10/11/2014

The giver

Dans un avenir inconnu l’humanité s’est regroupé. Elle a créé des communautés contrôlées dans lesquelles tout le monde est surveillé, catalogué et identique. Les métiers de chacun-e-s sont choisis après d’attentives observations. Tous les moments importants de la vie sont vécus en commun durant un rituel de la communauté. Jonas, un jeune adolescent, va quitter l’enfance pour entrer dans le monde adulte avec ses camarades. Cela implique d’être lié à un métier choisi pour lui. Il sera le Gardien de la mémoire. Son travail est de se souvenir du passé afin de guider les dirigeants quand illes le demandent. Son apprentissage est difficile. Car, en apprenant comment fonctionnait passé il comprend pourquoi son monde ne fonctionne pas. La question est : comment changer les choses ?

Voilà un film particulièrement mauvais. Honnêtement, mis à part l’effet noir et blanc intéressant, je me demande s’il y a vraiment quelque chose à sauver ? Le véritable problème c’est que Hunger Games est passé avant. Là où Hunger Games avait étonné et mis en place un monde particulièrement bien décrit et haut en couleur The Giver souffre d’une image terne et d’un manque de surprises qui crée un ennui profond. Bien entendu, on trouve les recettes des dystopies que l’on connaît depuis Aldous Huxley, Orwell et Bradbury. Nous avons l’identique, la surveillance, les drogues et un pouvoir aussi discret qu’omnipotent et surpuissant. Cependant, encore une fois, rien de nouveau n’est montré. En fait, et pour terminer, ce film souffre d’un manque flagrant d’imagination et ne fait que surfer sur la vague des romans dystopiques pour jeunes adaptés au cinéma. Mon conseil est d’éviter de perdre son temps.

  • Le scénariste est voué au septième cercle des enfers.

  • Twilight. Un film plat dans tous les sens du terme : Pas d’imagination, terne et tenu par des acteurs qui ne semblent pas croire en leur personnage (le spectateur leur pardonnera car lui non plus n’y croit pas). Un film qu’il faut éviter.

  • Film de vacances.

  • Bon scénario.

  • Joss Whedon.

Site officiel

Image : Allociné

365530.jpg

17:54 Écrit par Hassan dans science-fiction | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : the giver, dystopie | | | |  Facebook

Commentaires

Juste pour information, le passeur (titre en français) date de 1993 (en anglais) et de 1994 (pour sa traduction en anglais), il est donc plus ancien qu'Hunger game (2008-2010). Bon, je sais tu a précisé "roman adapté au cinéma" et non "roman", du coup effectivement le fait qu'il soit adapté actuellement est dû à un contexte favorable au dystopie.
Pour la critique du film, je ne peux rien dire je l'ai pas (encore) vu et je suis septique sur la possibilité d'adapté le roman correctement (mais je suis souvent septique pour les adaptations), pour le roman par contre, je trouve que le rapprochement, voire certaines analogies avec des livres comme Fahrenheit 451, le Meilleur des mondes et 1984, sont plutôt bienvenu sachant que le livre s'adresse à un public d'enfants (14 ans, mais moins ça joue aussi) qui n'ont (probablement) pas (encore) lu ces autres romans et qui ne vont donc pas trouver que le scénario est du prémâché. C'est plutôt une bonne introduction du genre et il a l'avantage d'avoir des héros enfants/ado auquel le public (d'enfants et d'ados) peut s'identifier (contrairement à Huxley, Orwell, Bradburry). le roman soulève aussi des questions concernant l'entrée dans l'âge adulte, etc. etc. Bref, tout ça pour dire que c'était mon roman préféré quand j'avais une dizaine d'années (bon, je sais pas si ce serait toujours le cas maintenant), et même si ça remonte à loin et que le film est peut-être mauvais le livre lui m'a laissé de très, très bons souvenirs (mais ce n'était pas le propos de ta note, j'en ai conscience).

Écrit par : The colloc | 12/11/2014

Hello,

merci pour ces informations sur le roman que je ne connais pas et, donc, que je ne me permettrais pas de juger.

Écrit par : Hassan | 12/11/2014

Les commentaires sont fermés.