14/04/2017

Thud! (Discworld 34, City Watch 7) par Terry Pratchett

Titre : Thud ! (Discworld 34, City Watch 7)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 13 février 2014
Pages : 464

Ankh-Morpork est une cité multiculturelle. Le cauchemar de certain-e-s politicien-ne-s de notre monde. Mais la cité fonctionne malgré les complots pour déposer Vetinari et revenir à "Avant". Cependant, tout n'est pas parfait. En effet, depuis quelques temps des nain-e-s traditionalistes parlent à leurs compatriotes. Illes leurs expliquent que les Nain-e-s sont supérieur-e-s au reste du monde. Que seule la vie dans la terre vaille la peine, la surface n'est qu'un rêve. Mais surtout, il leur est expliqué que les trolls sont des ennemis naturels qu'il faut exterminer. Les problèmes posés par ces paroles sont si importants que même la garde en souffre. Mais rien ne saurait la préparer au meurtre de l'un de ces nain-e-s traditionaliste. Les trolls sont accusés alors que la fête de la bataille de Koom Valey approche. Vimes a beaucoup à accomplir alors que trois trônes vacillent face à la perspective d'une guerre qui pourrait tout engloutir.

Comme souvent, dans le cadre du cycle de la garde, l'intrigue parle des ethnies et des problèmes qui peuvent exister. Depuis le début du Disque-Monde, Pratchett a transformé Ankh-Morpork pour en faire une ville sûre - plus ou moins en tout cas - avec une population non-humaine de plus en plus importante et qui, malgré les humain-e-s, s’intègre assez bien. Dans le même temps, le fonctionnement politique des nain-e-s a été fortement développé tandis que les trolls ne sont plus des brutes sans cervelles même si leur histoire n'est pas très développée. Ce tome ajoute une couche en donnant plus de substance à l'histoire des trolls mais aussi en développant la faction traditionaliste des nain-e-s. Par la même occasion, Pratchett égratigne les politicien-ne-s qui préfèrent créer des divisions plutôt que de relier des populations différentes. Pratchett se base aussi sur l'histoire d'une ancienne bataille. Il montre de quelle manière l'histoire peut être utilisée par des politicien-ne-s pour défendre une certaine position. Il montre aussi comment on réagit lorsque ce que l'on croit vrai est, en fait, une invention.

Mais Pratchett ne serait pas Pratchett s'il ne prenait pas le temps de se moquer de notre époque. Ce tome est l'occasion de s'en prendre à The da Vinci code. Les personnages de ce tome découvrent une histoire cachée que seule un trésor permet de comprendre. Pour cacher cette vérité un groupe se constitue afin de détruire toutes les traces qui en restent. Mais cette vérité, le secret de la Koom Valey, est cachée dans une peinture d'un artiste fou ! Vimes essaie de comprendre et suit des indices disséminés par plusieurs gouvernements. Si ce n'est pas une histoire qui vous rappelle quelque chose vous avez beaucoup de chance ! Ce petit plus, cette petite gentille moquerie, donne une saveur de plus à un tome déjà très bon et bien assez riche.

*
**
***
****
***** Terry Pratchett a atteint sa vitesse de croisière et le Disque-Monde sa maturité.

Image : Site officiel

thud1.jpg

Commentaires

Un tome qui fait sans hésiter partie de mon top 5. Du bon Watch bien sombre, de l'intrigue politique intelligente et sans caricatures, une dénonciation à peine voilée des dangers de ceux qui prônent le retour aux valeurs traditionnelles sans concessions, quelques petites parodies littéraires... J'adore!

Il était aussi plus que temps de nous en dire un peu plus sur la mythologie/histoire Troll vu que Pratchett a pris le temps de nous développer Detritus au fil des tomes, c'est chose faite. Ravie aussi de retrouver Wilkins en mode ultra badass et de voir se développer l'aspect paternel de Vimes, franchement touchant dans ce rôle de papa bien conscient de ses faiblesses et terrifié à l'idée de ne pas être à la hauteur.

Niveau pratchettismes, on retrouve le pouvoir des mots avec la croyance naine que toute chose écrite est sacrée et que ceux qui détruisent les mots sont les plus vils criminels (ce qui est une suite très bien trouvée à la blague de Vimes dans The Fifth Elephant lorsque le low king lui demande ses titres de noblesse). On retrouve également surtout la tendance de Pratchett à rendre ses tomes, en particulier ceux du Guet, de plus en plus sombres. Vimes étant pour moi clairement un des avatars de l'auteur dans ce monde, je me demande d'ailleurs si l'accent porté sur le coté obscur très intense de ce personnage est un premier "symptôme" de la maladie qui a frappé Pratchett.

Bref, un excellent tome mais hélas un des derniers avant qu'Alzeimer ne nuise vraiment à la saga. :(

Écrit par : Tyr | 15/04/2017

Répondre à ce commentaire

Je suis tout a fait d'accord avec toi. Si je devais conseiller, et retenir, les livres de Pratchett j'aurais tendance à faire lire le cycle de la Garde et celui des Sorcières. Je sais que tu ne les apprécie pas autant que moi. Mais je trouve que ce sont les deux grandes réussites de Pratchett et que les deux cycles se bonifient avec le temps (comme du bon vin).

Écrit par : Hassan | 16/04/2017

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire