27/09/2013

Jimmy and the crawler par Raymond E. Feist

Titre : Jimmy and the crawler082164-FC222.jpg
Auteur : Raymond E. Feist
Éditeur : Harper Voyager 2013
Pages : 144

Il y a longtemps que je suis pas revenu dans les contrées de Midkemia. Pour ce retour je me suis dit qu'il serait bien de chercher à en savoir plus sur les activités du voleur le plus rusé de Krondor. Tellement rusé qu'il a réussit à entrer dans la cours du prince Arutha. Ce livre se déroule peu de temps après les tragiques événements qui ont eu lieu autours de la Larme des Dieux. Jimmy est de retour à Krondor ainsi que William et Jazhara. Mais il reste un point à éclaircir. Qui est ce rampant qui menace la guilde des voleurs? Selon les indices récoltés par le réseau d'espionnage encore balbutiant de Jimmy ce dernier pourrait bien être originaire de Kesh. Jimmy est donc envoyé au port de Durbin pour tenter de retrouver la trace du rampant et l'empêcher de nuire.

Feist était fatigué pour ce livre. Les deux tomes précédents qui narrent les aventures de Jimmy sont loin d'être bons mais il avait au moins un minimum d'ambition. Ce que l'on lit dans ce tome devait avoir lieu sur deux livres et, finalement, Feist a condensé tout cela en 144 pages. Comme si il voulait en finir avec Midkemia. Ce que l'on peut comprendre au vu du nombre de livres qu'il a écrit sur ces contrées. Je pense même qu'il aurait pu - dû? - arrêter avant. L'intrigue est donc brossée très rapidement mais on sent bien que le seul but de l'auteur est de terminer ce qu'il avait commencé précédemment et de passer à autre chose tout comme le lecteur dès la première page.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette. Si je n'étais pas un si grand fan de Midkemia jamais je n'aurais lu ce tome. Il peut être laissé de côté sans honte.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

17:43 Écrit par Hassan dans Fantasy, feist | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jimmy the hand, krondor, feist | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.