31/03/2018

Ready Player One

Nous sommes en 2045. Après des années durant lesquelles l'humanité a tenté de réparer les problèmes causés par elle-même, tout a été abandonné. Les humain-e-s ne font que vivre jour après jour, sans grand espoir. Dans ce marasme ambiant, un homme est connu de tout le monde : James Halliday. Il est le créateur d'un monde virtuel sans limite qui permet aussi bien de se battre que de danser ou encore de faire des courses. Cet univers est nommé l'Oasis et tout y est possible, en y mettant le prix. Mais sa création a dépassé les buts fixés par Halliday puisque l'Oasis est devenue bien plus qu'un jeu en étant le symbole d'un refuge. James Halliday est mort il y a plusieurs années. Dans son testament, il annonce avoir caché trois clés dans le jeu. Ces clés permettent à la personne qui les trouve de prendre le contrôle de l'Oasis et de la société qui en a la charge. Mais personne n'a jamais trouvé une seule clé.

SPOILERS

Je n'attendais absolument rien de ce film dont je n'ai pas apprécié la promotion ni les images des bandes annonces. Ce qui nous était montré était un patchwork de références à la pop culture dans un semblant de nostalgie. Je n'ai rien contre la nostalgie des années 80 et de très bonnes œuvres jouent là-dessus. Malheureusement, je pense que Ready Player One montre les limites de la nostalgie. En effet, le film est rempli de références à des œuvres connues. Celles-ci ne sont pas là comme un simple clin d’œil, elles sont intégrées à l'intrigue et il me semble que l'intrigue souffre de devoir laisser trop de placer aux références. Les héro-ïne-s sont des personnes qui connaissent particulièrement bien la pop culture. Ce que le film semble valoriser est une connaissance encyclopédique de la pop culture, mais jamais on ne nous donne l'impression d'un véritable amour pour une œuvre. Au contraire, j'ai l'impression que les références permettent souvent, dans le film, de placer la limite entre les véritables fans et les autres. Loin d'être une célébration cela donne l'impression de créer une division basée sur des connaissances culturelles.

Les personnages ne sont pas non plus particulièrement réussis. Nous avons le grand méchant du film qui est méchant parce qu'il veut faire de l'argent. Je suis prêt à accepter cette prémisse mais il est nécessaire de prendre le temps de mieux nous présenter les raisons pour lesquelles il serait nécessaire de lutter contre cet homme. En l'état, il ne semble que vouloir agir comme un capitaliste en suivant les règles légales. On nous présente aussi assez rapidement deux personnes asiatiques et une femme noire, dont l'avatar est un homme. Mais leur rôle est avant tout d'aider le personnage principal, blanc, et de ne pas être sur son chemin. Jamais le film ne met en avant leur place dans la société et la raison pour laquelle certain-e-s cachent leur véritable identité. Enfin, nous avons Wade et Samantha. Les deux sont des connaisseurs mais Samantha est placée non comme un personnage autonome mais un prix, voire même une personne à sauver alors qu'elle est au moins aussi talentueuse que Wade. Jamais le film ne lui donne réellement l'occasion de montrer ses véritables capacités, alors qu'elle a clairement la volonté, les connaissances et une vision du monde spécifique qui auraient permis de créer un personnage très intéressant. Car le film est occupé à nous montrer que le véritable héros est Wade. Pourquoi ? Parce qu'il est Wade, un homme blanc hétéro qui gagne contre les méchants et gagne l'amour de la fille qu'il courtise.

*
** Le film n'est pas une horreur visuelle. Mais il ne devrait pas exister à notre époque et ne montre aucun véritable amour pour son thème, se contentant, me semble-t-il, à en user comme moyen de faire de l'argent.
***
****
*****

Image : Site officiel

RPO_High5_VERT_DOM_2764x4096_master.d14f4952.jpg

09:51 Écrit par Hassan dans Film, science-fiction | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ready player one | | | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.