17/10/2017

All-New Hawkeye 2. Les Hawkeye par Jeff Lemire et Ramón Pérez

Titre : All-New Hawkeye 2. Les Hawkeye
Auteurs : Jeff Lemire et Ramón Pérez
Éditeur : Panini 12 octobre 2016
Pages : 136

Ce second tome contient All-New Hawkeye (2016) 1-6. Lors du tome précèdent, les Hawkeye, Clint et Kate, ont secourus deux triplés aux pouvoirs sans limites. Mais les deux héro-ïne-s n'ont pas pu se mettre d'accord sur la manière de traiter ces enfants. Alors que Kate souhaitait les protéger et s'en occuper elle-même, Clint voulait laisser le SHIELD en prendre charge. Après une bataille contre l'HYDRA, cette dernière option est acceptée et les deux Hawkeye se séparent. Mais, dans le futur, illes apprennent que laisser le SHIELD contrôler ces triplés était une erreur. Illes décident donc de s'attaquer à l'organisation afin de l'empêcher d'utiliser les triplés.

Ce que j'apprécie sur le Hawkeye de Lemire est le lien entre deux époques. Alors que le premier tome parlait du passé autant que de présent celui-ci s'attaque aussi au futur. Dans la première partie du livre, les relations futures entre Clint et Kate sont mises en place. Tandis que la seconde partie s'attaque au passé de Kate afin d'expliquer pour quelle raison elle a décidé de devenir non seulement une héroïne mais aussi une Hawkeye. Ce lien entre le passé, le présent et le futur permet de boucler l'intrigue sans trop de problèmes.

Selon moi, ce qui importe le plus dans ces deux tomes n'est pas l'aventure. C'est tout d'abord la relation entre deux personnes qui ne sont pas tout à fait adéquate l'une pour l'autre. Ainsi, Kate a beaucoup de succès et réussit tout ce qu'elle souhaite. Tandis que Clint a tendance à saboter ce qui l'entoure, ce qui implique de souvent se retrouver seul. De plus, les deux tomes permettent mieux de comprendre ce qui pousse ces deux personnages à jouer les héros dans un monde de divinités et de pouvoirs. Ce ne sont que des personnes ordinaires, certes entrainées. Les retours dans le passé permettent d'une part de montrer un Clint se forger une morale et une Kate se forger un destin. De ce point de vue, je trouve le récit réussi. Malheureusement, j'ai l'impression qu'il manque un petit quelque chose pour que l'intrigue soit vraiment intéressante.

*
**
*** Bien dessiné, dans la continuité du précèdent. Mais clairement moins bon que la série du même nom de Matt Fraction
****
*****

Image : Éditeur

image_gallery?img_id=9003561&t=1476852073730

15/10/2017

Blade Runner 2049

Blade Runner est un film culte qui adapte, très librement, une histoire de Philip K. Dick (dont les créations sont souvent adaptées au cinéma bien qu'il soit mort avant de connaitre cela). Le premier film date de 1982 et on pourrait craindre que sa suite casse le mythe. J'ai craint ce film, je ne savais pas ce qu'il allait donner et son réalisateur s'est attaqué à un monument. Cependant, depuis quelques films j'apprécie de plus en plus Denis Villeneuve, dont la photographie me semble toujours très travaillée ainsi que le choix musical. J'ai donc décidé de donner sa chance à cette suite puisque le réalisateur semblait être capable d'imposer un véritable choix artistique plutôt que de simplement suivre les envies des studios.

Comme son titre l'annonce, le film se déroule en 2049. Suite aux évènements du dernier film les industries Tyrell ont fait faillite et sont rachetées par les industries Wallace, spécialisées dans la création de nourriture synthétique. Suite à ce rachat, les Réplicants sont construits à nouveau mais ils ont été rendus beaucoup plus dociles et faciles à identifier. Cependant, la chasse aux anciens modèles continue dans le cadre d'une unité de police spécialisée. K est un Réplicant qui fait partie de cette unité. Lorsqu'il chasse et abat un ancien modèle il découvre quelque chose qui n'aurait jamais dû être possible. Ce qui le pousse à creuser dans le passé et retrouver Duckard.

