30/03/2014

Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les moeurs sexuelles des Français 1914-1918 par Jean-Yves le Naour

Titre : Misères et tourments de la chair durant la Grande Guerre. Les moeurs sexuelles des Français 1914-19189782700723298_cm.jpg
Auteur : Jean-Yves le Naour
Éditeur : Aubier 2002
Pages : 411

L'histoire militaire de la première guerre mondiale ne m'intéresse pas. Mais l'histoire de la vie quotidienne et des significations est beaucoup plus à mon goût. Ce livre, tiré d'une thèse de doctorat, s'intéresse à la vision de la sexualité et des mœurs durant la Première guerre mondiale. L'auteur forme son analyse en quatre parties de deux à trois chapitres chacun. Il commence par un examen de ce qu'il nomme "la guerre moralisatrice". Il y montre que la guerre fut d'abord considérée comme un moyen de remoraliser le pays. Le feu purificateur devait recréer des hommes et des femmes aux bonnes mœurs. La séparation ne devait pas briser les ménages mais, au contraire, leur permettre de trouver une nouvelle vie. La guerre est aussi vue comme un moyen d'épuration des mœurs licencieuses. Aussi bien à l'aide de la censure que de la production d'une culture particulière. Dans ce contexte les femmes étaient particulièrement surveillées et leur proximité avec les hommes, même dans un cadre légitime, était suspecte. Mais la guerre n'est pas qu'une bataille entre soldats. C'est aussi une bataille de populations. Face à une Allemagne forte d'un grand nombre de naissance et à la mort il est nécessaire de repeupler le pays. Pour cela il faut lutter contre l'avortement et le contrôle des naissances ainsi que conseiller aux soldats de pratiquer leur "devoir conjugal" qui se mue en "devoir national".

Une seconde partie permet de dépeindre les peurs médicales. L'auteur commence par montrer le danger, tel que vu à l'époque, des maladies vénériennes. Ces maladies sont dangereuses car elles agissent dans l'hérédité même. Ainsi, l'immoralité d'un individu met en danger la race française entière. La réponse de l'armée oscille entre autoritarisme et libéralisme. Mais c'est cette dernière solution qui sera choisie vers la fin de la guerre par la mise en place d'un contrôle individuel. Ce péril se joint de celui de la prostitution. En effet, celle-ci se développe de plus en plus et les soldats sont des clients demandeurs. Alors qu'il est tenté d'empêcher leur trop grande attention envers les soldats par l'internement et le contrôle l'armée commence à changer d'avis. C'est ainsi qu'elle met en place ses propres maisons closes. Ce choix se heurtera à l'incompréhension des armées anglaises et américaines qui interdiront à leurs soldats de se rendre dans ces établissements. Ce choix est une lourde défaite pour le courant abolitionniste qui est fortement critique.

Une troisième partie analyse les transgressions. Celles-ci sont tout d'abord les infidélités. Mais ce n'est pas celle du soldat qui est condamnée (du moins pas autant). C'est celle de la femme qui attend. Cette attente est une posture normale face au héros qui se sacrifie. Le contrôle par les proches est très important sur ce point et les plaintes suite à des dénonciations sont importantes. Les amants sont punis de manière plus importante que durant la paix car outre la trahison du maris c'est la trahison du soldat qui est condamnée. Les critiques et leurs peurs venues du front sont très importantes et les meurtres existent. Ces derniers sont peu punis par la justice. Une seconde transgression est celle de l'amour de l'ennemi et/ou de l'autre. Cet autre est aussi bien le soldat colonial qui risque, par l'affection des femmes françaises, de perdre son respect envers les colons que l'américain qui, bien qu'un sauveteur, est vu comme un concurrent injuste sur le marché matrimonial face aux poilus français au sacrifice plus long. Parfois cette transgression continue après la guerre par un mariage et une tentative de vie commune qui est incomprise par les autorités. Mais c'est aussi le lien avec des soldats ennemis, en zone occupée, qui fait peur. Les femmes qui en sont coupables, que ce soit volontairement ou non car les viols furent nombreux, mettent en danger la race par des enfants allemands et se mettent en danger face à leurs proches qui peuvent réagi vivement. Cependant, cette relation peut aussi être un moyen de survie dans une période difficile. Les femmes sont suspectes d'avoir apprécié et voulu la relation avec l'allemand même en cas de viol.

