29/06/2017

Quantum and Woody 3. Jeunesse difficile, présent compliqué par James Asmus, Tom Fowler, Kano et Wilfredo Torres

Titre : Quantum and Woody 3. Jeunesse difficile, présent compliqué
Auteurs : James Asmus, Tom Fowler, Kano et Wilfredo Torres
Éditeur : Bliss comics 9 mars 2017
Pages : 144

Ce tome contient The Goat 0 et Quantum and Woody 9-12 publiés dans Quantum and Woody: crooked pasts, present tenses. Eric a retrouvé une maison, une voiture et, lorsque l'enquête sera terminée, un travail. De plus, il est bien vu par la police et son père lui a laissé un petit héritage sympathique. Woody, lui, est détesté par la police et détruit tout ce qui bouge. Il n'y a donc qu'une seule solution : Éric donne à Woody une journée entière pour lui prouver sa capacité à être un adulte responsable. Mais ces attentes ne pourraient-elles pas envoyer Woody vers son passé de délinquant juvénile ? D'autant qu'il rencontre une ancienne connaissance de mauvais augure.

Ce tome est le dernier de la série. Pour terminer l'intrigue les auteurs décident de revenir à la base et de tout relier à l'ERA (après un épisode d'origine pour le bouc). L’ERA était, à mon avis, la meilleure idée de la série. Un groupe de scientifique dont le but principal est de voler les découvertes afin de se faire de l'argent et de contrôler le futur de la science. Ce qui en fait une idée géniale est d'avoir imposé aux membres de l'ERA un génie en avance sur leur temps mais aussi des techniques en retard sur l'époque présente. C'est ainsi que l'un des membres est un cyborg équipé d'un fax !

Le tome relance l'ERA en utilisant Thomas Edison et les évènements qui précédent. Ainsi, au contraire du tome 2, la lecture donne beaucoup moins l'impression de créer des événements sans trop y réfléchir. Sans être très pensé, l'intrigue suit assez bien ce qui s'est déroulé auparavant bien que certaines étapes soient sautées par les auteurs, donnant une impression de deus ex machina. Ce tome a aussi quelques conséquences pour la vie privée des deux héros en leur donnant enfin un but, lucratif, et en touchant leurs amitiés et vie intime. Contrairement au second ce tome réussit à se rendre indispensable tout en restant très léger.

*
**
***
**** Un dernier tome drôle et bien mieux maitrisé sans être, pour autant, de la grande écriture
*****

Image : Éditeur

quantum-and-woody-tome-3-couverture-bliss-comics-600x923.jpg

Quantum and Woody 2. (in)sécurité nationale par James Amus, Ming Doyle et Jordie Bellaire

Titre : Quantum and Woody 2. (in)sécurité nationale
Auteur-e-s : James Amus, Ming Doyle et Jordie Bellaire
Éditeur : Bliss comics 13 octobre 2016
Pages : 112

Ce tome contient Quantum and Woody 5-8 publiés dans Quantum and Woody: (in)security. Lorsque le père d'Eric et Woody est mort les deux frères ont immédiatement pensé que quelque chose ne collait pas. Ils ont décidé d'enquêter et ont tout fait exploser, recevant par là des pouvoirs. Mais ceux-ci les obligent à rester l'un près de l'autre afin de ne pas mourir. Après avoir survécu à l’enlèvement d'un groupement de scientifique qui prend le contrôle des avancées les plus extraordinaires les deux frères retournent à leur vie. Vivre à 3, avec un bouc, dans un seul appartement n'est pas facile. Heureusement, Eric reçoit une promotion qui lui permet de payer pour les bêtises d'Eric.

Le premier tome était une réussite. Il m'a donné envie de m'intéresser à l'univers Valiant ce qui m'a conduit aux deux tomes de Faith (que je conseille fortement). L'idée de relier deux personnes qui se détestent et qui sont différentes en tout et qui, de plus, sont totalement incapables de réussir leurs missions fonctionne assez bien. Ce second tome est moins bon. Il aurait dû être bien meilleur mais ça ne fonctionne pas. Woody se contente d'être Woody et seul les informations sur le passé d'Eric permettent de sauver ce tome en donnant un peu plus de profondeur au personnage de Quantum.

L'idée de base est intéressante : confronter une milice privée et chrétienne face à un groupe autonomiste de suprémacistes blanc. Les auteur-e-s auraient pu broder beaucoup de choses autours de cette confrontation. On aurait pu examiner le danger des milices privées, du manque de contrôle des armes à feu ou encore l'intolérance de certains groupes face à d'autres personnes. On aurait pu aussi examiner les raisons, sans les excuser, derrière la défiance face au gouvernement, en particulier celui d'Obama, et parler du racisme. Les auteur-e-s ne font rien de tout cela. Ils se contentent de regarder deux ingrédients faire une jolie explosion avec leurs personnages au milieu.

