10/12/2017

Batman: Arkham Knight - The Riddler’s Gambit par Alex Irvine

Titre : Batman: Arkham Knight - The Riddler’s Gambit
Auteur : Alex Irvine
Éditeur : Titan Books
Pages : 320

Depuis plusieurs années le Batman, alias Bruce Wayne, se bat contre le Joker. Leur lutte s'est déroulée aussi bien en ville que dans l'asile d'Arkham. Mais alors que Hugo Strange préparait son protocole 10 afin de détruire non seulement les criminels mais aussi les opposant-e-s politiques le Joker, lui, préparait une dernière lutte contre le Batman. Lors de celle-ci il expliqua être mourant et il fut bel et bien mort après la destruction d'Arkham City. Depuis, le monde criminel est resté calme tandis que Batman a évité de sortir, ayant lui-même besoin de repos. Mais un paquet est envoyé à la police de Gotham. L'expéditeur est le Joker. Rapidement, la police ainsi que Batman comprennent que Ed Nygma a décidé de créer un puzzle sans commune mesure afin de piéger tout le monde. Mais quel est ce puzzle et surtout comment y survivre ?

SPOILERS

Ce livre est mauvais. Ce n'est pas qu'il est particulièrement mal écrit ni que l'intrigue soit particulièrement mauvaise, elle est surtout sans intérêt. Il y a même une bonne idée. Entre deux chapitres l'auteur a décidé d'inclure des articles de journaux qui questionnent les évènements en cours ainsi que l'opportunité de laisser Batman à Gotham. Cependant, ses articles et les journalistes censé les avoir écrits sont très caricaturaux. Cependant, cela ne suffit pas à sauver le roman. Je ne m'attendais pas non plus à une intrigue flamboyante et je n'ai pas été surpris par un manque total d'enjeux. Je n'arrive tout simplement pas à croire en l'histoire ni aux personnages. L'un des problèmes est que l'auteur tente de créer un puzzle pratiquement impossible à réussir à résoudre pour Batman. Mais celui-ci découvre les solutions très rapidement, alors qu'il combat encore de nombreux vilains. Encore une fois, nous avons un complot massif qui inclut la nécessité de se battre contre une bonne partie des vilains les plus connus de Batman. Certes, cela se rapproche du jeu mais ce qui fonctionne dans un jeu ne fonctionne pas forcément dans un roman.

Et là se trouve le point le plus problématique du livre : l'écriture dans le cadre d'une histoire créée pour un jeu-vidéo. J'ai apprécié les jeux qui permettent de combattre de simples personnes comme des vilains plus impressionnants tout en suivant de nombreuses quêtes secondaires (et récolter des centaines d'objets pour vraiment le terminer). Le point important du livre sont les puzzles. Ceux-ci sont aussi présent dans les jeux. Mais les jeux usent de l'image pour permettre de résoudre les puzzles. Un livre ne peut pas en faire autant, du moins pas sans bien décrire celui-ci. Cela n'est pas fait et l'on se trouve face à des puzzles qui ne peuvent pas être résolu lors de la lecture car il est difficile de les visualiser. Ce qui implique que l'aspect le plus important de l'intrigue est mal écrite. Pire encore, au lieu d’être un prologue, comme cela est annoncé, ce roman ne met pas en place l’intrigue du dernier jeu. On en apprend un peu plus sur Nygma et ses puzzles et sur la psychologie de Batman. Mais ce ne sont que des allusions très discrètes, et donc inutiles.

* Tout simplement mauvais, passez votre chemin
**
***
****
*****

Image : Éditeur

Riddler's%20Gambit.jpg

Westworld saison 1

TW: Meurtres, violences sexuelles

Dans un futur proche l'humanité a été capable de créer des androïdes extrêmement proches de nous. Illes sont capables de ressentir, de créer, de vivre et d'aimer. Mais illes suivent un programme conçu afin de mettre en place le plus grand parc d'attraction du monde. Dans ce parc, les humain-e-s sont libres de faire tous les choix imaginables. Il est possible aussi bien d'explorer, de suivre une trame narrative ou simplement de profiter du monde qui est offert car tout redeviendra comme avant le lendemain. Un parc de cet ampleur implique une main d'œuvre et une infrastructure importante ainsi que la nécessité de modifier et améliorer tous les aspects. Mais que se passe-t-il lorsque les androïdes commencent à penser seuls et à faire de choix qui ne sont pas prévus. Comment réagir face à un début de libre arbitre absolument imprévu ? Et comment réagir en tant qu'être humain ?

