31/12/2016

Mort par Terry Pratchett

Titre : Mort
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi books 1987
Pages : 315

Normalement, quand la Mort vient vous chercher c'est dans le but de vous permettre de suivre vos croyances en un monde après la vie terrestre. Quand la Mort vient chercher un jeune garçon, nommé Mortimer, c'est pour une toute autre raison. En effet, la Mort souhaite lui donner une opportunité. Il lui offre un apprentissage ! Le jeune homme apprend vite et comprend rapidement l'intérêt du travail. Il lui est offert l'occasion de ne jamais être au chômage ainsi que le couvert et de quoi manger avec un petit plus : l'éternel jeunesse. Mais le travail de la Mort est loin d'être aussi facile qu'on ne le croit. Pire encore, ce travail pourrait avoir un effet des plus déplaisant sur le jeune homme. D'autant plus lorsque ce dernier décide de changer l'Histoire et que l'Histoire décide de se battre.

Pour des raisons parfaitement compréhensibles la Mort est un personnage que j'apprécie dans le Disque-Monde. Contrairement aux autres personnages, la Mort sait de quoi elle parle et comprend parfaitement que l'univers est absurde. Mieux encore, ses dialogues sont écrits et majuscules. Mais écrire tout un roman sur ce personnage aurait pu être un problème. Et pourtant, Pratchett réussit parfaitement à rendre la Mort sympathique. Tout simplement parce que ce roman parle de la vie. En effet, on comprend rapidement que si Mortimer apparait ce n'est que pour donner une impression de vie à la Mort. Durant une bonne partie du roman, on suit les aventures de la Mort qui essaie de comprendre les plaisirs des vivants et d'être apprécié. Pendant le même temps, Pratchett décrit un petit drame à 4 adolescents pris dans les tentacules de l'amour.

*
**
***
**** J'ai franchement beaucoup aimé même si j'ai été surpris par la fin.
*****

Image : Site de l'auteur

mort1.jpg

16:27 Écrit par Hassan dans Fantasy | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : terry pratchett, mort, discworld, disque-monde | | | |  Facebook

28/12/2016

Equal rites par Terry Pratchett

Titre : Equal rites
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Harper Collins 2009
Pages : 272

Il y a de nombreux lieux sur le Disque. Les personnes qui ne connaissent rien de ces lieux sont encore plus nombreux. Et, comme le dit l'auteur, c'est justement dans ces nombreux lieux inconnus que l'extraordinaire a lieu. Oui, l'extraordinaire a toujours lieu dans le contexte le plus ordinaire possible ! Alors que Mort accompagne un vieux magicien une telle chose eu lieu. En effet, ce vieux magicien souhaitait offrir son bâton à la personne qui lui succédera. Mais il y a un problème, le fils attendu est, en fait, une fille ! Celle-ci, ayant reçu le prénom d'Eskarina grandit sans savoir qu'elle possède des pouvoirs. Puis, la sorcière du coin, Wheatherwax, décide de l'entrainer. Mais il apparait rapidement que les pouvoirs d'Eskarina ne peuvent être compris que par des magiciens. Mais jamais une femme ne fut acceptée dans les locaux de l'Université Invisible ! Eskarina, elle, ne le sait pas et décide de se rendre à l'Université, de trouver un magicien important et de calmement, mais fermement, lui demander de l'entrainer.

Le problème avec le Disque-Monde c'est de choisir un point d'entrée. Il y a de nombreux personnages qui vivent leur petite vie sans forcément se rencontrer. Ainsi, ce troisième tome est complétement en dehors des deux premiers. En effet, ce tome 3 s'intéresse aux Sorcières ! Et, plus précisément, il s'intéresse à la manière dont on divise en deux capacités genrées une même chose (un peu comme les déodorants, le gel douche et les stylos). Car il semble que l'humanité ne puisse pas survivre si des gens très intelligents ne trouvent pas un moyen de nous montrer sans aucun doute que l'on utilise bien l'outil prévu pour notre genre et ce à l'aide d'un code couleur sophistiqué.

Dans ce livre les personnes qui utilisent la magie sont divisées en deux catégories (avec quelques subtilités de classes): Il y a les hommes et il y a les femmes. Les hommes sont des magiciens adeptent de la haute magie. Ils s’intéressent aux livres et au tabac et refusent tout contacts avec des femmes. Les femmes, elles, sont des sorcières. Elles travaillent avec le peuple et les herbes et ne voient pas l'intérêt des livres de sort. Mais que se passe-t-il quand une femme souhaite devenir non une sorcière mais une magicienne ? D'un seul coup il devient beaucoup plus difficile de défendre une division arbitraire et inutile.

