03/10/2012

L'utopie de Thomas More

Titre : L'utopie
Auteur : Thomas More
Éditeur : Feedbooks
Pages : 126

Je connais surtout Thomas More de la série "Les Tudors". Je l'ai aussi rencontré dans quelques cours d'histoire mais ce personnage et cette époque ne sont pas mes préférées. Ce qui ne veut pas dire que je ne souhaitais pas lire l'Utopie. Ce livre est le premier du genre. Une fiction qui décrit le fonctionnement d'un monde pensé comme idéal. Mais ce n'est pas le seul propos de cette œuvre qui aurait été écrite selon les souvenirs d'une conversation avec un grand voyageur.

Le livre est divisé en deux parties et la première partie ne concerne pas l’île d'Utopie mais le gouvernement. La question que pose More est simple: un philosophe, un humaniste, a-t-il intérêt à entrer au service d'un prince pour le conseiller sur la bonne tenue de son gouvernement? Les arguments en faveurs d'un service public de l'humaniste sont nombreux. Ses conseils permettront au prince de s'élever au-dessus de ses semblables et de bien gouverner ses sujets dans une direction harmonieuse et juste. Mais les arguments contraires sont tout aussi intéressant. Ce qui est encore plus intéressant c'est que ces arguments sont exprimés par le voyageur et non par More. Pourquoi l'humaniste doit-il éviter d'entrer au service d'un Prince? Il y a l'idée que le pouvoir à tendance à corrompre même le cœur le plus pur. Mais ce n'est pas le seul point. L'argument le plus fort concerne le Prince et ses conseillers. Selon cette œuvre les Princes ne veulent qu'une chose: l'argent. Pour cela ils sont prêts à détruire leurs sujets et à faire de nombreuses guerres en dépit des désavantages. Les conseillers, dans cette optique, ne sont que des sycophantes qui annoncent au Prince ce qu'il veut entendre et non ce qu'il devrait faire. Dans cette configuration la voix de l'humaniste serait vite poussée au silence.

La seconde partie du livre concerne enfin l’île d'Utopie. C'est un long récit du marin philosophe qui tente de décrire dans ses moindres détails le fonctionnement de cette société. Que peut-on en sortir? Je trouve éclairant d'y trouver des conceptions que certains groupes politiques revendiquent à notre époque. Par exemple, les utopiens travaillent juste assez pour offrir à l’île les ressources de nourriture nécessaire. Le temps libre est consacré à l'étude et à l'élevation personnelle. On trouve aussi un début de démocratie puisque les principaux magistrats sont élus et élisent ensuite le Prince. Mais surtout More y décrit une société qui se méfie de l'argent. En fait on pourrait dire que More décrit une société en partie communiste. Chacun possède ce dont il a besoin et peut étudier ce qu'il souhaite. Le superflus est envoyé dans d'autres pays. Dans ce système non seulement tout le monde travaille selon les besoins mais tous possèdent selon leurs besoins. L'argent devient donc inutile. Cependant, More décrit aussi une société profondément religieuse pénétrée des mœurs qu'il considérait favorables. Il n'existe pas de jeux de hasard, pas de relations en dehors du mariage et le père de famille est maître. Les prêtres sont écoutés avec révérences et gardent l'ordre moral du pays.

Quand on sort de ce livre on a donc une impression à la fois de modernité et de conservatisme religieux. Ce dernier point doit être compris non pas au sens d'un retour à la religion mais d'une place prégnante de la morale chrétienne dans la société idéale de More. Mais l'humaniste nous offre aussi une critique acerbe de la noblesse et de l'argent. Une critique que l'on peut retrouver dans des termes semblables chez Marx ou les anarchistes. Les solutions qu'il propose au problème de l'inégalité due à l'argent sont aussi préconisées par les auteurs que je viens de citer. Il n'y a pas besoin d'être particulièrement intéressé par le sujet pour se rendre compte que l'Utopie est une critique acerbe des sociétés européennes et des Princes de l'époque.

09:13 Écrit par Hassan dans Livre, Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : utopie, gouvernement, conseils | | | |  Facebook

Commentaires

Merci pour la critique de ce livre. Acheté y a qq mois mais pas encore lu. Effectivement il est une critique de la société. Vu le contexte de l'époque il a été courageux. Ceci dit ce qu'il dit s'applique encore à l'heure actuelle. Les princes existent toujours, le changement est que l'on ne déifie plus les dirigeants dans les pays occidentaux.

Écrit par : plume noire | 03/10/2012

Bonjour,
merci de votre commentaire. La critique de More est courageuse mais il ne faut pas ooublier qu'il publie un témoignage. Il a pu se cacher derrière un personnage fictif en annonçant son désaccord avec certains points pour offrir ses véritables idées. Je doute que beaucoup aient pu être dupe mais pourquoi pas?

Je suis d'accord, et j'ai essayé de le montrer, Utopie permet de critiquer la société actuelle. Certaines phrases de More sont très proches des thèses marxistes ou des mouvements de la décroissance tels que je les connais. Je toruve intéressant de savoir que ces idées se trouvaient dans la bouche d'un humaniste àla Renaissance. Par contre je pense que l'on défie encore nos Princes. La différence c'est que le mécanisme démocratique peut être utilisé comme moyen de désamorcer la critique. Il suffirait d'élire quelqu'un d'autre plus proche de nos idées...

Écrit par : Hassan | 03/10/2012

Les commentaires sont fermés.