La dernière partie s'intéresse à la démoralisation. Alors que le début de la guerre voyait les intellectuels parler de renouveau moral c'est une perte importante que subit toute la société française. Non seulement la fin de la guerre voit revenir des hommes mutilés qui ont peur de la réaction des femmes, ces dernières devant se sacrifier à la beauté intérieure, mais il y a la peur du changement dans l'ordre social. En effet, les femmes ont appris à se débrouiller seule. De plus, il y a eu oubli et tabou sur la misère sexuelle des hommes. Celle-ci s'observe aussi bien face aux fantasmes de viols sur les femmes allemandes que dans une tentative de retrouver le couple sur le front malgré l'interdiction qui est faite. Au final c'est un bilan de démoralisation qui est fait après la guerre. Les femmes ne sont plus à leur place et les mœurs ont changé. La sexualité est plus libre qu'auparavant ce que les élites médicales n'arrivent pas à comprendre. La Deuxième guerre mondiale sera donc vue avec pessimisme en ce qui concerne la morale.

Au final ce livre est très intéressant. Il permet d'entrer dans la vie quotidienne des soldats en analysant leurs choix et leurs correspondances. Mais c'est aussi un moyen d'observer comment une armée tente de réagir face à des problèmes de mœurs inattendus. Malgré les volontés prohibitionnistes c'est une forme de libéralisme qui peut se mette en place. On observe aussi un tabou très important sur les souffrances des hommes qui sont envoyés au front. Face à l'idéal de virilité et de chasteté les peurs, souffrances et besoins sont niées jusqu'au bout et ce bien après la fin de la guerre. J'ai lu ce livre avec beaucoup d'intérêt.

Image: Éditeur

16:44 Écrit par Hassan dans contemporain | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : guerre, moeurs, sexualité, france | | | |  Facebook

29/03/2014

Captain America: The winter soldier

Je suis le premier à rire de Captain America. Un héros habillé dans un drapeau américain mal cousu et qui porte un bouclier aux couleurs de la nation tout en luttant pour la justice et la liberté. C'est tout simplement d'une autre époque de propagande. Mais j'avais bien aimé le premier Captain America et le personnage restait un peu intéressant dans Avengers. Ce second film est donc très attendu. Comment peut-on moderniser un héros si ancien? Après les événements de New-York Captain travaille pour le Shield tout en essayant de rattraper le temps perdu. Il n'apprécie pas vraiment les secrets de Nick Fury mais il continue son travail. Cependant, un soir il retrouve Fury chez lui dans son fauteuil. Ce dernier peu à peine lui dire de se méfier de tout le monde avant de recevoir une balle en plein cœur. Le tireur est une légende dans les services de renseignements. Un agent auquel personne ne croit vraiment. Le Winter Soldier. Mais s'il existe il reste à savoir qui se cache derrière lui.

Je vais tenter de rester vague mais je peux laisser passer des spoilers. Soyez averti donc. La question qui se pose est pourquoi ce film est-il si bon? Alors que nous sommes habitué aux grandes productions qui adaptent les comics marvel et dc elles sont rarement de grandes réussites. Je ne dis pas que les films sont mauvais mais pas de quoi casser trois pâtes à un canard. Celui-ci est différent. Je pense qu'il est si bon parce que, d'une part, Captain n'est pas le seul personnage principal et, d'autre part, le film s'offre le luxe d'un peu de critique bien actuel.

Captain n'est donc pas le seul à l'écran. Pas comme les Ironman, Spiderman et autres qui se concentrent souvent sur un personnage et laissent les autres dans l'ombre. Ici on a une véritable histoire qui mêle plusieurs protagonistes principaux pour autre chose que les beaux yeux du Captain. On pourrait presque croire à une vraie équipe. Je pense, en particulier, à Black Widow qui guide Captain plus souvent que le contraire (on se demande ce qu'il ferait sans elle...) et qui prend des décisions importantes sans avoir besoin de la validation des mâles de son entourage.

Mais ce que j'ai le plus apprécié, et ceci a dû faire sourire un peu jaune certaines personnes, c'est la critique des dispositifs de surveillance qui sont déployés de nos jours. Le Shield, au nom de la liberté et de la sécurité, veut créer un réseau de surveillance numérique mondial allié à une capacité d'intervention quasiment immédiate. Comme le dit Captain ce n'est pas de la liberté mais de la peur. Il est intéressant de savoir qu'un tel programme existe actuellement en Europe pour détecter et agir sur les comportements suspects. Cherchez INDECT vous verrez c'est beau. Il est plus intéressant encore de mettre Captain en porte à faux face à cette entreprise du Shield et de l'observer tenter de s'échapper d'une surveillance sans répit. Autours d'une intrigue d'espionnage ce film permet donc de faire réfléchir, très rapidement et de manière imparfaite, sur les dangers de mauvais usages des technologies de surveillance actuellement utilisées dans le monde entier. Ce qui place Captain comme défenseur de la liberté face à la destruction des libertés au nom de la sécurité.