*
**
***
**** De nouveaux personnages hauts en couleurs et très sympathiques !
*****

Image : Site de l'auteur

equal_rites1.jpg

14:52 Écrit par Hassan dans Fantasy | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : equal rites, terry pratchett, discworld | | | |  Facebook

27/12/2016

The light fantastic par Terry Pratchett

Titre : The light fantastic
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi books 1986
Pages : 284

Twoflower, le bagage et Rincewind sont tombé du disque. Ils sont morts. Cependant la Mort ne vient pas les chercher. Et ce parce qu'elle est un tout petit peu vexée par l'inaptitude de Rincewind à accepter de mourir à l'heure dite. Mais nous parlons du Disque-Monde. À Ankh-Morpork, à l'Université invisible, dans la librairie, au fond d'un cachot, entouré par de nombreuses chaines le livre le plus puissant de la création n'est pas d'accord. Non, Rincewind ne doit pas mourir. Après tout il possède l'un des 8 sortilèges et, en famille, on s'entre-aide. Alors le livre change la nature de la réalité et sauve tout ce petit monde en les envoyant dans une forêt enchantée remplie d'arbres qui parlent. En effet, il est plus que nécessaire que Rincewind survive et puisse réciter les 8 sortilèges. Car le Disque-Monde sera détruit dans exactement deux mois.

Ce livre est le second par ordre d'écriture et de lecture dans l'univers du Disque-Monde. Il suit immédiatement le premier et, donc, on retrouve notre magicien préféré, notre bagage préféré et l'espèce la plus dangereux de tout le multiverse : un touriste. Le premier livre pourrait être résumé tout simplement en en parlant comme de la tentative d'amis bourrés de créer une histoire qui inclue absolument tous les clichés de la fantasy afin de s'en moquer. Pour ce second tome, l'auteur est un peu plus sobre. Contrairement au premier livre, il y a, cette fois, une véritable intrigue avec une fin, un milieu et un début. L'histoire suit donc une suite logique qui passe d'un point A à un point Z via tout le reste de l'alphabet. En effet, ce livre reste aussi, et surtout, l'occasion d'ajouter quelques blagues sur des poncifs récurrents comme les elfes, les maisons de pain d'épice et les druides (qui préfèrent le terme de programmeurs informatiques). Je dois bien avouer... que ça marche assez bien sur moi. Bien que l'intrigue soit souvent tirée par les cheveux j'ai beaucoup rigolé et on sent que le Disque-Monde commence véritablement à prendre vie. Longue vie à A’Tuin !

*
**
*** Un second tome dans la même veine que le premier mais moins chaotique.
****
*****

Image : Site de l'auteur

the_light_fantastic1.jpg

Vaiana, la Légende du bout du monde / Moana

Il y a très longtemps le monde fut créé. Puis, une déesse ayant le pouvoir de créer la vie remplit les océans et les îles de créatures. Mais son pouvoir était convoité par de nombreux êtres. Il y a très longtemps un demi-dieu vivait sur Terre : Maui. Ce dernier avait une force surhumaine et la capacité de se changer en tous les êtres vivant. Il a utilisé ses dons afin de voler à la déesse ce qui lui permet de créer la vie. Mais, ce faisant, il déclencha un chaos sans mesure. Près de 1000 ans ont passé et les océans sont devenus dangereux. Les humain-e-s se sont repliés sur les îles. Sur l'une d'elles vit une jeune fille, Moana, choisie par l'océan. Lorsqu'elle sera prête elle voguera sur les océans, elle cherchera Maui et le forcera à rendre à la déesse ce qu'il lui a volé. Mais le voyage sera difficile et dangereux !

Ah Disney... C'est souvent un plaisir que d'aller voir un nouveau animé Disney. Cette fois, l'histoire est un peu différente. En effet, nous sommes tous et toutes habitué-e-s aux histoires de princesses, avec des animaux, dont le seul but est de trouver un prince ? Il semble que ceci commence enfin à changer (mais j'attendrais encore un peu avant de crier victoire).

Moana n'est pas une princesse. Du moins, elle ne l'est pas au sens occidental du terme. Ce n'est pas une jeune femme contrôlée par son père en attendant qu'elle marie un héritier qui dirigera le royaume. Moana est la fille d'un chef. À ce titre elle est éduquée à diriger son peuple et à la conseiller. Plusieurs scènes permettent de montrer Moana prendre des décisions pour le bien commun sans l'aide de personne. Ainsi, bien qu'il existe une tension entre ses envies et ce qu'elle doit faire, Moana est tout d'abord une personne de devoir. Face à elle l'intrigue place Maui. Je ne vais pas commencer par critiquer le lien avec les mythes originaux car je ne les connais pas (malheureusement). Maui, contrairement à Moana, est seul. C'est un guerrier et un héros. Bien qu'il ait souvent aidé les humain-e-s il ne le fait pas par devoir ni pour le bien commune mais afin d'être honoré. Ainsi, nous avons deux personnages intéressants. L'une pense à ses devoirs mais agit "égoïstement" en partant sur les océans. L'autre agit pour le bien commun mais pour des raisons égoïstes.

