15/10/2017

Blade Runner 2049

Blade Runner est un film culte qui adapte, très librement, une histoire de Philip K. Dick (dont les créations sont souvent adaptées au cinéma bien qu'il soit mort avant de connaitre cela). Le premier film date de 1982 et on pourrait craindre que sa suite casse le mythe. J'ai craint ce film, je ne savais pas ce qu'il allait donner et son réalisateur s'est attaqué à un monument. Cependant, depuis quelques films j'apprécie de plus en plus Denis Villeneuve, dont la photographie me semble toujours très travaillée ainsi que le choix musical. J'ai donc décidé de donner sa chance à cette suite puisque le réalisateur semblait être capable d'imposer un véritable choix artistique plutôt que de simplement suivre les envies des studios.

Comme son titre l'annonce, le film se déroule en 2049. Suite aux évènements du dernier film les industries Tyrell ont fait faillite et sont rachetées par les industries Wallace, spécialisées dans la création de nourriture synthétique. Suite à ce rachat, les Réplicants sont construits à nouveau mais ils ont été rendus beaucoup plus dociles et faciles à identifier. Cependant, la chasse aux anciens modèles continue dans le cadre d'une unité de police spécialisée. K est un Réplicant qui fait partie de cette unité. Lorsqu'il chasse et abat un ancien modèle il découvre quelque chose qui n'aurait jamais dû être possible. Ce qui le pousse à creuser dans le passé et retrouver Duckard.

Que l'on soit clair, je ne sais pas exactement que penser de ce film. Selon moi, on a une œuvre dense. Les scènes prennent le temps de se mettre en place. Les dialogues sont nombreux et calmes, avec peu de scènes d'action. Il y a surtout énormément d'informations qui nous sont envoyées, dont une partie de référence au premier film, sans véritables explications. Ainsi, on ne sait pas grand-chose de la période entre le premier et le second film alors qu'il semble que celle-ci connait des événements très importants. De plus, le film laisse ouvert un certain nombre d'intrigues qui pourraient permettre une nouvelle suite sans, pour autant, la rendre nécessaire.

C'est aussi un beau film. Bien que l'image soit très sale, parfois bouchée. J'ai énormément apprécié la photographie. Là aussi, nous avons un certain nombre de références au premier film. Mais aussi la création d'un univers urbain sale, empli de personnes, de pollutions et de publicités. On a véritablement l'impression que des personnes vivent et habitent. L'un des autres décors les plus impressionnant, à mon avis, est celui du lieu de vie de Duckard. Un milieu presque sans vie, qui ne bouge plus et qui ne fait aucun bruit au contraire de Los Angeles. Les scènes sont constellées de buildings mais aussi d'énormes statues dont on aperçoit que des parties. Les décors sont à la fois futuristes et basés sur le futur mis en place dans le premier film (ce qui permet d'observer des publicités de productions industrielles de l'URSS, une petite référence que j'ai beaucoup appréciée). Par contre, j'ai moins aimé la musique que je trouve moins intéressantes. Presque trop déconnectée du film, en dehors d'une scène superbe dans un théâtre.

Il faut aussi mentionner la place des personnages féminins. Que l'on soit clair, le film ne passe pas le Bechdel. En fait, la plupart des femmes de ce film sont des objets plutôt que des êtres. Il y en a quatre qui sont développées. La première est la cheffe de la police dont on ne connait presque rien. La seconde est l'assistante de Wallace, une personne capable de violence sur ordre. Enfin, nous avons une réplicante prostituée et une IA. Bien que le film se déroule dans le futur les femmes sont donc majoritairement en positions subalternes, voir de services envers les besoins des hommes. Ainsi, la réplicante s’intègre parfaitement dans une société qui considère qu'une partie du monde est subalterne, et qui n'hésite pas à utiliser des femmes, artificielle ou non, pour ses besoins sexuels. L'IA s'intègre dans le même système. Son but est de remplacer une femme réelle pour des hommes. Ceci non seulement par des services, cuisine par exemple, mais aussi et surtout par la vue. À plusieurs reprises, l'IA essaie de plaire à la personne qui la possède, mot que je choisis à dessein. Blade Runner non seulement se place en miroir de notre société patriarcale mais annonce ce que la création des IA et la robotique peut impliquer en termes de sexualité masculine : prostitution robotique et IA maternelle de remplacement.

*
**
***
**** Beau, moins compliqué que je le craignais mais je ne suis pas certain de l'avoir apprécié malgré ce que je considère comme des qualités.
*****

Image : Allociné

Site officiel

242946.jpg

18:42 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blade runner | | | |  Facebook

Écrire un commentaire