Cependant, j'ai tout de même quelques critiques. La principale d'entre-elle concerne la mise en place de l'intrigue. Alors que le début commence très bien, on entre dans un monde dans lequel on ne sait pas à qui faire confiance, la suite donne trop vite les clés de l'histoire. Ainsi, le gros méchant de l'histoire est très rapidement dévoilé (même si je m'y attendais) et on apprend très facilement qui se cache derrière les problèmes que connait Captain. Il aurait été plus intéressant de le laisser réfléchir et entrer dans la paranoïa et la perte de confiance. Il est tout aussi dommage que le Winter Soldier ne soit qu'un instrument de l'intrigue et non son moteur. Mais on en saura probablement plus dans un prochain film. D'ailleurs, les suites des événements de ce Captain America promettent des répercussions intéressantes dans les autres films Marvel. On verra.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Un film réussi dont on espère d'autres avatars dans le futur. Les quelques défauts se voient à peine face à la qualité globale de l'intrigue. D'ailleurs, qui aura remarqué la référence rapide à un prochain héros?

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

wp_all2.jpg

26/03/2014

Superman Doomsday

C'est une journée comme toutes les autres à Metropolis. Superman vole dans le ciel, le Planet publie des articles et Lex Luthor planifie ses prochaines actions contre l'homme de fer. Mais un chantier de la LexCorp va bouleverser cette tranquillité. Les ouvriers et ouvrières tombent sur un objet alien. Alors que des machines sont utilisées pour le dégager une faille dans la coque de l'artefact. Il en sort un gigantesque extraterrestre qui, immédiatement, tue toute forme de vie autours de lui puis marche en direction de Metropolis. Superman part à sa rencontre mais ce combat pourrait bien déboucher sur sa mort.

Bizarrement ce film passe assez peu de temps sur le combat contre Doomsday. En une demi heure on passe de l'introduction du film à la mort des deux adversaires tout en expliquant les plans de Luthor et les liens de Superman avec Lois Lane. Le reste du film permet d'expliquer les conséquences. Ainsi, la perte du héros de Metropolis implique un retour massif de la criminalité. Mais c'est aussi une perte importante pour Luthor pourtant son ennemi. Le retour de Superman, si c'est bien lui, permet de placer ce dernier face à des choix qu'il aurait pu prendre et de le confronter à sa propre morale. On se trouve donc face à un Superman qui décide de prendre la responsabilité de la ville entière et, donc, de son fonctionnement. Malgré tout, ce film est moins intéressant que le précèdent puisqu'il est surtout un prétexte au combat. Le changement de moral est aussi beaucoup trop rapide. On sent que l'histoire a été condensée. Elle l'a probablement trop été.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Des combats violents mais pas grand chose d'autre. Je n'aime pas le visage de Superman.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Amazon

516nxCn67yL.jpg

18:23 Écrit par Hassan dans Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : superman, lex luthor, lois lane, doomsday | | | |  Facebook

Superman contre l'élite

Superman est le héros le plus apprécié du monde. Mais, dans un monde de plus en plus violent, ses méthodes sont contestées. En effet, pourquoi n'utilise-t-il pas ses capacités pour régler définitivement le problème que pose un certain nombre de tueurs psychopathes? Comment peut-il aider à sauver deux peuples d'une guerre qui semble inévitable entre deux pays dont les dirigeants se détestent? Alors quand un nouveau groupe apparait sur la scène internationale les choses changent. Car ceux qui se nomment eux-même l’Élite décident que certaines personnes méritent la mort. Mais Superman n'est pas d'accord avec cette vision de la justice. Et son refus pourrait bien déboucher sur une confrontation meurtrière.

Pourquoi est-ce l'un des meilleurs animés de Superman? Il y a de nombreuses raisons. Tout d'abord le film met très bien en parallèle un Superman boy scout face à un groupe plus sombre. Alors que Superman est totalement lisse ses adversaires sont tatoués, alcooliques, aiment le sexe et la violence. C'est aussi une confrontation entre deux visions de la justice. Superman se voit comme un serviteur. Il n'a pas le droit de faire autre chose qu'aider quand il peut. Toute autre action est illégitime. L’Élite, qui suit bien son propre nom, considère avoir le droit de décider qui mérite de vivre ou de mourir. Ainsi, ils n'hésitent pas à tuer en public. Il est intéressant d'avoir placé ceci dans un contexte de terrorisme et d'insécurité. Alors que la population crie pour des mesures énergiques l’Élite est l'incarnation de ces demandes. Aussi bien dans ses réussites que dans ses conséquences tout aussi violentes l'une que l'autre. De plus, il a été décidé de placer ce dilemme sur un personnage précis qui, au fil de l'histoire, passera d'un a vis à un autre. Ce qui nous permet de nous identifier à un enfant plus proche de nous que ces héros tout puissants.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Malgré un générique atroce et un dessin que je n'apprécie pas toujours c'est un animé très intéressant. Mais aussi particulièrement violent que ce soit à l'écran ou en dehors.

  • Joss Whedon.

Image: Amazon

5181cnPWNFL.jpg

18:12 Écrit par Hassan dans Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : superman | | | |  Facebook

Superman Unbound

Si nous prenons la suite du dernier Superman/Batman on a, à mon avis, Superman Unbound. Alors que Supergirl tente de s'habituer à son nouveau rôle à Metropolis un objet tombe du ciel dans un coin perdu des USA. Superman part enquêter et découvre un robot à l'allure humanoïde. Après un court combat il le désactive. Mais il apprend que sa cousine connait cette technologie. C'est celle d'un être puissant qui parcoure la galaxie pour voler des vies et détruire des planètes. Les deux cousins auront du mal à se défaire de Brainiac. Car ce dernier est aussi arrogant que fort. De plus, des Kryptoniens vivent encore dans son vaisseau.

Face au précédent cet animé est beaucoup plus intéressant. Pas à cause du combat contre Brainiac bien qu'il mette Superman en danger de perdre. Ni à cause de Supergirl qui décide de ne pas accepter de demis mesures et d'agir fortement s'il le faut. Non, ce que j'ai plus apprécié dans ce film c'est Lois Lane. Cette dernière est presque le symbole de la femme à sauver pour le héros. Ici on la transforme, un peu, en autre chose. Oui, elle a besoin d'être sauvée. Mais c'est aussi une reporter aventureuse et qui peut se débrouiller seule. On nous offre donc des répliques savoureuses de sa part face à un Superman qui ne comprend rien. En ce qui concerne Supergirl on lui permet d'être ce que Superman n'est pas. Quelqu'un avec des doutes et, surtout, qui est encore attaché à Krypton. C'est un bon divertissement.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Vive Lois Lane qui est vraiment drôle et intéressante ici!

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Amazon

81vnhi-iQ6L._SL1500_.jpg

17:53 Écrit par Hassan dans Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : superman, supergirl, brainiac | | | |  Facebook

Superman/Batman Apocalypse

Voici le second opus, en DVD, des aventures communes de Superman et Batman. Le titre est trompeur puisque on trouve aussi bien Wonderwoman qu'une autre femme que je ne connaissais pas auparavant. L'histoire se déroule peu de temps après les événements de la présidence Luthor. Ce dernier subit une procédure d'impeachment. Mais les problèmes commencent à Gotham City. En pleine nuit un objet tombe du ciel dans la baie de la ville. Batman enquête et découvre un vaisseau alien vide. Qui s'y trouvait et pour quelle raison? Peut-on faire confiance en la personne qui occupait le seul siège du vaisseau? Est-ce un stratagème pour attaque Superman? Beaucoup de questions et peu de réponses.

Bien que j'apprécie l'héroïne qui est introduite ici je n'ai pas trouvé l'histoire des plus intéressantes. On se trouve face à une adolescente qui tente de comprendre ce qui lui arrive. La mettre dans une situation qui l'empêche de faire des choix est classique. C'est à peine si le combat contre Darkseid est intéressant. Je trouve aussi que dépeindre Supergirl comme une simple jeune femme qui aime faire du shopping est un peu facile. Heureusement on la découvre plus active sur l'île des Amazones mais elle reste un simple personnage à sauver pour les autres héros.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight. Une Supergirl caricaturale pour une histoire sans intérêt.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Amazon

815lGBAt9%2BL._SL1500_.jpg

17:42 Écrit par Hassan dans Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : superman, supergirl, batman, wonderwoman, darkseid | | | |  Facebook

25/03/2014

Superman/Batman: ennemis publics

Les USA s'enfoncent dans une crise économique qui entraîne une violence et une criminalité de plus en plus importante. Même l'armée doit être déployée pour protéger l'ordre et la loi. Alors que l'avenir est de plus en plus sombre un homme décide de prendre les choses en main. Cet homme est Lex Luthor. Il est brillamment élu à la présidence et lance un train de réformes qui permettent de réguler l'économie vers une nouvelle ère de prospérité et de paix. Mais ses plans ne s'arrêtent pas là. Son prochain but est de prendre le contrôle des super-héros. Bien entendu Superman ne fait pas confiance à Luthor et il s'alliera à Batman pour comprendre les véritables plans de son ennemi.

