19/08/2017

Sherlock saison 4

Sherlock, lors de la saison 3, a dû d'occuper d'une personne bien plus intelligente que lui et surtout bien plus puissante. C'est, probablement, l'un des pires personnages qui ait été écrit pour la télévision et dans la série Sherlock. Suite à cela, Sherlock Holmes était exilé par son frère, dans le cadre d'une mission suicide. Mais le piratage des télévisions du royaume entier par un Moriarty force la couronne à rappeler Sherlock afin d'enquêter sur l'un des criminels les plus célèbres de l'époque, un criminel censé être mort. L'épisode de noël permet de répondre à la question de la mort de Moriarty en recréant le XIXème siècle. Pour cette saison 4, Sherlock est de retour à notre époque. Et il est temps d'enquêter sur le retour de Moriarty. Mais cela risque de faire ressortir d'anciens secrets.

Le plus grand gâchis de cette saison et, à mon avis, Mary Watson. Mais cela pose un problème car la saison est construite sur ce moment de gâchis, et la construction fonctionne. Mary, durant la saison 3 et l'épisode de noël, est décrite comme une femme plus intelligente que Sherlock, aussi compétente en armes à feu que Watson, voir même probablement plus compétente, avec un passé que l'on ne connait pas mais que l'on peut deviner. Mary est un personnage très intéressant qui possède le potentiel de placer Sherlock et Watson à l'arrière-plan. Elle est aussi la femme de John Watson et une mère. Ce qui lui arrive dans le premier épisode de la saison 4 n'a donc pas beaucoup de sens pour moi. Pourquoi se sacrifice ? Pourquoi prendre la peine de construire ce personnage pour, ensuite, n'en faire qu'un artifice scénaristique censé ne faire avancer que les histoires des hommes de la série ? À mon avis, il y a ici un potentiel qui fut totalement abandonné et détruit par les scénaristes.

Durant les différentes saisons de cette série on a observé un détective peu humain devenir de plus en plus proche d'un groupe très restreint de personnes. Les enquêtes comptent moins que les relations entre Sherlock et d'autres personnages et il n'est pas rare qu'une affaire ait un impact direct sur celles-ci. De plus en plus, cette série est passée du style policier à l'histoire de famille. Cette saison, à mon avis, est la quintessence de cette évolution. Le second épisode permet de réparer une relation détruite mais c'est surtout le troisième, et dernier, épisode qui se centre sur la question de la famille et des relations amicales. Toutes les personnes qui entourent Sherlock sont remises en question et il est probable que cette fin de saison aura un impact lors de la prochaine saison (si elle a lieu un jour). Sans trop en dire, ce dernier épisode opère aussi un renversement de valeur entre l'intelligence et l'émotion. Sherlock a toujours défendu l'intelligence face aux émotions, qualifiées négativement. Mais, dans cette saison, les émotions sont considérées comme supérieures à l'intelligence qui, seule, risque de tourner une personne en un monstre. C'est, à mon avis, une très bonne saison malgré une décision que je regrette et déplore concernant le personnage de Mary Watson.

*
**
***
**** Bien écrit, un rythme soutenu, difficile de rester de marbre.
*****

Image : Site officiel

p04lnj9j.jpg

10:23 Écrit par Hassan dans série | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sherlock, bbc | | | |  Facebook

18/08/2017

Loki agent of asgard 3. Last days par Al ewing et Lee Garbett

Titre : Loki agent of Asgard 3. Last days
Auteurs : Al Ewing et Lee Garbett
Éditeur : Marvel 13 octobre 2015
Pages : 136

Ce volume 3 contient Loki : agent of Asgard 12-17. Nous avions quitté Loki en bien mauvaise posture. Son identité a été détruire, il est banni d'Asgard et considéré comme mort par les divinités. Pire encore, sa seule amie a décidé de l'abandonner. Et tout ceci est causé par le Roi Loki du futur. Mais pourquoi le futur Loki souhaiterait-il détruire son passé ? Comment Loki a-t-il pu changer après être devenu une force bénéfique ? Et surtout, comment Loki peut-il survivre à la fin de tout, au retour du Ragnarök ! Pour réussir à redevenir lui-même Loki devra changer et surtout préserver ce qui fait son essence, même si cela implique de ne jamais être apprécié par ses semblables.