SPOILERS

Beaucoup a déjà été dit sur cette série et je ne suis pas certain de pouvoir ajouter grand-chose de pertinent. Toutes les personnes qui l'ont vue ont, à ma connaissance, noté l'esthétique de la série. Celle-ci est maitrisée dès le générique qui est un résumé en soi de l'intrigue. La musique est tout aussi belle et réussit parfaitement à nous faire entrer dans l'ambiance. Tandis que l'intrigue et les personnages sont très bien écrit et nous empêchent de quitter l'écran sans comprendre ce qui se déroule réellement. La série me semble aussi mettre en avant un aspect jeux-vidéos : comment agir dans un univers qui nous laisse tous les choix possibles mais sans souffrir aucune conséquence ? Si l'on en croit Westworld, l'humanité décide rapidement de tester les limites de sa propre civilisation en détruisant tout ce qui bouge, en usant d'une violence extrême. En effet, dans la vie réelle nos actes ont des conséquences. On peut être arrêté, on peut tuer mais on peut aussi mourir. Ces deux derniers points sont absents du parc : les personnages reviennent à la vie et la personne qui joue ne peut pas mourir.

Pourtant, la série prend un thème classique de la littérature SF : la vie artificielle et la conscience. Les robots et les androïdes se retrouvent souvent dans l'histoire littéraire de la SF bien avant Asimov, même si ce dernier me semble avoir marqué un avant et un après grâce à ses trois lois de la robotique et son cycle des Robots et de Fondation auquel il est lié. Asimov s'est posé la question de la conscience des robots et il n'est pas le seul. Pour prendre un exemple plus récent nous avons la série Battlestar Galactica qui place les humain-e-s contre leurs créations ayant pris conscience d'elles-mêmes. Westworld pose la question d'une manière moins violente, bien que cela puisse arrive, mais plus philosophique : qu'est-ce que la conscience et de quelle manière l’atteindre ? La réponse offerte s'inscrit dans l'idée qu'il est nécessaire de subir la vie afin de prendre conscience de son identité. Ce qui expliquer pourquoi les histoires personnelles des androïdes sont si tragiques. Mais la conscience dit aussi impliquer le libre-arbitre et donc la capacité de ne pas suivre des ordres inscrits dans notre manière d'être, une programmation. Il est donc parfaitement logique que l'écriture décide de faire débuter la conscience par des changements de comportement puis la capacité de modifier sa programmation, et donc de se libérer.

Je dois aussi noter que j'ai regardé cette série, pour la première fois, juste après la dernière saison de Game of Thrones. Ceci m'a permis de ressentir deux chocs qui pourraient permettre de qualifier Westworld d'anti Game of Thrones. Beaucoup de personnes l'ont noté, Game of Thrones est une série violente qui, récemment, est devenue violente de plus en plus gratuitement. Le sang n'est plus utilisé en faveurs d'une intrigue, d'une logique dans l'histoire, mais pour choquer et donc faire venir de l'audience. J'ai l'impression que la violence de Westworld, tout aussi importante aussi bien psychologiquement que physiquement ou sexuellement, reste au service de l'intrigue. Les actes de violence ne me semblent pas gratuits mais logique si l'on prend en compte le fonctionnement des personnages et leur place dans l'intrigue. Peut-on être autre chose qu'un meurtrier ou une meurtrière lorsqu'on a été conçu ainsi ? Le second choc concerne la gestion de la nudité, en particulier féminine. Celle-ci est de plus en plus présente dans les séries et Game of Thrones l'utilise d'une manière voyeuriste. La série n'est pas unique et de nombreuses autres, ainsi que des films, présentent la nudité comme avant tout sexuelle, et destinée aux hommes cis-hétéros. Bien que Westworld ne déroge pas à cette règle de la nudité féminine d'abord conçue pour le male gaze, elle me semble beaucoup moins sexualisée, en tout cas dans le cadre du bâtiment de construction et donc en dehors des trames narratives du parc. Les corps sont montrés mais ne sont pas conçus comme des supports de fantasmes. C'est une nudité de tous les jours, que nous expérimentons tous et toutes. Mieux encore, certains personnages gardent toute leur force lors de leurs scènes de nudité, celles-ci ne les diminuent pas. Bref, bien que je puisse me tromper, ce sont des points qui m'ont fait un choc. Et le fait que cela ait eu lieu juste après la dernière saison de Game of Thrones, de la même chaine, n'est pas à prendre à la légère. Nous avons ici deux séries qui gèrent violence et nudité d'une manière très différente et, selon moi, bien mieux en ce qui concerne Westworld.