*
**
*** Une petite déception, un tome fainéant, mais il semble que le prochain est meilleur
****
*****

Image : Éditeur

quantum-and-woody-tome-2-couverture-bliss-comics-600x923.jpg

18/06/2017

I shall wear midnight (Discworld 38, Tiffany Aching 4) par Terry Pratchett

Titre : I shall wear midnight (Discworld 38, Tiffany Aching 4)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 7 juin 2012
Pages : 432

Tiffany a maintenant 16 ans. Elle est reconnue comme la première sorcière officielle des environs. Sa famille est fière et un peu effrayée. Les voisin-e-s ressentent exactement la même chose. Personne n'aime les sorcières dans le village de Tiffany, mais cette dernière n'est pas une étrangère. Alors Tiffany travaille et aide autant qu'elle le peut. En particulier, elle tente d'aider le vieux Baron à ne pas trop souffrir. Mais sa mort est inévitable. Malheureusement, Roland a engagé une infirmière pour prendre soin du Baron. Celle-ci aiment autant Tiffany Aching que le travail. Et lorsque le Baron meurt enfin Tiffany est accusée de vol, de meurtre et de pactiser avec le démon. Soudainement, des ami-e-s se souviennent que les sorcières ça se brûle.

Le fait que j'apprécie le cycle des Sorcières joue grandement dans mon impression pour ce 38ème tome. Le 37ème m'avait beaucoup déplu. Il y avait des problèmes d'écriture et je n'appréciais pas du tout l'intrigue. Ce retour dans le cycle de Tiffany Aching est, par contre, une réussite. Cela n'implique pas que tout soit parfait. Il y a des longueurs inutiles. Les scènes avec Eskarina sont sympathiques mais peu utiles. Il aurait été possible de laisser Tiffany trouver les réponses plus tard dans l'intrigue. Même chose pour l'Observatrice. Je pense qu'il aurait été plus fort, du point de vue de l'intrigue, que celle-ci soit Granny Weatherwax. Cela aurait pu donner l'impression d'un enjeu bien plus important. L'idée que la sorcière la plus puissante s’inquiète réellement et se prépare à agir au bon moment tout en laissant sa chance à Tiffany. De plus, il y a des incohérences dans l'intrigue. Bien que j'en ai apprécié le traitement, dans une certaine mesure, l'intrigue autours d'un abus domestique (la peur de quitter son mari, la raison des abus mais aussi la réaction, ou son absence, par les voisin-e-s) je ne comprends pas son intérêt dans le cadre de l'intrigue générale. Il n'y a presque pas de conséquences et cela ne devient qu'un objet passé qui apparait de temps en temps dans le décor.

La question principale de ce tome, particulièrement sombre, est la haine. L'intrigue met en place une progressive défiance envers les sorcières. Celle-ci est générale avec quelques exceptions. Les anciennes histoires reviennent et les accusations murmurées deviennent de plus en plus fortes. Ainsi, Tiffany souffre deux incarcérations. La second est particulièrement intéressante puisqu'elle suit des accusations sans fondements ni preuves. Bien que, fantastique oblige, la haine soit incarnée dans un être précis, sa description est tout simplement magnifique. Elle est ressentie par les personnages secondaires et principaux de l'univers pratchettien. Les personnages secondaires en sont autant les victimes que les vecteurs et seuls les personnages principaux sont capables de réfléchir sur la raison de leurs sentiments. La haine est décrite comme une infection qui se propage de personnes en personnes et, en particulier, à l'aide d'individus capables de haine. Raisonner est inutile, il faut décider de s'attaquer résolument à toutes personnes qui propage l'infection.

Bien que j'aie beaucoup apprécié le traitement de ce thème j'ai tout de même un point négatif à ajouter. Lors de la phase conclusive de l'intrigue la haine s'incarne dans un être qui représente le mal. C'est un meurtrier aux actes ignobles. Personnellement, je trouve dommage d'avoir choisi ce type de personnages. D'autres auraient pu être mieux utilisé pour traiter du thème du tome et lui donner plus de profondeur. Le livre ne manque pas de personnages qui se pensent justifiée dans leur haine de choses et d'autres et il aurait été possible de les utiliser directement comme propagateur de haine plutôt que d'user d'un être si mauvais qu'il en semble à peine réel. Impression justifiée par son apparition soudaine alors que d'autres personnages étaient déjà bien mieux décrits.

*
**
***
**** Un tome 38 qui confirme certains défauts du tome 37 mais qui me semble bien plus intéressant et mieux écrit.
*****

Image : Site officiel

i_shall_wear_midnight1.jpg

15/06/2017

Paper Girls 2 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

Titre : Paper Girls 2
Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
Éditeur : Urban comics 17 mars 2017
Pages : 136

Ce second tome contient Paper Girls 6-10 publiés chez Image Comics. Lors du tome précèdent quatre jeunes filles se levaient afin de livrer des journaux dans leur ville. C'était la fin de la nuit des Morts et elles ont préférés rester ensemble en cas de problèmes. Mais rien ne pouvait les préparer à l'arrivée de gens étrangers et de dinosaures. Après bien des péripéties elles furent envoyées en 2016 juste avant la fameuse élection. Elles souhaitent toujours comprendre ce qui leur est arrivé. Alors pourquoi ne pas se rendre chez leurs versions plus âgées ? Mais seule Erin est resté en ville et le futur de chacune ne semblent pas aussi rose que prévu. Pire encore, une ville est soumise à l'attaque d'êtres venus du futur. Le groupe à peu de temps pour réfléchir et savoir qui est qui. Il faut aller de l'avant.