Je ne sais pas si je suis le seul mais j'ai une tendance à être d'accord avec Lex Luthor. Des super-héros de la puissance de Superman en liberté et sans contrôles c'est un appel à la catastrophe. Donc Luthor part avec un capital de sympathie de ma part. Cet animé met en scène deux des plus populaires héros de comics. Superman l'ange de Metropolis et Batman le chevalier noir. Bien que ces deux amis soient très différents leur interaction est remplie de respect et d'humour. L'histoire n'a pas de grandes ambitions. On se trouve tout simplement face à un combat entre deux visions différentes de l'avenir. Il est d'ailleurs, à mon avis, dommage d'avoir simplifié Luthor en lui faisant prendre des décisions illégitimes pour un président voir totalement folles. Il aurait été plus intéressant de placer Superman face à un homme qu'il méprise mais qui possède toute la légitimité d'un système démocratique. Cependant le film reste un bon divertissement.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Sympa pour passer une petite heure mais il manque une dimension dans l'histoire. Celle-ci aurait pu être moins manichéenne.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Amazon

61qdA%2Bg6HiL.jpg

18:26 Écrit par Hassan dans Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : superman, batman, lex luthor | | | |  Facebook

20/03/2014

Sherlock saison 3

Personne ne peut savoir à quel point j'attendais la saison 3 de Sherlock. Et lorsque la BBC a fait joujou avec mon cœur à la fin de l'épisode de noël de Doctor Who j'ai attendu avec encore plus d'impatience! Et il y avait beaucoup à expliquer. En effet, la saison 2 nous avait quitté avec la mort de Sherlock. Bien que son retour ne fasse pas de doutes la question de sa survie restait en suspens. Ainsi, le premier épisode nous permet de remettre Sherlock dans sa ville de Londres et d'expliquer ce qui s'est déroulé en attendant. Le second permet de créer un événement attendu par tout le monde tandis que le troisième place Sherlock face à l'homme le plus dangereux du monde.

Bon on va dire que je suis très bon public. Cette nouvelle saison m'a scotché du début à la fin. Autant le premier est rempli de situations comiques et de théories farfelues (dont certaines que j'avais) ce qui permet de réintroduire Sherlock sans expliquer véritablement les problèmes posés (Moffat n'aime pas expliquer on le sait quand on regarde Doctor Who). Alors que le second épisode est, d'habitude, moins intéressant celui-ci est tout aussi réussi. Enfin, le troisième permet aux scénaristes de montrer un Sherlock plus sombre face à un homme que personne ne peut aimer (non ce n'est pas Joffrey). Cependant, au final, nous n'avons pas exactement les même intrigues que dans les saisons précédentes. En effet, du moins c'est mon avis, la troisième saison est bien plus centrée sur les interactions entre Sherlock et John que sur les affaires. Ces dernières, bien qu'importantes, ne sont plus autant au centre des épisodes. Il offre un mouvement à l'histoire mais celui-ci permet de faire parler les deux personnages plus qu'autre chose. En ce qui concerne le nouveau personnage qu'est Mary Morstan. Bien qu'elle ne soit pas au centre des intrigues, ce qui est dommage, elle est intéressante et j'espère la voir de manière plus importante à l'avenir.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario. Ca marche toujours aussi bien et Cumberbatch est toujours aussi bon acteur. Qui bouderait cette série?

  • Joss Whedon.

Site officiel

Image: Allociné

069095.jpg

11:56 Écrit par Hassan dans série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sherlock, cumberbatch | | | |  Facebook

15/03/2014

Batman Silence par Jeph Loeb et Jim Lee

Titre : Batman Silence9782365772136-couv-M200x327.jpg
Auteurs : Jeph Loeb et Jim Lee
Éditeur : Urban Comics 2013
Pages : 384

Alors que Batman réagit à la prise d'otage d'un enfant par Killer Croc l'argent de la rançon disparaît via les toits de Gotham City. La voleuse n'est autre que Catwoman qui semble être revenue à ses anciennes habitudes. Tandis qu'il la poursuit sa corde lâche et il tombe en plein milieu d'un groupe de criminel. Il n'en faut pas beaucoup pour que ceux-ci décident de le tabasser. Mais qui a coupé la corde et pourquoi? Alors qu'il tente de comprendre cette énigme de nombreux adversaires reviennent et agissent en dehors de leurs schémas habituels. Quelqu'un semble tirer les ficelles mais qui? Est-ce une conspiration? Si oui quelles sont les personnes manipulées et quelles sont celles qui connaissent le fin mot de l'affaire? Une enquête difficile s'engage pour Batman.