Encore une fois, les auteurs restent dans le même thème : l'importance des histoires. Mais ils utilisent ce thème pour modifier encore un peu leur personnage. Durant le tome précèdent Loki perd sa capacité à mentir et, donc, à raconter des histoires. Il perd aussi son statut de divinité asgardienne. Ce tome est un moyen de lui rendre son identité par des moyens détournés. Pour cela, les auteurs mettent en avant plusieurs choix possibles afin de permettre à Loki de redevenir lui-même. Ce volume est bien meilleur que le second. En effet, ce dernier souffre d'être trop lié à des évènements spécifiques de l'univers Marvel. Celui-ci est lié à la fin de cet univers mais les auteurs décident de ne pas y toucher. Les préparatifs se forment sans le personnage, sauf sa version future, et la fin décide de laisser ouverte la possibilité de retrouver Loki mais sans l'envoyer sur le monde de Doom. C'est, à mon avis, une très bonne idée qui permet de conclure avec élégance cette histoire.

*
**
***
**** Un dernier tome qui reste dans la continuité des autres mais qui réussit là où le second échoue.
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

Loki agent of asgard 2. I cannot tell a lie par Al Ewing, Lee Garbett et Jorge Coelho

Titre : Loki agent of asgard 2. I cannot tell a lie
Auteurs : Al Ewing, Lee Garbett et Jorge Coelho
Éditeur : Marvel 12 mai 2015
Pages : 112

Ce volume 2 contient les épisodes 6-11. Loki est le dieu du mensonge et de la tricherie. Il aime mettre en place des plans afin de vaincre ses ennemis d'une manière inattendue. C'est ainsi qu'il a compris que Asgard contient un prisonnier mystérieux. Après avoir réussi à entrer dans les donjons du royaume Loki se rend compte que le prisonnier n'est autre que lui-même. Mais un lui qui provient du futur et qui semble être retourné à l'amour du mal. Au lieu de rester l'agent d'Asgard Loki décide de fuir. Mais il a à peine le temps de réfléchir que le monde est envahi par la vague de haine lancée par le Crâne Rouge puis pas un sort d'inversion lancé par Doom. Loki n'est plus le dieu du mal mais le dieu du bien. Et son plus grand ennemi est Thor, devenu incapable de porter son marteau.

Dès les premières pages de Loki agent of Asgard il est clair que les auteurs s'attachent fortement au thème des histoires. Selon eux, les divinités ne sont rien d'autre que des histoires et la magie implique simplement d'imposer un récit à l'univers. Le premier volume se concentrait sur la réécriture du passé de Loki afin de lui permettre de ne plus être emprisonné par son histoire, connue de tout le monde. Ce second volume s'attache aux histoires que l'on se raconte à nous même. En effet, Loki se ment lorsque le sort d'inversion se met en place. Il n'est pas un héros mais un vilain qui tente de changer. De plus, Loki se ment lorsqu'il pense pouvoir atteindre une forme de rédemption. L'intrigue de ce second volume s'attaque au crime qu'il a commit afin de se recréer et implique des conséquences importantes pour le personnage et ses relations aux autres divinités ainsi qu'aux humain-e-s qui l'entourent.

*
**
*** Bien que j'apprécie beaucoup Loki, et cette série, ce volume est bien trop intégré à l'évènement Axis qui ne nous est pas présenté ainsi qu'à la quête de Thor et de Loki pour retrouver Angela. Sans cela, j'aurais bien mieux apprécié ce volume.
****
*****

Image : Éditeur

detail.jpg

17/08/2017

Rome et son empire par Michel Christol, Daniel Nony, Clara Berrendonner et Pierre Cosme

Titre : Rome et son empire
Auteur-e-s : Michel Christol, Daniel Nony, Clara Berrendonner et Pierre Cosme
Éditeur : hachette supérieur 2014
Pages : 304

Les livres d'histoire sont souvent très spécialisés, se portant sur un thème ou évènement précis. Les manuels ont un autre but : donner les informations les plus modernes de manière concise sur un thème ou une époque large. Ce manuel entre dans cette catégorie puisque les auteur-e-s examinent l'histoire de la Rome depuis sa fondation mythologique jusqu'à la chute de la ville de Rome, qui marque le début de la période médiévale. La période est très large et couvre des moments très différents ainsi que des évènements de crise rapides. C'est pour cette raison que les auteur-e-s ont divisé leur manuel en quatre parties.

La première partie se concentre sur les origines de l'Empire romain. En cinq chapitres les auteur-e-s s'intéressent aussi bien à la mythologie qu'à la Rome de rois. C'est une histoire un peu difficile car les origines mythologiques se mêlent à des histoires postérieures et aux traces archéologiques. On nous montre une ville qui n'avait rien de ce qu'elle devint plus tard. En effet, elle est d'abord une cité monarchique sous la coupe des étrusques avant de bannir les rois et de créer une forme de République, basée sur deux peuples. C'est aussi une époque durant laquelle la ville de Rome commence à prendre le contrôle de l'Italie pour, ensuite, s'attaquer à sa concurrente : Carthage.