J'ai beaucoup aimé ces deux personnages. Mais j'ai aussi beaucoup apprécié le film en soi. L'histoire est portée par des scènes superbes. Je pense particulièrement à l'océan qui non seulement a l'air conscient mais qui est tout simplement beau. Il semble que beaucoup d'efforts aient été porté sur l'eau. J'apprécie aussi les chansons et surtout la fin du film. L'intrigue, elle, est une quête d'apprentissage. Mais aussi, et surtout, une défense de la nécessité d'explorer et de quitter sa famille pour mieux y revenir plus tard. Bref, un film que j'ai beaucoup aimé.

*
**
***
****
***** Un beau film avec des personnages que j'apprécie.

Image : Allociné

216085.jpg

10:20 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vaiana, la légende au bout du monde, moana | | | |  Facebook

22/12/2016

Flash saison 2

Durant la saison 1 Barry Allen découvrait ses pouvoirs. Après avoir appris à les maitriser il décida de devenir le Flash ! Un héros capable de protéger Central City contre les menaces des méta-humains. Après de nombreuses aventures on apprenait que son mentor est un super vilain qui ne souhaite que tuer le Flash. Leur combat a débouché sur la création d'un trou noir au-dessus de la ville et la série ne nous permettait pas de savoir comment la ville a été sauvée. La saison 2 commence quelques temps plus tard. Le Flash est fêté par toute la ville comme le sauver de Central City. Mais, ce que personne ne sait encore c'est que le trou-noir a aussi ouvert des brèches vers un univers parallèle. Ce qui implique de nouvelles menaces pour Barry et la ville.

Dans la saison 1 Barry Allen doit combattre un homme qui le trahit après l'avoir aidé à courir plus vite. Dans cette saison 2 Barry Allen se trouve confronté à un homme, Zoom, qui souhaite lui permettre d'aller plus vite afin de l'attaquer. Si si, il y a une différence. Bref, Flash est la série qui n'est censée fonctionner. Les acteurs et actrices sont passables, les intrigues sont médiocres et les effets spéciaux peuvent être très kitsch. Et pourtant, Flash est une série feel good qui fonctionne plutôt bien. Flash est plutôt positif avec des personnages qui ne sont pas trop mauvais (j'ai une préférence pour Cisco). De plus, cette saison introduit le concept de multivers ce qui aurait pu être difficile à mettre en scène. Et pourtant, ce n'est pas trop mal réussi.

On pourrait penser que la saison 1 mettait en scène le thème de la recherche de la vérité. Barry Allen cherchait la personne qui avait vraiment tué sa mère afin de faire sortir son père de prison. Cette saison semble se concentrer sur la famille et les pertes. En effet, une bonne partie des vies personnelles des personnages se concentre sur des changements familiaux. Le plus important, bien entendu, est ce que l'on apprend sur la famille West et le retour du père de Barry. Mais d'autres événements ont lieu sur ce point. De plus, le petit groupe autours de Flash fonctionne de plus en plus comme une famille. Mais cette saison parle aussi de pertes. Et plus précisément de la perte d'une personne proche. Plusieurs personnages ont connu cette perte que ce soit avant le début de la série ou durant la saison 1. Pour ces personnages, cette saison permet de montrer de quelle manière on réagit face à ces pertes.

*
**
*** Une série feel good sympathique.
****
*****

Image : Allociné

Site officiel

261053.jpg

13:38 Écrit par Hassan dans Comics, DC, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : flash, cw, dc | | | |  Facebook

20/12/2016

Rogue One: A Star Wars Story

L'Empire a vaincu. La République est morte sous les coups de botte de l'armée, de l'Empereur et de Vador. La résistance est inutile face à la puissance militaire des flottes de l'Empire. Mais, une nouvelle arme est en train d'être conçue. Une arme dont l'origine date d'avant même la guerre des clones. Une arme qui permettrait de créer une paix éternelle par la terreur absolue. Une arme capable de détruire une planète entière. Cependant, son développement a pris du retard. Les autorités s'impatientent et le Directeur Orson Krennic, chargé de la conception de l’Étoile Noir, décide de traquer un génie afin de terminer l'arme. Mais, en faisant cela, il lui permet de contacter l'Alliance Rebelle. Une course contre la montre débute afin de trouver un moyen d'éviter le lancement de la super-arme.