J'ai apprécié cette histoire (que j'ai choisi en suivant les critiques, je ne vais pas me lancer sans en savoir un peu sur ce que je lis). Le récit est fait selon e point de vue de Batman qui commente ses actions ainsi que les personnes qui l'entourent. Ainsi, alors que les pions se mettent en place et bougent sur l'échiquier on entend les doutes et les anticipations. J'ai aussi trouvé très intéressant la manière dont sont dessinés les flash-back. Celle-ci permet vraiment de donner une impression de flou dans les souvenirs. Donc, en même temps que nous en apprenons plus sur l'enquête on en apprend plus sur le passé de Batman. Ces points permettent de montrer un homme qui tente de comprendre les attaques dont il est la cible et qui le laisse de plus en plus affaibli. Par contre, il est dommage que le choix des illustrations ait laissé passer des scènes inutiles remplies de femmes sexualisées. Sans en faire une énumération complète je pense à Lois Lane et à Talia Al Ghul. Ces scènes, inutiles et sans intérêts, font parties de ces réflexes qui poussent les auteurs à s'adresser aux mâles hétéros qu'ils croient être leur seuls lecteurs et qui partageraient les fantasmes des auteurs. Plutôt que de donner un aspect intéressant ça met à mal l'histoire qui est dessinée tout en continuant un schéma d'objectivation des femmes sous le regard masculin. Les choses iront beaucoup mieux quand, avant de dessiner une telle scène, on se demandera si celle-ci est nécessaire et logique selon à la fois les personnages et l'intrigue.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire. Une histoire très intéressante avec de nombreuses références à la mythologie de DC. Malgré le nombre importants de personnages on ne se sent pas perdu si on accepte de suivre le mouvement de l'intrigue. Je garde un point négatif sur le traitement des personnages féminins.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

12:54 Écrit par Hassan dans BD/Comics, DC | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : batman, silence, catwoman, jeph loeb, jim lee | | | |  Facebook

The Monuments Men

C'est un peu le film à ne pas rater cette semaine. Grosse production, acteurs plus que célèbres, des affiches partout, un thème toujours rassembleur, ... Bref la personne qui ne sait pas que ce film est sorti mercredi est probablement enfermée dans une grotte. The Monuments Men est un groupe de soldats mis en place dans le cadre d'un programme militaire de sauvegarde des monuments et œuvres d'art d'Europe. Alors que les bombardements détruisent l'Europe et que Hitler vole toutes les œuvres possibles et détruit ce qu'il n'aime pas ces hommes tenteront de retrouver ce qui a été volé. Mais ils devront passer outre l'incompréhension de leurs supérieurs et des découvertes glaçantes.

Un film sur le plus grand vol d’œuvre d'art du siècle présenté comme quelque chose de léger et sympathique. Les acteurs qui nous sont offerts suivent cette idée puisque les rôles sont construits pour créer une atmosphère plus ou moins drôle. Cependant, dans le même temps, on nous offre des éléments d'une histoire tragique. Alors qu'on nous offre des scènes d'humour entre passionnés d'arts on nous montre aussi ce que l'Allemagne nazie a fait a des familles entières. Que ce soit cet appartement entièrement visé ou alors ces barils de plombs en or le film montre, un tout petit peu, que des vies ont été détruites. Et c'est probablement l'un des principaux problèmes de la réalisation. On oscille entre le léger et le difficile. Mais jamais on n'entre vraiment dans l'un ou l'autre registre. Ainsi, les moments tragiques sont rapidement effacés derrière une blague. Celle-ci sonnant souvent creux. Et, malgré la qualité du jeu, on ne s'attache pas vraiment aux personnages. Tout oscille entre le plus ou moins bon et le plus ou moins mauvais.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Drôle et pas drôle, tragique et pas tragique, ... Tout est moyen jusqu'au bout des détails.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Site officiel

Image: Allociné

470425.jpg

12:30 Écrit par Hassan dans contemporain, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : monuments men, wwii | | | |  Facebook

14/03/2014

L'antisémitisme de bureau. Enquête au coeur de la préfecture de Police de Paris et du commissariat général aux Questions juives (1940-1944) par Laurent Joly

Titre : L'antisémitisme de bureau. Enquête au coeur de la préfecture de Police de Paris et du commissariat général aux Questions juives (1940-1944)9782246736912-G.jpg
Auteur : Laurent Joly
Éditeur : Grasset 2011
Pages : 444

Vichy fait régulièrement parler. Le problème se pose entre responsabilité dû au travail de mémoire et analyse historique de l'époque. En quoi le régime de Vichy est responsable, et sous quelle forme, d'une partie de la politique antisémites et exterminatrice de l'Allemagne nazie? Dans ce livre Laurent Joly décide de répondre en examinant un point particulier: le fichier juif. Ce qui le mène à s'intéresse à la bureaucratie antisémite de Vichy et aux agent-e-s qui s'y trouvaient. Comment a fonctionné cette bureaucratie et pour quels résultats? Les agent-e-s étaient-ils et elles des antisémites convaincus ou seulement loyaux à un État quels que soient sa politique? Autant de questions difficiles et même délicates pour un période qui déchaine facilement les passions.