Le premier tome m'a beaucoup intrigué. Les auteurs créaient des personnages intéressants et assez différents les uns des autres. L'intrigue était rapide et presque aucunes réponses ne nous était donnée. Je voulais en savoir plus, comprendre ce qui se déroulait et qui étaient les différents groupes qui semblent se battre. Ce second tome permet d'ajouter un peu de mystère tout en répondant à certaines questions. On en sait plus sur la provenance des personnages, voir même l'époque, et leur technologie. On en sait aussi plus sur le fonctionnement de celle-ci dans ce monde précis. Par contre, les causes de la guerre qui semble exister ne sont que peu explicitées. Les auteurs décident aussi d'utiliser l'arc classique de la rencontre entre le passé et le futur des personnages. Bien que l'on puisse craigne le pire, je trouve que celle-ci est assez réussie. Elle permet non seulement de donner des informations sur le futur mais aussi de mieux caractériser chacune des filles. Au final, il ne se passe pas grand-chose et pourtant tout va très vite. Personnellement, je suis toujours accroché et je fais confiance aux auteurs pour la suite.

*
**
***
**** Un second tome tout aussi réussi que le premier mais qui se permet de développer un peu le contexte et les personnages.
*****

Image : Éditeur

paper-girls-tome-2-42637-270x408.jpg

12/06/2017

Wonder Woman

De nos jours, Diana vit à Paris et travaille au Louvre. Mais ce ne fut pas toujours le cas. Une photo, en particulier, prouve que Wonder Woman s'est impliquée dans la Première Guerre Mondiale. Mais quelle est l'histoire derrière cette image ? Il y a longtemps, Wonder Woman fut entrainée par les plus grandes guerrières de son île. Elle devait devenir la meilleure de toutes afin de suivre la mission des Amazones : protéger le monde de la guerre. Après des années d'entrainement, un avion s'écrase sur l'île. L'événement est sans précèdent. Plus surprenant encore, le pilot est un mâle. Ce dernier, Steve Trevor, explique que le monde extérieur est entrainé dans une guerre sans fin. Les armes les plus destructrices sont utilisées. Hommes, femmes, enfants ne sont pas à l'abri. Pour Diana sa mission est claire. Une telle guerre ne peut qu'être l’œuvre d'Arès. Elle doit se rendre dans le monde des hommes et détruire Arès.

Attention ça va spoiler.

Après le critiqué Man of steel, le bancale Batman V Superman et l’horreur que fut Suicide squad Wonder Woman est l'espoir pour l'univers DC. Alors que la plupart des annonces donnent l'impression que DC ne sait pas comment lancer ses films Wonder Woman a réussi à incarner la possibilité de réussir à faire un film. Oui, nous en sommes au point de se demander si DC est capable de créer des films. Wonder Woman est une réussite. Une réussite classique qui ne prend pas les risques de Batman V Superman mais une réussite.

Il y a plusieurs aspects que j'ai apprécié dans ce film. Les chorégraphies des Amazones sont magnifiques. La scène du No Man's Land est épique et les dialogues sont souvent savoureux. Mais un point que j'ai particulièrement apprécié est l'effort de contraste entre le monde des Amazones et le monde des Humain-e-s. Les Amazones vivent sur une île qualifiée de paradis. On nous montre un peuple cultivé qui semble vivre en harmonie avec la nature, les divinités et l'humanité. Tout est vert ou chaud. L'entrainement des Amazones est guerrier mais pour se préparer et non pour lancer une guerre. Le monde des hommes s'incarne par Londres. La ville est grise, polluée. Cet aspect continue dans les tranchées. Les humain-e-s vivent en guerre contre elleux-même et contre le monde. C'est ainsi que d'une île en harmonie, qui ne semble pas connaitre une forte pudeur ni une division en classe sociale importante. On passe à une ville divisée entre classes, entre nations et entre hommes et femmes, visible dans les vêtements et le comportement masculine face à Diana.

Le film met aussi en contraste la guerre et l'amour. La guerre, pour Diana, est d'abord une histoire. Une fable belle emplie de bravoure. Un combat pour ce qui est juste. Cela me rappelle un peu les écrivains qui faisaient l'apologie de la guerre avant d'être impliqué dans les tranchées. Diana est fascinée mais elle ne connait pas réellement la véritable guerre. Elle est naïve à cause de cela. Ce film est un moyen de casse cette naïveté en la confrontant à une guerre dans laquelle il n'y a pas de bons ou de mauvais côtés mais seulement des personnes qui meurent. Ce qui mène au climax vers la fin du film lorsqu'elle croit avoir enfin détruit Arès mais que la guerre continue. Diana réalise soudainement que le mal ne s'incarne pas simplement dans un être mais existe partout. Que, peut-être, personne ne mérite la compassion et l'amour. Cependant, ces deux émotions sont nécessaires. Il n'est donc pas surprenant, et même logique, que Diana ne puisse vaincre qu'en usant de son amour et de sa compassion pour les humain-e-s. Bien que l'amour avec Steve Trevor soit un peu difficile à croire - on a l'impression que Diana ne l'aime que parce que c'est le premier homme qu'elle voit tandis que Steve aime Diana parce qu'elle est belle - la compassion est utilisée à plusieurs reprises pour expliquer les actions de Diana. La scène du No Man's Land existe à cause de la compassion de Diana.

