cœur (on est méchante ou on ne l'est pas...).

Je ne sais pas pour vous mais j'ai l'impression qu'il n'y a plus beaucoup d'imagination de l'autre coté de l'atlantique. Quand ils ne font pas les suites des suites ou les réadaptations des adaptations ils piquent les idées des Anglais ou ils sortent la même histoire à quelques semaines d’intervalles. C'est donc le second Blanche Neige que l'on peut voir en moins d'un mois et c'est probablement un peu tôt même quand on décide que le cinéma c'est aussi se vider la tête et ne pas réfléchir. J'avais apprécié l’atmosphère kitsch du dernier film. Je pensais apprécier l'atmosphère sombre de celui-ci. Dommage c'est raté et pour plusieurs raisons. Tout d'abord la reine et son frère, je ne sais pas ce qu'ils ont dans cette famille mais il semble qu'ils se sentent obligé de donner deux fois les mêmes ordres. Sauf que la seconde fois l'ordre doit être hurlé sinon ce n'est pas drôle. Nous avons donc des dialogues très savoureux du style « sortez, SORTEZ! » heureusement que ces deux la ne sont pas très romantiques... On trouve aussi deux personnages tellement caricaturaux qu'on peut connaître la fin en les regardant. Le premier est le plus vieil ami de Blanche Neige qui, bien sur, est amoureux d'elle. Ce qui en fait le "preux chevalier qui tire à l'arc mais moins bien que Œil de Faucon dans Avengers mais qui est plein d'honneur et tout". Il est suivi par beau brun aussi connu sous le nom du Chasseur. Son rôle est d'aider Blanche Neige mais de geindre sur son sort dès que possible pour que les spectateurs puissent être tristes pour lui. Et comme le réalisateur est subtil beau brun est plus intéressant que preux chevalier aux yeux de Blanche Neige. C'est sûrement le coté bad boy. Blanche Neige n'est pas en reste. Durant la moitié du film elle ne dialogue que par des petits cris effarouché et l'actrice semble ne connaître qu'un rôle que je baptise "stupeur apeurée". Cette dernière tente aussi un petit discours mais il ne réussit pas. Il faut dire que son discours n'a rien à voir avec le problème et elle le fait mal. Il faudra prendre exemple sur Theoden et Aragorn. Nous avons d'autres problèmes comme les fées qui apparaissent pour rien mais qui annoncent Blanche Neige comme la One. Ou encore les soldats de la Reine qui réussissent à tirer systématiquement à coté de la cavalerie alors que cette dernière prend toute la place. Il n'est pourtant pas nécessaire d'être subtil quand on utilise un trébuchet... Ou encore les acteurs des nains dont on a remplacé la tête par d'autres acteurs. C'est un détail mais ce n'est pas très poli... Bref, je conclurais par un gros mouais bof.

Image : Site officiel

 

swath12_standard.jpg

11:48 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blanche neige | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.