*
**
***
****
***** Il m'est difficile de trouver des points négatifs à cette série. Je me demande de quelle manière la suite sera conçue et j'espère que la chaîne saura la terminer.

Image : Allociné

Site officiel

375171.jpg

12:04 Écrit par Hassan dans science-fiction, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : westworld | | | |  Facebook

08/12/2017

Batgirl 3. Jeux d'esprit par Cameron Stewart, Brenden Fletcher et Babs Tarr

Titre : Batgirl 3. Jeux d'esprit
Auteur-e-s : Cameron Stewart, Brenden Fletcher et Babs Tarr
Éditeur : Urban comics
Pages : 184

Ce troisième, et dernier, tome contient Batgirl 46-52 publiés dans Batgirl vol. 3: Mindfields. Depuis qu'elle a déménagé à Burnside Barbara Gordon, alias Batgirl, a connu de nombreux changements. Elle apprend que son père est devenu un Batman sous contrôle d'une famille d'industriel-le-s. Elle comprend qu'elle possède un double maléfique qui tente de la détruire. Elle essaie d'écrire sa thèse dans le but de rendre la vie plus facile aux personnes. Et surtout elle apprend que Dick Grayson n'est pas mort le jour même d'un mariage. Mais ces changements ne sont que le début. Car elle décide de s'allier à d'autres héroïnes afin de lutter contre... elle-même ? En effet, Barbara commence à comprendre que ses souvenirs ne peuvent pas être sans risques. Elle perd la mémoire et donc une partie d'elle-même. Pour une femme qui a souvent compté sur sa mémoire sans faille cela ne peut qu'être perturbant.

Que penser de ce dernier tome ? Personnellement, j'ai beaucoup apprécié ce run qui tente d'être jeune et dynamique en essayant d'éviter les personnages masculins trop importants tout en utilisant ce qu'est Barbara d'une manière intelligente dans ce monde. En effet, les scénaristes utilisent sa mémoire et sa connaissance de la technologie pour la placer dans un monde qui utilise les réseaux sociaux et qui met en question l'identité. Ce thème est au centre de ce run puisque, dans le premier tome, elle lutte contre une version altérée, technologique et passée d'elle-même. Dans ce tome, son identité est remise en question par la destruction de ses souvenirs. De plus, elle se lie à d'autres personnages, pas toujours populaires mais que j'apprécie un peu. Malheureusement, ce tome est aussi le dernier et il me semble que cette fin est un peu précipitée. Tout se passe comme s'il était nécessaire de terminer le plus rapidement possible afin de mettre en place la suite et donc d'oublier une partie de ce qui s'est fait. Alors que Batgirl est restaurée et prend la tête d'une équipe et d'une entreprise elle part presque immédiatement sans nous donner la possibilité de souffler. C'est un peu dommage.

*
**
***
**** J'ai, personnellement, apprécié ce run et ce personnage. Mais je suis un peu déçu que l'on n'ait pas eu un peu plus de temps pour s'y attacher et explorer les intrigues mises en place lors de ce run.
*****

Image : Éditeur

batgirl-tome-3.jpg

Suburbicon

TW : Racisme, meurtres, sexisme

Aux États-Unis, dans les années 50, de nombreuses petites villes sont construites afin d'atteindre la vision d'une société pacifiée en train de suivre le rêve américain de prospérité et de consommation. L'une de ces villes se nomme Suburbicon. Elle possède sa police, ses pompiers, son hôpital, son école et, bien entendu, une église. C'est une petite ville qui permet de faire vivre près de 60 000 habitant-e-s. Les enfants sont bien élevés et jouent au baseball, les femmes s'occupent de leur ménage et des courses à la perfection, tandis que les hommes suivent leur rôle de père de famille grâce aux nombreuses places de travail à disposition et les facteurs connaissent tout le monde par leur nom. C'est une petite ville parfaite d'une époque de prospérité sans grands changements sociaux. Mais deux choses bouleversent la communauté. Alors que la première famille afro-américaine emménage, les Mayers, un cambriolage, suivi d'un meurtre, secoue la petite ville et la famille Lodge. L'enquête piétine et tout le monde est d'accord sur plusieurs faits : c'est un drame atroce, la ville n'a jamais connu ce genre d'actes, plus précisément la ville n'a pas connu de meurtre avant que les Mayers ne soient présents.

