10/06/2014

Last sword of power: The stones of power book two par David Gemmell

Titre : Last sword of power: The stones of power book two9780345379016?&height=281&maxwidth=190
Auteur : David Gemmell
Éditeur : Del Rey 1988
Pages : 310

Le jeune garçon sauvé par l'amour de sa vie et son mentor est devenu Uther. En tant que toi il a longuement gardé le pouvoir. Mais sa vie n'est faites que de batailles contre les envahisseurs mais aussi les tribus rebelles de son royaume. Mais Uther n'a jamais perdu ce qui lui a permis de forger la légende du Bloodking. Mais la plus grande trahison qu'il ait eu à souffrir est bien plus intime. Alors que la Grande-Bretagne semble être plus où moins pacifiée un nouveau pouvoir se lève chez les Goths. Un homme qui se prétend Wotan un dieu capable de faire revenir les morts à la vie. Uther pourra-t-il combattre un tel pouvoir? Rien n'est moins certain. Mais des forces se mettent déjà en mouvement pour contrer Wotan sous la forme d'un jeune homme, d'une jeune fille et d'un prince avare.

On retourne, pour la dernière fois, dans l'histoire de la Grande- Bretagne telle qu'imaginée par David Gemmell. Le premier tome était moyen mais plaisant et on retrouve cet avis pour ce second tome. Le problème principal est que Gemmell n'a rien réécrit. Il s'est contenté de placer ses anciens personnages dans d'autres positions qui peuvent se rapporter points par points au livre précèdent. Ainsi, le rôle du garçon qui doute revient à Cormac tandis que le père absent est, cette fois, Uther. Même les lieux sont quasiment les même. Je pourrais multiplier les exemples mais ce serait inutile. Gemmell montre ici un manque flagrant d'imagination qui est à peine rattrapée par l'intérêt, modeste, de l'intrigue. Pas grand chose pour sauver ce livre très moyen.

  • L’écrivain est voué au septième cercle des enfers.

  • Papier toilette.

  • Roman de gare. Un livre parfait pour l'été mais rien de plus. Aucune imagination et une intrigue sympathique sans plus. Encore une fois les femmes ont le second rôle de princesses à sauver. C'est presque un symptôme chez Gemmell.

  • À lire.

  • Tolkien.

Image: Éditeur

Les commentaires sont fermés.