Que l'on soit clair, je ne sais pas exactement que penser de ce film. Selon moi, on a une œuvre dense. Les scènes prennent le temps de se mettre en place. Les dialogues sont nombreux et calmes, avec peu de scènes d'action. Il y a surtout énormément d'informations qui nous sont envoyées, dont une partie de référence au premier film, sans véritables explications. Ainsi, on ne sait pas grand-chose de la période entre le premier et le second film alors qu'il semble que celle-ci connait des événements très importants. De plus, le film laisse ouvert un certain nombre d'intrigues qui pourraient permettre une nouvelle suite sans, pour autant, la rendre nécessaire.

C'est aussi un beau film. Bien que l'image soit très sale, parfois bouchée. J'ai énormément apprécié la photographie. Là aussi, nous avons un certain nombre de références au premier film. Mais aussi la création d'un univers urbain sale, empli de personnes, de pollutions et de publicités. On a véritablement l'impression que des personnes vivent et habitent. L'un des autres décors les plus impressionnant, à mon avis, est celui du lieu de vie de Duckard. Un milieu presque sans vie, qui ne bouge plus et qui ne fait aucun bruit au contraire de Los Angeles. Les scènes sont constellées de buildings mais aussi d'énormes statues dont on aperçoit que des parties. Les décors sont à la fois futuristes et basés sur le futur mis en place dans le premier film (ce qui permet d'observer des publicités de productions industrielles de l'URSS, une petite référence que j'ai beaucoup appréciée). Par contre, j'ai moins aimé la musique que je trouve moins intéressantes. Presque trop déconnectée du film, en dehors d'une scène superbe dans un théâtre.

Il faut aussi mentionner la place des personnages féminins. Que l'on soit clair, le film ne passe pas le Bechdel. En fait, la plupart des femmes de ce film sont des objets plutôt que des êtres. Il y en a quatre qui sont développées. La première est la cheffe de la police dont on ne connait presque rien. La seconde est l'assistante de Wallace, une personne capable de violence sur ordre. Enfin, nous avons une réplicante prostituée et une IA. Bien que le film se déroule dans le futur les femmes sont donc majoritairement en positions subalternes, voir de services envers les besoins des hommes. Ainsi, la réplicante s’intègre parfaitement dans une société qui considère qu'une partie du monde est subalterne, et qui n'hésite pas à utiliser des femmes, artificielle ou non, pour ses besoins sexuels. L'IA s'intègre dans le même système. Son but est de remplacer une femme réelle pour des hommes. Ceci non seulement par des services, cuisine par exemple, mais aussi et surtout par la vue. À plusieurs reprises, l'IA essaie de plaire à la personne qui la possède, mot que je choisis à dessein. Blade Runner non seulement se place en miroir de notre société patriarcale mais annonce ce que la création des IA et la robotique peut impliquer en termes de sexualité masculine : prostitution robotique et IA maternelle de remplacement.

*
**
***
**** Beau, moins compliqué que je le craignais mais je ne suis pas certain de l'avoir apprécié malgré ce que je considère comme des qualités.
*****

Image : Allociné

Site officiel

242946.jpg

18:42 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : blade runner | | | |  Facebook

52 tome 1 par Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen

Titre : 52 tome 1
Auteurs : Geoff Johns, Grant Morrison, Greg Rucka, Mark Waid et Keith Giffen
Éditeur : Urban comics 29 septembre 2017
Pages : 320

Ce premier tome contient 52 1-13 ainsi que The origin of Elongated man et The origin of Booster Gold. Hier le monde a failli être détruit, et l'univers avec lui. De nombreuses menaces se sont abattues sur les héro-ïne-s de la Terre et, les cendres tombées, la Terre n'en est pas ressortie indemne. Les dégâts sont nombreux et les morts bien plus encore. Mais les héro-ine-s de la Terre ont réussi à vaincre et à empêcher des personnes particulièrement puissantes de détruite l'univers au nom d'un idéal. Cependant, la Terre attend que ses plus grands héro-ïne-s parlent devant les caméras. Mais, le moment venu, Batman, Superman et Wonder Woman n'apparaissent pas. Illes ont disparus mais la Terre n'est pas exempte d'héro-ïne-s.