SPOILERS

Je ne suis pas certain que ce film soit raté, mais je ne sais pas s'il est réussi. La production a clairement souhaité mettre en question le privilège blanc. Suburbicon est qualifiée de ville parfaite. Mais c'est une ville entièrement blanche. Il n'y a pas une seule famille qui ne soit pas chrétienne ou d'une autre origine. L'arrivée des Mayers est l'occasion de mettre deux choses en avant. Premièrement, les petites familles parfaites commencent à discuter de la possibilité d’accueillir des personnes d'origine afro-américaine dans leur communauté. Ce débat se fait aussi bien à la radio qu'à la TV ou encore dans les communautés politiques locales. Ce débat est très policé, très civilisé et calme. Il pose la question de la capacité de cette nouvelle famille d'être elle-même capable d'être civilisée. Mais ce débat n'est pas détaché de la réalité. Dans le même temps, des décisions sont prises pour que les Mayers ne soient pas accueillis ni même visibles. On construit une palissade autours de leur maison, on leur refuse des services et surtout on organise un ralliement jours et nuit devant leur maison, sous la protection de la police car cela est considéré comme un droit d'expression. Petit à petit, ceci se transformera d'actes de violences subtiles en une violence meurtrière, utilisant des cocktails Molotov et des drapeaux confédérés. Tout donne à penser que la production voulait mettre en avant qu'un débat raciste, aussi policé et calme soit-il, ne peut que permettre de justifier des actes de discrimination et de violences pouvant culminer à l'émeute potentiellement meurtrière, sans que personne, dans le film, ne se retrouve en prison pour cela.

De ce point de vue je trouve intéressant de mettre cette intrigue, peu développée mais en sous-texte constant, en parallèle de l'intrigue principale du film : le cambriolage et le meurtre de la famille Lodge. Seule une personne meurt et l'on observe les autres membres de la famille tenter de se reconstruire alors que l'enquête piétine. Mais, rapidement, on comprend que les choses ne sont pas aussi simples qu'elles ne le semblent. La relation entre Gardner et Margaret semble normale mais elle devient de plus en plus étrange et dérangeante. Tandis que le fils, Nicky, commence à craindre son entourage. Alors qu'une foule se déchaine contre les Mayers, une famille innocente, une autre famille, les Lodge, mettent en place tranquillement des meurtres et se retrouvent impliqués dans des morts de plus en plus violentes (utilisant des objets de tous les jours que toute maison se doit de posséder), sans que personne ne se doute de rien ou, plus vraisemblablement, ne veuillent savoir. À la fin, Gardner essaie même de placer la culpabilité sur la famille Mayers dans un discours à son fils autour du thème de la responsabilité et de comment devenir adulte. Les Lodge n'ont pu tuer que parce qu'illes sont considéré-e-s comme des personnes modèles, religieuses et travailleuses. Alors qu'illes sont tout le contraire. Est-ce que le film réussi à faire passer son message ? Peut-être, il réussit aussi à rendre absurde ce qui se déroule chez les Lodge comme si la nature se devait de les punir lorsque les humain-e-s ne le font pas. Mais je ne suis pas certain que le film soit réussi.

