29/08/2018

The Raven's Mark 1. Blackwing par Ed McDonald

Titre : The Raven's Mark 1. Blackwing
Auteur : Ed McDonald
Éditeur : Gollancz 27 juillet 2017
Pages : 384
TW : Torture

Galharrows est un homme qui connait la dureté du monde. Il vit dans la plus grande ville garnison de l'alliance, auprès de la Désolation. La Désolation est le nom donné à ce qui reste du territoire pris dans l'un des derniers actes de la dernière grande bataille contre les Rois souterrains. La magie a détruit la réalité et la vie, transformant ce territoire en un lieu particulièrement dangereux. La garnison protège l'arme qui a permis cet acte de destruction au cas où une armée reviendrait. Galharrows a sa place dans cette guerre. Son travail est double. Il est un mercenaire chargé de poursuivre les hérétiques afin de les punir selon la loi. Mais il est aussi un envoyé de Crowfoot, l'un des êtres les plus puissants du monde, au sein d'un ordre restreint chargé de garder le contrôle d'une population prompte à la corruption, dans tous les sens du terme. Il y a longtemps qu'aucune mission ne lui a été envoyé par son maitre. Mais ce dernier se manifeste soudainement et lui ordonne de protéger une noble à tous prix.

SPOILERS

Pendant longtemps, la fantasy n'hésitait pas à nous faire suivre les aventures d'un bel homme destiné à de grandes choses et suivi par des êtres puissants, fondamentalement bons et discrets. Face à ce grand homme se dressait le mal à l'état pur qu'il était nécessaire de détruire afin de lancer un âge d'or. Cette période est, heureusement, terminée. Ce roman fait partie des livres qui sont sombres non pas à cause d'une violence mais parce que l'univers est fondamentalement pessimiste. L'intrigue débute 80 ans après un cataclysme qui a permis une victoire mais pas la fin de la guerre. Le monde est un champ de bataille pour des êtres puissants mais il est parfois difficile de les différencier. Même si les Rois des profondeurs sont déclarés comme mauvais les Sans noms ne sont pas forcément bons pour autant. Illes n'hésitent pas à manipuler les événements au prix de nombreuses vies si cela permet une victoire et le narrateur du livre se demande de temps en temps qu'elle est la différence entre les esclaves marqués des Rois des profondeurs et lui, marqué par Crowfoot. L'univers de The Raven's Mark est gris et les humain-e-s ne sont que des pions dans une lutte bien plus importante.

Les personnages sont de la même veine. Il y a deux personnages principaux et moins d'une dizaine de personnes secondaires ayant une véritable importance. Galharrows possède un passé dans l'armée régulière, qui ne nous sera dévoilé que tardivement, mais il se décrit et se présente comme un mercenaire vétéran qui ne s'intéresse qu'à l'argent et à l'alcool. Il est décrit comme laid, vieux et lâche. Lâche non pas dans le sens de fuir et de trahir mais parce qu'il ne combat que payé et s'il est certain de gagner. Il n'y a donc pas cet honneur dont toute une littérature nous abreuve. Galharrows est logique et souhaite survivre même si sa vie est misérable. Il est secondé par une troupe de la même trempe dans le principal talent est le meurtre. L'élite dirigeante est décrite comme corrompue et incapable. Seule deux personnes sont vues favorablement, l'une ment et l'autre est une traitresse. Enfin, nous avons la noble Ezanda. Loin d'être une princesse, elle est une mage capable d'utiliser une puissance redoutable. Elle est aussi décrite comme intelligente mais entrant dans la folie que la magie semble toujours créer chez les personnes qui la manipule. Les personnages parfaits au destin déjà écrit n'existent pas dans ce roman. Ce ne sont que de simples humain-e-s qui essaient de survivre dans un contexte de guerre.

*
**
*** Bien que la lecture ait été intéressant je ne crois pas que le lirais la suite de cette saga. D'ailleurs, ce roman se suffit a lui-même.
****
*****

Image : Éditeur

isbn9781473222014-detail.jpg

10:04 Écrit par Hassan dans Fantasy, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : the raven's mark, blackwing, ed mcdonald | | | |  Facebook

Écrire un commentaire