03/07/2013

Un siècle d'antiféminisme sous la direction de Christine Bard

Titre : Un siècle d'antiféminisme9782213602851-G.JPG?itok=uClWhYB6
Direction : Christine Bard
Éditeur : Fayard 1999
Pages : 481

Le féminisme, bien qu'il ait eu de grandes victoires, est mal vu. En tant que féminisme (oui je suis un homme qui se déclare féministe deal with it) j'ai souvent entendu des propos peu flatteurs quand je parlais de cette partie de mon identité politique. Pourquoi un homme souhaite-t-il être féministe alors que cette « idéologie » serait le fait de lesbiennes mal baisées qui utilisent la violence contre les hommes. Voila, en une phrase j'ai résumé tout ce que l'on peut penser du féminisme quand on est antiféministe. L'idée que le féminisme n'est plus utile et qu'il utilise la violence pour réactiver une guerre des sexes est importante dans la société et participe d'une destruction des acquis du féminisme et de son infamie. J'ai donc voulu comprendre d’où venait, historiquement, ces conceptions et ces idées et je me suis intéressé à ce livre écrit sous la direction de Christine Bard.

Le livre est dense et met en place de nombreuses analyses aussi bien historiques, politiques, sociologiques que linguistiques ou encore cinématographiques. Ce qui permet d'avoir une véritable richesse d'analyses diverses sur de nombreux thèmes. Cependant, le livre est divisé en trois parties globalement chronologiques. La première partie part de la fin du XIX aux années de la première guerre mondiale pour analyser les réactions faces aux premières féministes. Les analyses montrent une véritable peur de la citoyenneté des femmes qui pourraient littéralement détruire la civilisation. Celle-ci n'est pas l'apanage de la droite mais existe aussi à la gauche de l'échiquier politique qui ne manque pas de tenter de remettre les femmes au bon endroit: la cuisine. Cette partie se termine sur les effets majeurs de la première guerre mondiale sur le féminisme. La seconde partie prend en compte les années 1930 aux années du baby-boom. Outre une analyse de l'idée que l'on se fait des femmes dans les dictatures (en particulier Vichy) les auteur-e-s s'intéressent aussi à l'antiféminisme de la Résistance qui utilise les femmes selon leurs capacités considérées comme naturelles. Mais qui les punissent aussi pour avoir osé offrir leur corps à l'ennemi. On trouverait ici une conception de l'appartenance nationale du corps féminin à cause de sa capacité procréatrice. Les tontes seraient un moyen de revendiquer cette appartenance en punissant les femmes coupables. On y trouve aussi un article sur la manière dont le Deuxième sexe a été reçu par les intellectuels. L'auteure y montre une grande incompréhension des thèses du livre par des hommes parfois haineux. Enfin, les articles se terminent sur les années du MLF à aujourd’hui, soit 1999, outre des analyses sur l'antiféminisme en politique ou dans les syndicats on y trouve une histoire de la mise en place du harcèlement sexuel comme problème mais aussi un article très intéressant sur la difficulté de faire accepter la féminisation des noms de métiers.

Face à un livre aussi dense avec un nombre important d'articles de types différents il est difficile d'écrire un résumé qui permette de montrer la richesse des analyses. Cependant ces articles permettent de mieux comprendre les mutations et origines historiques des antiféminismes. Ils permettent aussi de définir ce terme comme étant différent d'une phobie des femmes ou d'un sexisme. En effet, l'antiféminisme n'est pas un simple comportement ou une peur. C'est une pensée politique qui considère les humains dans des rôles naturels qu'il ne faudrait surtout pas briser au risque de détruire la société. Cette naturalité des rôles se retrouvent encore aujourd'hui dans un nombre impressionnant de textes qui ne cherchent pas forcément à faire de la propagande antiféministe. La différence c'est que les milieux qui se considèrent antiféministes tentent de sauvegarder ou de revenir à cet ordre hiérarchique naturel que ce soit par la politique, les romans ou le cinéma.

Image: Éditeur

Les commentaires sont fermés.