La seconde partie part de la mise en place de la République à la création de l'Empire. En effet, bien que la ville ait banni les rois cela n'implique pas que les structures politiques dont on nous parle en cours d'histoire sont déjà en place. D'une partie il faut prendre en compte un contrôle des institutions politiques par une élite, la noblesse, d'autre part il faut s'intéresser au fonctionnement de la plèbe qui force des réformes afin d'être prise en compte. Malgré tout, cette République connait plusieurs crises, en particulier économique, avec des tentatives de réformes qui se terminent dans le sang. Les auteur-e-s nous décrivent les premiers débuts des guerres civiles qui se termineront par la bataille d'Actium, et le triomphe d'Auguste.

Dans une troisième partie, qui débute après la crise de la fin de la dynastie des Julii, les auteur-e-s s'intéressent au fonctionnement de l'Empire après qu'il ait été définitivement accepté. Ces quatre chapitres permettent de décrire un fonctionnement politique, administratif et militaire bien rôdé malgré des problèmes internes et externes. Cette partie se termine sur une crise, au IIIème siècle, qui début la dernière partie du livre. Celle-ci tente d'expliquer les causes des problèmes de l'Empire romain ainsi que les tentatives de solutions. Ainsi, on nous montre des empereurs mis en place par l'armée, ce qui débouche fréquemment sur des usurpateurs. Mais aussi des réformes économiques et religieuses qui font de l'Empire un État chrétien sous le contrôle d'un Empereur chrétien. Les causes de la chute de Rome sont aussi explicitées et prennent en compte aussi bien l'incompréhension envers les peuples dit barbares que les problèmes internes qui ont dévasté l'armée romaine.

Ce manuel est court si l'on prend en compte l'importance de la période ainsi que le nombre important de thèmes étudiés. Outre ceux-ci, les auteur-e-s ont la bonne idée de joindre plusieurs cartes, un index, des extraits de sources mais aussi des bibliographies thématiques, faisant de ce manuel un outil indispensable pour les étudiant-e-s. De plus, certains chapitres sont assortis d'un état de la recherche sur un thème précis qui permet de mieux comprendre l'historiographique actuelle.

Éditeur

Image : Amazon

51E9AjU1bNL._SX354_BO1,204,203,200_.jpg

14/08/2017

The dark tower / La tour sombre

L'univers n'est pas tel qu'on le croit. Outre notre monde, la Terre, il existe une multitude de terres plus ou moins différentes. Ces terres sont protégées par une tour qui empêche le chaos extérieur d'atteindre les êtres vivants. Mais la tour est attaquée. Sur monde différent du nôtre une guerre a lieu entre un homme en noir qui utilise des enfants afin de détruire la tour et le dernier pistolero dont le devoir sacré est de la défendre. Mais cette guerre est aussi devenue une histoire de revanche entre deux êtres que la mort rejoint. Sur notre terre, à New York, un enfant voit ces évènements lors de son sommeil. Bien que nous n'en ayons pas conscience il fait partie des rares êtres qui possèdent un don, le sien est tellement fort qu'il pourrait bien détruire la tour à lui tout seul.

Je vais d'abord parler des bons points. Les acteurs et actrices sont convaincantes. Les rôles semblent avoir été bien distribués et on apprécie beaucoup les relations entre les différents personnages, en particulier entre l'homme en noir et le pistolero. L'univers de Stephen King me semble bien mis en scène. Le passage d'un monde à l'autre est réussi et permet avec brio de donner une impression de familiarité étrange. Mieux encore, le fonctionnement d'une société alternative à la nôtre me semble réussi.

Malheureusement, le film a un gros problème : son univers. Celui-ci n'est pratiquement pas expliqué. Bien que certaines références pourraient donner l'impression que l'on ouvre la voie à des suites, ce qui serait possible, j'ai eu l'impression de manquer d'informations pour réellement comprendre les enjeux de l'intrigue. Le fonctionnement de cet univers n'est presque pas expliqué et l'on ne comprend pas pourquoi la tour est si importance ni pour quelle raison certaines personnes souhaitent la détruire. Pire encore, on ne comprend pas les pouvoirs de Jack Chambers. Dès le début, on nous explique que ces pouvoirs sont importants et parmi les plus puissants ce cet univers. Mais jamais ceux-ci ne sont expliqués ni montrés. Ce qui rend la fin du film un peu difficile à accepter puisque jamais on ne nous montre ces pouvoirs et leurs limites.

