16/08/2018

Chronicles of the fallers 2. Night without stars par Peter F. Hamilton

Titre : Chronicles of the fallers 2. Night without stars
Auteur : Peter F. Hamilton
Éditeur : Pan books 2016
Pages : 766

Nigel Sheldon a échoué. Au lieu de détruire le Vide il a permis l'expulsion de Bienvenido en dehors du Vide et de la galaxie. La planète se trouve dans un système constitué de planètes dont les races se sont éteintes, parfois à la suite de guerres nucléaires. Cela fait près de 200 ans que la planète vit dans l'univers normal. Les habitant-e-s ont perdus les pouvoirs offerts par le Vide mais l'électronique fonctionne à nouveau, permettant d'atteindre une technologie proche du XXème siècle. Le monde est gouverné par un parti unique et surveillé par une police politique aussi chargée de la lutte contre les aliens nommés Fallers. Ceux-ci ont réussi à infiltrer toute la société et face au danger encouru les mentions de technologies provenant du Commonwealth sont considérées comme des actes de trahisons. Un soir, un berceau tombe du ciel avec un bébé possédant les technologies les plus avancées de l'humanité. Son arrivée va tout changer et risque de mener à la destruction des habitant-e-s de Bienvenido.

SPOILERS

Bienvenido était une société aristocratique gouvernée par un dictateur qui contrôlait les ressources de la planète. À la suite de la Révolution de Svlasta, téléguidée par Nigel Sheldon, la planète est entrée dans une société bolchevique avec des souhaits d'égalité mais un fonctionnement basé sur la surveillance et la terreur, justifié par la menace des Fallers. Dans ce livre, la société est divisée en plusieurs factions. Il y a les humain-e-s, les membres du PSR chargés de chasser les Fallers et les traitres et les Eliters qui sont des humain-e-s avec des capacités avancées activées après la sortie du Vide. Le fonctionnement de cette société, paranoïaque et qui veut garder un équilibre à tous prix, est assez logique face à la menace mise en avant par l'auteur. Celui-ci semble avoir pris le temps de se renseigner un peu sur les sociétés dites communistes. Il faut particulièrement attention au fonctionnement bureaucratique, au fichage et à la surveillance constante de tous les individus considérés comme dangereux pour l'ordre.

Ce second tome possède aussi un problème important. La fin du premier tome me donnait l'impression que le récit allait se concentrer sur deux personnages féminins majeurs. Paula Myo, enquêtrice provenant du Commonwealth, et Kysandra. Cette dernière a passé l'entier du premier roman dans une posture d'élève face à Nigel. Bien qu'elle gagne en importance dans cette suite, elle devient un personnage mythique que le gouvernement traque, elle n'est que rarement présente pendant une bonne moitié du récit. L'auteur décide de créer un nouveau personnage masculin : Chaing capitaine du PSR. Ce dernier est un jeune homme récemment monté en grade prêt à tout pour défendre la population contre les Fallers. En gros, c'est un Svalsta un peu paranoïaque. On retrouve donc, une troisième fois, le récit d'un jeune homme qui comprend que sa société doit changer pour survivre mais, cette fois, il ne devient pas le dirigeant. Bien pire est le rôle de sa collègue et amante : Jenifa. Elle est décrite comme impitoyable, cruelle et elle ne cherche qu'à devenir plus forte. Au fil du récit elle devient de plus en plus fanatique jusqu'à mettre en danger l'humanité pour s'attaquer aux Eliters. Mais ce qui m'a posé le plus de problèmes est son usage du sexe, écrit par un homme. Jenifa use du sexe comme d'un moyen de domination pour soutirer des informations de la part des hommes. On a donc un personnage féminin régulièrement décrit pour ses prouesses sexuelles puis que l'auteur montre comme dangereuse car elle en use comme un moyen de gagner en pouvoir. Cela devient pire quand on apprend que cette méthode lui a été apprise par sa mère. Si l'auteur ne voyait pas comment écrire Jenifa autrement il aurait mieux fait de la laisser de côté.

*
**
*** Le roman répond aux questions laissées en suspens sans être original. Mais je déplore la manière dont Hamilton écrit les personnages féminins et ne semble pas être capable de créer un roman sans avoir un personnage masculin comme conducteur du récit.
****
*****

Image : Éditeur

9781509820399night%20without%20stars_jpg_266_400.jpg

Écrire un commentaire