Il est malheureusement dommage que la fin soit, selon moi, ratée. Durant tout le film Diana est convaincue qu'un général allemand, Ludendorff. Ce dernier est montré comme un jusqu’au boutiste qui ne souhaite que la guerre même si des innocent-e-s en souffriront. Lors d'une scène il n'hésite pas à bombarder un village civil afin de tester une nouvelle arme. Je craignais que les allemands soient, encore une fois, utilisés comme vilains génériques alors que la Première guerre mondiale n'est pas aussi simple. Heureusement, le film retourne la situation en révélant que Arès n'est pas un général allemand mais un lord anglais, moustachu et en costume. La confrontation entre Arès et Diana est très réussie lors de cette partie. Arès ne se bat pas, il parle. Arès ne peut pas être confronté, il est une ombre. Arès ne fait pas la guerre il murmure, influence, et laisse l'humanité décider. À mon avis, cet aspect est fondamental. Arès ne veut pas détruire, il veut prouver que l'humanité est maléfique en la laissant se détruire seule. Lorsque Arès enfile une armure et décide de se battre tout ceci disparait pour une scène générique en CGI. Ce qui fonctionnait parfaitement quelques minutes auparavant, un petit homme gris moustachu parfaitement poli, devient ridicule (en particulier la moustache sous l'armure). Les scènes de combat qui terminent le film ne sont qu'une salade d'effets spéciaux, longues et sans intérêts. Cette fin illustre un problème récurrent dans les block buster : privilégier le spectaculaire, l'image épique, à l'écriture dans une intrigue logique et pensée. Le final enlève toute sa force à Arès et j'aurais préféré le voir lentement disparaitre dans l'ombre, annonçant par-là que la guerre ne peut être tuée mais seulement temporairement arrêtée (et, en plus, cela aurait pu lancer une quête des origines et des divinités pour Diana).

*
**
***
**** Le meilleur film DC dans l'univers qu'illes souhaitent lancer. Certes, ce n'est pas compliqué et Wonder Woman reste classique.
*****

Image : Site officiel

GalleryMovies_1920x1080_WW-13686r_58f90b627ce913.61666947.jpg

08:57 Écrit par Hassan dans BD/Comics, Comics, DC, Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wonder woman, dc | | | |  Facebook

11/06/2017

Paper Girls 1 par Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson

Titre : Paper Girls 1
Auteurs : Brian K. Vaughan, Cliff Chiang et Matt Wilson
Éditeur : Urban comics 7 octobre 2016
Pages : 160

Ce tome contient Paper Girls 1-5. 1988, le monde est encore sous la Guerre Froid. Les États-Unis décident si Bush sera président ou non et, dans une petite ville, 4 jeunes filles se réveillent tôt le matin. Leur travail est de s'occuper de la distribution du journal local afin que toutes les personnes abonnées soient servies. Mais c'est aussi le lendemain d'Halloween et il est mieux de travailler en groupe pour éviter les groupes d'adolescent-e-s idiot-e-s et alcoolisé-e-s. Tout se passe bien jusqu'à ce que le groupe soit confronté par deux jeunes en costumes étranges. Rapidement, tout change et la ville, qui était familière, devient un lieu étrange remplis de monstres.

J'apprécie beaucoup Vaughan. Il est rare que ses histoires me déçoivent et certains des comics dont il est le scénariste sont parmi les meilleurs que je connaisse. Il devient donc difficile de ne pas se jeter sur tout ce qu'il écrit sans même me demande si je vais apprécier ou non. Dans ce comics Vaughan décide de jouer sur la fin des années 80. Une époque souvent mise en scène dans des films classiques de notre enfance. On retrouve donc la formule que l'on connait : un petit groupe d'enfants se retrouve lié à des événements extraordinaires. Mais je ne saurais pas vous dire quels sont ces événements. Les auteurs ne nous offrent aucun indice et nous sommes aussi perdu que les jeunes filles le sont face à tout ce qui se passe.

Ce que j'apprécie dans Saga se retrouve ici. Il y a une grande diversité dans les personnages. Les couleurs sont vives. On retrouve aussi bien des humain-e-s que des personnages qui nous semble très étrangers. Les auteurs semblent vouloir nous dépayser en créant tout ce que leur imagination peut leur donner. Ainsi, ce n'est presque pas une surprise que de lire que certains monstres sont, en fait, les enfants d'un autre personnage. Ce dépaysement est aussi aidé par la langue (je plains les personnes chargées de la traduction). Outre le "français" il existe deux autres langues. L'une est constituée de signes et je suis incapable de la lire. La seconde semble une version futuriste du "français" que l'on peut comprendre mais qui reste très différent de ce que l'on connait, avec une adjonction de latin de temps en temps. Ce premier tome est intriguant. On ne nous donne presque rien et nous suivons l'intrigue au même rythme que les héroïnes du récit sans savoir si les décisions prises sont les bonnes ou des erreurs.