Il y a au moins une chose de certaine, ce premier film chargé de montrer ce qui n'est que mentionné dans les trilogies originales est fortement lié à l'univers starwars aussi bien cinématographique que télévisé. Bien entendu, je n'ai pas aperçu toutes les références. La plupart du temps elles sont assez discrètes pour ne pas casser l'intrigue (une exception est l'arrivée de C3PO et R2D2 qui réussit à casser une scène entière). Les références sont de deux natures. Premièrement, il y a celles qui parlent aux personnes qui connaissent assez l'univers pour les remarquer. C'est, par exemple, réussir à apercevoir le Ghost ou encore les deux mercenaires qui apparaissent dans A new Hope. Le second type permet de faire un lien direct avec la suite de l'histoire. Ces références permettent de développer l'intrigue en direction de l'histoire que l'on connait afin de rester dans une continuité.

Il y a deux thèmes forts dans ce film, et je ne suis de loin pas le seul à les avoir compris. Ce sont l'espoir et le sacrifice. Dans la seconde trilogie, on observait la fin de la République. La première trilogie montrait la fin des Siths. Mais rien, outre l'univers étendu, ne permettait de comprendre de quelle manière on passait d'un point à un autre. Rogue One permet d'expliquer comment l'Alliance fonctionne. Les Rebelles ne sont pas seulement une flotte avec des chasseurs. Ce sont aussi des espions, des assassins et des saboteurs. Et ce film s'intéresse à eux et à leur sacrifice. En effet, de nombreux personnages se sacrifient dans ce film. Ce sacrifice n'est pas seulement celui de la vie mais aussi d'une moralité, d'une humanité, en faveurs d'une cause que l'on pense supérieure. Et ces sacrifices sont liés à une autre émotion : l'espoir. Face à un ennemi d'une puissance inimaginable seul l'espoir permet d'accepter le sacrifice qu'implique la lutte. Et tous les personnages possèdent cette émotion malgré le ton particulièrement sombre du film.

Enfin, Rogue One est servi par des scènes magnifiques. On sent que la réalisation n'a pas voulu seulement créer un film de SF avec de l'action. Elle souhaitait offrir une expérience visuelle qui permet d'insérer le film dans un univers précis. Comme dans l'épisode 7, on observe des décors qui permettent de relier le présent au passé à l'aide de ruines majestueuses. Plusieurs scènes sont conçues pour fournir une émotion. Je pense, par exemple, à l'ombre écrasante du destroyer au-dessus de la ville de Jedha. Il n'y a plus qu'à espérer que les autres films suivent en qualité.

*
**
***
****
*****Je suis sorti de la salle les yeux plein d'étoiles.

Image : Éditeur

AN1-FF-000076.jpg

10:51 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rogue one, star wars | | | |  Facebook

17/12/2016

Green Lantern. Le retour d'Hal Jordan par Geoff Johns et Ethan Van Sciver

Titre : Green Lantern. Le retour d'Hal Jordan
Auteurs : Geoff Johns et Ethan Van Sciver
Éditeur : Urban comics 1 juillet 2016
Pages : 176

Ce tome contient Green Lantern Rebirth 1-6. Hal Jordan est mort. Il est mort dans le Soleil après avoir attaqué le corps des Green Lantern suite à la destruction de Coast City. Depuis, il est devenu l'hôte du Spectre. Un être mystique chargé de délivrer la vengeance de dieu sur les pêcheurs. Mais quelque chose ne fonctionne pas. Le Spectre agit étrangement. Comme si son pouvoir était en train de se corrompre. Pire encore, sur Terre Coast City est recrée à l'identique. Et, au loin dans l'univers, des êtres hurlent que Paralax revient.

Depuis que je lis Green Lantern j'entends parler du retour d'Hal Jordan par le scénariste Geoff Johns. J'ai beaucoup aimé ce qu'il a fait sur Green Lantern (du moins en partie) et un peu moins sur Superman. Alors était-il possible de passer à côté du tome qui met en scène le retour d'Hal Jordan ? Le problème c'est que j'ai été déçu. Déjà, je ne connais pas cette époque et beaucoup d'allusions me sont inconnues. Mais ceci me concerne. À mon avis, le plus gros problème c'est la vitesse. En 6 numéros Geoff Johns explique le corps, sa mythologie, le Spectre, Paralax, Sinestro et Hal Jordan. C'est beaucoup trop rapide. À la lecture, j'ai eu l'impression de courir après un train en marche qui ne s'arrête qu'à une station sur deux. J'ai l'impression que Geoff Johns passe à côté d'explications qui auraient été nécessaires mais auraient impliqués plus de numéros. Bref, je suis un peu déçu.

*
**
*** Moins bon que je ne le pensais et surtout beaucoup trop rapide.
****
*****

Image : Éditeur

green-lantern-le-retour-dhal-jordan-40568-270x417.jpg

13/12/2016

Grayson 2. Nemesis par Tom King, Tim Seeley, Mikel Janin et Stephen Mooney

Titre : Grayson 2. Nemesis
Auteurs : Tom King, Tim Seeley, Mikel Janin et Stephen Mooney
Éditeur : Urban comics 20 mai 2016
Pages : 208

Ce second tome contient Grayson 9-14, Annual 2 et DC sneek peak : Grayson 1. Dick Grayson est mort. Du moins c'est ce que tout le monde a cru. Mais, en secret, Bruce Wayne l'a envoyé infiltrer l'agence Spyral. Cette mission est une réussite. Dick Grayson est intégré à l'agence ainsi qu'à l'académie pour jeunes filles qui la cache. Il aimerait bien rentrer à Gotham et annoncer son retour à ses ami-e-s. Mais Batman semble ne pas répondre. Et pour cause, Bruce Wayne est amnésique suite à son dernier combat contre le Joker. De plus, Spyral pourrait ne pas être si facile à quitter. En effet, les personnes à sa tête se méfient de Grayson et veulent le contrôler. Cette méfiance est rendue plus importante pas de nombreux meurtres dans la communauté des agences de renseignements.

J'avais bien aimé le premier tome de Grayson. La série fait suite à la série Nightwing dont la fin, décevante, avait été précipitée par l'événement Forever Evil. Contrairement à la majorité des séries DC, le contexte de Grayson est en parallèle de l'univers super-héroïque. Bien que les personnages rencontrent des êtres méta-humains l'intrigue se concentre sur l'agence elle-même, ses buts et ses secrets. Ce second tome est un peu plus intégré au reste de l'univers DC. Non seulement on retrouve les personnages de la famille de Batman mais on rencontre aussi Superman et Lex Luthor. Ces rencontres ne sont pas trop mal réussies et s’intègrent assez bien à l'intrigue. Ce second tome met aussi en place la fin, prochaine, de la série puisque Grayson commence à comprendre ce qu'est réellement Spyral et comment l'agence fonctionne. Malheureusement, l'académie est, elle, laissée en arrière alors que j'aurais apprécié en savoir plus sur elle.

*
**
***
****
***** Un second tome dont j'ai bien apprécié la lecture pour une série que j'aime beaucoup.

Image : Éditeur

grayson-tome-2-39665-270x417.jpg

11/12/2016

Arrival / Premier contact

Le monde vit comme à son habitude. Les tensions internationales continuent, les gens travaillent ou étudient, les chaines d'infos font du direct plutôt que de l'analyse. Bref, tout va bien et une professeure, Louise Banks, se prépare à parler de linguistiques à ses étudiant-e-s. Mais il y a un problème, il n'y a personne dans la salle. Le problème c'est que, depuis moins d'une heure, douze vaisseaux sont apparus sur Terre sur divers points du globe. L'humanité prend peur, les humain-e-s ne comprennent pas ce qui se déroule et, rapidement, c'est la fuite. Louise Banks, elle, est contactée par les militaires. Il y a un problème à résoudre : comment communiquer avec une espèce qui n'a aucuns points communs avec l’humanité ? Et Louise doit trouver la réponse.

Ce film est un film que je n'attendais pas du tout. Je ne connaissais même pas son existence. Et, il y a quelques temps, j'ai soudain vu qu'il sortait en Suisse. Intrigué, j'ai regardé le synopsis puis la bande annonce. Encore plus intrigué, je me suis dit que je ne pouvais pas rater une séance. Puis, j'ai lu ce qu'a fait le réalisateur. Entre autres, il a réalisé Sicario qui reste l'une de mes meilleures expériences au cinéma. Mais Arrival en vaut-il la peine ?

Je ne suis sûrement pas le seul à penser qu'il existe deux messages particuliers dans un film qui parle de deux histoires. La première c'est, bien entendu, l'arrivée des aliens sur Terre. La seconde est bien plus intime. Mais, les deux intrigues sont liées aussi bien thématiquement que "chronologiquement". Dans les deux cas, on parle de communication. En effet, comment l'espèce humaine peut-elle espérer comprendre, et se faire comprendre, par une race alien qui n'a aucuns points communs avec la Terre ? Comment établir une discussion entre deux peuples potentiellement tellement différents que la compréhension mutuelle pourrait être impossible ? Dans le même temps, se pose la question de la communication entre les humain-e-s. En effet, les militaires prennent les choses en main (un classique) et le secret devient une nécessité. Mais n'est-il pas nécessaire de collaborer ? Quels sont les choix fait par les autres nations et comment les comprendre ? Plus intimement, comment communiquer entre deux personnes ? Ainsi, la communication est au centre du film et la réalisation réussit parfaitement bien à mettre en scène tous ses efforts (outre une séquence au milieu du film)