*
**
*** Il me manque beaucoup d'informations sur le contexte de l'intrigue pour pouvoir réellement juger de l'adaptation.
****
*****

Image : Site officiel

gallery-photo-2.jpg

11/08/2017

Superior Spider-Man. Prélude par Dan Slott et Humberto Ramos

Titre : Superior Spider-Man. Prélude
Auteurs : Dan Slott et Humberto Ramos
Éditeur : Panini comics 7 juin 2017
Pages : 136

Ce tome contient Amazing Spider-Man (1963) 698-700. Panini a édité le cycle Superior Spider-Man de Dan Slott en 6 tomes. Ce cycle est l'une de mes premières lectures. J'ai beaucoup apprécié lire les aventures d'un Spider-Man différent, car peu sympathique. Mais de quelle manière Otto Octavius a-t-il réussi à prendre le contrôle du corps de Peter Parker. Et comment Peter a-t-il réussi à garder une certaine forme dans l'esprit d'Otto Octavius ? Ce tome débute alors qu'Otto Octavius est aux portes de la mort, après avoir tenté de détruire le monde. Il est enfermé au Raft mais toute la population craint une possible fuite. Cependant, Otto Octavius a un plan. Et celui-ci lui permet de prendre le contrôle de son pire ennemi. Mais Peter Parker se laissera-t-il faire ?

Il est dommage que Panini n'ait pas édité ces trois numéros, assortis de deux autres histoires, dans le premier tome du Superior Spider-Man. En effet, la surprise est un peu gâchée puisque l'on connait déjà le plan d'Otto Octavius. Cela n'empêche pas le premier numéro d'être une réussite. On suit une journée normale du Spider-Man et ce n'est qu'à la fin que l'on apprend que Peter Parker est déjà vaincu. Plus important, alors que l'esprit d'Otto sera manipulé par les souvenirs de Peter ce tome montrer Peter changé par les souvenirs et la manière de penser d'Otto. Ceci donne un parallèle intéressant avec la suite d l'intrigue. On pourrait presque avoir souhaité un peu plus de numéros pour la confrontation entre ces deux personnages, cependant cela aurait mis à mal le plan d'Otto Octavius. Au final, ce tome est intéressant pour les personnes qui souhaitent compléter le cycle du Superior Spider-Man mais il n'offre pas grand-chose de plus à l'intrigue.

*
**
*** Loin d'être essentiel même s'il lance quelques idées qui seront développées plus loin.
****
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9227663&t=1496740365327

08/08/2017

The Shepherd's crown (Discworld 41, Tiffany Aching 5) par Terry Pratchett

Titre : The Shepherd's crown (Discworld 41, Tiffany Aching 5)
Auteur : Terry Pratchett
Éditeur : Corgi 2 juin 2016
Pages : 336

Le Disque est en ébullition. Les personnes les plus puissantes ressentent un changement majeur qui touche aux fondations de l'équilibre du pouvoir. En effet, Granny Weatherwax est morte. Cet évènement permet aux sorcières de se réunir et toutes acceptent l'idée de Granny : Tiffany Aching devrait prendre la place ouverte, même si elle possède déjà une maison, et les devoirs qui vont avec, chez elle. Posséder deux lieux dans lesquels il faut prendre soin de la population demande beaucoup d'efforts. Tiffany commence donc à se chercher des apprenties, voir même un apprenti. Après tout, l'époque de Granny Weatherwax est terminée et elle doit suivre son identité et non celle de sa prédécesseur. Bien qu'elle arrive, plus ou moins, à jongler entre Lancre et the Chalk une menace pourrait bien être trop pour elle. En effet, la mort de Granny a rendu les barrières entre les mondes moins fortes. Et les elfes ont bien envie de revenir sur le Disque-Monde.

Après 40 tomes - certains moyens, d'autres mauvais et du génie - celui-ci, le numéro 41, est le dernier livre qui se déroule dans le Disque-Monde. En effet, Sir Terry Pratchett l'a écrit lors de sa dernière année de vie, avec de l'aide. Sa famille est très claire, et je suis d'accord, il n'y aura pas d'édition de textes inédits ni de contrats avec d'autres auteur-e-s afin de continuer la série. Le Disque-Monde est une création de Sir Terry Pratchett et le restera. La lecture de ce dernier tome est donc un peu particulière puisque nous avons là les derniers mots, écrits, de Terry Pratchett à ses lecteurs. La dernière histoire qu'il conta au monde. Les deux textes placés à la fin du livre sont particulièrement émouvants à lire et montrent que l’œuvre de Pratchett restera pendant un bon moment dans les cœurs de ses fans.

