20/12/2013

Dark Moon par David Gemmel

Titre : Dark Moon9780345458377?&height=281&maxwidth=190
Auteur : David Gemmel
Éditeur : Del Rey 1996
Pages : 405

Pourquoi? Mais pourquoi? Quel esprit torturé a bien pu dessiner une horreur pareille? Ce furent mes premières impressions devant la couverture de ce Gemmel. Après de nombreux cauchemars je pense avoir une solution et elle me glace le sang. La couverture n'a pas pu être dessinée par une main humaine. Non, seul Cthulu pourrait créer une telle chose. Je vous le dis, R'lyeh est sur le point de sortir des flots et ces couvertures sont le signe de la fin de l'humanité! Ia Cthulhu Ftaghn!

Ce nouveau ancien livre de David Gemmel se place dans un monde multiracial. Les humains côtoient les Eldarin. Mais d'autres races ont existé. Les Oltor pacifiques et les Daroths des monstres assoiffés de sang. Cependant, la jalousie humaine a fait disparaître les Eldarin donc personne ne connaît le destin. Depuis, les duchés humains ont combattus inlassablement entre eux pour la possession du dernier artefact Eldarin: une perle. Mais un jours les Daroths reviennent. Et ce retour est accompagné d'un déferlement d'horreur et de sang. Les humains devront trouver un moyen de combattre un ennemi destructeur qui ne connaît pas la pitié ni la mort.

Alors que la précèdent livre parlait d'un peuple entier celui-ci repart dans un thème plus classique chez Gemmel: le problème des individus à vivre avec leurs propres actes parfois mauvais. Pour cela Gemmel nous offre 4 races. Les Oltor sont le pacifisme même. Ils se sont laissés détruire par le mal incarné que représentent les Daroths. Les Eldarins, eux, sont des pacifistes mais avec la capacité d'agir pour survivre. Enfin, les humains se trouvent entre ces deux opposés. Bien que très fort dans le mal ils sont aussi capables de comprendre comment devenir meilleurs. Plutôt que de mettre toutes ces races ensembles l'auteur préfère faire affronter les deux plus mauvaises que sont les humains et les Daroths. Ce qui permet, à l'aide de personnages précis, de montrer comment on peut changer malgré un contexte de guerre. J'ai apprécié certains de ces personnages. Ce n'est pas le cas de Duvodas que je trouve trop extrême dans sa construction. Il passe de saint à démon en très peu de temps. J'aime mieux Tarantio sans plus. Celle que j'ai vraiment apprécié est Karis. Une guerrière et stratège de génie qui n'aime pas la guerre et qui tente de la terminer tout en agissant fortement si elle le doit. L'histoire, elle, reste classique pour Gemmel. Ainsi on trouve le problème de l'amour, de la rédemption ainsi que les batailles perdues d'avances et le siège (Gemmel adore les sièges).

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Un livre intéressant mais classique pour l'auteur.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

18:21 Écrit par Hassan dans Fantasy, gemmell | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : david gemmel, dark moon | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.