La réalisation semble aussi souhaiter envoyer un message d'espoir. Un message particulièrement difficile à faire entendre dans le contexte actuel de tensions et de craintes. L'armée prend le contrôle, certes, mais il est aussi décider de prendre des mesures scientifiques et de communiquer avec les autres sites en temps réel. Ce film fait l'éloge de la capacité humaine de travailler ensemble en direction d'un but commun malgré les différences. Il annonce aussi que ce travail en commun est nécessaire pour l'avenir de l'espèce tout en étant inévitable. Là encore, plus intimement, le message s'incarne dans l'histoire de Louise Banks qui, durant le film, décide d'accepter son avenir avec ses joies et ses mauvais moments.

Quand on pense film de Science-Fiction on pense souvent à des explosions, des guerres et des termes techniques impossibles à comprendre. Le cinéma crée beaucoup de ces films mais ne prend pas vraiment le sujet au sérieux. Arrival, lui, prend son sujet au sérieux. La réalisation met en place un prémisse et tente de montrer de quelle manière on peut le résoudre. Le film est aidé par des acteurs et actrices dont j'ai trouvé le jeu particulièrement proche d'une possible réalité. La photo est aussi très bien maitrisée. La première vision du vaisseau est superbe. L'architecture intérieure est à la fois inquiétante et étrange aidé en cela par une musique bien conçue. J'apprécie aussi particulièrement les aliens qui sont aussi beaux qu'étranges. En ce qui me concerne, ce film est une réussie à tous les niveaux. Je ne m'attendais pas à la sortie d'Arrival et je suis très heureux qu'elle ait eu lieu.

*
**
***
****
*****L'un des films qui fait partie de mon top personnel de l'année.

Image : Allociné

Site officiel

387734.jpg

08:36 Écrit par Hassan dans Film, Politique, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : arrival, premier contact | | | |  Facebook

07/12/2016

Les alinéas au placard. L'abrogation du délit d'homosexualité (1977-1982) par Antoine Idier

Titre : Les alinéas au placard. L'abrogation du délit d'homosexualité (1977-1982)
Auteur : Antoine Idier
Éditeur : Cartouche 2013
Pages : 201

Entre 1977 et 1982 le Code pénal français change. Il passe d'un délit d'homosexualité, hérité du régime de Vichy, à une abrogation de ce délit sous la férule socialiste de François Mitterrand. Mais un tel changement ne se déroule pas sans raisons. Pourquoi et comment est-il devenu difficile, si ce n'est impossible, d'accepter un délit spécifique à une orientation sexuelle ? Quels sont les personnes et les arguments qui permettent d'abroger cette particularité de la loi ? Antoine Idier, s'intéresse à la presse, aux hommes et femmes politiques, aux militant-e-s de l'époque et aux archives afin de mieux comprendre l'histoire et le contexte de cette abrogation. Il y répond en 7 chapitres.

Le premier, le troisième et le cinquième présentent les associations de droit et de défense des personnes homosexuelles. L'auteur y examine la mise en place de nombreuses associations de nature politique après Arcadie. Que ce soit le FHAR, le GLH ou encore le CUAR les années 70 sont l'occasion de tenter plusieurs expériences afin de se faire entendre. Certaines tentent d'atteindre le niveau politique par des appels ou des sondages tandis que d'autres sont révolutionnaires. Le CUAR, par exemple, s'intéresse d'abord à la défense des personnes interdites de travail avant de se porter sur l'abrogation du délit d'homosexualité. Ces associations agissent dans un contexte qui permet, de plus en plus, le retournement des accusations contre les tribunaux. Comme exemple, l'auteur s'intéresse à deux affaires qui font du bruit au niveau national.

Les quatre autres chapitres s'intéressent plus précisément à la mise en œuvre politique de révision du Code pénal français et, spécifiquement, à l'abrogation du délit d'homosexualité. L'auteur montre qu'il existe plusieurs phases. Tout d'abord, la présidence de Valéry Giscard d'Estaing nomme une commission chargée de la réécriture du Code pénal. Les membres entendent Michel Foucault. De plus, les débats s'inscrivent dans un contexte de remise en cause de l'ordre moral pénal avec une attention particulière à l'homosexualité et à l'enfance (un débat qui nous surprend beaucoup lorsque nous vivons dans les années 2000). Mais ce n'est qu'un début qui, rapidement, est mis en sommeil alors que la présidence souhaite agir sur la criminalité. C'est au Sénat que la seconde phase se met en place. Un sénateur propose, et réussit, à faire abroger le délit d'homosexualité. Cependant, l'Assemblée Nationale refuse cette abrogation. Ce n'est qu'après la victoire socialiste que l'abrogation est possible. L'auteur nous explique que le contexte a changé. Bien que les arguments contre, et pour, soient identiques les associations se sont largement mobilisées en faveurs des socialistes tout en montrant leur force en nombre. Rapidement, la nouvelle présidence accepte plusieurs revendications et parvient, difficilement, à convaincre les député-e-s.

