02/08/2013

Doctor who: Sightseeing in space par David Bailey (The web in space) et Steve Lyons (Terminal of despair)

Titre : Doctor who: Sightseeing in space250px-4_Sightseeing_In_Space.jpg
Auteurs : David Bailey et Steve Lyons
Éditeur : BBC 2011
Pages : 397

Le Docteur est de retour non pas pour une mais pour deux aventures! Cette fois c'est dans l'espace que tout se passe. Dans la première histoire le Docteur, Amy et Rory sont coincés dans l'endroit le plus déprimant de l'univers: une salle d'attente avant l'embarquement. Tandis que le Docteur veut fuir ce lieu sordide le plus vite possible il se rend compte que quelque chose ne va pas. Les futurs passagers sont effrayés par de petits chiens aliens. En fait, ces chiens se nourrissent de l'espoir et le Docteur ne peut qu’espérer être de taille. Dans la seconde histoire les trois amis répondent à l'appel de détresse d'un vaisseau courrier attaqué par l'Empire  de la Victoire Éternelle. Mais tandis que les robots de l'Empire entrent en force les passagers et le Docteur se rendent compte qu'il existe un danger bien plus important. Le vaisseau est pris dans un filet.

Encore un livre très rapide à lire et parfait pour l'été. Bien que ni les personnages ni les histoires ne soient très élaborées j'ai, encore une fois, eu beaucoup de plaisir lors de ma lecture. J'ai surtout aimé la première histoire qui met le Docteur dans une situation difficile. L'auteur a osé lui faire ce que presque personne n'a fait et ceci donne un aspect particulier à son récit. Il est, par contre, dommage que certains points soient incohérents. En effet, dans une histoire Amy est incapable d'utiliser le tournevis sonique tandis que dans l'autre elle en use sans trop de problèmes. Pourquoi ne pas avoir effacé cette incohérence? Je reste aussi toujours déçu du traitement de Rory qui, à mon avis, mérite bien mieux.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Génial pour l'été, une ou deux incohérences mais sympathique.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Tardis wikia

Les commentaires sont fermés.