03/11/2017

Wonder Woman by Greg Rucka volume 1 par Greg Rucka, J.G. Jones et Drew Johnson

Titre : Wonder Woman by Greg Rucka volume 1
Auteurs : Greg Rucka, J.G. Jones et Drew Johnson
Éditeur : DC 19 juillet 2016
Pages : 392

Ce premier volume contient Wonder Woman: The Hiketeia et Wonder Woman 195-205. Après avoir lu les numéros rebirth sous l'égide de Greg Rucka j'ai souhaité en savoir plus sur la manière dont il conçoit le personnage. Ainsi, j'ai décidé de découvrir les numéros de son un précédent sur Wonder Woman, actuellement édité en deux tomes en version anglaise. Ce premier volume est constitué de deux choses différentes. Il débute par une courte histoire, Hiketeia. On y découvre une jeune femme qui use d'un rituel grec afin de demander la protection de Diana, sous le regard des divinités. Mais cette femme est une meurtrière poursuivie par Batman. Que se passe-t-il quand deux personnes au tempérament aussi fort se rencontrent ? La seconde partie est constituée d'une longue intrigue mise en place par Rucka. Dans ces numéros, Wonder Woman est une ambassadrice aux Nations Unions pour le compte des Amazones. Elle profite de sa position afin de publier un livre présentant ses idées féministes, religieuses et écologistes. Mais son livre provoque un débat national et une forte opposition.

Je le dis immédiatement, j'ai beaucoup aimé ce premier volume ! Selon moi, la première histoire, Hiketeia, est un moyen pour Greg Rucka de proposer ce qu'il considère être l'essence de Diana, alias Wonder Woman. Pour cela, l'auteur place son personnage face à une femme qui a besoin d'aide. Bien que Diana sache qu'elle n'est pas innocente elle accepte de l'aider suivant en cela les préceptes d'un ancien rituel. Diana, dans cette histoire, ne force personne à lui dire la vérité. Elle observe quelqu'un ayant besoin d'aide et, si elle en est capable, elle décide de l'aider à tous prix. Cette caractéristique est mise en valeur par la confrontation avec Batman qui, lui, est l'incarnation de l'arrogance et de la volonté. D'ailleurs, j'apprécie particulièrement une scène durant laquelle Batman tente de recréer le rituel sans le comprendre véritablement.

La seconde partie du volume se déroule dans une continuité que je ne connais pas parfaitement. Bien que des aspects étaient mis en avant dans Hiketeia ce n'est que dès le numéros 195 de ce volume que l'on comprend à quel point Wonder Woman est entourée. En effet, elle vit dans une ambassade avec un personnel tandis que les Amazones acceptent des visites de dignitaires et de cherchereuses. Le contraste est flagrant avec les New 52.

Selon moi, ces numéros sont particulièrement intéressants. En effet, Wonder Woman n'est que peu dépeinte comme l'héroïne membre de la Justice League, elle n'apparait qu'à la toute fin du numéro 195. Son travail d'ambassadrice et d'écrivaine est beaucoup plus mis en avant. Ce qui explique pour quelle raison un personnel si nombreux l'accompagne. Comme d'autres personnes l'ont mis en avant, ces numéros parlent moins de Wonder Woman que de réactions face à ses idées, à son comportement. Celles-ci sont inscrites dans le fonctionnement politique des Etats-Unis et toutes personnes qui connait un peu les lignes de fractures comprendra à quel point Greg Rucka inscrit Wonder Woman dans une forme de réalité. Bien que j'aurais aimé en savoir plus sur les idées que Greg Rucka inscrit dans le personnage j'ai trouvé sa caractérisation très intéressante. Les rares moments héroïques sont efficaces et n'effacent pas le propos véritable de l'intrigue.

*
**
***
**** Je conseille fortement ce premier volume.
*****

Image : Éditeur

GalleryComics_1920x1080_20160713_WWbyGRv1hc_573622456f9418.33551696.jpg

Écrire un commentaire