Ce livre est particulièrement intéressant à lire dans le contexte actuel, suisse ou français. En effet, la France a voté le droit au mariage pour les personnes de même sexe mais refuse le débat sur la PMA et la GPA ce qui crée une insécurité juridique importante pour certains enfants au nom de leur protection (je ne dis pas que la PMA et la GPA sont une bonne idée mais je considère qu'un débat est nécessaire). En Suisse, les choses avancent en direction d'un droit au mariage mais lentement. Dans les deux cas, on retrouve des arguments proches de ceux que le livre décortique. Les personnes favorables souhaitent la fin d'une discrimination tandis que les opposants parlent de défense d'une morale et des enfants face à une orientation sexuelle qualifiée de dangereuse voir proche de la criminalité. Replacer ces arguments dans une histoire plus ancienne, bien que récente, permet de démontrer qu'il existe des précédents.

Image : Amazon

414y3i3PuEL._SX398_BO1,204,203,200_.jpg

04/12/2016

Good Omens par Neil Gaiman et Terry Pratchett

Titre : Good Omens
Auteurs : Neil Gaiman et Terry Pratchett
Éditeur : Corgi books 2014 (1990)
Pages : 414

Il y a longtemps, très longtemps, deux personnes ont volé une pomme. Le problème c'est que la pomme n'était pas ordinaire. Ce petit vol qui, actuellement, ne ferait même pas lever les sourcils d'un juge a mené au bannissement des deux personnes d'un petit coin nommé Paradis. Les êtres éternels ne furent pas tout à fait d'accord et c'est ainsi qu'a commencé la guerre entre les enfers et le paradis. Lorsqu'un démon tente un humain un ange tente d'empêcher cette tentation et, au fil du temps, un équilibre fut atteint. Un équilibre en attente de l'événement qui permet de mettre fin à la guerre. Celui-ci a souvent été prédit mais ne fut jamais accompli. Une nouvelle prédiction semble prévoir la fin des temps pour samedi prochain. Les armées éternelles se rassemblent, les chiens de l'enfer sont libérés, les cavaliers de l'Apocalypse s’élancent ! Mais une petite chose manque. Il semble que personne ne soit capable de trouver l'antéchrist.

Neil Gaiman et Terry Pratchett... Deux auteurs célèbres. Le premier est connu pour son travail dans les comics et les romans (American God et Sandman par exemple). Le second est le créateur du Disque-Monde, un travail de 41 livres qui a commencé en 1985. Quand deux auteurs pareils décident d'écrire un livre un seul choix s'offre à vous : le lire. Car même mauvais un livre écrit par ces deux personnes aura toujours quelque chose de particulier.

Selon l'antéscriptum et les différents postscriptum, l'idée de ce livre provient de Gaiman. Celui-ci et Pratchett ont ensuite travaillé ensemble pour créer un livre qui leur permettre de rire tous les deux et, avec un peu de chance, de faire rire d'autres personnes. Vu qu'il y a eu 4 éditions je pense que l'on peut dire, sans trop de risques, qu'un certain nombre de personnes trouvent ce livre drôle. Je fais partie de ces gens. Bien entendu, l'intrigue ressemble fortement à une blague sur fond de personnages incapables de réussir leur jobs (d'une certaine manière c'est assez réaliste). Mais elle est plaisante et fonctionne assez bien. De nombreuses scènes sont plutôt bien écrites et assez drôles et je me suis pris à réellement imaginer les personnages agir de la manière décrite. Je me suis bien amusé, ce fut un bon moyen de passer un week-end d'hiver au chaud avec du thé (de noël) et c'est parfait.

*
**
***
**** J'ai passé un bon moment.
*****

Image : Éditeur

9780552171892

18:06 Écrit par Hassan | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |  Facebook

03/12/2016

I, Daniel Blake / Moi, Daniel Blake

Daniel Blake est un ouvrier de 59 ans qui vit à Newcastle. Il a toujours travaillé. Il s'est occupé seul de sa femme, malade. Il a payé ce qu'il devait payer et a toujours évité de demander des aides. Il est l'incarnation de la dignité ouvrière. Alors qu'il se trouve sur un chantier il tombe soudain d'un échafaudage. Les médecins lui expliquent qu'il a fait une crise cardiaque et qu'il faudra un certain temps avant de pouvoir retourner au travail. Durant son incapacité, il reçoit des aides d'invalidité afin de pouvoir continuer à vivre dans son appartement. Cependant, il lui est soudain demandé de remplir un questionnaire pour qu'un décisionnaire examine son éventuelle incapacité au travail. Et le couperet tombe, il est considéré comme capable de travailler et les aides lui sont coupées. Daniel Blake ne comprend pas cette décision et essaie de trouver une porte de sortie. Mais est-ce possible ?

