15/10/2017

52 tome 1 par Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen

Titre : 52 tome 1
Auteurs : Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen
Éditeur : Urban comics 29 septembre 2017
Pages : 320

Ce premier tome contient 52 1-13 ainsi que The origin of Elongated man et The origin of Booster Gold. Hier le monde a failli être détruit, et l'univers avec lui. De nombreuses menaces se sont abattues sur les héro-ïne-s de la Terre et, les cendres tombées, la Terre n'en est pas ressortie indemne. Les dégâts sont nombreux et les morts bien plus encore. Mais les héro-ine-s de la Terre ont réussi à vaincre et à empêcher des personnes particulièrement puissantes de détruite l'univers au nom d'un idéal. Cependant, la Terre attend que ses plus grands héro-ïne-s parlent devant les caméras. Mais, le moment venu, Batman, Superman et Wonder Woman n'apparaissent pas. Illes ont disparus mais la Terre n'est pas exempte d'héro-ïne-s.

Après avoir terminé ce premier tome j'ai eu une impression de grande confusion. On peut l'expliquer par le fonctionnement du titre. Celui-ci est écrit pendant un an avec un numéro par semaines. Pire encore, il est écrit par plusieurs scénaristes au style différent en même temps. Chacune de ces personnes a des idées et des personnages préférés. Ceci donne l'impression, parfois, que le titre ne sait pas dans quelle direction il se rend. De nombreuses pistes sont données et la personne qui lit ce tome sera emmenée sur plusieurs planètes, villes et pays parfois d'une page à l'autre. Ce qui peut créer l'impression de ne pas avoir un titre construit mais un agrégat d'idées que l'on essaie de faire tenir ensemble.

Cependant, j'ai tout de même beaucoup apprécié de lire des personnages que je n'ai pas l'habitude de voir. En effet, DC avait décidé de prendre un risque et d'oublier ses plus grands personnages pour n'utiliser que des personnages secondaires, parfois très peu connus. Ainsi, le titre utilise un grand nombre de ces héro-ïne-s secondaires qui tentent de pallier à l'absence des autres. Ce qui permet de mettre en avant un peu plus de diversité (mais pas beaucoup). Il est dommage que cela implique aussi des choix éditoriaux discutables, sexistes, qui sont ouvertement discutés voir appréciés par les scénaristes dans les bonus du tome.

*
**
*** Une idée intéressante mais dont la réalisation est très confuse pour l'instant. Je déplore surtout des choix artistiques sexistes en ce qui concerne une partie des personnages féminins.
****
*****

Image : Éditeur

52-tome-1.jpg

Écrire un commentaire