L'auteur développe l'histoire sur 5 chapitres. Le premier permet de comprendre les problèmes qui se sont posés au niveau des institutions. Ainsi, comment fut mis en place la bureaucratie antisémite? Quels furent les effets des autorités d'occupation? L'auteur montre que la nouvelle administration tente de se faire une place dans un paysage déjà constitué. Les différents organes peuvent se marcher sur les pieds ou tenter de prendre le contrôle les uns sur les autres. De plus, les autorités allemandes tentent de faire pression ce qui peut se traduire aussi bien par des demandes que par des arrestations. Le second chapitre permet de comprendre comment fonctionne la réception des Juifs à la préfecture de Police. Car c'est tout un personnel qui doit s'occuper d'une nouvelle population rendue illégitime. Malgré une loyauté aux normes administratives l'auteur observe l'usage d'un antisémitisme oral et l'incompréhension des effets du travail des bureaucrates sur les personnes juives. Les chapitres 3 et 4 permettent de comprendre ce qu'implique de travailler dans cette bureaucratie ainsi que de comprendre qui sont les personnes qui s'y trouvent. L'auteur observe à la fois des employé-e-s qui viennent par besoin et d'autres qui viennent par conviction. Il trouve aussi que les possibilités d'avancement sont bien plus importantes que dans le reste de l'administration. Ainsi, on peut passer en deux ans une échelle qui prendrait 20 ans normalement. Le dernier chapitre permet d'observer les luttes de mémoire qui se sont faites autours du fichier juif et qui a mis dans l’arène les historien-ne-s et les militant-e-s

Ce gros livre offre une analyse minutieuse d'une administration d'exception qui fonctionna durant la majeure partie de la deuxième guerre mondiale. On y voit autant le fonctionnement institutionnel que les choix des personnes ainsi que leurs sentiments. L'usage des sources orales et des mémoires permet, d'ailleurs, d'illustrer certains moments tout en gardant un esprit critique face à une reconstruction de la mémoire personnelle (ce que l'auteur fait d'ailleurs). Au final on découvre une institution servie aussi bien par des antisémites, des collaborateurs mais aussi, et surtout, des employé-e-s qui restent parfaitement loyaux et loyales à l’État quelle que soit la politique de celui-ci. Ces personnes intériorisent la nouvelle norme antisémite qui s'accroche à une pratique xénophobe institutionnelle que la IIIème République connaissant déjà. C'est un livre qui permet de comprendre comment une institution peu déraper sans que personne ne se sente responsable de ses actes propres reportés sur une Autorité supérieure.

Image: Éditeur

12:12 Écrit par Hassan dans contemporain, Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : antisémitisme, bureaucratie, vichy | | | |  Facebook

09/03/2014

Saving Mr. Banks

Ne voulant pas aller voir 300 (j'avais détesté le premier film) et n'ayant pas beaucoup d'intérêts pour les autres films sortis cette semaine je me suis décidé pour Saving Mr. Banks. Ce dernier se déroule dans les années 60. L'auteure P.L. Travers est courtisée, depuis 20 ans, par Walt Disney pour les droits de Mary Poppins. Mais Travers n'accepte jamais. Cependant, son agent la convainc d'aller à Los Angeles rencontrer tout le monde. L'entreprise Disney a beaucoup de mal à contenter cette femme très exigeante qui défend son œuvre à tous prix contre les dangers qu'elle sent venir de la part d'une entreprise d'amusement.

Ce qui m'a permit de m'intégrer dans cette histoire tient en plusieurs choses. Tout d'abord le jeu magnifique d'Emma Thompson qui incarne véritablement Travers. Cette femme exigeante et franche dont les répliques cachent, selon le film, un besoin de protéger une œuvre qu'elle considère comme sa famille. Face à des personnes très frivoles elle crée un sentiment de malaise par sa capacité à dire non de manières très créatives. De plus, je trouve très intéressant de mettre en parallèle la création de Mary Poppins avec l'histoire personnelle de Travers. Bien qu'il me semble que le film prend quelques raccourcis cette façon de faire permet de mieux comprendre le besoin de protection que ressent Travers. Ainsi, les fréquents flash-back éclairent les années 60 comme ces derniers permettent de comprendre le passé. Ce qui est dommage, par contre, c'est que le réalisateur ait décidé de falsifier la fin de l'histoire. Plutôt que de montrer la réelle pensée de Travers il a été décidé de terminer sur une réconciliation. Vraiment dommage.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Drôle, bien joué et intéressant. Quand j'étais petit j'avais beaucoup aimé Mary Poppins et j'ai beaucoup apprécié d'entendre à nouveau certaines chansons et de voir comment le film fut créé.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Site officiel

SMB_01.jpg

12:51 Écrit par Hassan dans contemporain, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : disney, biopic, mary poppins | | | |  Facebook

06/03/2014

Avengers Vs X-Men par Jason Aaron, Brian Michael Bendis, Ed Brubacker, Matt Fraction, Jonathan Hickman, John Romita Jr, Olivier Coipel et Adam Kubert

Titre : Avengers Vs X-Menimage_gallery?img_id=6667232&t=1386418625733
Auteurs : Jason Aaron, Brian Michael Bendis, Ed Brubacker, Matt Fraction, Jonathan Hickman, John Romita Jr, Olivier Coipel et Adam Kubert
Éditeur : Panini Comics 2013
Pages : 368

Je continue mon exploration de l'univers des Comics en m'intéressant à l'un des derniers crossovers de l'univers Marvel: Avengers Vs X-Men. Ce dernier regroupe, dans la version deluxe, les épisodes Point One 1 et Avengers Vs X-Men 0 à 12. L'histoire commence dans l'espace lointain. Un membre du Nova Corp tente de prévenir quelqu'un d'une menace cataclysmique sans y réussir. Alors que la planète subit une destruction ce même héros tente de dépasser le phénomène et de prévenir la Terre: le Phénix arrive! Lorsque les Avengers en prennent conscience ils décident de s'occuper préventivement de l’hôte possible du Phénix. Mais cet hôte est une mutante qui canalise tous les espoirs de cette race. Les X-Men ne souhaitent donc pas la laisser partir et décident d'attaquer les Avengers. Une guerre entre héros a commencé.

J'ai lu des réactions contrastées autours de ce crossover. N'étant pas un grand connaisseur je ne suis pas capable de comparer à d'autres événements et je me contente d'apprendre un peu plus chaque jours. Après avoir fermé les pages de ce deluxe j'ai tout de suite décidé que j'avais beaucoup aimé cet événement. Ce n'est pas tant les combats, spectaculaires, qui m'ont intéressé que l'aspect plus politique. En effet, alors que les Avengers, et en particulier Captain America, sont accusés de n'avoir jamais fait attention aux mutants et de venir pour la guerre les X-Men décident de changer les choses. Et c'est ainsi qu'on observe 5 personnes tenter de remodeler le monde vers une utopie. Mais quand est-ce que le pouvoir absolu corrompt la personne et mène à la tyrannie? Quand est-ce qu'un homme intègre devient un monstre à abattre? C'est à ceci que sont confrontés les Avengers et les X-Men.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare.

  • À lire.

  • Tolkien. Un événement que j'ai beaucoup apprécié. Des combats spectaculaires lié à un aspect politique et moral. J'en redemande.

Image: Éditeur

08:08 Écrit par Hassan | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

03/03/2014

Marvel complete animation

J'ai décidé que je n'écrirais qu'une seule présentation mais le coffret posséde 8 films: Ultimate avengers 1 et 2, Next avengers, Ivincible Ironman, Thor tales of asgard, Doctor Strange, Hulk Vs et Planet Hulk. Chacun de ces films d'animation possède sa propre histoire. Ainsi, les Ultimate avengers nous offrent la création des Avengers face à un danger planétaire. Tandis que Next avengers s'intéresse à leurs enfants après la destruction du monde par Ultron. Invincible Ironman place notre héros contre le Mandarin en chine contemporaine tandis que Doctor Strange nous narre la création de ce personnage et son premier combat contre le mal absolu. Hulk Vs nous offre deux films durant lesquels Hulk attaquera Asgard et Wolverine. Enfin, Planet Hulk nous montre l'exil de Hulk et son combat pour sa liberté et celle des autres.

Les films sont de qualités variées. Autant j'ai trouvé Next avengers peu réussit autant j'ai beaucoup aimé Planet Hulk. En effet, le premier nous offre une histoire peu intéressante avec des personnages que je n'aime pas. Tandis que le second nous permet d'entrer dans la tête de Hulk. Ce dernier est d'ailleurs beaucoup plus intelligent que d'habitude. L'histoire, adaptée du comics du même nom, est intéressante et surprenante pour les gens comme moi qui n'ont pas le livre. Les autres films sont surtout des introductions parfois sympathiques parfois ratées mais pas inintéressants. Enfin, Hulk Vs est un bon moment de défoulement durant lesquels Hulk n'a pas de limites.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Moyen, parfois bon parfois mauvais. Heureusement une bonne surprise avec Planet Hulk.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Image: Amazon

81tA2REDS3L._SL1230_.jpg

18:22 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marvel, avengers, hulk, thor, doctor strange | | | |  Facebook