Après avoir terminé ce premier tome j'ai eu une impression de grande confusion. On peut l'expliquer par le fonctionnement du titre. Celui-ci est écrit pendant un an avec un numéro par semaines. Pire encore, il est écrit par plusieurs scénaristes au style différent en même temps. Chacune de ces personnes a des idées et des personnages préférés. Ceci donne l'impression, parfois, que le titre ne sait pas dans quelle direction il se rend. De nombreuses pistes sont données et la personne qui lit ce tome sera emmenée sur plusieurs planètes, villes et pays parfois d'une page à l'autre. Ce qui peut créer l'impression de ne pas avoir un titre construit mais un agrégat d'idées que l'on essaie de faire tenir ensemble.

Cependant, j'ai tout de même beaucoup apprécié de lire des personnages que je n'ai pas l'habitude de voir. En effet, DC avait décidé de prendre un risque et d'oublier ses plus grands personnages pour n'utiliser que des personnages secondaires, parfois très peu connus. Ainsi, le titre utilise un grand nombre de ces héro-ïne-s secondaires qui tentent de pallier à l'absence des autres. Ce qui permet de mettre en avant un peu plus de diversité (mais pas beaucoup). Il est dommage que cela implique aussi des choix éditoriaux discutables, sexistes, qui sont ouvertement discutés voir appréciés par les scénaristes dans les bonus du tome.

*
**
*** Une idée intéressante mais dont la réalisation est très confuse pour l'instant. Je déplore surtout des choix artistiques sexistes en ce qui concerne une partie des personnages féminins.
****
*****

Image : Éditeur

52-tome-1.jpg

14/10/2017

Wonder Woman volume 3: The truth par Greg Rucka, Liam Sharp et Laura Martin

Titre : Wonder Woman volume 3: The truth
Auteur-e-s : Greg Rucka, Liam Sharp et Laura Martin
Éditeur : DC 29 août 2017
Pages : 176

Ce tome contient Wonder Woman 13, 15, 17, 19, 21, 23 et 25. Diana connait maintenant la vérité. Jamais elle n'est retournée sur son île. Elle n'a jamais revu sa mère. Tout n'était que mensonge et son séjour récent n'était qu'une illusion. L'identité de Diana est en miette et elle retourne à ses débuts, alors que Steve Trevor décide qu'il vaut mieux lui permettre de se remettre grâce à une aide médicale. Alors que Diana essaie de s'en sortir, ses ami-e-s sont attaqué-e-s par un groupe nommé Godwatch. Alors que Diana pensait être en sécurité elle pourrait bien être en grand danger. Heureusement, un vieil ami va revenir la voir et l'aider à retrouver le chemin de son identité

Ce tome contient les derniers numéros scénarisés par Greg Rucka, mais ce n'est que le prochain tome qui termine véritablement l'intrigue puisque les numéros pairs y seront regroupés. Ce volume 3 contient donc la fin que souhaite mettre en place Greg Rucka et, selon moi, il a parfaitement réussi. Depuis le début de rebirth il est clair que Rucka a décidé de s'attaquer au thème de l'identité. Pour cela il met en cause tout ce qu'a connu Diana, ses aventures et, donc, son identité profonde. Cela aurait pu donner des moments faciles, mais Rucka décide de véritablement montrer en quoi la remise en cause de son passé peut heurter une personne, lui faire du mal et l'empêcher d'avancer. Il est donc normal que ce volume ne voie pas Wonder Woman agir pendant un certain temps, et que la guérison véritable n'arrive que plus tard. Ceci est aidé par les dessins qui différencient les moments de doutes des moments de certitudes. Au final, j'aurais beaucoup apprécié ce run dont certains points peu clairs seront probablement remplis par le prochain volume.

*
**
***
****
***** À mon avis, l'intrigue débutée dans le premier volume se conclut d'une très belle manière. Je suis tout de même intrigué de savoir ce qui se déroule dans les numéros pairs.

