16/02/2013

Les Misérables

Un bagne dans un lieu non-identifié mais vers une plage. Des hommes tirent un navire à quai sous l’œil vigilant de gardes impassibles. L'un de ces hommes va sortir ce jours après avoir purgé une peine de 19 ans pour avoir volé une miche de pain. Cet homme est Jean Valjean. Mais son périple en dehors du bagne dans la France post-napoléonienne est loin d'être facile. Tous lui tournent le dos et lui refusent l'aide et le travail. Tous sauf un prêtre qui le protège et lui offre de l'argent pour reconstruire sa vie. Cet argent lui permettra de devenir respectable et d'aider une femme et son enfant: Fantine et Colette. Mais la loi continue à le suivre à la trace et sa vie pourrait bien continue à être menacée pour un simple bout de pain.

Bon, j'avoue, je n'ai jamais lu le livre. Je n'ai d'ailleurs jamais lu Victor Hugo. Je sais c'est un péché de lèse-majesté qui permet d'avoir une place réservée au septième cercle des enfers. Mais je me pardonne en me souvenant qu'en enfer au moins il fait chaud! Donc cette note ne concernera que mon ressenti face au film de 2012 et pas face au livre.

Bon, premier personnage et l'un des deux que l'on observe depuis le début: Jean Valjean. Le pauvre n'a pas de chance puisqu'il se trouve au bagne pour 19 ans et que, dès qu'il sort, personne ne veut lui faire confiance. C'est vrai que si ça m'était arrivé j'aurais aussi un peu la rage. Mais pas Valjean. Non, lui il trouve Dieu à nouveau et se consacre de manière très paternaliste à aider son prochain. En fait Valjean est la figure du personnage qui cherche éternellement la rédemption. Quoi qu'il fasse son crime passé lui est constamment jeté à la figure et on continue à le traiter en criminel. Valjean devient un homme honorable, un homme qui aide son prochain, un homme apprécié mais il reste un filou qui doit se faire pardonner pendant toute sa vie devant dieu. Tout ceci pour avoir volé un bout de pain... Ce dieu c'est un salopard quand même!

Le second personnage apparaît en même temps il se nomme Javert. Javert c'est un peu Judge Dredd mais à Paris et au XIXe siècle. Après tout (dire ceci avec une voix grave de celui qui fume 5 paquets de cigarettes par heure depuis sa plus tendre enfance) LA LOI C'EST LUI! Alors Javert il aime la loi. C'est un peu son amante et il déteste la tromper. Il lui importe peu de faire du mal aux gens tant que la loi est suivie. Bref c'est terminator sans une once d'humanité ce qui permet d'en faire un gros méchant pas beau.

Suivent les deux autres personnages importants: Colette et Marius. En fait eux ce sont les gentils. Et pour qu'on s'en rende bien compte on leur fait chanter de jolies chansons d'amours et on tente de les faire séparer dans l'histoire. Mais l'amour est plus fort que tout (même plus fort que les balles)! Marius est un peu l'homme qui reprend la garde de Colette quand Valjean ne peut plus le faire. C'est un peu la symbolique du mariage. On passe du tuteur paternelle au tuteur marital. Mais ce couple ne peut exister qu'après la mort de tous les autres personnages. C'est un peu méchant je trouve. Marius est aussi un révolutionnaire. Alors on m'a dit que Victor Hugo était un peu gauchiste. Ça n’apparaît pas dans le film. Marius veut faire la révolution mais ses parents n'approuvent pas. D'ailleurs, ces révolutionnaires sont un peu nul. Le jours d'après sera surtout l'occasion pour Marius de revenir dans sa famille et la société en se mariant et en acceptant son héritage aristocratique. Bref, pas très révolutionnaire l'histoire.

C'est aussi un film plein de chants. Le problème c'est qu'on en a vite marre de ces chants. Les personnages ne s'arrêtent jamais et je pense que j'aurais mieux apprécié le film s'il nous offrait quelques pauses. Les décors sont d'un kitsch que j'ai rarement vu au cinéma. Que ce soit le début du film avec ces images grandiloquentes d'un bateau sous la tempête ou la fin du film et sa barricade impossible. Il y a aussi quelques problèmes de temporalité. On passe de la nuit au jours en trois secondes et La pluie et le soleil se succèdent en aussi peu de temps qu'il en faut pour changer de chaussettes. Bref, en résumé: Valjean doit toujours demander à dieu de le pardonner pour avoir volé un bout de pain, Colette et Marius ne peuvent se mettre ensemble que lorsque tout le monde est mort et Paris se soulève un peu tardivement le temps qu'un enfant soit tué. Mouais, ne perdez pas d'argent et évitez ce film.

Image: Site Officiel

08.jpg

11:33 Écrit par Hassan dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : les misérables, victor hugo | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.