*
**
***
**** Le premier tome est beau, il dépayse fortement mais il ne donne aucun indice. Je me demande comment l'intrigue va continuer et ce qui se déroule.
*****

Image : Éditeur

paper-girls-tome-1-41502-270x416.jpg

Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive par Silvia Federici

Titre : Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive
Autrice : Silvia Federici
Éditeur : Entremonde et Senonevero 2014
Pages : 403

Quel fut l'origine du capitalisme ? Comment la mise en place de ce mode de production impacta-t-il la société et les rapports entre classes mais aussi entre les hommes et les femmes ? Silvia Federici tente de répondre à ces questions dans un lire ambitieux. Celui-ci prend comme point de départ l'époque médiévale pour ne se terminer que plusieurs siècles plus tard. Le but est de mettre en avant des évènements clés afin de les placer dans un processus de création du capitalisme. De plus, l'autrice souhaite nous montrer que ces processus ont eu un impact fort sur les femmes, devenues largement inférieures et contrôlées. Enfin, ce processus a eu un impact mondial. L'autrice tente d'expliquer l'origine du capitalisme afin de mieux critiquer son fonctionnement actuel.

Je pense que l'on pourrait, globalement, diviser ce livre en deux parties. La première serait, pour l'autrice, un moyen de mettre en lumière le passage d'une économie féodale à une économie capitaliste. Bien que l'on ne puisse pas dire que la féodalité soit un système de liberté l'autrice essaie de nous montrer que les paysans possédaient des droits et des moyens de luttes. Ainsi, la possession de la terre n'est pas aussi régulée que de nos jours et il est parfaitement possible de fonctionner selon une communauté des biens, en particulier de la terre, qui permet d'éviter la pauvreté aux personnes les plus fragiles. Ces droits ont petit à petit disparu au profit d'une privatisation des terres qui eut comme impact de créer une forte pauvreté. De plus, les luttes sont nombreuses et peuvent mettre en danger les seigneurs locaux. Outre les hérésies qui peuvent mettre en avant une pensée égalitariste il y a eu des révoltes contre les devoirs et la fin d'un système de communauté.

La seconde partie pourrait s'intéresser aux effets sur les femmes aussi bien en Europe que dans le reste du monde. L'autrice se concentre sur la chasse aux sorcières qui eut lieu en Europe et dans les colonies amérindiennes. Elle tente de nous expliquer que celle-ci permet de briser les solidarités face à des personnes en marges de la société, justement à cause des mutations économiques présentées auparavant. Ainsi, les principales victimes sont des femmes pauvres, veuves, accusées d'user de pouvoirs magiques afin de subvertir l'ordre naturel du monde. L'autrice nous montre aussi que les sorcières sont des personnes qui possèdent des savoirs aussi bien de guérison que de gestion de la procréation. Ces savoirs sont considérés comme potentiellement dangereux puisqu'ils impliquent une contraception, considérée comme une perte pour l’État. La chasse aux sorcières n'est donc pas une simple hystérie mais un effort organisé pour briser une communauté et des savoirs anciens, considérés illégitimes dans un ordre économique et politique nouveau.

Il est difficile de présenter en quelques lignes toutes les réflexions de l'autrice, je préfère vous conseiller de lire le livre. Les réflexions de l'autrice sont nombreuses, elles se basent aussi bien sur une analyse féministe que sur la critique de Marx et de Foucault. Les notions demandées pour comprendre ce livre sont nombreuses et la lecture peut être difficile. Cependant, il est étonnant que, à mon avis, la prose de Federici soit si limpide. À aucun moment je n'ai eu l'impression de me perdre dans la réflexion de l'autrice. C'est pourquoi, malgré des questions que je me pose sur certains points historiques, je pense que ce livre est nécessaire pour comprendre le monde tel qu'il fonctionne actuellement.

Image : Éditeur

xarton44.jpg.pagespeed.ic.J7t2ptdmZp.jpg

10/06/2017

Die Götliche Ordnung / L'ordre divin

Nora est une femme heureuse. Elle vit dans un petit village avec son mari, Hans, et ses deux enfants. Leur famille vit mieux que la moyenne tandis que Hans est assez apprécié pour recevoir une promotion. Le frère de Hans a repris la ferme familiale, sous l’œil critique du père de famille, avec sa femme Theresa et leur fille. Tout semble parfait dans ce petit village d'Appenzell. Mais les deux familles sont troublées. En effet, nous sommes en pleines années 70 et la jeune adolescente ne fait qu'écouter de la musique dans sa chambre et sortir avec des garçons au grand désespoir des parents qui craignent pour leur réputation. De plus, d'ici février le pays mâle va voter afin de décider si oui ou non les femmes peuvent voter et être élues. Dans le petit village la question semble déjà résolue. Aucune des femmes y habitant n'a jamais souhaité voter. Du moins, c'est ce que tout le monde croit.

Nombreuses sont les personnes qui connaissent les mouvements militants des années 70 dans les grandes villes. Petra Volpe aurait pu décider de s'intéresser, elle aussi, à la ville. C'est une période passionnante avec beaucoup de nouveautés. Cependant, Petra Volpe choisit de parler de la Suisse et d'un petit village alémanique. Ainsi, la réalisatrice doit à la fois parler de la lutte pour les droits civils et de la révolution sexuelle. De plus, elle doit décrire un milieu très particulier. Un milieu qui n'est pas fermé mais traditionnel, basé sur le respect de l'autorité et de l'ordre dans un cadre très restreint. Personnellement, je pense que c'est une très bonne idée. Utiliser le cadre d'un petit village permet de montrer les difficultés des luttes pour les droits des femmes. Malheureusement, cela implique aussi d'oublier une grande partie de la diversité des luttes des années 70 étant donné le contexte dans lequel s'inscrit le film, un village dans lequel le contrôle social est très fort. Seul le racisme contre les italiens nous est montré et de manière très furtive.

