10/11/2014

Interstellar

Dans un futur proche l’humanité est au bord de l’extinction. Mais nous avons survécu. Le monde a perdu ses ressources, les cultures meurent, de gigantesques tempêtes de sable traversent le monde alors que la population est extrêmement réduite. Mais l’humanité a survécu tout en sacrifiant ses cauchemars (l’armée) et ses rêves (la recherche et l’exploration). Bien que la vie soit dure on pense que les choses iront de mieux en mieux. En attendant, il faut subir et cultiver. Cependant, dans le plus grand secret, un programme de la presque défunte NASA est imaginé. Celui-ci est mis en place alors qu’un trou de ver est apparu près de Saturne. Au-delà il y a 12 nouveaux mondes dont 3 pourraient être habitables. La Terre se meurt. Il est temps pour l’humanité de trouver une nouvelle maison. Mais, avant de déménager, il faut savoir où se rendre. Une mission est donc mise en place pour examiner ce qu’ont trouvé les pionniers e vérifier la viabilité des trois mondes.

J’attendais avec un grand intérêt ce film. Comment ne pas vouloir s’intéresser à une histoire qui nous promet le retour de la véritable aventure de la conquête spatiale dans la plus pure tradition du space opera ? Une mission, quelques humains dans un vaisseau et des planètes inconnues à visiter qui orbitent autour d’un trou noir. L’accroche est extrêmement sexy pour les personnes qui, comme moi, adorent la SF. Le film commence sur une Terre que l’on ne reconnaît que peu. Ce qui est parfait. On sait qu’il y a eu une catastrophe mais on ne sait pas laquelle. Simplement, on voit des humains tenter de reconstruire un avenir. On apprend assez rapidement que le but est de fuir vers les étoiles. Cette partie est très réussie. On se trouve clairement face à un scénario qui a été pensé de manière rigoureuse pour tenter de garder un aspect réaliste. Ainsi, les vaisseaux tournent sur eux-même pour créer une gravité artificielle et le voyage dure un temps plutôt long qui doit est passé en hibernation afin d’éviter de bruler des ressources. Cet aspect est encore mis en valeur plus tard dans le film alors que l’équipage réfléchit sur sa mission et la meilleure manière de la mener à bien. Les trois planètes sont tout aussi magnifiques et pensées pour offrir un environnement à la fois proche et différent. Il faut aussi noter que le héros principal du film n’est, en fait, qu’un second rôle. Cooper est l’explorateur. Cependant le véritable personnage héroïque est Murphy. Elle fait tout pour comprendre comment survivre et aider l’humanité alors que son père est absent et ne peut rien pour elle. Une scène vers la fin du film montre particulièrement bien cet aspect. Cette histoire est donc celle d’une petite fille qui devient une grande scientifique et non d’un adulte qui explore l’univers.

Malheureusement, ces bons aspects sont desservis par des longueurs très importantes. Ainsi, les personnages peuvent passer plusieurs longues minutes à déblatérer de la philosophie à deux sous sur l’amour et sa force quantifiable dans l’univers. Je n’ai rien contre l’amour mais de là à en faire une force au même titre que la gravité… Tout ceci est mis encore plus à mal par une conclusion que j’ai vue venir à trois kilomètres. Une conclusion qui, outre de lier le passé au présent, crée un deus ex machina. Je n’aime pas cette manière de terminer une histoire car je trouve qu’elle est souvent un oreiller de paresse. Au lieu de créer une conclusion solide mais difficile à mettre en place on préfère se reposer sur un pouvoir quasi divin qui permet de tout régler sans efforts. A mon avis c’est un très mauvais choix qui m’amène à conclure par un « toute cette histoire pour ça ? »

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight.

  • Film de vacances. Je sais que la plupart des médias et des critiques en parlent comme le blockbuster de SF de l’année. Pour moi, c’est un film de SF bien joué, bien mis en scène et un scénario rigoureux. Ces trois points sont indéniables. mais il aussi des aspects que je ne pardonne pas et un discours pseudo philosophique faussement profond. C’est donc, à mon avis, une déception.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon,

Site officiel

Image : Allociné

550040.jpg

10:30 Écrit par Hassan dans Astronomie, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : interstellar | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.