Pour terminer cette aventure Pratchett a décidé de donner le premier rôle à Tiffany Aching. Depuis le début, ce personnage est celui d'une jeune fille, puis d'une jeune femme, loin d'être parfaite mais qui apprend de ses erreurs et de ses observations. Entre le premier tome de ses aventures et celui-ci elle a beaucoup changé en âge et en statut. D'une débutante elle est passée à la successeur de l'une des sorcières les plus puissantes de l'histoire du Disque. Et Pratchett a la bonne idée de nous montrer une Tiffany Aching qui doute de ses capacités mais qui décide de faire son travail malgré cela, jours après jours. Bien que le livre ne sont pas exempt de problèmes, j'ai un peu de mal avec la bataille mise en place par Pratchett, il conclut avec brio l'histoire d'une petite fille brillante devenue une sorcière reconnue et respectée, grâce à ses actes et à son sens de sa propre identité.

*
**
***
****
***** Moins que ce tome c'est toute une œuvre qui se conclut ici que, malgré certains échecs en ce qui me concerne, j'ai énormément apprécié lire et découvrir.

Image : Site officiel

Flat-Shepherds-Crown-Cover.jpg

05/08/2017

La Révolution française 1789-1799 par Michel Vovelle

Titre : La Révolution française 1789-1799
Auteur : Michel Vovelle
Éditeur : Armand Colin 2015
Pages : 220

La Révolution française est l'un de ces grands moments de l'histoire que nous sommes censés connaitre. On en parle un peu partout et, selon le pays, c'est une référence majeure. Pourtant, la Révolution n'est qu'un évènement court qui s'est terminé par un coup d'état et un Empire. Alors pourquoi s'y intéresser ? Parce que la Révolution française a pensé des textes qui se trouvent au centre de la pensée démocratique occidentale. Il est donc nécessaire de les replacer dans le contexte de production afin de mieux comprendre ce qui se cache derrière mais aussi de passer outre.

L'auteur est un spécialiste qui, ici, écrit un manuel destiné principalement à un public étudiant. Ainsi, le but principal est le synthétisme d'un évènement et non son analyse complète ou l'entrée dans une école précise. L'auteur, Michel Vovelle, tente donc de construire son livre selon plusieurs points d'analyses qui devraient permettre de mieux comprendre la décennie 1789-1799 mais aussi de donner un minimum de connaissances sur le sujet, ce qui implique 6 chapitres. Le dernier étant un retour sur l'historiographie pour cette troisième édition.

Le premier chapitre est le plus évènementiel. L'auteur y décrit chronologiquement ce qui se déroule pendant la Révolution ce qui permet de construire les autres chapitres à la suite. Ce chapitre permet aussi de mieux comprendre les causes non seulement de la Révolution mais aussi de la fin du régime du Directoire. Il est suivi d'un chapitre qui examine les constructions institutionnelles et le fonctionnement du système politique. Les informations sont nombreuses sur des sujets qui, parfois, n'ont pas été mis en applications. Ces deux chapitres sont suivis de trois chapitres plus "humains". En effet, l'auteur y examine des sujets aussi divers que l'armée, la culture ou la violence. Ces trois chapitres sont ceux qui donnent le plus de substances au livre mais ce sont aussi ceux qui s'intéressent le plus à des thèmes précis. On voit ici la nécessité de parler d'un sujet vaste tout en mettant en avant des idées précises, examinées par des historien-ne-s.

En conclusion, ce livre réussit parfaitement à atteindre son but. Il donne une chronologie des évènements, examine le fonctionnement de l’État et s'intéresse aux aspects plus culturels tout en s'ouvrant aux conséquences pour le reste du monde, aussi bien en ce qui concerne les colonies que l'Europe. Mieux encore, l'auteur joint de nombreux extraits de sources qui permettent d'illuminer certains points précis du propos. Une grande partie de ces sources sont déjà connues mais les avoir à disposition n'est jamais inutile. Enfin, le grand nombre de sujets étudiés permet de choisir ceux que l'on souhaiterait mieux connaitre, en suivant la bibliographie que l'auteur met en place.

Image : Éditeur

9782200601287-T.jpg?itok=46vdXjNA