Le film met très bien en scène la pression sociale. Les hommes, dans le cadre de leur travail, sont encouragés par leur patronne à donner de l'argent afin de soutenir la propagande contre le droit de vote. Ne pas offrir de l'argent c'est risquer sa place aussi bien dans l'entreprise que face à ses collègues qui, rapidement, nient la masculinité des hommes dont les femmes militent. Cette pression sociale est tout aussi forte dans les clubs de "mères." Lors d'une scène on observe toutes les femmes donner de l'argent contre le droit de vote, publiquement, alors même qu'une majorité est en faveurs. Il est nécessaire de ne pas se singulariser. Cette pression sociale illustre la nécessité de groupement de personnes concernées qui peuvent discuter des problèmes rencontrés sans interférences. Le moment durant lequel les femmes du village décident de faire grève est un moment très fort de sororité et d'aide mutuelle sur des sujets divers. Ce moment du film a des répercussions bien après la fin de l'intrigue par une entraide mutuelle. La pression sociale est aussi illustrée par le sort de l'adolescente de la famille qui, après avoir fui avec son copain, est envoyé en prison par décision du "chef de famille."

Cet envoi en prison illustre l'importance du privé comme lieu politique. En effet, la décision est prise par un seul homme sans écouter sa partenaire pour punir le comportement d'une femme. Dans le cadre civique, seul les hommes ont de l'importance et les femmes n'ont rien. Cet aspect est illustré par plusieurs femmes qui ont des rêves différents. Nora souhaite travailler mais elle ne peut pas accepter de poste sans l'accord de son mari. Graziella ouvre un restaurant mais doit travailler seule. Vroni a travaillé toute sa vie dans ce même restaurant qui appartenait à son mari. Mais ce dernier était alcoolique et il a placé sa famille dans les dettes avant de mourir. Vroni n'ayant aucun contrôle sur les finances se retrouve à l'aide sociale malgré son dur travail durant des années. La fille de Vroni a été obligée d'abandonner ses études de droit pour ne pas froisser son docteur de mari. Mis à part ces rêves individuels toutes les femmes du village fonctionne de la même manière. Toute la journée elle nettoient, lavent, cousent et cuisinent devant des hommes qui ne lèvent pas le petit doigt (le Grand-Père soulève à peine les pieds pour laisser passer l'aspirateur). Il n'y a strictement aucun partage des tâches et il faut une grève des femmes pour que les hommes se rendent enfin compte du travail à accomplir dans une maison. Hans, le mari de Nora, est particulièrement mis en avant ainsi que ses fils et le grand-père que Nora force à changer (comme elle le dit, si tu es capable de construire une maquette de train électrique tu es capable de faire la vaisselle). Le privé est montré comme lieu politique car son fonctionnement impacte les possibilités, pour les femmes, d'agir, de travailler, de se rencontrer.

Que l'on soit clair, les hommes de ce film sont tous problématiques, mais certains le sont plus que d'autres. Le Grand-Père est l'image du vieux patriarche qui critique tout le monde et refuse le changement. Les hommes du village font tout ce qui est possible pour empêcher les femmes de parler en s'exprimant à leur place. Que ce soit lors de la soirée d'information ou lors de la grève des femmes des hommes décident d'empêcher des femmes de parler, souvent de manière violente. Les fils de Nora sont l'exemple de la continuation du patriarcat. D'une part ils refusent de changer face aux exigences de leur mère, d'autre part ils sont soumis à la pression de leurs camarades qui se moquent d'eux et de leur mère. Le beau-frère de Nora est violent et refuse les critiques. Hans, le mari de Nora, est différent. Il est montré comme compréhensif. À plusieurs reprises il essaie de comprendre ce que souhaite Nora et de s'adapter. Il n'hésite pas à enfiler un tablier et à apprendre à cuisiner pour le bien de sa famille. Mais, d'un autre côté, lorsque Nora refuse ses arguments il revient immédiatement à sa position juridique de chef de famille et menace Nora. Sa position est ambivalente et montre la facilité, pour les hommes dont moi, à revenir à une position dominante sans même y penser.

En conclusion, j'ai beaucoup apprécié ce film que je trouve très riche. Il est à la fois drôle et triste. Il dose bien les émotions et réussit à dépeindre une période et une situation sociale. Les nombreux personnages ne sont pas tous et toutes mis en avant. Mais les personnages mis en avant me semblent intéressants et assez bien écrit. Outre un changement juridique la réalisatrice met en scène des changements de costumes, de lumière, qui accompagnent les réflexions et les réussites ou échecs. Bien que la fin me semble trop triomphante, et même classique, la scène du vote est très bien mise en scène. Les hommes se trouvent face aux femmes, jugés et mis en garde, alors qu'ils décident pour elles. J'espère sincèrement que le film aura du succès et, si possible, s'exportera.