Image : Éditeur

WW_Cv23_GALLERY_59a752488eb310.04703432.jpg

Wonder Woman volume 2: Year one par Greg Rucka, Nicola Scott et Romulo Fajardo Jr.

Titre : Wonder Woman volume 2: Year one
Auteurs : Greg Rucka, Nicola Scott et Romulo Fajardo Jr.
Éditeur : DC 9 mai 2017
Pages : 168

Ce second volume contient Wonder Woman 2, 4, 6, 8, 10, 12 et 14. Avant d'être Wonder Woman Diana était la fille de la reine de Themyscira, une princesse. Elle vivait sur l'île, immortelle mais sans n'avoir jamais connu le monde des hommes, au contraire des autres Amazones. Bien que ses études, combats et les jeux organisent sa vie dans un rythme sans fin, Diana souhaite connaitre l'extérieur. Mais personne ne peut entrer ni sortir. Cependant, un jour, un avion tombe sur l'île. L'équipage est mort mis à part un seul homme : Steve Trevor. Il faudra bien que quelqu'un le ramène dans le monde et l'aide à combattre la menace qui l'a conduit sur l'île.

Comme je l'ai dit plus bas, j'ai apprécié le premier tome qui me semble construire un personnage intéressant. Je me demandais si ce second volume, qui reprend les origines de Diana, ne risquait pas d'être trop connu et donc peu utile. L'histoire de Diana et de son entrée dans le monde des hommes est connu et, régulièrement, remise au gout du jours. Cependant, j'ai eu l'impression que Greg Rucka a parfaitement réussi à intégrer son année une dans le cadre de son intrigue présente. En effet, on observe une princesse aimée et capable de vaincre ses sœurs amazones. J'ai aussi aimé de lui donner une autre langue, ce qui est parfaitement logique. De plus, Rucka décrit une version plus jeune et naïve de son personnage tout en montrant que cette part de son identité est centrale. Au final, j'ai l'impression que cette origine n'est pas un simple exercice un peu facile mais s'inscrit réellement dans l'intrigue que souhaite mettre en place Rucka. J'espère avoir raison.

*
**
***
****
***** Personnellement, je trouve ce second tome presque meilleur que le premier. Il est drôle, triste et bien écrit.

Image : Éditeur

WW_Cv4_R1_gallery_57965011497719.47784833.jpg

13/10/2017

Wonder Woman volume 1: The lies par Greg Rucka, Liam Sharp et Laura Martin

Titre : Wonder Woman volume 1: The lies
Auteur-e-s : Greg Rucka, Liam Sharp et Laura Martin
Éditeur : DC 28 février 2017
Pages : 176

Ce volume contient Wonder Woman Rebirth 1 et Wonder Woman 1, 3, 5, 7, 9, 11. Durant son existence l'histoire de Wonder Woman, Diana, a beaucoup changé. Elle fut d'abord une femme créée par des prières, aimée par toutes. Puis une paria dans sa civilisation avant d'apprendre être la fille de Zeus et d’Hippolyte. Durant ses aventures elle a pris le rôle et le manteau de déesse de la guerre. Mais ces histoires se contredisent entre-elles et Diana se demande qui elle est vraiment. Elle décide donc de partir en quête. Mais aussi bien l'Olympe que Themiscyra lui sont fermés. Wonder Woman ne peut pas rentrer chez elle. Elle n'a donc pas d'autres choix que demander l'aide de l'une de ses plus anciennes amies, et ennemie féroce : Cheetah.

Lors de son arrivée sur le titre Greg Rucka a décidé d'écrire deux histoires. La première a lieu dans le passé et on peut la suivre dans les numéros pairs. La seconde a lieu dans le présent, dans les numéros impairs. C'est cette dernière qui est éditée dans ce premier volume. Dès le numéro Rebirth le titre est marqué comme un tournant dans l'histoire de Diana. Alors que les intrigues des new 52 ont donné une forme de divinité à Wonder Woman, avant que le titre ne soit confié à d'autres scénaristes que je n'ai pas lu, Greg Rucka décide d'oublier cela. Mais il ne le fait pas gratuitement et décide de s'attaquer aux différentes origines de Wonder Woman et de lui offrir une quête identitaire.

