25/03/2016

Green Arrow 3. Brisé par Jeff Lemire, Andrea Sorrentino et Denys Cowan

Titre : Green Arrow 3. Briségreen-arrow-tome-3-270x417.jpg
Auteurs : Jeff Lemire, Andrea Sorrentino et Denys Cowan
Éditeur : Urban Comics 16 octobre 2015
Pages : 112

Ce tome contient les numéros Green Arrow 32-34, Green Arrow : futures end 1 et Secret origins 4. Pour terminer le run de Lemire Urban nous offre un tome très court qui, outre deux épisodes spéciaux, ne contient que trois numéros. Le Secret Origins permet de dépeindre à nouveau qui est Oliver Queen et comment il est devenu Green Arrow. Il n'y a rien qui change face à ce que l'on connait déjà. Le Futures End prend place 5 ans dans le futur alors que Oliver découvre ce que fait Cadmus aux héros réfugiés de Earth 2. Les trois autres numéros débutent peu après qu'Oliver ait vaincu les Outsiders et refusé de prendre la tête de la Flèche. Seattle est à feu et à sang tandis qu'un nouveau criminel a pris le contrôle des mafias et de la ville. Mais son bu est bien plus personnel qu'il ne parait. Il veut faire souffrir Green Arrow. Mais il sous-estime ce dernier.

Je ne parlerais pas des deux épisodes spéciaux qui se déroulent soit dans le passé soit dans le futur lors d'évènements que je ne connais pas. Les autres épisodes ne sont pas inintéressants mais terminent de manière un peu trop brusque le run. En trois épisodes Green Arrow doit se défendre face à une attaque, échouer face à Dragon qu'il doit comprendre et réussit à le vaincre. Tout ceci aurait pu prendre un peu plus de temps à se mettre en place afin de véritablement briser Oliver Queen ce qui aurait justifié le titre. En l'état tout est résolu en 1 heure à peine. Par contre, je trouve intéressant que Oliver Queen et Green Arrow changent de méthodes. Au lieu de réagir et de poursuivre il décide d'agir et d'aider les victimes. C'est un changement intéressant puisque les deux autres tomes ne laissent absolument aucune place aux victimes ni au futur d'Oliver. Il reste à voir comment cela sera utilisé ensuite.

*
**
*** Une fin de run trop précipitée pour être bonne.
****
*****

Image : Éditeur

Les commentaires sont fermés.