18/03/2017

The thief of time (Discworld 26, Death 5) par Terry Pratchett

Titre : The thief of time (Discworld 26, Death 5)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 10 octobre 2013
Pages : 432

Les Auditeurs sont de retour. Illes ont échoué à mettre Mort à la retraite. Illes ont échoué à tuer le Père Porcher. Mais illes n'abandonnent pas! Cette fois leur problème est administratif. En effet, contrairement à un certain politicien français, les Auditeurs aiment l'administration. Illes adorent créer des fichiers, avoir des régulations et suivre les ordres et ce depuis la naissance de l'univers. Malheureusement, il existe une chose dans l'univers qui détruit tout sens de l'ordre. Une horreur qui se retrouve dans tous leurs cauchemars. Dans l'univers il y a de la vie. Et la vie a une tendance à être chaotique. Le pire ce sont ces humain-e-s qui sont, non seulement, l'incarnation du chaos mais aussi des créateurs de concepts incompréhensibles. Pour arrêter tout cela les Auditeurs décident de mettre fin au Temps. Mais les 5 cavaliers de l'apocalypse se soulèvent et leurs alliés sont un balayeur, son apprenti, Susan et une boite de chocolat.

Je suis triste. Je pensais que, enfin, j'aurais pu lire un Death que je puisse apprécier. Après tout, ce tome a tout pour plaire. Des moines qui en savent moins sur la sagesse ancestrale qu'un balayeur, un jeune homme à la destinée intéressante, du chocolat et surtout Susan Sto Hellit. En plus, Death n'est finalement pas central à l'histoire. Il est présent mais il se contente de lancer l'intrigue. Au moins on ne le retrouve pas en dehors de son rôle traditionnel comme la majorité du cycle. En parlant de Susan, son personnage continue à s'améliorer tout en gardant son identité majeure. Elle est logique, elle est éduquée et elle sait comment traiter les enfants. Ses scènes en tant que professeure d'une école sont très bien écrites et, à mon avis, la meilleure partie de ce roman. J'ai aussi bien aimé la description des Auditeurs et les conséquences de leur incarnation. Cependant, au final je n'ai pas grand-chose à dire. Je n'ai pas apprécié ce tome que je trouve à la fois lent et long et sans véritable ajout pour le Disque-Monde. Le cycle de Death continue à ne pas me plaire.

*
** Je me suis ennuyé, malgré Susan et ses aventures dans une classe d'enfant.
***
****
*****

Image: Site officiel

the_theif_of_time1.jpg

Commentaires

C'est une des rares fois où on est totalement en désaccord, j'aurais personnellement mis 4 à ce tome qui est après Mort mon favori du cycle Death. J'aime beaucoup Susan (et non, pas SEULEMENT parce que c'est une prof badass^^), j'ai trouvé la femme auditeur assez intéressante (je lui décerne de surcroit la palme du plus délicieux suicide de l'histoire littéraire^^) et Lu Tze et son disciple m'ont beaucoup fait rire.

On retrouve encore le type de personnage conscient de son pouvoir narratif que Pratchett aime tant avec Lu Tze qui (comme les Barbares avant lui d'ailleurs) utilise sans vergogne le cliché littéraire du petit vieux tout seul entouré d'ennemis qui ne peut que gagner. Lu Tze est d'ailleurs pour moi une sorcière au masculin : comme elles il possède de réels pouvoirs mais préfère de loin celui du bluff et de la manipulation.

En revanche, il est vrai qu'il y a des longueurs : je n'ai en particulier pas trop vu l'intérêt de l'intrigue cavaliers de l'apocalypse. Comme souvent, Death est en trop dans sa propre saga.^^

Écrit par : Tyr | 18/03/2017

Je sais, il y a tout pour que ça me plaise. Et il y a Susan qui parle très bien aux profs! Mais je n'ai pas réussi à apprécier. Enfin, ce n'est pas très grave parfois ça ne fonctionne pas même si ça devrait.

Écrit par : Hassan | 18/03/2017

Tout à fait. Moi c'est Jingo qui a du mal à passer. J'adore le guet, mes deux personnages favoris de toute la saga sont Vimes et Vetinari et certains passages de ce roman me plaisent énormément mais le tout me semble mal rythmé et j'ai du mal à le relire.

Écrit par : Tyr | 19/03/2017

Les commentaires sont fermés.