*
**
***
**** Drôle, triste, triomphant... Un film qui n'est pas parfait mais qui réussit à accomplir ce que souhaitait la réalisatrice.
*****

Image : Cineman.ch

Site officiel

84b94e80abfee6e6453ac1c302cceb5195f391fc.jpg

10:11 Écrit par Hassan dans Film, Histoire, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : die götliche ordnung, l'ordre divin | | | |  Facebook

05/06/2017

Unseen academicals (Discworld 37, Rincewind 8) par Terry Pratchett

Titre : Unseen academicals (Discworld 37, Rincewind 8)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 13 février 2014
Pages : 544

Les magiciens de l'Université Invisible vivent particulièrement bien. Ils ont plus de 6 repas par jours, ne donnent jamais cours et possèdent un nombre important d'étudiants pour tenter quelques petites expériences. Après tout, le but principal de l'Université est d'empêcher les magiciens de faire quelque chose. Mais l'Université doit changer. En effet, non seulement certains magiciens sont partis vers d'autres universités concurrentes qui viennent de se construire mais, en plus, l'un des magiciens vient d'être nommé à un poste dont le titulaire était mort depuis longtemps. C'est ainsi qu'une découverte importante est faites : si l'Université Invisible veut garder une importante rente elle doit concourir dans un jeu de football. Mais le jeu est un simple sport de brutes sans règles ni arbitres. Comment les magiciens pourraient-ils accepter de se lancer dans la plèbe et perdre leur statut. Donc, lorsque Vetinari demande de réviser les règles du jeu les magiciens acceptent immédiatement. Après tout, le plateau de fromage est en jeu si l'Université perd sa rente !

Je n'ai pas aimé ce tome. Malheureusement, celui-ci est écrit alors que Terry Pratchett est diagnostiqué depuis deux ans comme victime d’Alzheimer. Ce qui n'apparaissait pas encore beaucoup dans le livre précèdent est ici beaucoup plus important. L'écriture semble avoir été plus difficile, les dialogues moins bons et les personnages semblent être moins proche de leur identité de base. Je dois avouer que l'intrigue principale n'a pas aidé, le football n'est vraiment pas une passion pour moi. En fait, il y a plusieurs intrigues : l'une concerne Jewell, la seconde Nutt et la troisième est celle qui est censé être au cœur du livre. Mais il y a trop de directions différentes et les intrigues ne sont pas assez bien mises en scènes pour créer un tout qui fonctionne. On se perd dans les différentes intrigues et personnages alors que, personnellement, je n'ai pas compris toutes les références à un sport qui ne m'intéresse pas. Dans ce livre, Pratchett échoue à accomplir sa marque de fabrique : poser des questions importantes tout en se moquant gentiment de notre monde.

Heureusement, le livre est presque sauvé par un seul personnage : Nutt. Ce dernier reste une énigme pendant une grande partie du livre bien que l'on se doute qu'il y a une histoire tragique derrière lui. Celle-ci est révélée petit à petit sans que cela ne semble forcé. Son inscription dans l'histoire du Disque-Monde est assez réussie et donne un peu plus de profondeur tandis que son environnement permet de mieux connaitre les classes inférieures d'Ankh-Morpork, assez peu décrites auparavant. Ce n'est pas un livre de la garde donc les questions sociales existent mais ne sont pas au centre du questionnement. Celui-ci pose plutôt la question de l'inné et de l'acquis. En effet, Nutt (spoiler alert) est censé être une machine à tuer, une légende noire venue d'un âge ancien. Cependant, ce personnage a été éduqué puis s'est éduqué lui-même jusqu'à devenir un véritable génie capable de prouesses et de construire une philosophie individuelle de son existence. Nutt nous permet de nous demander si ce qui est le plus importante est la provenance, l'inné, ou la manière dont on se construit à l'aide d'autres personnes et de soi-même.

*
**
*** Un tome 37 qui échoue après une série de très bons tomes. On sent, à la lecture, que Pratchett n'écrit plus aussi bien mais il y a du génie derrière une écriture moins maitrisée.
****
*****

Image : Site officiel

unseen_academicals1.jpg

03/06/2017

Teen Titans: The Judas contract

Les Teen Titans sont une famille. Des enfants et des jeunes qui ont tout perdu ou qui ont besoin d'un lieu dans lequel vivre en sécurité. Dernièrement, l'équipe a accepté l'entrée de Terra. Une jeune femme capable de manipuler la terre et la roche. L'équipe est toujours aussi compétente et s'intéresse grandement à une église dont les activités semblent plus proche du terrorisme que de la religion, HIVE. Dans cette guerre plusieurs bases de HIVE sont détruites. Il n'en faut pas beaucoup plus pour persuader son dirigeant, brother Blood, d'engager Slade Wilson. Mais le but n'est pas simplement de s'attaquer aux Titans. Slade et Blood ont un plan bien plus élaboré qui pourrait détruire les Titans.

Ce nouvel animé prend part dans la continuité actuelle des films d'animation DC. On retrouve donc plusieurs personnages déjà connu et leurs relations ne sont pas une surprise. Damian est toujours aussi drôle et j'aime ses répliques face à Dick Grayson. On en sait un peu plus sur Beast Boy et Beetle mais encore trop peu pour vraiment s'y intéresser. Par contre, la relation entre Starfire et Dick Grayson est précisée. Là aussi, on retrouve plusieurs dialogues assez drôles et je commence à douter de la "naïveté" de Starfire. Les scènes d'actions sont réussies. Le film ne perd pas de temps et on entre rapidement dans les combats et l'intrigue.