*
**
*** Un choix difficile, j'ai aimé l'absurde de la conclusion. J'ai compris le parallèle entre les deux familles. Mais je ne suis pas certain d'avoir apprécié le film.
****
*****

Image : Allociné

Site officiel

516671.jpg

09:26 Écrit par Hassan dans contemporain, Film, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : suburbicon | | | |  Facebook

03/12/2017

La politique fribourgeoise au 20e siècle par Jean-Pierre Dorand

Titre : La politique fribourgeoise au 20e siècle
Auteur : Jean-Pierre Dorand
Éditeur : Presses polytechniques et universitaires romandes 18 octobre 2017
Pages : 128

Fribourg est un canton un peu particulier. Entouré par des cantons protestants, échec lors du Sonderbund, industrialisation tardive, ... Le canton se pense comme une citadelle du catholicisme durant une bonne partie du vingtième siècle. Pour le défendre, un parti, un journal et l'Église se lient et combattent les personnes et organismes qui mettent en cause le fonctionnement du canton. Car les conservateurs se pensent comme les représentants de tous les fribourgeois. Et un fribourgeois est principalement un paysan catholique près à défendre la patrie. Pourtant, les dissensions et les mises en causes se multiplient et, progressivement, le parti conservateur perd de son importance et du contrôle sur l’État ainsi que sur les médias.

Afin de comprendre le fonctionnement politique du parti l'auteur construit 9 chapitres qui débutent en 1881 et se terminent en 2000. Cependant, le plus gros du livre s'intéresse au vingtième siècle et non à la période 1881-1914. Bien que l'intérêt soit d'abord politique, les forces des divers partis et le fonctionnement de la machine conservatrice sont décrites, on apprend beaucoup sur les changements socio-économiques parfois subits par les élites politiques fribourgeoises.

Ce que montre l'auteur est la force du catholicisme dans un canton fortement rural tardivement, l'industrialisation n'est acceptée qu'après la Deuxième guerre mondiale. Le lien entre ruralité et religion n'est pas anodin. Il permet de défendre une vision "naturelle" du fonctionnement politique. Vision qui s'attaque directement à la philosophie des Lumières et aux droits humains, considérés comme des dangers. Ainsi, le canton est fortement anti-communiste alors que celleux-ci n'existent pas au niveau local. Plus dangereux encore, certaines élites du canton n'hésitent pas à soutenir des personnalités fascistes voir nazie. Ces soutiens justifieront une surveillance policière alors que des criminels de guerre en profiteront pour s'échapper. Les personnalités impliquées pourront regretter de s'être allié à des personnalités nazies lorsque le grand public s'en émouvra, créant des scandales politiques importants.

Ce que le livre montre est aussi une perte de pouvoir. D'une certaine manière, on pourrait comparer le canton de Fribourg au canton de Vaud qui voit une perte d'influence des radicaux au fil du temps (voir Oliver Meuwly). Cependant, le canton de Fribourg se porte d'abord contre l'état fédéral, considéré comme un danger pour le fédéralisme. Ce qui implique des refus importants de la part de la population face à des objets fondamentaux pour la Suisse, tel que le code pénal fédéral de 1942. L'auteur montre que, au fil du temps, la politique du canton devient de moins en moins une exception et se rapproche de la moyenne fédérale. Ce qui n'empêche pas une défense d'intérêts spécifiques, comme l'agriculture. Ce livre est intéressant et permet de se faire une idée en peu de pages, tout en ouvrant sur de nombreux thèmes que je souhaiterais mieux connaitre.

Image : Éditeur

978-2-88915-223-0_large.jpg

The Handmaid's Tale par Margaret Atwood

Titre : The Handmaid's Tale
Autrice : Margaret Atwood
Éditeur : Penguin 18 avril 2017
Pages : 336
TW : viol, meurtre, esclavage

Les États-Unis sont un pays de grande liberté, combattant pour la démocratie dans le monde entier. Mais alors que la relation entre l'URSS et les États-Unis devient moins tendues un petit groupe de révolutionnaire agit dans l'ombre. Soudainement, le parlement est massacré tandis que le président est assassiné après une attaque contre la maison blanche. Après un moment sous état d'urgence et la suspension de la constitution une nouvelle république se forme : la République de Gilead. Mais celle-ci n'est pas basée sur la démocratie ou la liberté. Elle est basée sur la Bible et tout ce qui est contraire au texte doit être supprimé et oublié. La société est reconstituée afin de suivre les préceptes du livre et les femmes sont organisées en trois ordres : les femmes mariées, les servantes sous le nom de Martha et les servantes écarlate. Celles-ci sont chargée de porter les enfants des hommes les plus hauts placés, leur corps n'est plus le leur mais une ressource nationale et même leurs noms sont effacés, elles ne sont plus que des propriétés. Ce livre est l'histoire de l'une d'entre-elles.