Je ne connais pas particulièrement bien l'état des débats politiques sur les aides sociales an Grande-Bretagne. Mais j'en sais assez pour savoir que, comme ici et ailleurs, elles sont considérées comme couteuses et symptomatique d’une soi-disant culture de l'assistance par des personnes qui fraudent. Récemment, la Grande-Bretagne a lancé un vaste programme de privatisation de l'aide sociale et de "rationalisation" de celle-ci. Les travailleurs/euses sont maintenant en concurrence et doivent être capable de productivité (est-ce seulement possible dans l'aide sociale ?). Alors que les personnes bénéficiaires doivent justifier de leur incapacité. Ce film s'inscrit dans ce contexte.

L'histoire de Daniel Blake et de Katie Morgan est l'histoire de deux personnes qui se heurtent à une administration incompréhensible. Tout au long du film, on nous montre une administration qui suit des normes de rationalisation. On numérise les documents nécessaires, on met en ligne les formulaires et les offres et demandes d'emploi, on "normalise" les compétences dont celles de créer un CV. Le but est de contrôler les personnes et de les punir si besoin est. On observe deux personnages se heurter à ces règles si précises qu'elles en deviennent inhumaines. Durant le film, on a l'impression d'observer une administration absurde face à une aide sociale privée, dans le sens d'organisée par des personnes privées et non au sens d'une privatisation, qui fonctionne humainement au cas par cas. Mais est-ce vraiment absurde ? N'est-ce pas le fonctionnement logique et normal d'une administration conçue pour analyser, contrôler et punir ? En cela, le film se rapproche des études sociologiques de Jean-Marc Weller et de Vincent Dubois (que je lirais un jours).

Je vois un second thème dans ce film. En effet, la réalisation nous présente deux personnes. La première est Daniel Blake, un ouvrier de 59 ans. La seconde est Katie Morgan une jeune ancienne londonienne. Pourquoi le film s'intéresse-t-il à ces deux personnages ? Ne pourrait-il pas mettre en scène qu'une seule personne ? Ce serait, en effet, possible. Aussi bien Katie Morgan que Daniel Blake se heurtent à une administration incompréhensible et à un manque de protection de la part du droit. Honnêtement, le personnage de Katie Morgan pourrait créer un film avec bien plus de Pathos qui se rapproche de la vie de femmes du passé mais aussi d'aujourd'hui. À mon avis, la différence est celle des capacités de la classe ouvrière face à la précarité. Daniel Blake a vécu dans ce monde. Il a de nombreuses connaissances qui n'hésitent pas à l'aider en cas de besoin tout comme il les aide si possible. Il privilégie la rencontre en face à face franche et honnête ce qui est montré par sa recherche d'emploi qui se porte vers les personnes qui habitent et travaillent dans le milieu. Il connait parfaitement les associations capables de fournir de l'aide et, surtout, il a une connaissance des techniques qui permettent de pallier aux manques de tous les jours et aux petits travaux nécessaires dans une maison ou un appartement. Face à lui nous avons une femme, seule avec deux enfants. Katie Morgan est isolée dans tous les sens du terme. Elle a quitté, sans que cela ne soit son choix, son milieu de vie et donc son réseau. Elle ne connait personne ni aucune association ou institution. Elle est, dans tous les sens du terme, démunie. Le film présente un transfert de ces connaissances. Petit à petit, Daniel Blake montre à Katie Morgan comment survivre tout en l'aidant sans rien attendre. D'une certaine manière, j'y ai retrouvé une partie de ce qu'écrit Richard Hoggart dans La culture du pauvre (un livre que je conseille)

Ainsi, nous avons un très bon film qui, sans trop de pathos, essaie simplement de présenter la vie de personnes qui essaient simplement de survivre alors qu'elles sont contrôlées et punies par une administration conçue pour atteindre une "rentabilité" et donc diminuer le nombre de personnes qui peuvent recourir à l'aide sociale. Alors que la rhétorique des fraudeurs et de la "culture de l'assistance" est prégnante dans les médias et le monde politique il est salutaire qu'un film décide d'en prendre le contre-pied pour mieux voir les conséquences de ces discours.

*
**
***
****
***** Des acteurs et actrices parfait-e-s, un thème difficile mais maitrisé. Un film que je conseille.

Image : Allociné

248495.jpg