Malheureusement, il est dommage que le film mette en scène une relation très toxique entre Terra et Slade Wilson voir avec Beast Boy. Ce dernier, dans une scène, enserre Terra et tente de la forcer à donner un baiser, ce qui est clairement un abus lié à l'usage de la force physique. C'est très problématique et il aurait été de bon ton de mettre en question ce comportement encore trop souvent accepté de nos jours. Mais le pire est Slade Wilson. Lors d'une scène on nous montre Terra en nuisette et maquillée qui drague ouvertement Slade. Le problème n'est pas Terra mais Slade. Selon le film, il existe une relation sexuelle entre les deux personnages (même si celle-ci n'est jamais montrée). Mais Terra est une jeune adolescente, orpheline, tandis que Slade est un adulte qui contrôle la vie de Terra depuis qu'il l'a recueillie. Il est très problématique de considérer comme normale une relation entre un adulte, qui fait figure de parent, et une jeune femme encore adolescente. Jamais le film ne remet en question cette relation. Au contraire, les scénaristes insistent à plusieurs reprises sur son existence. Je ne sais pas si les scénaristes n'ont pas compris ce qu'ils ont écrit ou non mais j'ai peu apprécié ces scènes qui, je pense, n'auraient pas dû exister.

*
** Bien que le film ne soit pas mauvais et même plaisant il est amoindri par une scène d'abus et la mise en place d'une relation toxique entre deux personnages, sans aucune remise en cause.
***
****
*****

Image : Site officiel

Movies-Gallery_TTJudasContract_Group_06_contract_58e5afa84abec3.07748151.jpg

02/06/2017

Nightwing vol. 1: Better than Batman par Tim Seeles, Javier Fernández et Chris Sotomayor

Titre : Nightwing vol. 1: Better than Batman
Auteurs : Tim Seeles, Javier Fernández et Chris Sotomayor
Éditeur : DC 25 janvier 2017
Pages : 168

Ce volume 1 contient nightwing rebirth 1, Nigtwing 1-4 et Nightwing 7-8. L'intrigue se déroule après Grayson donc attention aux spoilers.  Nightwing est mort, son identité révélée au monde entier. Il est donc devenu, sur la demande de Batman, un agent de Spyral chargé d'étudier cette agence d'espionnage et de la faire tomber. En tant qu'espion il était connu sous le nom de Grayson ou encore d'Agent 37. Mais les choses changent. Et, après le succède de sa mission, Dick Grayson décide de reprendre son identité secrète, malgré les difficultés que cela implique. Mais Dick Grayson n'est pas tiré d'affaire. En effet, le parlement des Hiboux, une émanation internationale de la cour des Hiboux de Gotham, piège Grayson et le force à travailler pour elleux. Son identité est maintenant aux mains d'une élite riche et meurtrière. Mais Grayson a un plan.

J'ai bien aimé Grayson, dont je n'ai toujours pas la fin, et je fais plutôt confiance au scénariste Tim Seeles. Après avoir regardé les sorties sous le label Rebirth j'ai souhaité lui faire confiance et me lancer dans sa série Nightwing qui reprend exactement après Grayson. Le thème principal de ce volume est l'identité. En effet, depuis un grand nombre de numéros Nightwing, alias Dick Grayson, ne possède plus son identité. Celle-ci lui a été volée puis il l'a abandonnée au profit d'un travail dans les ombres en tant qu'espion. Dick Grayson n'est plus vraiment lui-même. Ce retour au costume classique ainsi qu'à son identité de héros lui permet de tenter de retrouver ce qui fait ce qu'il est. Cependant, là aussi, son identité est utilisée et corrompue par un groupement. De ce point de vue, il est intéressant que le partenaire de Grayson, Raptor, soit si intéressé par l'importance des noms et des marques au point d'en faire une sorte de philosophie.

Mais ce tome parle aussi de la division entre criminel et héros. Un héros est censé faire respecter la loi et protéger les innocents. Cependant, n'est-il pas parfois nécessaire de violer la loi dans le but de faire justice ? La question est au centre de ce volume qui place Grayson face à un groupement élitiste puissant et sans remords. Doit-il agir immédiatement ou prendre le temps de mieux connaitre son ennemi afin de le faire tomber définitivement au prix de la souffrance de personnes innocentes. Face à ce problème de conscience Batman incarne le respect de la loi, malgré son statut de héros qui fonctionne en dehors du système, tandis que son partenaire Raptor incarne la nécessité de violer la loi pour aider les plus faibles. Il est dommage que cette dichotomie ne soit pas mieux mise en scène et plus réfléchie. L'écriture me semble un peu faible en ce qui concerne ce thème. Cependant, ce premier volume sous le label Rebirth me semble réussit. J'ai apprécié suivre Nightwing et je vais probablement apprécier la suite.

*
**
***
**** Un premier volume dans la lignée de la série Grayson, bien écrit et drôle.
*****

Image : Éditeur

GalleryComics_1920x1080_20160713_NTWREB_Cv1_573f62b6471862.95828598.jpg