SPOILERS

Ce livre est récemment adapté à la TV mais avant de terminer la série je voulais lire le roman, ce qui me permet de comprendre de quelle manière l'adaptation fonctionne. En effet, le livre parle souvent de souvenirs de "la vie d'avant". Du point de vue de l'écriture, ceux-ci sont intéressants non pas seulement par les indices qu'ils nous donnent sur la vie de l'héroïne, Offred, mais surtout de la manière dont ils sont écrits. En effet, Offred est interdite de manger et boire certaines substances accusées de mettre à mal la production de bébés. Mais elle peut toujours sentir, voir, entendre. Les sens, dans ce livre, ont une importance majeure car ils lancent les souvenirs, souvenirs de repas, de sensations. Mais ils permettent aussi de mettre en avant un manque. L'un des plus importants, répété pendant une bonne partie du livre, est le toucher. Offred est interdite, elle ne peut ni toucher ni être touchée en dehors d'un rituel précis. L'autrice décrit l'effet que cela a sur une personne de ne pas ressentir la présence d'une autre quand elle est souhaitée. Ainsi, les sens sont au centre de ce livre et de l'expérience de l'héroïne.

Mais ce livre est aussi une dystopie. Il décrit un régime autoritaire qui fonctionne sur un ordre hiérarchique précis et la force militaire. La surveillance est omniprésente, à la fois discrète et visible. Selon sa position hiérarchique seules certaines activités sont permises ou interdites, les femmes ayant l'interdiction de lire et écrire. Mais peu d'indices nous sont montrés sur la raison de la mise en place de ce régime. On apprend de quelle manière tout a commencé et les premières attaques sur la liberté, basées sur la nécessité de sécurité après une attaque terroriste. On comprend que, idéologiquement, le régime défend son existence par la nécessité de recréer une population caucasienne, les juifs et autres religions étant expulsées tandis qu'une politique raciste basée sur l'ethnicité est sous-entendue. Mais, rapidement, on ne possède que quelques indices. Ceci est, selon moi, une réussite. En effet, le coup d'état a été formé en secret et Offred ne pouvait pas comprendre ce qui se déroulait dans le passé. Dans le présent, elle est interdite de lecture et d'informations. Elle ne peut donc connaitre que des rumeurs ou ce qu'on lui dit. L'absence d'informations sur le fonctionnement et la mise en place du régime est logique quand on prend en compte le fonctionnement du roman. Ce qui n'empêche pas de deviner certaines choses et de faire des liens avec notre monde, la mise en place de Gilead semble avoir été à la fois rapide et facile en se basant sur des procédés légaux en place dans le cadre d'une démocratie.

Je souhaite prendre un peu de temps pour parler de la dernière partie du livre. Celle-ci suit directement la fin du roman, qui prend la forme d'un cliffhanger. Cette dernière partie change le fonctionnement du roman puisqu'il est qualifié de source historique récemment retrouvée et éditée par des experts, masculins, de la période décrite dans ce qui est un journal rédigé après les faits. Cette partie prend la forme d'un procès-verbal d'une conférence d'historien-ne-s spécialisé-e-s de la période. Ce qui est maintenant un document est discuté. Est-ce que celui-ci est réel ou est-ce une contrefaçon ? De quelle manière prouver sa réalité et retrouver les personnes impliquées. Cette partie est intéressante parce qu'en imitant la forme scientifique elle permet de remettre en question la construction de l'histoire. En histoire, il est nécessaire d'user de sources imprécises qui ne donnent pas toujours les informations que l'on souhaite, quand ces sources existent. Il faut aussi se poser la question de ce qui est décrit, de la raison de l'écriture et de l'identité de la personne derrière les mots. Mais ces informations ne sont pas toujours faciles à retrouver. De plus, et cela me semble particulièrement important ici, il faut rester en partie détaché lors de la lecture. Selon moi, il n'est pas anodin que l'historien qui analyse le roman soit un homme. Offred s'était vu dépouiller de son identité et tente de décrire sa vie dans un récrit qu'elle construit elle-même. Un homme se l'approprie et le critique selon des critères qu'il pense scientifiques. L'effet en est d'effacer à nouveau l'expérience d'Offred.