J'avoue que Greg Rucka est l'un de mes scénaristes préférés. Il a écrit de nombreux titres que j'apprécie particulièrement. Dans le cadre de Wonder Woman il réussit à effacer le passé, parfois vu très négativement, tout en construisant dessus. L'idée de faire des intrigues que l'on connait des mensonges et de Diana une femme en quête de vérité me plait beaucoup car elle permet à la fois de créer de nouvelles bases pour le personnage et de ne pas oublier entièrement ce qui a été fait. C'est aussi un moment difficile et je pense que Rucka a réussi à la fois à nous montrer ce qu'est le personnage tout en mettant en scène l'impact que ces mensonges ont sur elle. Personnellement, je suis intrigué et je souhaite connaitre la suite.

*
**
***
**** À mon avis ce volume est un bon début et j'espère que la suite me donnera raison
*****

Image : Éditeur

GalleryComics_1920x1080_20160608_WW_RBN_Cv1_57211674a38718.66845598.jpg

12/10/2017

We stand on guard par Brian K. Vaughan, Steve Skroce, Matt Hollingsworth et Fonografiks

Titre : We stand on guard
Auteurs : Brian K. Vaughan, Steve Skroce, Matt Hollingsworth et Fonografiks
Éditeur : Image comics 5 avril 2017
Pages : 160

Ce tome contient We stand on guard 1-6. Dans un siècle les USA sont sous le contrôle d'une présidente. Le pays ne semble pas aller si mal. Cependant, une bombe explose au sein de la Maison Blanche. Le monde entier, et une famille au Canada, se demande quelle est l'organisation responsable et quel pays les USA vont bombarder pour se venger. Tout le monde est surpris alors que les bombes des États-Unis détruisent le Canada tandis que les forces armées des États-Unis détruisent l'armée canadienne. 12 ans plus tard, le Canada est annexé, sous contrôle militaire. Les ressources naturelles sont contrôlées et les prisonniers politiques incarcérés dans des camps de travail après des séances de tortures mentales. Pourtant, un petit groupe continue de résister dans les forêts canadiennes. Et leur combat pourrait bien être plus important que prévu.

Vaughan est un scénariste que je suis les yeux fermés. J'ai bien aimé Y the last man, Paper Girls est aussi une réussite, j'ai adoré ex Machina et Runaways chez Marvel. Mais c'est surtout Saga dont je souhaite toujours connaitre les suites. Donc lorsque j'ai appris que Vaughan avait décidé de scénariser une minisérie sur l'invasion du Canada je l'ai pratiquement achetée les yeux fermés. Disons-le tout de suite, il y a une grosse imperfection à la série : elle est bien trop courte. Ce n'est pas seulement un souhait personnel de continuer l'histoire. C'est aussi un problème puisque de nombreuses intrigues sont très rapides tandis que des pans entiers de l'univers de We stand on guard sont laissés à l'imagination de la personne qui lit. J'aurais apprécié quelques numéros de plus afin de développer les personnages, les intrigues ainsi que l'univers. Mais, le comics fonctionne tout de même bien en l'état.

Ce que j'apprécie particulièrement dans ce comics est justement l'un des points négatifs : on ne sait rien. Vaughan ne nous dit pas qui est responsable de l'attaque contre la Maison Blanche. Est-ce réellement le Canada ? Ou alors les Etats-Unis ont-ils utilisé cette attaque pour justifier une invasion ? Ce que l'on voit ce sont les conséquences alors que l'armée des US bombarde des civils, pratique la torture et enferme toutes personnes qui pourraient être des opposants armés ou politiques. Ainsi, les USA ne sont pas montrés sous leurs meilleurs jours mais on ne sait pas non plus si le Canada est responsable, bien que l'on soit bien plus proche des personnages canadiens qui résistent contre l'invasion.

