31/12/2012

A song of Ice and Fire: A clash of Kings par George R.R. Martin

Titre : A song of Ice and Fire: A clash of Kings024948-FC222.jpg
Auteur : George R.R. Martin
Éditeur : Harper Voyager 2012
Pages : 911

Le roi dans le Nord venait d'être proclamé dans le tome précédent. Mais la guerre n'avait pas encore commencé. Au début de ce second tome un signe est observé dans le ciel. Une comète rouge traverse les cieux et chacun interprète ceci en sa faveurs. Une seule chose est sûre. Cette comète rouge apporte la guerre. Le sang et les larmes n'auront pas fini d'être versée dans les 7 royaumes car 4 rois se disputent les terres. Mais ces affaires de rois sont plus compliquées qu'elles ne paraissent. En effet, derrière ces querelles de successions se cache aussi un nouveau joueur, ou plutôt une joueuse, une secte tente d'entrer dans les 7 royaumes. Dans leur envie de se combattre les 4 rois risquent aussi d'oublier deux joueurs. Et surtout ils risquent d'oublier que l'hiver arrive...

Cette fresque me passionne toujours autant. Je considérais le premier tome comme un simple prologue et je pense avoir raison. Ce second tome lance la véritable intrigue en commençant par une guerre entre plusieurs rois. Mais outre l'intrigue le génie de l'auteur se trouve dans la manière de faire parler les personnages et dans la complexité des rapports sociaux qu'il crée entre eux. Ce n'est pas un simple roman c'est une véritable description d'un royaume qui entre dans une période sombre de son histoire. L'auteur ne tombe pas non plus dans le piège du simple bien et mal. Les différents camps qu'il décrit ont des arguments et des revendications différentes oui. Mais cela implique-t-il que l'un des camps soit véritablement bon et l'autre mauvais? Au contraire, Martin décrit une guerre avec toutes ses atrocités et celles-ci sont nombreuses et initiées par les deux camps. L'auteur lance aussi plusieurs indices sur des points qui pourraient prendre de l'importance à l'instar de la magie. Je ne peux que continuer à conseiller de lire cette œuvre.

Image: Éditeur

Les commentaires sont fermés.