*
**
***
**** Une écriture mélancolique, un roman dans lequel il ne se passe que peu de choses, une intrigue politique importante dans le contexte actuel. Cependant, la lecture n'est pas facile et il est nécessaire de s'accrocher.
*****

Image : Éditeur

9780525435006

02/12/2017

Wonder Woman 4. Godwatch par Greg Rucka, Bilquis Evely et Romulo Fajardo Jr.

Titre : Wonder Woman 4. Godwatch
Auteurs : Greg Rucka, Bilquis Evely et Romulo Fajardo Jr.
Éditeur : DC 21 novembre 2017
Pages : 144

Ce volume 4 contient Wonder Woman 16, 18, 20, 22, 24 et Wonder Woman Annual 1. Ce volume est le dernier écrit par Greg Rucka dans la gamme Rebirth. Diana est présente sur le monde depuis peu. Mais elle n'est pas passée inaperçue. Elle agit autant que possible tout en essayant d'aider tout le monde de manière pacifique. Bien qu'elle soit appréciée par de nombreuses personnes d'autres souhaitent s'attaquer à elle. En particulier, un petit groupe essaie de l'attaquer à plusieurs reprises. Leur but n'est pas simplement de tester Wonder Woman mais de trouver, dans son esprit, l'endroit où se trouve Themyscira. C'est une quête difficile car même Diana ne sait pas dans quel lieu se trouve sa maison. Mais c'est l'unique moyen de sauver une petite fille.

J'ai, personnellement, beaucoup aimé le travail de Greg Rucka. Bien que le retour en arrière puisse être considéré comme inutile - pour quelle raison refaire les origines de Diana ? - le scénariste utilise les numéros ayant lieu dans le passé pour expliciter ce qui se déroule dans le présent. Ainsi, on en apprend bien plus sur les adversaires de Diana que sur elle. Greg Rucka montre de quelle manière Veronica Cale s'implique dans les affaires des divinités et comment elle piège des amies de Diana. Chaque numéro se déroulant un peu plus tardivement, l'état présent des choses nous est expliqué petit à petit. De plus, cela permet de terminer un run sans laisser d'intrigues irrésolues, et donc de laisser une personne future faire ses proches choix de scénarios.

*
**
***
**** Sans être exceptionnel cette fin de run est bien maitrisée par Greg Rucka qui a la gentillesse de donner une vraie fin à ses intrigues.
*****

Image : Éditeur

GalleryComics_1920x1080_20170208_WW_Cv16_587984e3103f66.91201099.jpg

01/12/2017

Vikings saison 4

Ragnar Lothbrok est passé de simple Viking à Earl puis roi. En tant que roi il est devenu l'homme le plus célèbre de son peuple. La découverte de l'Angleterre, la colonisation et la prise de Paris sont au centre de son charisme. Tout le monde est convaincu que personne ne peut vaincre le fameux Ragnar Lothbrok et ses ennemis l'imaginent comme un être surhumain, presque un dieu. Et Ragnar veut retourner à Paris. Il cherche de nouvelles personnes pour le suivre dans cette expédition et vaincre à nouveau les armées de l'Empereur résidant dans la ville. Cependant, il ne sait pas que son frère l'a trahi, encore une fois, et que les armées franques sont maintenant entrainées par quelqu'un qui connait Ragnar. Celui-ci pourrait bien échouer.

SPOILERS

Il est difficile de synthétiser cette saison. En effet, les trois précédentes s'intéressaient à des événements précis avec une montée dramatique durant une bonne partie de la saison. La trois montrait la préparation de l'attaque de Paris avant de nous montrer la bataille. Cette saison est bien plus diverse. En premier lieu, on suit un nombre bien plus important de personnages et d'intrigues dans des espaces variés, Paris, Angleterre et bien entendu Kattegat. Pire encore, la saison est divisée en deux moments très distincts. Il n'y a presque rien de commune entre les deux parties puisque Ragnar disparait durant plusieurs années au milieu et que ses fils sont bien plus âgés.

En fait, je pense que cette saison est un moyen de faire de la place, en détruisant plusieurs personnages. Ragnar est central dans cette intrigue puisque le mythe construit dès la saison 1 doit maintenant être détruit. La trois montrait déjà un homme diminué mais victorieux. Cette quatrième saison montre un homme de plus en plus faible, soumis à une drogue chinoise afin de ne pas souffrir. On le montre échouer à plusieurs reprises. Et la seconde partie débute par exil et son rejet par le peuple, le forçant à quémander des guerriers en leur offrant de l'or. Cette destruction du personnage se conclut sur un final flamboyant qui annonce la vengeance de ses fils.