Mieux encore, les scénaristes décident de broder sur le réchauffement climatique et ses conséquences. Bien que les informations soient éparses, on apprend que les USA sont en besoins de ressources alors que des émeutes ont lieu régulièrement et que les cultures sont de moins en moins abondantes. Dans ce contexte, l'accès à l'eau canadienne est une nécessité. Ce point permet à Vaughan de trouver une explication à l'invasion du Canada par les troupes des États-Unis. Il explique aussi de quelle manière ces ressources sont pillées tandis que les forces américaines parlent de l’égoïsme canadien, leurs politiques ayant refusé de partager l'eau avec leur voisin du sud.

Tout ceci permet de faire un parallèle évident avec notre époque. Vaughan décrit un pays capable d'attaquer un autre sur des prétextes qui peuvent être réels mais qui servent surtout à atteindre des objectifs économiques et politiques. Il est impossible de ne pas penser à la prise de contrôle des puits de pétrole, ou encore aux sévices mis en place par l'armée des États-Unis dans différents pays du Moyen-Orient. La vision que donne ce comics des États-Unis est loin d'être tendre. On nous montre un pays capable de tout, essayant d'éviter que des informations atteignent les médias ou les Nations Unis et qui n'hésite pas à massacrer des civils si cela peut permettre de vaincre.

*
**
***
**** Bien écrit, les scénaristes réussissent à garder le mystère tout en décrivant beaucoup d'actes qui permettent de parler de notre époque, tout en posant la question des effets militaires du réchauffement climatique.
*****

Image : Éditeur

WeStandOnGguard_tpb_cvr.jpg

Kingsman: the golden circle / Kingsman: le cercle d'or

Le monde fut sauvé par un jeune des banlieues londoniennes. Il n'était qu’un voyou sur la route de la petite délinquance mais un homme l'a observé. Cet homme a décidé de le recruter au sein d'une agence de renseignement privée : les Kingsman. Celle-ci est chargée de garder la paix dans le monde en dehors des considérations politiques. Son recrutement a permis le sauvetage de millions de personnes. Depuis, un an a passé et le jeune Eggsy est toujours membre des Kingsman tandis qu'il est le petit ami d'une princesse. Tout va très bien. Mais l'agence est attaquée. Une ancienne recrue tente de le tuer. Bien qu'Eggsy s'en sorte il essaie de comprendre qui pourrait se cacher derrière l'attaque. Mais seuls deux mots lancent l’enquête : Golden Circle.

Lorsque j'étais revenu du premier volet j'étais très dubitatif. Bien que les scènes d'actions soient très réussies et que l'idée est intéressante j'avais du mal avec l'omniprésence de la sexualité dans le film. En particulier, j'avais détesté la fin qui impliquait que le sexe est une récompense pour les activités des hommes. Ce second volet reste dans la même veine. Il va même plus loin puisque l'un des gadgets n'est pas assez sophistiqué pour ne pas impliquer de relations sexuelles. C'était peu utile. Cependant, en matière de bons points, il faut dire que le film est maitrisé. Bien que l'on puisse se poser des questions sur la nécessité de certaines scènes il apparait que le film utilise tout ce qu'il met en place. Je n'ai pas eu l'impression que les personnages ont oublié quelque chose qu'on leur a dit qui aurait pu les aider. C'est plutôt agréable. De plus, le parallèle entre Kingsman et Statesman, agences cousines, est facile mais assez drôle et logique.

Le thème choisi pour ce second volet est plutôt osé. On peut, en effet, se poser la question de la logique de la guerre contre la drogue et des réactions politiques des États-Unis face à celle-ci. Cependant, il est dommage que le film passe totalement à côté d'un minimum de réflexion sur le sujet. En dehors de l'idée que la drogue peut être utilisée de manière récréative mais qu'elle reste dangereuse la réalisation ne met pas en question le coût de la guerre contre les drogues et les conséquences sociales de celle-ci. En fait, je pense que la réalisation voulait simplement attirer en parlant de drogue mais ne pas risquer de controverses en construisant une réflexion, même simplifiée.

*
**
*** Le film n'est pas mauvais techniquement. Mais il est assez peu intéressant comme suite, problématique sur certains sujets et je l'oublierais immédiatement.
****
*****

Image : Site officiel

__597b70769dc40.jpg