09/05/2013

Hysteria (traduit en français en "Oh my god!" pfff ils ne savent plus quoi inventer...)

Il en a fallu du temps pour que je décide de regarder ce film après tout le bien qu'on m'en a dit. Hysteria se déroule à Londres. Un jeune médecin tente de faire passer ses idées révolutionnaires sur la médecine à de vieux docteurs pas très convaincus (imaginez! comment peut-on croire à cette saugrenue idée des germes?). Il est expulsé de la plupart de ses emplois à cause de cela. Alors qu'il tente, difficilement, de retrouver une place il rencontre le docteur Dalrymple qui s'occupe des hystériques. Sautant sur l'occasion notre jeune docteur, maintenant employé, entre dans le cabinet pour traiter ces femmes. Mais celui-ci est très différent de tout ce qu'il a fait jusqu'à présent. En effet, le traitement consiste en un massage de la "zone génitale". Peu à peu lui viendra l'idée du vibromasseur.

Dans ce film de nombreuses femmes sont considérées comme hystériques. Dès le début on nous fait bien comprendre que cette maladie n'est qu'une farce puisque la première des patientes sort en furie du cabinet en demandant des droits égaux pour les femmes. Suivi en cela par la mine déconfite de deux hommes qui se murmurent le terme "hystérique" à l'oreille. La fille de Dalrymple expliquera à notre héros que ce terme cache des femmes qui sont frustrées de leur vie ou dont le maris n'est pas un bon coup au lit. En gros, l'hystérie c'est surtout un bon moyen invité par des docteurs moustachus d'éviter de répondre de manière rationnelle aux questions légitimes des femmes sur leur place dans la société. Il est plus simple d'enfermer que de justifier une relation inégale. On trouve aussi une petite histoire d'amour. Je ne le cacherais pas, cette dernière est loin d'être compliquée et on comprend rapidement comment elle va finir. J'ai, en tout cas, beaucoup aimé ce film qui m'a énormément fait rire. Je trouve que le décalage entre un traitement médical qui est la masturbation et la manière dont de vieux messieurs barbus en parlent très rationnellement sans considère le plaisir que les femmes y trouvent est à la fois drôle et très réaliste.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Drôle tout en n'étant pas révolutionnaire il montre comment on a pu éviter de parler de termes importants en médicalisant les femmes sous le terme d'hystériques.

  • Joss Whedon.

Image: Allociné

Site officiel

19842051.jpg

11:17 Écrit par Hassan dans contemporain, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.