Ce point est, à mon avis, la seconde raison de cette saison. Au lieu de garder d'ancien-ne-s personnages la série les tue. Mais il est nécessaire de remplir cette place et d'intégrer le début de nouvelles intrigues. Outre Lagertha et sa relation avec les fils de Ragnar ainsi que sa seconde femme, il faut introduire chacun des fils et leurs caractéristiques. Le début de leur intrigue est celui de leur vengeance contre les meurtriers de leur père, ce qui permet d'intégrer la Grande Armée et ses victoires dans des scènes spectaculaires. Mais cela permet aussi de débuter les tensions entre les souhaits de chacun. Je ne serais pas étonné de voir beaucoup de morts dans la prochaine saison

Par contre, la série s'éloigne de plus en plus de l'histoire telle qu'elle a existé. Les évènements sont rapides. De nombreux faits d'armes ne sont pas montrés tandis que des personnages meurent alors qu'ils ont survécu plusieurs années dans la réalité. De plus, la série se tourne de plus en plus en direction d'une dimension fantastique. Les saisons précédentes laissaient la place à la foi. Les moments spirituels pouvaient être considérés comme des hallucinations dues à une croyance. Mais, petit à petit, la frontière entre le réel et le spirituel s'est atténué jusqu'à cette saison qui inclut dans le réel des divinités nordiques et des actes de magie.

*
**
***
**** Bien que la série s'éloigne du style historique elle reste intéressante.
*****

Image : Allociné

Site officiel

284786.jpg

20:52 Écrit par Hassan dans Fantasy, Histoire, moyen âge, série | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vikings, history | | | |  Facebook

Coco

Un Pixar qui sort au cinéma c'est toujours un petit événement. Le studio nous a habitué à des histoires aussi drôles que tristes, souvent bien écrites et réalisées. Il est rare que je sois déçu d'un Pixar et, souvent, une scène particulière me reste en mémoire des années après avoir vu le film (je pense à toi Up et ses premières minutes !). Coco est l'histoire d'un jeune garçon de 12 ans, Miguel. Ce dernier est membre d'une famille à la longue tradition dans la conception de chaussures. Celle-ci a commencé plusieurs générations auparavant alors que la première fabricante était abandonnée par son mari, ce dernier souhaitant suivre son rêve de devenir un musicien. Miguel, selon sa famille, doit reprendre l'industrie familiale afin de continuer la tradition. Mais il rêve de marcher sur les pas de son idole : Ernesto de la Cruz le plus grand musicien du monde. Il répudie sa famille et tente de suivre son rêve attirant l'attention de ses ancêtres.

Encore une fois Pixar nous offre une histoire aussi drôle que triste, aussi belle que mélancolique, même si son intrigue est facilement compréhensible. Mais ce n'est pas un problème car la question n'est pas dans l'intrigue mais dans l'histoire. Ce ne sera pas une surprise, je pense que l'un des thèmes majeurs de ce film est la famille. Elle est omniprésente dans le film. Elle suit les moindres pas de Miguel. Là où le jeune adolescent se sent contraint, sa famille essaie de le guider vers ce qu'elle pense être important (ce qui n'exclut pas de faire des erreurs). Dans ce film, la famille est un moyen de soutenir des personnes afin soit de leur offrir un avenir soit de prendre soin de ses membres à la fin de leurs vies.

Cela me permet de faire la transition avec le second thème, celui qui m'a le plus touché : le deuil et la mort. Bien que le film débute sur une présentation de l'histoire de la famille de Miguel on atteint rapidement le jour des morts (une tradition que je ne connais que peu). Lors de cette fête, il est nécessaire de guider les ancêtres de la famille du cimetière à un autel avec les photos des ancêtres. Ceci permet de se souvenir des ancêtres de la famille et de perpétuer leur existence par la réunion des membres vivant-e-s. Cet idée est mise en scène magistralement dans le pays des morts. Bref, Pixar fait encore du très bon.

*
**
***
****
***** Allez voir ce film, vite.

Image : Allociné

Site officiel

026846.jpg

11:17 Écrit par Hassan dans Fantasy, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : coco, pixar, disney | | | |  Facebook